Première partie Le tigre blanc








télécharger 2.03 Mb.
titrePremière partie Le tigre blanc
page1/46
date de publication03.02.2018
taille2.03 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46



Louis Boussenard

Les Robinsons de la Guyanne



BeQ

Louis Boussenard

Les Robinsons de la Guyanne

roman

La Bibliothèque électronique du Québec

Collection À tous les vents

Volume 1083 : version 1.0


Du même auteur, à la Bibliothèque :
Le tour du monde d’un gamin de Paris

Aventures périlleuses de trois Français au Pays des Diamants

Le Défilé d’Enfer

Les Robinsons de la Guyanne

Édition de référence :

Paris, [s.n.].

Première partie



Le tigre blanc



I


Un orage sous l’équateur. – L’appel des forçats. – Trop de zèle ! – Aux armes ! – L’évasion. – Les « Meurt-de-faim ». – Les chasseurs d’hommes. – Il y a fagot et fagot. – Entre chiens. – La forêt vierge la nuit. – La proie et l’ombre. – Tigre moucheté et tigre blanc. – Mauvais coup de fusil, mais superbe coup de sabre. – Vengeance d’un noble cœur. – Le pardon. – Libre !...

Les arbres géants de la forêt équatoriale se tordaient sous la rafale. Le tonnerre grondait furieusement. Les éclats de la foudre, simultanément sonores ou étouffés, brefs ou prolongés, secs ou crépitants, bizarres parfois, terribles toujours, semblaient se confondre en une seule et interminable détonation.

Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, s’étalait, à perte de vue, au ras les cimes une immense nuée noirâtre, bordée d’une sinistre bande cuivrée. Des éclairs aveuglants, affectant toutes les formes et toutes les couleurs, mêlés dans une colossale fulguration, s’en échappaient comme d’un cratère renversé.

De ces vapeurs trop lourdes qu’un implacable soleil avait fait surgir d’insondables marais et de solitudes inexplorées, roulaient de véritables trombes. Ce que nous nommons en Europe des gouttes de pluie, semblait de larges coulées de métal en fusion, à travers lesquelles se reflétaient étrangement les éclairs.

Les feuilles tombaient, hachées comme par un ouragan de grêle, mieux encore, comme par des millions de jets de pompes à vapeur.

De temps en temps, un acajou énorme, l’orgueil de la forêt vierge, s’abattait lourdement ; une ébène verte, au tronc élevé de plus de quarante mètres, aussi dur que le fer, voltigeait comme une paille ; un cèdre séculaire, que quatre hommes n’eussent pu entourer de leurs bras, éclatait, ainsi qu’une planchette de sapin, un simaruba, un boco, ou un angélique, dont les cimes trouaient la nue, roulaient, fracassés les premiers.

Ces géants, reliés ensemble par d’inextricables lianes, et dont les maîtresses branches disparaissaient sous des orchidées, des broméliacées ou des aroïdées en pleine floraison, oscillaient, puis s’écroulaient sous la même poussée. Des milliers de pétales rouges coulaient à travers les herbes : on eut dit des gouttes de sang arrachées aux flancs des colosses foudroyés.

Les animaux affolés, se taisaient. Seule, mugissait la grande voix de l’ouragan, qui atteignait alors une invraisemblable intensité.

Cette formidable symphonie de la nature, qu’on eut dit orchestrée par le génie des tempêtes, et exécutée par un chœur de Titans, remplissait l’immense vallée du Maroni, le grand fleuve de la Guyane française.

La nuit s’était faite tout à coup, avec cette rapidité particulière aux zones équatoriales que le soleil éclaire sans aurore, et d’où il disparaît sans crépuscule.

Quiconque n’eût pas été familiarisé de longue date avec ces terribles convulsions, fût resté passablement étonné, à la vue d’une centaine d’hommes de tout âge, et de nationalités différentes, qui, debout, rangés sur quatre files, se venaient sous un vaste hangar, silencieux, impassibles, le chapeau à la main.

La toiture, en feuilles de « waïe », semblait à chaque instant près de s’envoler. Les poteaux en « grignon » tremblaient dans leurs alvéoles, les quatre falots, accrochés aux quatre angles paraissaient au moment de s’éteindre.

La physionomie des inconnus, Arabes, Indiens, Noirs ou Européens, conservait quand même cette impression de morne impassibilité.

Tous étaient pieds nus, vêtus d’un pantalon et d’une blouse de toile grise au dos de laquelle se voyaient deux grandes lettres noires séparées par une ancre, C. – P.

À travers les quatre files, circulait lentement un homme de taille moyenne, aux épaules démesurément larges, à la figure brutale, que coupait une grosse moustache brune, aux longues pointes cosmétiquées. Des yeux gris-bleu, sans regard, ou plutôt qui voyaient sans regarder, donnaient à cette physionomie une inquiétante expression de ruse et de duplicité.

L’homme, vêtu d’une vareuse de drap gros-bleu, au collet rabattu, entouré d’un galon d’argent, portait sur chacune de ses manches, deux galons également en argent. Un sabre-briquet, dans le ceinturon duquel était passé un pistolet d’arçon, lui battait les mollets. Il tenait enfin à la main un solide gourdin avec lequel il exécutait de temps à autre, d’un air satisfait, un moulinet, dont la correction indiquait une science approfondie de l’art du bâtonniste.

Il inventoriait, de la cime à la base, tout en s’éventant avec la visière de son képi, de la même étoffe que la vareuse, chacun des hommes qui répondait à l’appel de son nom.

Cet appel était fait par un homme vêtu du même uniforme, qui se tenait en avant du premier rang, et dont le physique formait avec celui de son compagnon un contraste frappant.

Ce dernier, grand, mince, bien bâti pourtant, était porteur d’une physionomie tout d’abord sympathique. Détail particulier : il n’avait pas de bâton. Il portait un petit carnet sur lequel étaient inscrits des noms.

Il appelait à haute voix, et s’interrompait souvent, tant était assourdissant, le bruit de la tempête.

– Abdallah !...

– Présent !...

– Mingrasamy !...

– Présent !... répondit d’une voix rauque un Hindou, qui grelottait, en dépit de la température suffocante.

– Encore un qui a la danse de Saint-Guy... grommela l’homme aux moustaches cirées... Ça prétend avoir la fièvre. Attends un peu... mon drôle... Je vais te faire danser avec mon éventail à bourrique !

– Simonin !...

– Présent !... articula faiblement un Européen à la face livide, aux joues creuses, et qui pouvait à peine se tenir debout.

– Mais réponds donc plus haut... animal.

Et le bruit sourd d’un coup de bâton résonna sur les épaules du pauvre diable, qui plia et poussa un hurlement de douleur.

– Là !... Je savais bien que la voix lui reviendrait... Le voilà qui chante maintenant comme un singe rouge.

– Romulus !...

– Présent !... cria d’une voix de stentor un nègre d’une taille colossale en montrant une double rangée de dents dont un crocodile eût été jaloux.

– Robin !...

Pas de réponse.

– Robin !..., répéta celui qui faisait l’appel.

– Mais réponds donc !... canaille, hurla le porteur du bâton.

Rien. Un vague murmure circula sur les quatre rangs.

– Silence !... tas de chiens... Le premier qui abandonne sa place ou qui dit un mot, je lui brûle la g..., termina-t-il en armant son pistolet.

Il y eut quelques secondes d’accalmie pendant lesquelles le tonnerre se tut.

– Aux armes !... Aux armes !... cria-t-on dans le lointain.

Puis un coup de feu...

– Mille millions de tonnerre !... nous sommes dans de jolis draps. Voilà bien sûr Robin évadé et c’est un politique ! Que je crève à l’instant, si je ne tire pas du coup mes trois mois de clou.

Le « déporté » Robin fut porté manquant, et l’appel se termina sans autre incident.

Nous disons déporté et non transporté ; la première de ces deux appellations étant réservée aux hommes accusés de délit politique, la seconde servant à désigner les criminels de droit commun. C’est, en somme, l’unique et platonique différence établie entre eux par ceux qui les ont expédiés dans cet enfer et ceux qui les gardent. Travaux identiques, nourriture, vêtements et régime analogues. Les déportés et les transportés, confondus dans une horrible promiscuité, reçoivent avec une égale surabondance jusqu’aux coups de trique du garde-chiourme Benoît, lequel n’a – on a pu le constater – de Benoît que le nom.

Nous sommes, avons-nous dit, en Guyane française, sur la rive droite du Maroni qui sépare notre colonie de la Guyane hollandaise.

La colonie pénitentiaire où se passe présentement – février 185... – le prologue du drame auquel nous allons assister, se nomme Saint-Laurent. Elle est de fondation toute récente. C’est une succursale de celle de Cayenne. Les forçats, encore peu nombreux, ne sont guère que cinq cents. Le lieu est malsain, les fièvres paludéennes y sont fréquentes, et les travaux de défrichement écrasants.

Le surveillant Benoît – c’est le nom qu’on donne maintenant aux anciens garde-chiourme des bagnes européens – accompagna sa brigade au casernement. Il avait l’oreille basse, le digne argousin, et la face déconfite d’un renard pris au piège. Son gourdin n’évoluait plus au bout de son poignet robuste. Les pointes de ses moustaches pendaient tristement sous l’averse, et la visière de son képi n’avait plus cette conquérante inclinaison à quarante-cinq degrés.

C’est que l’évadé était un « politique », un homme de haute intelligence, d’énergie et d’action. Sa fuite devait être désastreuse pour le gardien auquel la sollicitude du gouvernement l’avait confié.

Ah ! s’il eût été un vulgaire assassin, ou même un simple faussaire, Benoît s’en fut soucié comme d’un verre de tafia.

Les hommes, ravis de cet incident qui désespérait leur chef, dissimulaient mal la joie que leurs yeux reflétaient en dépit d’eux-mêmes. C’était, d’ailleurs, la seule protestation qu’ils pussent élever contre les actes de brutalité dont ce trop zélé serviteur se rendait coupable.

Ils s’allongèrent sur leurs hamacs, tendus entre deux madriers et s’endormirent bientôt de ce sommeil que procure, à défaut d’une conscience tranquille, un labeur écrasant.

Benoît, plus décontenancé que jamais, s’en alla, sans même se préoccuper de la pluie torrentielle et des hurlements de la foudre, rendre l’appel au commandant supérieur du pénitencier.

Celui-ci, déjà mis au courant de la situation par le coup de feu et l’appel aux armes de la sentinelle, prenait avec calme les mesures qu’il croyait nécessaires pour opérer les recherches.

Non pas qu’il espérât retrouver le fugitif, mais c’est la règle. Il comptait bien plutôt sur la faim, cet implacable ennemi de tout homme isolé dans l’interminable forêt. En effet, si les évasions étaient nombreuses, la famine ramenait invariablement tous ceux qu’avait entraînés le fol espoir de la liberté.

Trop heureux, quand, les entrailles tordues par la faim, ils pouvaient éviter la dent des reptiles, la griffe des fauves, ou l’aiguillon souvent mortel des insectes.

Quand il apprit pourtant le nom de l’évadé, le commandant, qui connaissait son énergie et qui avait su apprécier son caractère, sentit diminuer sa confiance.

– Il ne reviendra pas, murmura-t-il. C’est un homme perdu.

– Commandant, dit Benoît, espérant qu’un peu de zèle détournerait de sa tête la menace d’une juste punition, je vous le ramènerai mort ou vif... Je m’en charge. Il me le faut.

– « Mort » est de trop..., vous m’entendez, riposta sèchement le commandant, homme très équitable, très ferme aussi, et qui savait rendre compatibles ses terribles fonctions avec l’humanité.

« J’ai dû souvent refréner votre brutalité. J’ai formellement interdit les voies de fait... vous savez ce que je veux dire. Tenez-vous pour une dernière fois averti.

« Tâchez de ramener le fugitif, si vous voulez éviter le conseil de discipline, et vous en tenir aux huit jours de prison que je vous inflige à dater du moment de votre retour.

« Allez !... »

Le surveillant salua brusquement et partit en expectorant une série de jurons à faire rougir encore le ciel en feu.

– Oui, je le ramènerai, la canaille !... J’étais fou !... mort ou vif !... Halte-là. C’est bel et bien vivant qu’il me le faut. Une balle à travers les côtelettes... Allons donc, ce serait trop doux pour une pareille vermine. Je veux le tenir encore sous mon bâton... Et, sang Dieu, je veux qu’il y crève !

« Allons, au trot ! »

Le surveillant regagna la case que ses collègues habitaient en commun, empila quelques provisions dans un havresac, se munit d’une boussole, d’un sabre d’abatis, passa un fusil de chasse en bandoulière sur son épaule et s’apprêta à partir.

Il était à peine sept heures du soir. Depuis trois quarts d’heure environ l’évasion de Robin était signalée.

Benoît, qui était surveillant chef, commandait le poste ; il s’adjoignit trois autres surveillants, qui s’équipèrent sans mot dire.

– Voyons, Benoît, dit un de ceux qui restaient de garde, celui-là même qui faisait en même temps que lui l’appel, tu ne penses pas à partir par un tel temps et à pareille heure.

« Attends au moins la fin de l’orage. Robin ne peut être bien loin, et demain...

– Je fais ce qui me plaît, riposta-t-il brutalement, je commande seul ici et je ne te demande pas ton avis.

« Et d’ailleurs, mon animal va essayer de franchir le Maroni, afin de se réfugier chez les Arouagues ou les Galibis. Il va suivre la rive. Je vais le pincer avant qu’il ait pu construire un radeau.

« Pardieu ! Je devine son plan. C’est bête comme tout. D’autant plus que j’ai vu rôder avant hier quelques-uns de ces sales Peaux-Rouges près de l’abatis du Nord...

« Attendez un peu, mes gaillards, vous allez avoir prochainement de mes nouvelles.

« N’est-ce pas, Fagot, que nous allons leur parler du pays. »

À ce nom de Fagot, un chien barbet, à figure hargneuse, aux poils hérissés, aux pattes courtaudes, à l’œil intelligent, sortit en s’étirant de dessous une table grossièrement équarrie.

Fagot signifie « forçat » dans l’argot des bagnes, et Benoît avait trouvé ingénieux de donner ce nom au chien, qui partageait, à l’endroit des transportés, toute l’animadversion de son maître.

Phénomène assez original et pourtant facilement explicable, les chiens des forçats haïssent non seulement leurs congénères appartenant à des hommes libres, mais ils accueillent ces derniers par des aboiements significatifs.

Tel est le genre d’éducation que leur donnent leurs maîtres, telle est aussi l’intelligence de ces animaux de race indienne, aux oreilles droites, au museau pointu, à l’œil vif, à l’odorat infaillible, que le passage d’un blanc ou d’un noir libre, est toujours annoncé par eux.

Réciproquement aussi, les chiens des fonctionnaires éventent le forçat à d’incroyables distances, et signalent à qui de droit sa présence par des cris véritablement sauvages.

Bien plus, quand ces chiens de même race se rencontrent, il ne leur est pas besoin d’un temps bien long pour se reconnaître. Sans aucun de ces préliminaires habituels aux représentants de l’espèce canine, ils se précipitent l’un sur l’autre, ou plutôt, le chien libre attaque l’autre avec furie. Ce dernier, qui s’avançait, la queue basse, en rasant les buissons et les cases, avec l’allure familière à son maître, se retourne, une lutte terrible s’engage, et ce n’est pas toujours l’assaillant qui a le dessus.

Benoît, qu’un séjour assez long en Guyane avait familiarisé avec le pays, était devenu un excellent chercheur de pistes. Aidé de son compagnon à quatre pattes, il eût pu rivaliser avec les plus habiles « rastréadores » de la Plata.

Il emmena Fagot au casernement, décrocha le hamac du fugitif, le lui fit humer à plusieurs reprises en claquant de la langue, comme les chasseur.

– Cherche !... Fagot !... Cherche !... à moi !... à moi, mon chien !

L’animal flaira le tissu, aspira fortement l’air, frétilla de la queue, jappa, comme pour dire : « J’ai compris... » et s’élança au dehors.

– Fichu temps, et véritable temps d’évasion, grommela un des trois surveillants, trempé jusqu’aux os par l’averse, avant même d’avoir fait dix mètres ; du diable si nous allons jamais retrouver notre homme.

– Oui, renchérit un autre, il ne manquerait plus que de mettre le pied sur un serpent grage, ou de nous envaser dans une savane tremblante.

– Avec ça, dit le troisième, que son chien pourra sentir l’évadé... Il y a beau temps que la pluie a lavé toute trace et enlevé toute odeur. Robin ne pouvait véritablement mieux choisir son moment.

– Allons, vous autres, en avant ! Vous entendez, il ne s’agit pas de s’amuser à la moutarde. Dans un quart d’heure à peine, l’orage sera dissipé. La lune brillera, on y verra comme en plein jour ; suivons la rive du Maroni... et, au petit bonheur !

Les quatre hommes, précédés du chien, s’avancèrent sans bruit, en file indienne, dans un petit sentier à peine frayé au milieu des broussailles et qui devait s’étendre assez loin vers le haut du fleuve.

La chasse à l’homme était commencée.

Au moment où les forçats se rendaient sur deux rangs à l’appel, la sentinelle en faction près du bâtiment avait distinctement vu, à la lueur d’un éclair, un homme quitter les rangs et s’enfuir à toutes jambes.

Il n’y avait pas d’erreur possible. Le fugitif portait la lugubre livrée du bagne. Le soldat n’hésita pas. Les ordres étaient formels. Il arma précipitamment son fusil, et fit feu sans avoir même crié : « Qui vive ?... »

En dépit des fulgurations dont le flamboiement continu lui permettait de voir distinctement, il manqua son homme le plus naturellement du monde.

Celui-ci entendit siffler la balle, détala de plus belle et s’enfonça dans les broussailles. Il disparut au moment où les soldats du poste accouraient en armes.

Sans se préoccuper en aucune façon de la pluie, du vent et de la foudre, il s’avança en plein bois avec l’assurance d’un homme auquel sont familiers les moindres accidents de terrain. Il s’orienta à la lueur des éclairs, obliqua sur la gauche, en tournant le dos au pénitencier, et en laissant par conséquent le fleuve à sa droite.

Il suivait une imperceptible trace, précédemment ouverte dans l’épaisse muraille de verdure. Après une demi-heure de marche précipitée, il arriva à une vaste clairière jonchée d’arbres renversés par la main de l’homme, et dont les troncs épars étaient déjà en partie débités à la scie.

C’était un des chantiers exploités par la transportation. À quelques pas à peine de la zone défrichée s’élevait, à un mètre environ, un tronc énorme abattu à cette hauteur suivant l’habitude des pionniers guyanais.

Le fugitif s’arrêta près de ce tronc, le tâta, car les éclairs devenant plus rares, ses yeux ne pouvaient plus distinguer quelque signe de reconnaissance.

– C’est bien ici, dit-il à voix basse, en mettant la main sur un morceau de bois taillé en épieu et laissé là comme par mégarde.

Il saisit l’épieu, et opéra au pied du tronc mutilé une fouille rapide. La terre friable, et remuée sans doute peu de temps auparavant, s’excava rapidement. La pointe de bois, presque aussi dure que le fer, rencontra un corps résistant qui rendit un son métallique.

L’inconnu retira sans effort une de ces boîtes de fer-blanc dans lesquelles on enferme le biscuit de mer, et pouvant avoir quarante centimètres sur toutes ses faces.

Une liane longue et flexible en faisait plusieurs fois le tour, et laissait dépasser sur l’un des côtés deux larges boucles figurant assez bien les bretelles d’un havresac. Il l’assujettit sur ses épaules, retira du fond du trou un sabre d’abatis à poignée de bois cerclée de fils de laiton, à lame courte et légèrement recourbée, saisit son épieu de la main gauche et resta quelques minutes appuyé le long du tronc.

Puis, sa haute silhouette se redressa fièrement.

– Enfin ! dit-il. Je suis libre ! libre comme les fauves avec lesquels je vais habiter. À moi comme à eux les grands bois et leurs terribles solitudes !

« Mieux vaut le reptile qui enlace, le tigre qui déchire, le soleil qui affole, la fièvre qui ronge, la faim qui tue. Mieux vaut la mort sous tous ses aspects, que la vie du bagne. Enfer pour enfer, celui où je puis mourir libre n’est-il pas préférable !

« Qu’ils viennent donc maintenant me disputer ce lambeau de liberté ! termina-t-il avec un indescriptible accent d’implacable énergie. »

Le surveillant chef ne s’était pas trompé dans ses prévisions relatives à l’orage. Les convulsions de la nature équatoriale sont formidables, mais passagères. Une demi-heure ne s’était pas écoulée, que les nuages étaient envolés bien loin. La lune émergeait lentement de l’opaque rideau de frondaisons bordant le fleuve, son disque brillait d’un éclat inconnu dans les latitudes européennes et faisait scintiller les vagues encore agitées, ainsi que les feuilles emperlées des dernières gouttes de pluie. De place en place, un rayon bleuâtre, d’une douceur infinie, trouait l’épaisse voûte de feuillages, et glissait entre les troncs immenses, s’élançant d’un inextricable fouillis de feuilles et de fleurs, comme les colonnes d’une cathédrale sans fin.

L’évadé n’était pas insensible à ce réveil de la nature, mais le temps pressait. Il fallait, pour compléter son œuvre de libération, s’enfuir au plus vite, et mettre entre lui et ses ennemis une infranchissable barrière.

Il s’arracha brusquement à la muette contemplation qui avait, pendant quelques minutes, succédé à son monologue, prit une nouvelle orientation et se remit en marche.

Robin, depuis qu’il était au pénitencier du Maroni, avait vu s’accomplir plusieurs évasions. Aucune n’avait réussi. Ceux qui les avaient tentées avaient été repris par les surveillants, ou rendus par les autorités hollandaises, ou étaient morts de faim. Quelques-uns, préférant à cet épouvantable épilogue d’une tentative trop hasardeuse le régime du bagne, étaient revenus, agonisants, se constituer prisonniers.

Ils savaient que les conseils de guerre leur imposeraient fatalement de deux à cinq ans de double chaîne. Qu’importe ! ils revenaient quand même, tant est profondément invétéré chez l’homme l’amour de la vie, quelque misérable qu’elle pût être.

Pour notre héros, il avait jadis fait bon marché de son existence, qu’il avait sans hésiter consacrée au triomphe d’une idée ; peu lui importait la mort. Il éviterait avec soin la rencontre des Hollandais. C’était facile. Il n’avait qu’à rester sur la rive droite du fleuve. La faim, il était homme à la braver. Sa vigueur athlétique et son indomptable énergie lui permettraient de tenir longtemps. S’il succombait... Eh bien ! il ne serait pas le premier dont on retrouverait le squelette, nettoyé par les fourmis-manioc comme une pièce anatomique.

Et d’ailleurs, il ne voulait pas mourir. Oh ! non. Il était époux et père, ce vaillant que l’effroyable labeur du bagne n’avait pu abattre, que la misère n’avait pu dompter, dont la chiourme n’avait jamais fait baisser les yeux.

Il voulait vivre pour les siens. Et quand un homme de cette trempe dit : « Je veux ! » il peut.

Restait l’hypothèse d’une poursuite bien dirigée, et à laquelle les plus fins limiers du pénitencier ne manqueraient pas de consacrer toutes leurs facultés.

Eh bien ! soit. Puisqu’il était gibier, à lui de dépister les chasseurs. Il fallait d’abord, autant que possible, imprimer à leurs recherches une fausse direction.

– Ils sont déjà à mes trousses, dit-il à part lui. La pensée que je veux gagner les établissements hollandais va tout naturellement leur venir. Laissons leur cette illusion, ou plutôt entretenons-la chez eux.

« Construisons tout d’abord un radeau. »

Il dit, fit aussitôt volte-face et se dirigea séance tenante vers le fleuve dont il entendait gronder les eaux sur sa droite.

– Bon, dit-il, les Roches-Bleues sur lesquelles le flot se brise. À un kilomètre en amont, je trouverai mes matériaux.

Sans faire plus de bruit qu’un Peau-Rouge suivant le sentier de la guerre ou poursuivant un gibier, il piqua droit au rivage, dont il était séparé par trois quarts d’heure à peine de marche.

La réalisation de ce plan nécessitait une adresse et une audace incroyables. Robin se savait poursuivi. Il n’ignorait pas que ceux qui le cherchaient suivraient fatalement le Maroni, soit en amont, soit en aval de Saint-Laurent. De deux choses l’une : ou les chercheurs de piste auraient dépassé le point où il comptait fabriquer son radeau, ou ils ne l’auraient pas encore atteint. Dans le premier cas, il ne courait aucune inquiétude, dans le second, il saurait bien se tapir dans les herbes aquatiques et éviter le regard de ses ennemis, si perçant qu’il fût. Quant au séjour plus ou moins prolongé dans l’eau, en compagnie des requins d’eau douce, des « piraïes », des anguilles électriques ou des raies épineuses, il n’y pensait même pas. C’était pour lui de simples incidents.

Il ne put tout d’abord savoir laquelle de ses deux suppositions était réalisée. Mais comme il ne vit ni n’entendit rien de suspect au moment où il atteignit la berge, il mit sans tarder son projet à exécution. Aviser deux longues gaulettes de bois-canon, blanches et lisses comme des barres d’argent, les faucher de deux coups de revers fut pour lui l’affaire d’un moment.

Puis, il entra résolument dans l’eau et pénétra jusqu’aux aisselles dans un immense bosquet aquatique, composé d’une variété « d’arums », appelés ici « moucoumoucou », et qui croissaient à profusion dans le lit du fleuve. Ces plantes, terminées par un sphathe d’un beau vert, sont extrêmement légères, se coupent aussi facilement que la moelle de sureau, tout en possédant une écorce leur donnant une assez grande consistance.

Il choisit une trentaine de belles tiges longues de plus de deux mètres, les abattit sans bruit, en évitant tout contact avec la liqueur corrosive qui en découle, les entrecroisa aux deux bouts dans chacune de ses gaulettes de bois-canon, de façon à former une sorte de palissade analogue à celles qui servent de clôture aux jardins.

Il avait, de la sorte une plate-forme de deux mètres environ de côté, flottant admirablement, insuffisante à la vérité pour porter le poids d’un homme, mais devant parfaitement remplir le but qu’il se proposait.

Cela fait, il se dépouilla de sa blouse de toile, la bourra de feuilles, de façon à figurer tant bien que mal un homme accroupi, mit dans les bras de son mannequin une tige représentant une pagaye, et poussa son esquif hors du champ de verdure.

La marée, qui se fait sentir à plus de quatre-vingts kilomètres de l’embouchure de l’énorme cours d’eau, montait. Le radeau fut saisi par le courant, qui l’entraîna lentement en lui imprimant un léger mouvement giratoire, vers le côté d’amont, mais en l’éloignant peu à peu vers la rive hollandaise.

– C’est parfait, dit le fugitif. Je ne serais pas étonné que d’ici un quart d’heure au plus, mes gaillards, lâchant la proie pour l’ombre, ne se mettent à la poursuite de ce semblant d’embarcation.

Le fugitif, estimant alors que le meilleur procédé pour se cacher était, aussi bien en plein pays sauvage, que dans les villes, de suivre les voies fréquentées, prit sans plus de souci le petit chemin frayé, sur lequel devaient indubitablement marcher ceux qui étaient à sa poursuite.

Quant à pénétrer en plein bois, il n’y fallait pas penser. La forêt pouvait être un lieu de refuge, mais il était impossible à pareille heure de s’y frayer un passage.

Tout en avançant avec d’infinies précautions, et en faisant d’inimaginables efforts pour ne pas troubler le silence de la nuit, Robin s’arrêtait de temps en temps, et tâchait de percevoir un bruit étranger au multiple murmure s’échappant de cet océan de verdure.

Rien !... rien que le crépitement des dernières gouttes sur les feuilles miroitantes, que le mystérieux glissement des reptiles dans les herbes, que la marche silencieuse des insectes dans les tiges, ou l’imperceptible froufrou des ailes d’un oiseau mouillé.

Il marchait toujours sous les voûtes sombres à peine bleuies par la lune, à travers des essaims de mouches à feu, zébrant les ténèbres d’inoffensifs éclairs.

Il arriva bientôt à une crique large de près de cinquante mètres, et qui porte le nom de crique Balété. Il s’attendait effectivement à rencontrer ce cours d’eau, tributaire du Maroni, et qu’il fallait au plus vite interposer entre lui et ses ennemis.

Pour un nageur de sa force, franchir cette rivière, profonde de cinq mètres à son embouchure, n’était qu’un jeu.

Avant d’opérer sa traversée, il s’arrêta, reprit haleine, et inspecta le rivage avec plus d’attention que jamais. Bien lui en prit, car un chuchotement de voix qui lui parvint distinctement, tant est grande la sonorité des nuits équatoriales, le cloua net au sol :

– Mais si, je t’assure que c’est un radeau.

– Je ne vois rien.

– Tiens, là... en face... à cent mètres du rivage. Tu vois bien, cette tache noire. Il y a un homme dessus. Je l’aperçois distinctement.

– Tu as raison.

– Un radeau, un homme dessus. Oui. Mais il remonte.

– Parbleu, c’est le moment du montant. Il va être pris par un tourbillon et drossé à la côte hollandaise.

– Ah ! mais non. Pas de bêtises, nous ne nous sommes pas dérangés pour rien.

– Si je lui criais de rallier la côte ?

– Imbécile ! Ah ! si c’était un « fagot » de droit commun, je ne dis pas. La peur d’attraper un lingot de plomb, le ferait rappliquer. Mais un politique !... Jamais.

– Ça, c’est vrai. Robin surtout.

– Un rude homme, tout de même.

– Oui, mais un rude homme qu’il faut pincer.

– Si seulement Benoît était là !

– Ah ! bien oui. Benoît s’est emballé. Il a traversé la crique dans le bac, et maintenant il est au diable, en avant.

– Alors, feu sur le radeau !

– C’est dommage. Moi, je n’en ai jamais voulu à Robin, qui était bien le meilleur et le plus doux des hommes.

– Eh ! oui, c’est toujours comme ça. Pauvre diable ! Nous allons lui casser la figure, et ce sont les aïmaras qui le mangeront.

– Feu donc !...

Et trois sillons rapides de lumière blafarde surgirent simultanément. Trois détonations éclatèrent sourdement, faisant envoler effarés tout un clan de perroquets.

– Que nous sommes bêtes ! Nous usons nos cartouches pour rien, quand il y a un moyen si facile de crocher le radeau.

– Comment cela ?

– C’est tout simple. Le canot dont s’est servi Benoît pour franchir la crique est amarré de l’autre côté. Je vais me mettre à l’eau, saisir la liane qui relie les deux rives et sert au passage du bac, traverser la rivière, revenir vous prendre dans l’embarcation... puis nous recommencerons la chasse.

– ... Et nous la terminerons fructueusement.

Ce qui fut dit fut séance tenante accompli, et les trois hommes, pagayant avec fureur, descendirent la crique Balété et s’élancèrent sur le Maroni.

Robin, impassible, avait tout entendu. Décidément, la chance était pour lui. La pirogue était à peine disparue qu’il saisit à son tour la liane, la trancha d’un coup de sabre, et se mit à l’eau en l’empoignant d’une main.

L’amarre végétale, au bout de laquelle il flottait, sollicitée par le courant, décrivit le quart d’un cercle dont le centre était l’autre point d’attache, situé sur la rive opposée. Cette évolution s’accomplit sans bruit, sans fatigue surtout, et sans même troubler la surface de l’eau.

Dix minutes après, le fugitif était de l’autre côté. Sans commettre la même faute que les surveillants qui avaient laissé subsister ce moyen de communication, il coupa la liane, qui s’enfonça aussitôt.

– Ah ! se dit-il, c’est Benoît qui me poursuit, Benoît est en avant. Parfait. Jusqu’à présent, j’ai suivi les chasseurs. Cette manœuvre a parfaitement réussi. Continuons.

Tout en marchant, il tira de sa boîte de fer-blanc un biscuit qu’il grignota, avala ensuite une gorgée de tafia ; puis, réconforté par ce repas de Spartiate, il accéléra encore sa marche.

Les heures succédaient aux heures. La lune avait accompli sa course. Bientôt le soleil allait tordre sa rutilante chevelure. La forêt tout entière semblait s’éveiller.

Au roucoulement plaintif des « tocros », au nasonnement monotone des « agamis », au rire strident du « moqueur » se mêlèrent tout à coup les aboiements brefs et saccadés d’un chien qui empaume une voie.

– C’est un Indien qui chasse, ou le surveillant, pensa Robin. Mauvaise rencontre. Le Peau-Rouge voudra gagner la prime. Quant au surveillant !...

« Bah ! c’était prévu. J’en fais mon affaire. »

Le bois s’éclaircissait rapidement. Les arbres, de plus en plus élevés, mais plus rares, appartenaient aux familles qui préfèrent le voisinage des lieux humides. Les « pinots », dont la présence indique des marais desséchés, appelés pinotières, dressaient majestueusement leur panache vert tendre.

Robin allait déboucher dans la clairière, quand brusquement le jour se fit. Il n’eut que le temps de se jeter derrière un cèdre énorme, afin de ne pas être surpris par cette brutale invasion de l’air et de la lumière.

Les aboiements se rapprochaient. Le fugitif assura son épieu dans sa main, et attendit.

Une minute s’écoula, puis un gracieux animal, de la grosseur d’un chevreuil daguet, à la robe couleur cannelle, passa près de lui comme un trait de lumière.

C’était un « kariakou », le chevreuil de la Guyane.

Au même moment, et à moins de vingt mètres du point où se tenait Robin, eut lieu comme un subit écroulement d’une chose formidable. Cela quitta la maîtresse branche d’un « boco », et s’abattit, mais une dizaine de secondes trop tard, sur le kariakou, qui disparut.

C’était un jaguar énorme, qui, entendant un chien chasser, s’était mis à l’affût du gibier, dont il comptait bien faire son profit.

L’homme ne poussa pas un cri, ne donna aucun signe d’émotion, et resta immobile. Le monstre, à sa vue, eut comme un mouvement de recul. Mais, comme il était lancé avec l’irrésistible vitesse d’un projectile, il ne put arrêter son élan.

Surpris d’autre part à l’aspect de Robin, et intimidé peut-être par son attitude résolue, il bondit une seconde fois, passa trois mètres au-dessus de sa tête, et, s’accrochant des griffes au tronc le long duquel il était appuyé, s’aplatit sur une branche, l’œil en feu, les moustaches hérissées, le mufle plissé, en grondant sourdement.

Les yeux rivés à ceux du terrible félin, l’épieu à la main, les muscles tendus, l’homme attendait l’attaque. Un bruit de branches froissées lui fit un instant tourner la tête.

Il aperçut à cinq pas un canon de fusil braqué sur lui... Une voix furieuse lui envoyait en même temps ce brutal ultimatum :

– Rends-toi !... ou tu es mort !

Un sourire dédaigneux crispa sa lèvre en reconnaissant Benoît, le surveillant-chef. L’outrecuidance de cet argousin, qui employait des formules surannées de mélodrame, lui parut une chose bouffonne, surtout en présence du félin dont les dents craquaient, et qui pétrissait sous ses ongles ainsi que du papier, l’écorce dure comme du fer.

Il ramena ses yeux sur ceux du jaguar, lentement, à la façon d’un dompteur dont chaque mouvement est calculé, et en évitant ces soubresauts précurseurs d’une catastrophe.

L’animal, les paupières plissées, la pupille contractée en forme d’I, subissait use sorte d’influence magnétique.

Le surveillant, les deux bras emmanchés à son arme, dans la posture d’un Guillaume Tell enluminé à Épinal, était grotesque.

– Eh bien ! canaille... Tu ne réponds pas ?

On entendit un de ces miaulements énormes familiers aux tigres, et qui passant par leurs gorges ardentes se transforment en rugissements.

– Ah ! fit-il, plus surpris qu’effrayé. Deux pour un... Au plus pressé...

Benoît était brave, en somme ; et d’ailleurs, quel homme, bien armé, familiarisé avec le maniement du fusil, pourrait hésiter un seul moment, étant données surtout les circonstances présentes.

Il ajusta froidement le jaguar et fit feu. La charge, composée de chevrotines, frôla la joue de la bête, lui fracassa l’épaule, puis, glissant le long de sa robe tachetée, faucha le poil et troua la peau en traçant des sillons sanglants.

Blessure dangereuse, mortelle peut-être, mais insuffisante pour l’arrêter sur place.

Le surveillant en fit la triste expérience. À peine la détonation avait-elle éclaté, que l’animal s’élançait, en dépit de son horrible blessure, sur le malheureux chasseur et l’abattait sous le choc.

Benoît sentit sa chair frissonner sous la griffe, il lui sembla qu’un lambeau de lui-même s’en allait, arraché comme par un engrenage. Il vit devant ses yeux, à quelques centimètres, une énorme gueule béante, hérissée de crocs formidables.

Machinalement il y jeta en quelque sorte son fusil. Les mâchoires se refermèrent avec un bruit de cisailles sur la monture, qui fut broyée au ras des batteries, à la couche.

Il se sentit perdu et n’appela pas à l’aide. À quoi bon, d’ailleurs. Il ferma les yeux, attendant le coup mortel. Prompt comme la pensée, Robin, dont l’âme généreuse ignorait la haine, bondit à son tour.

Il saisit à pleine main la queue du jaguar, imprima une secousse brutale et tellement douloureuse, que celui-ci, plus furieux que jamais, tenta d’abandonner sa première victime afin de s’élancer sur l’être assez téméraire pour l’oser braver avec une pareille audace.

Mais il avait à faire à forte partie. Le déporté avait lâché son épieu, et sa main droite brandissait son sabre d’abatis. La lame, emmanchée à un bras de fer, retomba et trancha net le col de la bête, ce col aussi gros que celui d’un jeune taureau et tressé de muscles énormes. Deux longs jets de sang surgirent en pulsations rapides et jaillirent à deux mètres, s’épandant en pluie rouge et écumeuse.

Le surveillant gisait sur le sol, la cuisse ouverte jusqu’à l’os ; son fusil en deux morceaux lui était aussi inutile qu’un manche à balai.

La dépouille pantelante du fauve agité de convulsifs soubresauts le séparait de l’évadé.

Celui-ci essuyait froidement sur les herbes sa lame sanglante. On eût dit qu’il venait de faire une chose toute simple et qu’il n’avait aucunement conscience du tour de force qu’il venait d’accomplir.

Il y eût un long silence, interrompu seulement par la voix aiguë de Fagot, qui aboyait rageusement à distance respectueuse.

– Eh bien ! vas-y donc... C’est mon tour, dit enfin le surveillant... continue la besogne de l’autre.

Robin, les bras croisés, immobile comme une statue de pierre, ne répondait pas, ne semblait même pas entendre.

– Allons, pas tant de façons. Tue-moi et que ça finisse. À ta place, il y a longtemps que ça serait fait.

Pas un mot.

– Ah ! tu jouis de ton triomphe. L’autre a fait la moitié de l’ouvrage. Le tigre moucheté a été l’auxiliaire du tigre blanc !...1

« Parbleu, il m’a mis... dans un... joli état... J’y vois trouble... mon cœur s’en va... c’est fini... je suis... f... fichu. »

Le sang ruisselait en nappe de la plaie béante, le blessé, déjà sans connaissance, pouvait succomber à une rapide hémorragie.

Robin, qui, en égorgeant le jaguar, avait obéi à un mouvement spontané, inspiré en partie par l’instinct de la conservation, oublia les insultes et les coups.

Il ne se souvint plus de l’enfer du bagne dont Benoît personnifiait la féroce individualité. Plus de gourdin, plus de blasphèmes, plus de chiourme, plus d’embûches ni de poursuites. Il ne vit plus qu’un homme... un homme blessé qui allait mourir.

Il manquait des éléments nécessaires à un pansement. Son expérience allait lui en fournir aussitôt.

La « pinotière », ou savane desséchée, commençait à quelques mètres du lieu où ce drame venait de s’accomplir. Le déporté s’élança, écarta les herbes, et fouilla précipitamment l’épaisse couche d’humus, composée de détritus végétaux.

Il atteignit en quelques minutes un gisement d’argile grisâtre et poisseuse.

Il en fit une masse grosse comme la tête et l’apporta près du blessé toujours évanoui. Retirant alors une des manches de sa chemise, il la déchiqueta en menus morceaux, prépara une sorte de charpie grossière, qu’il imbiba de tafia et posa sur les lèvres de la plaie préalablement rapprochées.

Il prit ensuite un peu de terre glaise qu’il pétrit et appliqua couche par couche en enveloppant le membre blessé comme d’un manchon. Le sang, qui transsudait à travers le linge, ne put traverser cette couche imperméable.

Cela fait, Robin enveloppa l’appareil entier de grosses feuilles fraîches et les maintint solidement à l’aide de lianes.

L’horrible plaie s’étendant de la hanche au genou était réunie par première intention, et s’il ne survenait pas de fièvre traumatique, le blessé devait guérir aussi bien que s’il eût été pansé par le plus habile chirurgien.

Cette opération, accomplie avec une dextérité infinie, n’avait pas duré plus d’un quart d’heure. Le sang commençait à revenir aux pommettes livides de Benoît.

Il s’agita, respira longuement et murmura d’une voix sourde :

– À boire !

Robin cueillit une longue feuille de « waïe » la plia en cornet, courut la remplir au trou d’où il venait d’extraire la terre glaise et qu’une eau limpide commençait à envahir.

Il souleva la tête du blessé, qui but avidement et ouvrit enfin les yeux.

Dépeindre l’expression de stupeur que refléta son visage en reconnaissant le forçat, serait impossible. Puis, la brute se réveillant tout d’abord en lui, il essaya de se lever pour se mettre en état de défense, peut-être même pour attaquer.

Une horrible douleur le terrassa. La vue du cadavre du jaguar acheva de le rappeler à la réalité. Eh quoi ! c’était bien là Robin, cet homme qu’il poursuivait d’une haine aveugle, et qui, après l’avoir arraché aux griffes mortelles de l’animal, venait, dans un moment d’abnégation sublime, de panser sa plaie et d’étancher sa soif !

Tout autre se fut incliné devant un tel acte d’abnégation. Il eût parlé des exigences du devoir, de la consigne, il eut enfin tendu la main à l’homme et lui eût dit : Merci.

Benoît blasphéma !

– ... Eh ! bien, tu sais, tu es ce qu’on pourrait appeler un drôle de corps. Moi, à ta place, je n’en aurais fait ni une ni deux... Crac ! et puis, bonsoir. Plus de Benoît. C’eût été un bon moyen de me faire payer mes coups de trique avec les intérêts.

– Non ! dit froidement le déporté. La vie humaine est chose sacrée. Et d’ailleurs, n’y a-t-il pas mieux que la vengeance ?

– Et quoi donc, s’il te plaît ?

– Le pardon !...

– Connais pas... Dans tous les cas, je ne te dis pas : à charge de revanche, car j’espère bien te pincer un jour ou l’autre.

– Comme il vous plaira. J’ai rempli un simple devoir d’humanité. Si plus tard les hasards de la vie nous mettent face à face, je défendrai ma liberté.

« Je ne vous conseille pas d’y attenter.

« Un mot encore. Je ne vous demande pas de reconnaissance. Souvenez-vous seulement que s’il y a là-bas des hommes justement frappés par la loi, il en est d’autres qui sont innocents. N’abusez jamais de la force à l’égard des uns et des autres. Cette loi que vous représentez met dans l’impossibilité de nuire, mais elle ne martyrise pas.

« Adieu ! je vous pardonne tout le mal que vous m’avez fait.

– Au revoir ! Tu as eu tort, Robin, de me laisser en vie.

Le fugitif ne détourna même pas la tête. Il disparut dans l’épaisse forêt.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46

similaire:

Première partie Le tigre blanc iconSodome et Gomorrhe Première partie Première apparition des hommes-femmes,...

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie I le «Franklin»

Première partie Le tigre blanc iconRésumé Première partie

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie Combray

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie : Principes

Première partie Le tigre blanc iconPremière partie I un message mystérieux








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com