1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles








télécharger 13.11 Kb.
titre1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles
date de publication31.01.2018
taille13.11 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1.0.7. La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles


"La tâche s'avère particulièrement ardue puisqu'elle consiste à penser simultanément l'ordre et le désordre (…). Tout cela peut paraître terriblement abstrait, mais la sortie de l'impasse est sans doute à ce prix."

André Corboz, L'urbanisme du XXème siècle in Le territoire comme palimpseste et autres écrits
Optique
Tout d'abord, un mot à propos de l'optique avec laquelle nous souhaitons envisager ce séminaire.
Il existe une forte tendance au cloisonnement des disciplines. Ce cloisonnement disqualifie, à terme, toute entreprise analytique d'interprétation du réel. Dans les disciplines qui traitent de la terre et de sa modification, la conséquence la plus évidente du cloisonnement des disciplines est la projection de ce cloisonnement sur l'objet d'étude lui-même, le cloisonnement de la terre elle-même. Urbanistes, architectes, paysagistes, restaurateurs tendent aujourd'hui à se diviser la terre en autant de chasses gardées.
Il importe de considérer que les partages disciplinaires dont nous parlons, s'ils sont dignes d'une quelconque légitimité, fondent cette légitimité non pas sur cette tendance au morcellement de leur objet d'étude mais bien - tout au contraire - sur leur capacité à faire converger leurs multiples interprétations analytiques du réel dans la perspective d'un projet, d'un projet capable d'orienter et d'équilibrer - dans une perspective de félicité collective - l'ensemble des dimensions de l'expérience du séjour sur le terre.
Nous voudrions, à l'occasion de ce séminaire, inviter d'abord les enseignants à élargir leur champ de réflexion, les inviter à poser très généralement, et pour une fois hors de toute mission particulière, la question du rôle et ensuite des modalités de l'inscription de leur discipline à l'intérieur d'une pensée plus globale de l'aménagement du territoire, une pensée qu'ils ne partagent peut-être pas encore, que nous pourrions contribuer à faire émerger. Les enseignants des options urbanisme, paysage, critique et recherche, et conservation sont donc invités à envisager ici leur contribution non comme moment de résistance, ni comme moment de stricte affirmation disciplinaire, mais comme moment nécessaire à l'essor d'une pensée par laquelle nous pourrions reprendre conscience de l'enjeu commun à toutes nos disciplines. D'une pensée par laquelle restituer nos pratiques à la perspective d'un projet territorial.
Aire d'étude
On ne discutera pas dans le vague d'"éthique" de l'aménagement du territoire (parler d'éthique, c'est toujours plus ou moins reconnaître notre impuissance à inscrire l'éthique en actes). Nous proposons aux participants de se donner concrètement la possibilité de commencer à réfléchir ensemble à propos d'un territoire qui est - pour la plupart d'entre eux et parfois depuis longtemps - tout autant objet de leurs études que lieu de leur expérience quotidienne. Un territoire qui est, de plus, immédiatement à la portée de tous, enseignants et étudiants : ce territoire, c'est Bruxelles, tout simplement.
Questions à l'étude
Une bonne part de ce qui fait l'originalité du phénomène urbain bruxellois aujourd'hui, c'est sa complexité - tout le monde le répète. Une complexité qui se vérifie tant dans la diversité des mœurs de ceux qui y coexistent que dans la diversité de caractères des parties de son corps physique.
Diversité des mœurs et diversité de caractères des parties du corps physique de la ville sont souvent présentés indistinctement, comme si la diversité de la structure urbaine reflétait purement et simplement la diversité des usages actuels de la ville.
Cette assimilation qui fleure bon son "fonctionnalisme primaire" peut-elle servir de point ferme pour penser le projet de Bruxelles comme projet complexe ?
Pour approfondir cette question, nous chercherons à mettre en présence les apports des enseignants plus "spécialistes" de la vie urbaine et ceux des enseignants plus "spécialistes" du fait urbain.
Dans l'un et l'autre de ces deux grands champs d'investigation, nous chercherons à distinguer, par-delà la rhétorique de la complexité, les formes de la complexité, c'est-à-dire les modalités concrètes d'une complexité caractéristique de Bruxelles. Nous chercherons à comprendre comment cette complexité s'est modifiée dans le temps, et dans quel sens elle se modifie actuellement.
Arrivés à ce point, nous pourrons déterminer quels liens existent entre la complexité des moeurs bruxelloises et la complexité de la forme de son corps physique. Nous pourrons aussi peut-être commencer à penser le projet territorial de Bruxelles comme projet complexe à partir de bases plus distinctes.
Notre séminaire n'est donc ni strictement dédié à la vie urbaine ni strictement dédié au fait urbain. Il veut avant tout participer à reconstruire, au sein de notre enseignement, une pensée des liens entre formes de la vie et formes territoriales, c'est-à-dire à rouvrir la possibilité d'inscrire au cœur de nos recherches d'urbanistes, de paysagistes, de défenseurs du patrimoine, d'architectes, de sociologues, de sémiologues, etc., une considération sérieuse pour le territoire comme structure symbolique - comme élément d'un projet de vies communes.
Comment donc penser la complexité non seulement comme donnée de fait fascinante, sans l'instrumentaliser en pur désordre dans la prétention à l'installation d'une "éternelle loi de la jungle", mais comme dimension fondatrice d'un projet par lequel nous pourrions aujourd'hui ressaisir le territoire comme expérience symbolique, c'est-à-dire aussi le réinventer comme terrain de la redécouverte d'une expérience désormais presque impensable et pourtant si ardemment désirée - au delà de toutes les privations de nos vies séparées - l'expérience d'une félicité collective ?

similaire:

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconUne pédagogie dans, par et pour la complexité, pour préparer les...
«Bâties pour durer, les entreprises visionnaires ont-elles un secret ?» First 1996

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles icon1 10. Un paradigme territorial : le faubourg Le faubourg de Haren en projet
«prolifération incohérente de constructions» mais encore l’autre partie, issue des phases précédentes de l’élaboration du territoire,...

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconMention copyright obligatoire
«Olivier Messiaen» de la Fondation Guardini de Berlin. Le 18 juin 2008, IL reçoit le Prix de la Fondation de la Chasse et de la Nature...

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconSommaire
«nobles», s’observant de loin depuis leurs milieux respectifs. Ainsi, ce terme de «donjon» sous entendra pour les deux parties un...

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconMusique pour scientifiques et littéraires
«professionnel». À ce titre comme à d'autres, ce cycle proposera de penser la musique avec d'autres disciplines (mathématiques, poésie,...

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconVous trouverez dans cette correction deux propositions d’introduction...
«1519, année symbolique de la Renaissance» et «L’Eglise aux xve et xvie siècles»

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconCommissariat d’exposition : la fin de l’innocence
«système» et de son économie matérielle comme symbolique, promptes à asseoir la légitimité de la fonction

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles icon1 Un projet sur le domaine ferroviaire de Schaerbeek. L'architecture...

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconProjet – Le maire est à la fois le représentant de l’unité de la...

1 La complexité comme fondation symbolique du projet territorial. Un séminaire pour penser la transformation de Bruxelles iconConsigne donnée aux élèves p. 3 Portefeuille de documentation p. 3
«Bourse» du métro de Bruxelles. Docteur Honoris causa de l’Université libre de Bruxelles








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com