Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’








télécharger 1.24 Mb.
titreNotes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’
page1/20
date de publication31.01.2018
taille1.24 Mb.
typeNote
ar.21-bal.com > loi > Note
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20
Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’andre.letowski@free.fr

Un choix dans l’actualité des TPE et créations d’entreprise

Ce mois est particulièrement riche en information sur la conjoncture favorable, plus précisément sur la reprise économique, et la place qu’y tiennent les TPE et les créations d’entreprise ; cependant l’investissement demeure modéré et plutôt favorisé par les banques. 5 articles y sont consacrés


  • L’évolution de la création d’entreprise en juin

Juin 2015 est un mois où la création a été intensive en nombre d’entreprises, en nette hausse au regard des 3 mois antérieurs ; cette hausse est plus modeste si l’on compare les 12 derniers mois écoulés à l’année précédente (+5,4% pour les non autoentrepreneurs et pour les autoentrepreneurs -7.1%).

5 activités de service manifestent une évolution positive, tant en autoentrepreneurs qu’en non autoentrepreneurs ; fait nouveau, les services aux particuliers rejoignent ce groupe. Par ailleurs, 4 autres activités progressent, mais seulement en tant que non autoentrepreneurs : elles sont largement liées au « commerce » Analyse André LETOWSKI à partir des données INSEE


  • le nombre de TPE défaillantes retombe à 12 400 pour le 2éme trimestre 2015, au plus bas depuis début 2008

Les défaillances d’entreprises de moins de 3 ans d’ancienneté chutent de 12% et les 3 à 5 ans de 7%, contre 4,8% pour les plus de 5 ans (52% des défaillances) au regard du 2éme trimestre 2014 ; certes le 1er trimestre avait été moins favorable et a conduit, pour le 1er semestre, à une légère baisse des moins de 5 ans de 1% et à une hausse des plus de 5 ans de 4,5%.

Par contre, on doit être prudent à propos des tranches de taille dans la mesure où celle des 0 salariés regroupe aussi les tailles inconnues ; l’évolution du 2éme trimestre est favorable à toutes les tranches de taille (-12,6% pour les 0 salarié, -2,3 pour les 1-5 salariés, -10,8 pour les 6-19 salariés et

-5,1 pour les 20 salariés et plus).

L’évolution du 1er semestre, si elle est fort favorable à la tranche des 0 salarié (-17,2%), l’est moins pour les employeurs (+22,8% pour les 1-2 salariés, +3,1 pour les 3-19 salariés et +8,9 pour les 20 salariés et plus) ; il y a de fortes chances que majoritairement les tailles inconnues soient des 1-2 salariés. Quoiqu’il en soit cette tranche de taille de 1-2 salariés est très fragile alors que c’est le passage au statut d’employeur.

« 2éme trimestre 2015 : défaillances et sauvegardes d’entreprises en France », Altares, juillet


  • En tenant compte de l’emploi non salarié, l’emploi total progresserait de 114 000 postes en 2015 (après +41 000 en 2014)

Après une quasi-stabilisation au premier trimestre, l’emploi marchand se redresserait dès le 2éme trimestre puis accélérerait au second semestre ; au total, il augmenterait de 41 000 postes en 2015 (après une perte de 45 000 en 2014), porté par une activité mieux orientée et les effets du CICE et du Pacte de responsabilité.

En tenant compte de l’emploi non salarié, l’emploi total progresserait de 114 000 postes en 2015 (après +41 000 en 2014), avec une nette accélération au second semestre (+71 000, après +43 000 au premier semestre), portée par le secteur marchand.

Dommage que l’INSEE ne donne pas plus de précision sur les non-salariés (inclue les créations d’entreprise ?) « Note de conjoncture », Insee, Juin


  • Les entreprises de moins de 20 salariés au 2éme trimestre 2015 procèdent à 39% des embauches, 40% des CCD de plus d’un mois, et à 47% des CDI, alors qu’elles ne regroupent que 28% des salariés du secteur marchand

Comme au trimestre précédent, la hausse des déclarations d’embauche de plus d’un mois est portée par les entreprises de moins de 20 salariés (+3,6%, du fait d’une nette hausse des embauches en CDD + 7,1%, alors que les embauches en CDI stagnent) ; dans les entreprises de 20 salariés ou plus, les embauches diminuent légèrement (- 0,7%). « La hausse des embauches de plus d’un mois se confirme au deuxième trimestre 2015 », Acosstat conjoncture N°213, juillet


  • Les TPE, quoique moins demandeurs de crédit d’investissement ou de trésorerie, bénéficient d’une amélioration pour l’obtention de ces crédits

Les demandes de crédit d’investissement sont en légère baisse pour les TPE (11% au 2éme trimestre 2015 contre 12 au 1er trimestre), alors qu’ils sont en hausse pour les PME (24 contre 21%), mais le taux d’obtention est en nette hausse pour les TPE (84% contre 78), alors qu’il est stable pour les PME (94) du fait d’un fort niveau habituel d’obtention. Pour les TPE qui ont répondu au fait de ne pas demander de crédit d’investissement, les 2/3 affirment qu’elles n’en ont pas besoin, 23% que par principe ils ne veulent pas s’endetter, 10% parce que la situation de l’entreprise est jugée non propice.

En matière de crédit de trésorerie, les TPE ont aussi connu une baisse de leur demande (9% contre 11) et une stagnation de l’obtention (65%), alors que la demande des PME est en hausse ; Pour les TPE qui ont répondu au fait de ne pas demander de crédit de trésorerie, 69% affirment qu’elles n’en ont pas besoin, 19% que par principe ils ne veulent pas s’endetter, 13% parce que la situation de l’entreprise est jugée non propice.

« Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France, 2éme trimestre 2015 », Stat info du 16 juillet, Banque de France
Mais les conditions de vie de ces dirigeants ne sont pas toujours enviables : revenus faibles pour certains et temps de travail importants : 2 articles


  • Le revenu mensuel moyen 2012 des non-salariés est de 3 110€, avec des écarts importants (de 8 520 à 930€) ; 30% des créateurs de moins d’un an d’activité affichent un revenu nul ou déficitaire

Les professions intellectuelles « protégées » (médecin/dentiste, professions juridiques et comptables, pharmacie notamment) sont de loin celles qui conduisent aux rémunérations les plus élevées (de l’ordre de 8 000€) ; elles sont suivies par les professions « intellectuelles », notamment en direction des entreprises, et des activités financières et d’assurances (de l’ordre de 5 000€) ; les activités « manuelles » (2 050 à 2 270€), ou commerciales sont plus modestement rémunérées (930 à 2 500€) ; il en est de même des activités intellectuelles hors champ classique telles les arts/spectacles/activités récréatives (1 630€), l’enseignement (1 530€). Noter que les plus faibles revenus sont localisés dans les services aux personnes (coiffure avec 1 290€, taxis avec 1 400€…). Ce sont toutefois les revenus fiscaux déclarés.
Hors revenus nuls, un sur dix dirigeants non-salariés et non autoentrepreneurs dispose d’un revenu inférieur à 450€ mensuels, un sur quatre déclare moins de 1 030€ et la moitié moins de 2 080€ par mois ; en haut de l’échelle des rémunérations, un indépendant classique sur quatre perçoit plus de 4 040€ par mois. Plus de 30% des non-salariés installés dans l’année ont perçu un revenu nul contre 5% de ceux installés depuis plus de 20 ans

Plus d’un autoentrepreneur sur quatre a gagné moins de 80€ par mois, la moitié moins de 260€, et neuf sur dix moins de 1 200€.

« Revenus d’activité des indépendants en 2012 : baisse pour les indépendants « classiques » comme pour les autoentrepreneurs », Insee Première N° 1562, juillet

  • 78% des dirigeants de petite entreprise, quoique soumis au stress et travaillant 47hres par semaine, disent être en bonne santé.

L’état de santé général : 31% très bon, 47% bon, 18% assez bon, 4% mauvais

Pour 28% leur santé s’est détériorée (36% pour les petits agriculteurs), du fait du stress lié au travail (38%, mais 50% pour les petits artisans et 43 pour les commerçants), de l’âge (26%), d’une maladie (20%), ou du manque d’activité physique (9%) ; pour 65% la santé est restée la même

19% souffrent d’une maladie chronique (30% les agriculteurs).
En moyenne, les répondants travaillent 46,6hres par semaine ; 87% trouvent cela supportable ; toutefois ceux qui travaillent le plus d’heures sont aussi ceux qui ont le plus de problème de santé.

Pourtant 8% seulement ont été arrêtés par leur médecin au cours des 12 derniers mois (13% les artisans et agriculteurs) ; pour 47% ces arrêts ont eu un impact sur l’entreprise.

52% disent ne pas avoir des difficultés à concilier leur vie de travail et leurs engagements familiaux et personnels (un peu plus les femmes que les hommes, 54 et 51%)

« La santé du dirigeant d’entreprise », sondage Opinion Way pour MMA Makheia, juin
Accompagnement des créations d’entreprises : 2 mesures d’importance


  • APCE, 11 millions de visiteurs sur le site web, 245 000 abonnés à la lettre bimensuelle, 203 400 utilisateurs de l’espace professionnel en 2014

Ce sont 12 millions de visites (+8% par rapport à 2013), 36 millions de pages lues, 22 583 projets hébergés, 48 824 abonnés à la lettre d’information bihebdomadaires (stable depuis 2008), 245 069 à la lettre d’information bimensuelle (en hausse de 14% depuis 2012), 53 756 applications mobile, 32 963 fans sur facebook et 17 408 abonnés au compte twitter ; l’espace professionnel a accueilli

203 400 visiteurs qui ont visionné 1,25 million de pages.

Le site APCE est relayé dans 11 régions en partenariat avec les Conseils Régionaux.

« 35 ans aux cotés des entrepreneurs : rapport d’activité 2014 », APCE


  • Entre 2009 et 2014, le dispositif Nacre a bénéficié à 124 400 porteurs de projet pour 85 700 entreprises créées ou reprises ; mais 1/3 seulement sont allés jusqu’au bout du dispositif

Fin 2014, 32 400 porteurs de projet étaient accompagnés dans ce cadre, dont 18 700 nouveaux bénéficiaires (au plus haut, 28 700 en 2010) ; le nombre d’entrées s’est stabilisé à partir de 2011, mais le nombre de bénéficiaires est en chute, notamment en 2014
En 2014, les porteurs de projet sont des hommes (61 %) ; les ¾ de ces porteurs ont entre 26 ans et 49 ans, 90% sont demandeurs d’emploi (dont 67% de courte durée) inscrits à Pôle emploi et ce en hausse au regard de 2009-2010 (80%); 69% occupaient avant un emploi d’ouvrier ou d’employé (dont 53% qualifiés) et 31% un emploi de cadre, chef d’entreprise ou profession intermédiaire : 15% sont bénéficiaires de minima sociaux et 4% résident dans une zone urbaine sensible
52% font état d’au moins 10 000€ de capitaux pour assurer le démarrage, bien plus que les chômeurs créateurs et l’ensemble des créateurs (38%) 

64% des porteurs de projet entrés dans le dispositif ont sollicité le prêt Nacre ; 88% d’entre eux ont reçu une réponse positive, mais le déblocage du prêt Nacre étant conditionné à l’obtention d’un prêt complémentaire, le taux d’obtention tombe à 79%. En six ans, le prêt Nacre a contribué à financer la création de 47 200 entreprises et la reprise de 9 300 pour un montant total de 312M€ alloués au financement de prêts Nacre. Le montant du prêt Nacre a été de 5 500€ en moyenne 

« Le nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise (nacre) : autour de 18 000 nouveaux projets accompagnés par an », Dares Analyses N°052, juillet

TPE, artisanat, PME : ce qu’on en dit : 4 articles


  • « On voit, à côté du modèle classique du salariat, se développer les autoentrepreneurs, les créateurs de start-up, les microentreprises, l’économie solidaire… Ces formes d’emploi vont se multiplier parce que la société change à toute allure » « Nous devons revisiter notre vision traditionnelle du travail », entretien avec Gérard Mestrallet, le PDG du groupe Engie (ex-GDF Suez) et président de Face (Fondation Agir contre l’exclusion), La Croix du 2 juillet




  • Jacques Attali plaide pour une politique plus vigoureuse en direction des TPE/PME et des créations d’entreprise

« Les entrepreneurs sont des aventuriers : ils prennent des risques pour mener et réussir leur aventure personnelle et pour ne dépendre de personne. Or, si la France est un pays magnifique, l'esprit d'entreprise est souvent gêné par des réglementations, des obstacles, des rentes, des privilèges, des monopoles. C'est également une nation qui accueille mal la nouveauté

Que faire ? « En poursuivant la simplification des démarches de création d'entreprise, en allégeant la fiscalité sur les TPE et les PME, en favorisant les financements en capital des petites structures qui sont, il est vrai, très risqués. Ce qui fait également défaut, ce sont les financements de second tour qui couvrent les besoins en fonds de roulement d'une société en croissance….Il serait souhaitable que les charges et profits des 3 premières années d'existence d'une société soient les moins taxés possibles…. dédier une part importante des 32Md€ dédiés à la formation professionnelle…vers entrepreneuriat, notamment pour les demandeurs d'emploi. … Nous sommes allés beaucoup trop loin du côté de la protection. » "Je crains que la France ne se vide de ses entrepreneurs" interviewe de Jacques Attali, chef d’entreprise.com, juillet


  • « Aider les TPE, c’est soutenir leur carnet de commande : un DRH nommé à la tête d’un réseau d’aide à la création d’entreprise »

« Le monde de l’entreprise a perdu cette convivialité, ce côté humain depuis de nombreuses années ; or ces cotés humains, je les retrouve au sein des petites entreprises et auprès des entrepreneurs. Idem auprès des collaborateurs de BGE, des assembleurs qui vont chercher les meilleures aides au service des créateurs…Dans un contexte de crise importante, les TPE et l’entrepreneuriat ne sont pas une révolution mais une contribution au problème de l’emploi…Pour créer des emplois, pas de mystère, il faut faire rentrer du chiffre d’affaires dans l’entreprise… Il est donc capital d’aider les TPE dans leur développement commercial…Créer des synergies et donc du business. » Les Echos sociétés du 23 juin, citant Jean-Luc Vergne, ancien DRH des groupes industriels et financiers Sanofi, Total à l’époque d’Elf, PSA et BPCE, devenu président de BG Réseau


  • Si les TPE sont les plus appréciées des français, elles ne seraient pourtant pas celles vers lesquelles les répondants orienteraient d’abord leurs enfants ; les grands « gagnants » sont les PME.

Les TPE sont peu prisées au regard de la question : « Vous personnellement, vous préféreriez que vos enfants travaillent… » (total des réponses 30% contre 66% pour les PME, 1ére réponse 11 contre 37% ; il en est de même pour les items qui peuvent paraitre proche des valeurs de la TPE (travailler à son compte, dans une association) 

Et pourtant les TPE recueillent la meilleure opinion globale (92% dont très bonne 30%), devant les PME (90 et 26%), et loin derrière les grandes entreprises (51 et 5%), et la fonction publique (45 et 8%). Les opinions sont, par caractéristiques, proches de celles développées ci-dessus.

« Les Français et les PME », sondage Opinion Way pour Entrepreneur Venture, juin
Analyses et études de juillet 2015

J’ai repéré un certain nombre d’études et d’analyses qui m’ont semblé utiles pour enrichir l’approche de l’entrepreneuriat des TPE et PME et de la création d’entreprise ; j’en ai extrait les éléments qui me semblaient essentiels et nouveaux, en retravaillant par exemple certains tableaux que j’ai voulus plus explicites ou en complétant l’analyse, et si besoin en formulant quelques commentaires. J’ai voulu aussi citer les chiffres qui servent de cadrage à ces thématiques. André LETOWSKI

Dans ce document :

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

similaire:

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconNotes mensuelle d’analyses de décembre 2015 d’
«Le droit de l’activité», Sondage Opinion Way pour l’Union des Auto-Entrepreneurs et la Fondation Le Roch‐Les Mousquetaires

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconNotes mensuelle d’analyses de janvier 2016 d’
...

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconRennes 13-24 juillet 2015

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconDéveloppement juillet 2015-Aujourd’hui

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconElisabeth Glaser Pediatric Aids Foundation (egpaf) juillet 2015

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconIntégrateur web, ui / ux designer Freelance, dispo mi-juillet 2015 (Paris, idf)

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconDossier de presse
«Conversation avec Babel». A ce propos, Sébastien Pisani écrivait dans l’édition du 26 juillet 2015 de Corse-Matin

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconNotes viendra rythmer l’Edition 2015 des Salons Solutions
«Offres pléthoriques en progiciels SaaS : faut-il croire au modèle des marketplaces ?»

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconRapport de mission Février Juillet 2016 Date de démarrage: 16 janvier...

Notes mensuelles d’analyses de juillet 2015 d’ iconIFusion Analytics et Interoute signent un partenariat pour des analyses Big Data à la source
«Déployer des outils d’analyse sur le réseau mondial d’Interoute composé de Virtual Data Centres interconnectés modifie la donne...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com