Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes








télécharger 0.67 Mb.
titreNote de l’éditeur Science et perception dans Descartes
page1/15
date de publication05.02.2018
taille0.67 Mb.
typeNote
ar.21-bal.com > loi > Note
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15



Simone Weil (1909-1943)
Philosophe française
(1966)

Sur la science

[Écrits publiés entre 1932 et 1942.]




Table des matières

Présentation du livre (Quatrième de couverture)

Note de l’éditeur
Science et perception dans Descartes
Introduction

Première partie

Deuxième partie

Conclusion
1932-1942
Lettre à un camarade

L'enseignement des mathématiques

Réponse à une lettre d'Alain

Lettre à un étudiant

La Science et nous

L'avenir de la science

Réflexions à propos de la théorie des quanta

Extraits de lettres et de brouillons de lettres à A. W. (Janvier-avril 1940)
I. Extrait de lettre

II. Extrait de lettre

II bis. Brouillon d'une partie de la lettre précédente

III. Extrait d'un brouillon de lettre

III bis. Variante d'une partie du texte précédent

III ter. Autre variante du même texte
Extraits de lettres à A. W. (Marseille, 1941-1942)
Fragments (Sciences)
Rêverie à propos de la science grecque

À propos de la mécanique ondulatoire

Fragment

Du Fondement d'une science nouvelle

Du Fondement d'une science nouvelle (variante)


Sur la science

[Écrits publiés entre 1932 et 1942.]
Présentation du livre

(Quatrième de couverture)

Retour à la table des matières
ESPOIR
Ce premier volume d'essais, lettres et fragments, inédits de Simone Weil, est tout entier orienté vers les mathématiques et la science.
Voici la succession des chapitres : Science et perception dans Descartes - Lettre à un camarade - Lettre à X - L'enseignement des mathématiques - Réflexion à propos de la théorie des quanta : L'avenir de la science. À propos de la mécanique ondulatoire - Fragments (Sciences) : Du fondement d'une science nouvelle. Rêverie à propos de la science grecque. Comment les Grecs ont créé la science - Extraits de lettres et de brouillons de lettres à A.W, - La science et nous.

Sur la science

[Écrits publiés entre 1932 et 1942.]
Note de l’éditeur
Retour à la table des matières
Ce premier volume des Essais, lettres et fragments contient des écrits de Simone Weil qui se rapportent plus spécialement aux sciences.
On y trouvera d'abord sa thèse de diplôme d'études supérieures, écrite en 1929-1930 et intitulée : Science et perception dans Descartes.
Les deux textes suivants, une ébauche de lettre et une ébauche d'article, ont été retrouvés parmi ses papiers. Ils concernent l'un et l'autre l'enseignement historique des sciences, particulièrement des mathématiques. Le contenu de ces deux textes montre qu'ils furent écrits en 1932, quand elle était professeur au Puy, ou pendant les vacances d'été qui ont suivi cette première année d'enseignement.
On trouvera ensuite une autre ébauche de lettre, également retrouvée parmi les papiers de Simone Weil. C'est probablement l'esquisse d'une réponse à une lettre d'Alain, comme on le voit par le passage où sont mentionnés les Entretiens au bord de la mer et par celui où il est question d'un plan de travail. Alain avait écrit à Simone Weil, en janvier 1935, après avoir lu les Réflexions sur les causes de la liberté et de l'oppression sociale, une lettre où il lui disait entre autres : « Pourrez~vous former un plan de travail ? » Un large extrait de cette lettre d'Alain est cité dans la « Note de l'éditeur » qui se trouve en tête du recueil Oppression et liberté (Gallimard, 1955).
Le fragment suivant est tiré d'une lettre écrite te un étudiant en 1937.
Vient ensuite un texte long et important, intitulé La Science et nous. Il fut écrit à Marseille, dans les premiers mois de1941, comme le montre un passage d'une lettre de Simone Weil à un ami, datée du 30 mai 1941« J'ai commencé un long travail sur la science contemporaine, classique (de la Renaissance plus de trente grandes pages j’ai été interrompue par d'autres préoccupations. »
L'article concernant l'ouvrage collectif L'Avenir de la science a été publié à Marseille, dans les Cahiers du Sud, no 245, avril 1942, sous le pseudonyme anagrammatique d'Émile Novis. Il ne peut être antérieur à novembre 1941, l'impression de l'Avenir de la science n'ayant été achevée que le 28 octobre 1941.
Il est suivi d'un autre article, Réflexions à propos de la théorie des quanta, qui fut publié dans la même revue, no 51, décembre 1942, sous le même pseudonyme. Il concerne le livre de Max Planck, Initiations à la physique, qui avait paru en traduction française en février 1941.
Des passages concernant les sciences ont été extraits des lettres et des brouillons de lettres de Simone Weil à son frère André Weil. Ces textes ont été écrits, les uns à Paris, de janvier à avril 1940, les autres à Marseille, en 1941-1542.
On a groupé à la fin plusieurs fragments de date incertaine : Rêverie à propos de la science grecque, À propos de la mécanique ondulatoire, un fragment sans titre et Du Fondement d'une science nouvelle. Les pages intitulées Rêverie à propos de la science grecque sont parallèles à certaines pages de La Science et nous, dont elles constituent une variante.

Sur la science

[Écrits publiés entre 1932 et 1942.]
Science et perception
dans Descartes
(1929-1930)

 1

Introduction


Retour à la table des matières
L'humanité a commencé, comme chaque homme commence, par ne posséder aucune connaissance, hors la conscience de soi et la perception du monde. Cela lui suffisait, comme cela suffit encore aux peuples sauvages, ou, parmi nous, aux travailleurs ignorants, pour savoir se diriger dans la nature et parmi les hommes autant qu'il était nécessaire pour vivre. Pourquoi désirer plus ? Il semble que l'humanité n'aurait jamais dû sortir de cette heureuse ignorance, ni, pour citer Jean-Jacques, se dépraver au point de se mettre à méditer. Mais cette ignorance, c'est un fait qu'autant : que nous pouvons savoir jamais l'humanité n'a eu proprement à en sortir, car jamais elle ne s'y est renfermée. Ce qui explique que la recherche de la vérité ait pu et puisse présenter quelque intérêt, c'est que l'homme commence, non pas par l'ignorance, mais par l'erreur. C'est ainsi que les hommes, bornés à l'interprétation immédiate des sensations, ne s'en sont jamais contentés ; toujours ils ont pressenti une connaissance plus haute, plus sûre, privilège de quelques initiés. Ils ont cru que la pensée errante, livrée aux impressions des sens et des passions, n'était pas la pensée véritable ; ils ont cru trouver la pensée supérieure en quelques hommes qui leur semblèrent divins, et dont ils firent leurs prêtres et leurs rois. Mais n'ayant aucune idée de ce que pouvait être cette manière de penser supérieure à la leur, comme en effet ils n'auraient pu la concevoir que s'ils l'avaient possédée, ils divinisèrent en leurs prêtres, sous le nom de religion, les plus fantastiques croyances. Ainsi ce juste pressentiment d'une connaissance plus sûre et plus élevée que celle qui dépend des sens fit qu'ils renoncèrent chacun à soi, se soumirent à une autorité, et reconnurent pour supérieurs ceux qui n'avaient d'autre avantage sur eux que de remplacer une pensée incertaine par une pensée folle.
Ce fut le plus grand moment de l'histoire, comme c'est un grand moment dans chaque vie, que l'apparition du géomètre Thalès, qui renaît pour chaque génération d'écoliers. L'humanité n'avait fait jusque-là qu'éprouver et conjecturer ; du moment où Thalès, étant resté, selon la parole de Hugo, quatre ans immobile, inventa la géométrie, elle sut. Cette révolution, la première des révolutions, la seule, détruisit l'empire des prêtres. Mais comment le détruisit-elle ? Que nous a-t-elle apporté à la place ? Nous a-t-elle donné cet autre monde, ce royaume de la pensée véritable, que les hommes ont toujours pressenti à travers tant de superstitions insensées ? A-t-elle remplacé les prêtres tyranniques, qui régnaient au moyen des prestiges de la religion, par de vrais prêtres, exerçant une autorité légitime parce qu'ils ont véritablement entrée dans le monde intelligible ? Devons-nous nous soumettre aveuglément à ces savants qui voient pour nous, comme nous nous soumettions aveuglément à des prêtres eux-mêmes aveugles, si le manque de talent ou de loisir nous empêche d'entrer dans leurs rangs ? Ou cette révolution a-t-elle au contraire remplacé l'inégalité par l'égalité, en nous apprenant que le royaume de la pensée pure est le monde sensible lui-même, que cette connaissance quasi divine qu'ont pressentie les religions n'est qu'une chimère, ou plutôt qu'elle n'est autre que la pensée commune ? Rien n'est plus difficile, et en même temps rien n'est plus important à savoir pour tout homme. Car il ne s'agit de rien de moins que de savoir si je dois soumettre la conduite de ma vie à l'autorité des savants, ou aux seules lumières de ma propre raison ; ou plutôt, car cette question-là, ce n'est qu'à moi qu'il appartient de la décider, si la science m'apportera la liberté, ou des chaînes légitimes. C'est ce que le miracle géométrique, considéré en sa source, permet difficilement de dire. La légende veut que Thalès ait trouvé le théorème fondamental de la mathématique en comparant, pour mesurer les pyramides, le rapport des pyramides à l'ombre des pyramides, de l'homme à l'ombre de l'homme. Ici la science semblerait n'être qu'une perception plus attentive. Mais ce n'est pas ainsi qu'en ont jugé les Grecs. Platon sut bien dire que, si le géomètre s'aide de figures, ces figures ne sont pourtant pas l'objet de la géométrie, mais seulement l'occasion de raisonner sur la droite en soi, le triangle en soi, le cercle en soi. Comme ivres de géométrie, les philosophes de cette école rabattirent, par opposition à cet univers des idées dont un miracle leur donnait l'entrée, l'ensemble des perceptions à un tissu d'apparences, et défendirent la recherche de la sagesse à quiconque n'était pas géomètre. La science grecque nous laisse donc incertains. Aussi bien vaut-il mieux consulter la science moderne ; car, si l'on excepte une astronomie assez rudimentaire, c'est à la science moderne qu'il a été réservé d'amener la découverte de Thalès, par la physique, sur le terrain où elle rivalise avec la perception, autrement dit jusqu'au monde sensible.
Ici il n'y a plus aucune incertitude ; c'est bien un autre domaine de la pensée que nous apporte la science. Thalès lui-même, s'il ressuscitait pour voir jusqu'où les hommes ont mené ses réflexions, se sentirait, en comparaison de nos savants, un fils de la terre. Veut-il feuilleter un livre d'astronomie ? Il n'y sera pour ainsi dire pas question d'astres. Ce dont parlera le moins un traité de la capillarité ou de la chaleur, c'est de tubes étroits et de liquides, ou de la question de savoir ce qu'est la chaleur ou par quel moyen elle se propage. Ceux qui veulent donner un modèle mécanique des phénomènes physiques, comme les premiers astronomes ont représenté par des machines le cours des astres, sont à présent méprisés. Thalès, dans nos livres concernant la nature, espérerait trouver, à défaut des choses ou des modèles mécaniques qui les imitent, des figures géométriques ; il serait encore déçu. Il croirait son invention oubliée, il ne verrait pas qu'elle est reine, mais sous forme d'algèbre. La science, qui était au temps des Grecs la science des nombres, des figures et des machines, ne semble plus consister qu'en la science des purs rapports. La pensée commune sur laquelle il semble que Thalès, s'il ne s'y bornait pas, du moins s'appuyait, est à présent clairement méprisée. Les notions de sens commun, telles que l'espace à trois dimensions, les postulats de la géométrie euclidienne, sont laissées de côté ; certaines théories ne craignent même pas de parler d'espace courbe, ou d'assimiler une vitesse mesurable à une vitesse infinie. Les spéculations concernant la nature de la matière se donnent libre cours, essayant d'interpréter tel ou tel résultat de notre physique sans s'inquiéter le moins du monde de ce que peut être pour les hommes du commun cette matière qu'ils sentent sous leurs mains. Bref tout ce qui est intuition est banni par les savants autant qu'il leur est possible, ils n'admettent plus dans la science que la forme abstraite du raisonnement, exprimée dans un langage convenable au moyen des signes algébriques. Comme le raisonnement ne se produit au contraire chez le vulgaire qu'étroitement lié à l'intuition, un abîme sépare le savant de l'ignorant. Les savants ont donc bien succédé aux prêtres des anciennes théocraties, avec cette différence qu'une domination usurpée est remplacée par une autorité légitime.
Sans se révolter contre cette autorité, on peut cependant l'examiner. L'on remarque aussitôt des contradictions surprenantes. Voyons, par exemple, quelles sont les conséquences de cet empire absolu exercé par la plus abstraite mathématique sur la science. La science s'est purifiée de ce qu'elle avait d'intuitif, nous l'avons remarqué, jusqu'à ne plus concerner que des combinaisons de purs rapports. Mais il faut bien que ces rapports aient un contenu, et où le trouver, sinon dans l'expérience ? Aussi la physique ne fait-elle autre chose que d'exprimer, par des signes convenables, les rapports qui se trouvent entre les données de l'expérience. Autrement dit la physique peut être considérée comme consistant essentiellement en une expression mathématique des faits. Au lieu d'être reine de la science, la mathématique n'est plus qu'un langage ; à force de dominer, elle est réduite à un rôle servile. C'est pourquoi Poincaré a pu dire, par exemple, que les géométries euclidienne et non euclidienne ne différent que comme un système de mesure d'un autre. « Que doit-on penser, dit-il dans La Science et l'Hypothèse, de cette question : la géométrie euclidienne est-elle vraie ? Elle n'a aucun sens. Autant demander si le système métrique est vrai et si les anciennes mesures sont fausses ; si les coordonnées cartésiennes sont vraies et si les coordonnées polaires sont fausses. Une géométrie ne peut être plus vraie qu'une autre, elle peut seulement être plus commode. » Ainsi, selon le témoignage du plus grand mathématicien de notre siècle, la mathématique n'est qu'un langage commode. Elle joue toujours, sous une forme ou sous une autre, le même rôle que nous lui voyons jouer dans les lois élémentaires de la physique, représentées par des courbes. L'expérience donne les points qui, sur le papier, représentent les mesures réellement faites ; le mathématicien fournit seulement la courbe la plus simple qui comprenne tous ces points, de manière que les diverses expériences puissent être ramenées à une seule loi. Et c'est ce qu'a aussi reconnu Poincaré. « Toutes les lois, dit-il dans La Valeur de la Science, sont tirées de l'expérience ; mais pour les énoncer, il faut une langue spéciale... Les mathématiques fournissent au physicien la seule langue qu'il puisse parler. » À cette fonction, et à celle d'indiquer au physicien des analogies entre les phénomènes par la ressemblance des formules qui les expriment, se borne, selon Poincaré, le rôle de l'analyse. C'est au point qu'à en croire ceux qui sont compétents en la matière, les savants sont arrivés à traduire l'expérience par des équations différentielles qu'ils se trouvent incapables de rapporter à l'énergie ou à la force, ou à l'espace, ou à n'importe quelle notion proprement physique. Ainsi cette science qui méprisait superbement l'intuition se trouve ramenée à traduire l'expérience dans le langage le plus général possible. Une autre contradiction concerne le rapport de la science et des applications. Les savants modernes, considérant, comme, semble-t-il, il leur convient de le faire, la connaissance comme le plus noble but qu'ils puissent se proposer, refusent de méditer en vue des applications industrielles, et proclament bien haut, avec Poincaré, que, s'il ne peut y avoir de Science pour la Science, il ne saurait y avoir de Science. Mais c'est à quoi semble mal convenir cette autre idée, que la question de savoir si telle théorie scientifique est vraie n'a aucun sens, et qu'elle n'est que plus ou moins commode. Au reste, la distance qui semblait se trouver entre le savant et l'ignorant se réduit ainsi à une différence de degré, car la science se trouve être, non plus vraie, mais plus commode que la perception.
Ces contradictions ne sont-elles insolubles qu'en apparence ? Ou sont-elles un signe que les savants, en séparant comme ils font la pensée scientifique de la pensée commune, se règlent sur leurs propres préjugés plutôt que sur la nature de la science ? Le meilleur moyen de le savoir est de prendre la science à sa source et de chercher selon quels principes elle s'est constituée ; mais plutôt qu'à Thalès, c'est, pour les raisons données plus haut, à l'origine de la science moderne qu'il nous faut remonter, à la double révolution par laquelle la physique est devenue une application de la mathématique et la géométrie est devenue algèbre, autrement dit à Descartes.

Première partie

Retour à la table des matières
S'il a pu y avoir pour nous incertitude touchant la question de savoir si, dans sa source même, la science a comme substitué au monde sensible un monde intelligible, cette incertitude ne semble pas devoir être longue à dissiper. Car si nous ouvrons les
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconLa monadologie
«Vie de Leibnitz», d’une «Philosophie de Leibnitz», d’une «Notice sur la Monadologie» et d' «éclaircissements» d’E. Boutroux. Elle...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconEt construction de l'unité européenne
«Si la science n'a pas de patrie, l'homme de science en a une» témoigne du poids de l'environnement socio-politique sur les comportements...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconInflue-illicom annonce la version 1 de TradeXpress Enterprise
«Note de version – TradeXpress Enterprise 1» et «bugfixes» sont disponibles auprès de l’éditeur pour plus d’information

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconComment comprenez-vous les épithètes homériques ?
«Hermès l’éblouissant» ou l’ «endurant Ulysse». Que faut-il penser de ces épithètes, quelles places occupent-elles et quelle fonction...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconChapitre 1: generalites sur le concept informatique
«informatique» et «ordinatique» qui désigne science de l’ordinateur, et le mot fut choisi par l'Académie française en 1967 pour désigner...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconCentre d’Histoire du Christianisme
«Au début la foi, au terme la vision. Voilà toute notre doctrine en abrégé», écrit St Augustin en introduction à son ouvrage (note...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconBmw group Corporate Communications
«matériaux», lumière, chaleur et eau comme des éléments essentiels pour l’homme dans sa perception de sa relation à la nature, à...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconDans l’ombre, la main du préfet
«être et avoir», et avoir été sans jamais avoir existé, se limite à la philosophie des squelettes. «Hegel, Diderot, Leibniz, Voltaire,...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconDans l’ombre, la main du préfet
«être et avoir», et avoir été sans jamais avoir existé, se limite à la philosophie des squelettes. «Hegel, Diderot, Leibniz, Voltaire,...

Note de l’éditeur Science et perception dans Descartes iconNote dans ses cours, que la nature fait un grand usage de l’électricité...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com