Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication








télécharger 95.89 Kb.
titreLes dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication
date de publication31.01.2018
taille95.89 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos



BacPro ELEEC


V.D.I. : Voix Données Images


  1. INTRODUCTION.

    1. Les dernières modifications de la norme NF C 15-100 en matière de communication.

Circuit de communication (téléphonie incluse) :

1 socle de prise de communication par pièce principale avec un minimum de 2 prises pour les logements de 1 ou 2 pièces.
Radio/Télévision :

Si le réseau de communication n’assure pas la fonction de distribution de la télévision, l’équipement minimum consiste à : 2 prises logement < 100m² ;

3 prises  logements > 100m².

Une de ces prises doit être positionnée proche d’une prise de communication et d’une prise 2P+T.






    1. Les réseaux VDI : une nécessité industrielle.

Les besoins de communication actuels (téléphone, fax, échanges de données informatiques, messageries – interne ou externe - , vidéosurveillance, etc) sont vitaux pour une entreprise. Dans les bureaux, chaque poste de travail doit comporter au minimum un accès téléphonique et un accès informatique soit 2 prises RJ45 (on pourra prévoir une 3ème prise pour un éventuel fax).

La prise RJ45 est devenue avec l’usage l’interface standard de la connectique.

De plus il est primordial que le réseau soit d’une grande flexibilité. En effet, près de 40% des employés changent de bureau tous les ans. Cette flexibilité doit se traduire avec une possibilité de reconfiguration rapide et aisée.


  1. RÉSEAUX INFORMATIQUES.

    1. Introduction.

Tous les ordinateurs d’un réseau devront pouvoir partager des données (fichiers, images, son, courriers, etc.) et des ressources (imprimantes, modems, etc.). Ils seront distingués selon leur adresse IP (Internet Protocol) respective.

On distingue 2 types de réseau :

  • réseau local comporte des postes (ordinateurs) proches les uns des autres (réseau d’entreprise, de bureau, etc.). Ils peuvent être étendus avec des Hubs et/ou routeurs.

  • réseau étendu comporte des postes (ordinateurs) distants les uns des autres (ville, pays, etc.) et communiquent entre eux par les lignes téléphoniques (internet par exemple).

    1. Architectures.

      1. Les différentes topologies.




    1. Accès au médium (câble) :

      1. Maitre-Esclave.

Le MAITRE est l’entité qui accorde l’accès au medium.

L’ESCLAVE est l’entité qui accède au médium après sollicitation du maître.


      1. Token Ring (jeton tournant).

        Dans ce type d’architecture, un jeton électronique parcourt les différentes stations. Chaque station peut y attacher un message à destination de n’importe quelle autre station ou bien passer son tour.

        Lorsque la station destinataire du message est en possession du jeton, elle récupère le message, et libère alors le jeton. Le jeton étant libre, d’autres échanges peuvent alors s’effectuer.

        Branchement des MAU :





      2. Ethernet.

Dans ce type d’architecture, seules 2 stations peuvent échanger des données en même temps. Si une nouvelle station tente d’accéder au réseau, une collision se produit. L’échange sera de nouveau tenté quelques millièmes de secondes plus tard.

Branchement des Hubs :








  1. ARMOIRES ou BAIES DE BRASSAGE V.D.I.

Le brassage permet la souplesse lors de la reconfiguration ou de la modification du réseau. Cette reconfiguration s’effectue au niveau des tableaux de brassage aussi appelés « baies de brassage ».


    1. CONSTITUTION.




    1. REFROIDISSEMENT.

Selon le matériel implanté dans l’armoire VDI, ou baie de brassage, il est nécessaire de refroidir cette dernière. Plusieurs méthodes sont utilisées suivant les calories à évacuer, soit du moins efficace au plus efficace :

  • Convection naturelle.

  • Refroidissement par brassage interne.

  • Refroidissement par extraction.

  • Refroidissement par Extraction + brassage interne.




    1. BRASSAGE, RECONFIGURATION.



Ancien bureau de M. JOLY (B 19) Nouveau bureau de M. JOLY (B 22)

Il suffit de déplacer le cordon au tableau de brassage pour affecter le même numéro à une autre prise RJ45 de l’installation. Le numéro de téléphone de M. JOLY est conservé malgré son déménagement.


  1. PRÉCÂBLAGE DES BÂTIMENTS.

Il consiste à intégrer dès la conception l’infrastructure de câbles nécessaires pour le téléphone et l’informatique. On pourra alors connecter sur les prises RJ45 n’importe quel terminal. Ainsi il n’y aura plus de perte de temps pour cause de grosses modifications de câblage, donc gain économique.


  1. CÂBLAGE ET CÂBLES.

    1. Les liens ou câbles de raccordement.

On trouve principalement trois types de câbles:

- les câbles coaxiaux (de moins en moins utilisés),

- les câbles à paires torsadées (se généralisent),

- les câbles en fibre optique (commencent à émerger).

La famille des câbles à paires torsadées se subdivise en quatre selon leur constitution :



1 : UTP (Unshield Twisted Pairs) écomomique, facile à installer, non blindé. Choisi pour un réseau non perturbé.

2 : FTP (Foilded Twisted Pairs) dipose d’un écran de protection permettant d’atténuer les perturbations.

3 : SFTP (Shielded Foilded Twisted Pairs) dipose d’un blindage. Assure une très bonne protection contre les perturbations.

4 : SSTP (Shielded Shielded Twisted Pairs) dipose d’un blindage paire par paire. Utilisé pour les très hauts débits.


    1. Brochage des prises RJ45.

Il existe deux types repérage des câbles :

câble standard EIA/TIA (par paires)

câble avec code de couleur



EIA/TIA 568 A

(USA)



EIA/TIA 568 B – AT&T 258A

(alternative proposée par la norme) (Europe)



Corel® Numéris BCS Bull




    1. Les liens ou câbles de raccordement.




    1. Câblage « backbone » ou vertical, liaison interbâtiments ou entre 2 étages.

On pourra utiliser un câble en cuivre ou fibre optique. La fibre optique sera préférée lorsque les distances à parcourir seront importantes. De plus la fibre optique aura des possibilités d’évolution plus importantes (vitesse de transmission, augmentation du nombre d’utilisateurs).


    1. Câblage capillaire ou horizontal, sur un étage.

Il relie le tableau de brassage VDI de l’étage aux différentes prises RJ45. Le choix du câble dépend de la protection visée contre les perturbations électromagnétiques.

Les câbles devront être repérés lors de l’installation.


  1. PRÉCAUTIONS D’INSTALLATION DES CÂBLES.

  • Un câble VDI se déroule, il ne se dévide pas. En conséquence, il faudra utiliser un dérouleur de câble. Les torsions excessives du câble dans son axe diminuent ses qualités de transmission.

  • De plus il vaudra mieux couper les surlongueurs de câbles plutôt que les lover. Si un lovage est nécessaire, le diamètre de lovage doit être supérieur à 1 mètre.

  • Le serrage des colliers de fixation (« Colson ») doit être fait à la main pour ne pas écraser les conducteurs. Les colliers doivent pouvoir laisser coulisser le câble. L’utilisation d’agrafes est interdit.

  • Détorsadage des paires: 13 mm maxi en catégorie 5 (qualité de câblage généralement recherché).

  • Dégainage du câble réduit au maximum (30 à 60 mm typique).

  • Pour un câble écranté, l’écran devra être conservé le plus près possible du point de connexion.

  • Il ne faut pas marcher sur les câbles, ni y déposer des objets lourds, et éviter les arêtes vives.

  • Il faut respecter un rayon de courbure le plus grand possible (supérieur à 8 fois le diamètre extérieur du câble).

  • Un câble ayant sa gaine abîmée doit être changé.

  • Il ne faut jamais tirer inconsidérément sur un câble VDI. En cas de blocage de ce dernier, il faut en localiser l’origine.




  1. RÈGLES D’INSTALLATION : LUTTER CONTRE LES PERTURBATIONS.


La CEM à pour but de limiter les émissions de perturbations dans l’environnement d’une installation, mais aussi d’immuniser cette installation contre les perturbations de l’environnement.


    1. Courants forts et courants faibles.

Dans toute installation existe des câbles pour alimenter des circuits de puissance, et des câbles pour alimenter des circuits de commande, de données et d’informations ; on parlera alors de courants forts et de courants faibles. La cohabitation entre ces câbles est source de perturbations électromagnétiques. Pour diminuer au maximum ces perturbations, il convient de respecter les règles suivantes :

  • Il faut séparer physiquement les câbles courants forts et courants faibles. On conservera le même écart tout au long du cheminement des câbles pour éviter les effets de couplage.



  • Les chemins de câbles seront espacés de 30cm en circulation verticale, et de 5cm en circulation horizontale (faux plafonds, faux planchers).



  • Il faudra éloigner les câbles courants faibles de plus de 30cm des appareils rayonnants (ballast fluo, moteurs de store, etc.). En cas de zone à plus fortes perturbations, on

augmentera cette distance, et même on pourra créer une cage de Faraday.

  • Les câbles courants forts et courants faibles doivent se croiser à 90°.



Les liaisons entre les chemins de câbles et les plinthes seront réalisées dans des goulottes à 2 compartiments distincts minimum, ou dans deux goulottes séparées mais se jouxtant tout au long du trajet.

  • La distribution horizontale se fait en goulottes à 2 ou mieux à 3 compartiments. Les circuits informatiques seront installés en bas, le plus près du plan de masse.



  • Si les câbles sont dans des conduits encastrés ou apparents, ces conduits doivent être séparés.



  • Si les câbles de puissance et de communication sont dans un même chemin de câbles en tôle ou une goulotte, éviter de couvrir avec un couvercle pour éviter la diaphonie entre circuits voisins.



  • En cas de pollution électromagnétique extérieure, préférer des chemins de câbles ayant une hauteur d’aile supérieure à la hauteur du faisceau de câble pour tenir compte des zones protégées.






    1. Prise de terre et mise à la masse.

Une installation ne comporte qu’une et une seule prise de terre. La terre du circuit courant fort et du circuit informatique doit se raccorder à la prise de terre de l’installation, c’est la référence de potentiel de toute l’installation.



Il faut raccorder à la PE autant que possible :

  • les chemins de câbles.

  • les équipements terminaux si proximité.

  • les blindages des câbles (des 2 côtés) et des cordons.

  • les panneaux de brassage.

  • les baies et coffrets.




  1. CONTRÔLE QUALITÉ.

La transmission de données évoluant en performance, le support doit également être conçu de manière à pouvoir véhiculer des bandes de fréquences de plus en plus larges pour supporter des débits de plus en plus hauts. Pour cela, des normes fixent aujourd'hui des performances à tenir en fonction de cette bande de fréquence. Ces performances sont définies pour les produits, connecteurs ou câbles. On parle alors de catégories, mais aussi pour les liens, de classes:

• Catégorie 3/Classe B : jusqu'à 1 MHz

• Catégorie 4/Classe C : jusqu'à 10 MHz

• Catégorie 5/Classe D : jusqu'à 100 MHz

• Catégorie 6/Classe E : jusqu'à 200 MHz

• Catégorie 7/Classe F : jusqu'à 600 MHz

En fin d’installation, le câblage sera testé pour valider la conformité aux exigences de la catégorie visée.

Recette ou test avant mise en service de l’installation (extraits documents Legrand et Schneider)


La recette d’une installation est indispensable pour savoir si celle-ci est conforme à la catégorie demandée. Seuls des tests de mesure effectués sur le terrain avec des testeurs de câblage portatifs permettent de vérifier la qualité de l’installation réalisée.

La recette d'une installation de câblage structuré comprend plusieurs étapes :

Etape 1 : Le contrôle visuel de l’installation

  • Vérification que les composants utilisés par l'installateur n'ont pas été dégradés.

  • Contrôle de l'état des câbles :

    • absence d’écrasement et rayons de courbure corrects

    • longueurs de dégainage, de détorsadage

    • croisements ou dépairage

    • mise à la terre des écrans et des répartiteurs

    • identification des connecteurs aux deux extrémités.

Etape 2 : Le contrôle électrique des liaisons.

  • Contrôle des données relatives au raccordement des connecteurs :

    • continuité électrique

    • pairage des liaisons

    • respect des polarités

    • absence de court-circuit et isolement correct à tous les niveaux

    • identifications sur le plan conformes à la réalité.

  • Ces paramètres résultent de la qualité de la mise en œuvre.





Etape 3 : Le contrôle dynamique des liaisons

  • Contrôle par rapport aux normes et mesure de la capacité de transmission des liaisons installées sur le chantier (vérification des performances de l’installation).

  • Permet de déterminer si l'installation réalisée est de Classe D ou E, c'est à dire capable de transmettre des signaux aux niveaux de performances de transmission souhaitées, dans les conditions de qualité prévues par la norme.

  • Généralement, on mesure le lien permanent, c'est-à-dire la partie fixe de l'installation, partant de la prise murale jusqu'à la prise du répartiteur (câble + 2connecteurs RJ 45 d'extrémité). Cette mesure s'appelle sur les testeurs "Permanent LINK". Valeurs de la norme classe D pour le lien permanent norme ISO/IEC 11 801, kitzbuhel 09/2000

  • Le contrôleur dynamique de liaison doit effectuer les mesures suivantes :

    • 1 : Affaiblissement

    • 2 : Paradiaphonie (NEXT)

    • 3 : PSNEXT

    • 4 : ACR (Atténuation Crosstalk Ratio)

    • 5 : FEXT (Far-End Crosstalk)

    • 6 : ELFEXT (Equal Level Far-End Crosstalk)

    • 7 : PS ELFEXT (Power Sum ELFEXT)

    • 8 : Impédance & RL

    • 9 : Return Loss



  1. GLOSSAIRE.

A

ADMINISTRATEUR RÉSEAU: personne responsable de la gestion et du contrôle du réseau.

AFFAIBLISSEMENT ou ATTÉNUATION: Terme général utilisé pour indiquer la perte de puissance d’un point à un autre(en dB par unité de longueur).

AFNOR: Agence Française de Normalisation.

AME: Partie centrale et métallique d’un conducteur.

ANSI: Americain National Standard Institute.

ATM: Asynchronous Transfer Mode. Mode de Transfert asynchrone, autorise les hauts débits.

AUTOCOMMUTATEUR: (central téléphonique) système, privé ou public, reliant automatiquement deux points d’un réseau de façon temporaire.

A.C.R.: (ATTENUATION CROSSTALK RATIO), définit le rapport Signal/bruit.

B

BANDE DE BASE: Transmission d’un signal dans sa bande de fréquence d’origine sans modulation.

BANDE PASSANTE: Ensemble de fréquences passant dans un canal de transmission sans altération.

BIT ou DIGIT: (Binary Digit) Zéro ou Un: représente une donnée, système élémentaire informatique.

BNC: Connecteur pour câble coaxial.

BUS: Principe de transmission des données par paquets codés sur un même câble (ETHERNET).

C

CÂBLE COAXIAL: Câble à structure concentrique comprenant un conducteur central monobrin entouré d’un diélectrique, d’une tresse assurant le blindage et d’une gaine isolante.

CÂBLE FIBRE OPTIQUE: Câble composé d’une ou plusieurs fibres optiques assurant la transmission des signaux d’ondes lumineuses par un phénomène de réflexion interne.

CÂBLE MULTICONDUCTEURS: Câble composé de plusieurs conducteurs.

CÂBLES MULTIPAIRES: Câble composé de plusieurs paires torsadées ou non.

CÂBLE HORIZONTAL: Câble assurant la connexion entre le répartiteur d’accès et le point de distribution (câble capillaire)

CÂBLE DE ROCADE: Building Backbone Cable. Câble assurant la connexion entre le répartiteur du bâtiment et le répartiteur d’accès.

CAD: Connectique auto dénudante.

CARTE D’INTERFACE RÉSEAU ou CARTE RÉSEAU: constitue la liaison physique entre l’orinateur et le réseau. Elle collecte les données à envoyer sur le réseau et contrôle les informations venant du réseau.

CATÉGORIE 5: Spécification des caractéristiques jusqu’à 100MHz. Transmission des données et de la voix jusqu’à 100Mbps (IEEE802.5 16mbps et ANSI X3T9.5 100 mbps TPDDI).

CEI: Commission Électrotechnique Internationale.

CEM: Compatibilité Électro Magnétique définie par les normes EN 55022 (émission) et EN50082-1 (immunité).

CENELEC: Centre Européen de Normalisation Électrotechnique.

CLASSE: Définition des caractéristiques d’une installation, d’un lien (classe A, B, C, D). Dépend de la catégorie des composants utilisés et de leur mise en œuvre.

CŒUR: Partie centrale d’une fibre optique dans laquelle est transmise l’information.

CONCENTRATEUR:  Assure l‘interconnexion des éléments du réseau ainsi que la répétition et la régénération du signal.

CORDON: Câble comportant des connecteurs à ses extrémités.

COREL: Câble Ouvert pour Réseaux d’Entreprise Locaux.

CTD: Câble de transmission de données.

D

DÉBIT: Quantité d’information transmise par unité de temps.

DÉCIBEL (dB): Unité de bruit, exprime un gain ou une perte, rapport entre deux puissances (échelle logarithmique décimale).

DÉPAIRAGE: Erreur de câblage entre deux fils issus d’une paire différente.

DIÉLECTRIQUE: Isolant recouvrant une âme conductrice.

DRAIN: Fil de continuité d’écran, facilite le raccordement à la connectique.

DIAPHONIE (NEXT): induction du signal d’une paire sur une autre.

DSL : Ligne d’abonné pour service numérique (Digital Subscriber Line).

E

ÉCRAN: Feuillard de métal enroulé autour d’un câble assurant une protection contre les hautes fréquences parasites.

EN: Norme européenne.

EN 50167: Norme européenne relative aux câbles de capillarité.

EN 50168: Norme européenne relative aux câbles de rocade.

EN 50169: Norme européenne relative aux cordons.

EN 50173: Norme européenne relative au pré câblage.

EIA: Electronic Industry Association.

ÉPISSURE: Raccordement entre deux fibres optiques de façon permanente.

ETHERNET: Réseau bande de base à 10Mbs défini par l’IEEE 802.3.

F

FDDI: Fiber Distribued Data Interfaced. Réseau d’entreprise en anneau sur fibre optique à 100Mbits (Standard ISO).

FSTP: Foiled Shielded Twisted Pair (blindage général ruban+ tresse).

FTP: Foiled Twisted Pair (écran général).FAST ETHERNET: ETHERNET100 BASE TX à 100 Mbits.

G

GIGABIT: ETHERNET à 1000 Mbits.

GTB: Gestion technique du bâtiment.

GTC: Gestion technique centralisée.

H

HD: Télévision Haute Définition.

HUB: Assure l‘interconnexion des éléments du réseau ainsi que la répétition et la régénération du signal.

I

ICS: IBM Cabling System.

IEC: International Electrotechnical Commission.

IEEE: Institute of Electricals and Electronics Engineers.

IEEE 448: Interface utilisée principalement pour la mesure.

IEEE 802.3: Norme définissant le réseau Ethernet et le mode d’accès CSMA/CD.

IEEE 802.4: Norme définissant le réseau local à bus, système à jeton.

IEEE 802.5: Norme définissant le réseau Token Ring, topologie en anneau.

IMPÉDANCE DE TRANSFERT: Caractérise l’efficacité du blindage d’un câble coaxial.

IP: Internet Protocol

ISO: International Standard Organisation.

ISO IEC 11801: Norme internationale dédiée au pré câblage système.

ISONET ACE LINE: Système de câblage Alcatel Composants Télécoms.

J

JARRETIÈRE: Cordon qui permet de relier deux points, principalement en téléphonie.

L

LAN: Local Area Network: Réseau Local d’entreprise (RLE).

M

MONOMODE ou UNIMODALE: Se dit d’une fibre optique dans laquelle ne peut être entretenu qu’un seul faisceau de rayons lumineux. Idéal pour les longues distances.

MULTIMODE ou MULTIMODALE: Se dit d’une fibre optique dans laquelle peuvent être entretenus plusieurs faisceaux de rayons lumineux. Idéal pour le câblage d’immeuble.

N

NF: Norme Française.

NŒUD: Point d’interconnexion.

P

PANNEAU DE BRASSAGE: Panneau permettant de réunir et brasser les paires torsadées et les fils optiques (format standard 19”).

PARADIAPHONIE ou DIAPHONIE: Précise l’affaiblissement d’un signal parasite transmis d’une paire vers les autres paires d’un même câble (dB).

PÉRIPHÉRIQUE RÉSEAU: Appareil connecté au réseau (imprimante, modem, scanner, etc.). Chaque ordinateur du réseau peut l’utiliser.

PONT: Permet d’étendre le réseau local à d’autres réseaux locaux proches ou distants, ne même nature ou hétérogènes.

POSTE DE TRAVAIL: Ensemble de prises mises à disposition de l’utilisateur (courants forts et faibles).

R

RÉFLECTOMÈTRE: Appareil de mesure permettant de vérifier la continuité de transmission d’une fibre optique.

RÉPARTITEUR: (Élément de panneau de brassage) permet l’interconnexion et la répartition des sources V.D.I. et des lignes utilisateurs.

RÉSEAU: Système reliant entre eux différents équipements de transmission de données.

RÉSEAU CLIENT/SERVEUR: Chaque utilisateur stocke ses fichiers sur un ordinateur unique appelé serveur. Les autres utilisateurs peuvent y accéder selon leurs droits. Ce type de réseau est perfomant et fiable.

RÉSEAU POSTE À POSTE: Dans ce type de réseau chacun des ordinateurs peut accéder aux fichiers stockés sur n’importe quel autre ordinateur du réseau.

RNIS: Réseau Numérique à Intégration de Services.

ROCADE: Câble multipaire utilisé pour relier les répartiteurs et les sous répartiteurs dans les systèmes de pré câblage.

ROUTEUR: Permet d’étendre le réseau local à d’autres réseaux locaux proches ou distants, ne même nature ou hétérogènes.

RSB: Rapport Signal Bruit (ou ACR): différence entre paradiaphonie et affaiblissement. Permet de juger de la qualité d’un signal (dB).

RS 232: Standard Recommandé de l’EIA pour les équipements terminaux de traitement de données et de terminaison de circuits de données (connectique).

S

STATION DE TRAVAIL: Ordinateur connecté au réseau.

STP: Shielded Twisted Pair (blindage général tressé).

SWITCH:  Assure l‘interconnexion des éléments du réseau ainsi que la répétition et la régénération du signal.

SYSTÈME D’EXPLOITATION RÉSEAU: gère le partage des données, des programmes des matériels sur l’ensemble du réseau. C’est l’agent de circulation qui contrôle le trafic des données.

T

TNT: Télévision numérique terrestre.

TOPOLOGIE: Architecture d’un réseau.

TRAFIC RÉSEAU: désigne l’ensemble des données qui circulent sur le réseau (documents, courriers, images, programmes, etc.).

TRESSE: Entrelaçage de fils fins sur le périmètre d’un conducteur ou d’un câble qui assure une protection contre les basses fréquences parasites.

TWINAX: Câble coaxial composé d’une paire torsadée, entourée d’un diélectrique, d’une tresse et d’une gaine.

U

U: Unité de hauteur des différents éléments constituant une installation VDI : tableaux avec panneaux de brassage, passe-fils, concentrateurs… 1U équivaut à 4,45cm.

UHF : Onde décimétrique, Ultra Haute Fréquence.

UTE: Union Technique de l’Électricité.

UTP: Unshielded Twisted Pair (non blindé, non écranté).

V

VDI: Voix Données Images.

VDSL : Ligne numérique d’abonné à très haut débit.

VHF : Onde métrique, très haute fréquence (Very High Frequency).


BacPro ELEEC V.D.I. Page

similaire:

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconLe gprs est une norme pour la
«circuit» en gsm où un circuit est établi – et les ressources associées – pour toute la durée de la communication. Le Gprs a ensuite...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconMicrosens adopte la norme de communication développée pour le bâtiment...
«Une telle plate-forme est essentielle pour faire communiquer sans fils tous les composants domotiques entre eux. La norme ip500...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication icon1. La communication – rapport annuel année 2016
«100 ans d’urbanisme – les chemins du siècle» a été transférée en format numérique sur le site internet dans sa version «légère»...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconTs (transport stream) correspond au protocole de communication visant...
«Input». Notons la présence de 5 autres onglets, «General», «Blu-ray», «Split & Cut», «Subtitles» et «About» que nous détaillerons...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconArchitecture de communication pour les applications multimedia interactives...
«cross ‐ layer» qui permet alors d'améliorer de façon significative la réactivité du système. Afin de faciliter l'intégration et...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconHall 25 (solutions pour l'industrie), le hall 11 (solutions pour...
«Au cours de ces dernières années, nous avons opéré une nouvelle évolution de nos soixante ans d'histoire», a poursuivi le directeur...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconMatière qui traite de la nature et de la structure microscopique...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconMatière qui traite de la nature et de la structure microscopique...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication iconAcquisition de systèmes pédagogiques pour la section sti2D du Lycée Mireille Grenet
«bonne matière» type abs, produite par extrusion thermoplastique de type fdm (dépôt de filament en fusion par ajout de matière),...

Les dernières modifications de la norme nf c 15-100 en matière de communication icon4Rapports 11
«déroger» à la norme et de désactiver la conception a priori basée sur les normes








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com