La grande enigme dieu & L’univers au lecteur








télécharger 433.62 Kb.
titreLa grande enigme dieu & L’univers au lecteur
page19/19
date de publication07.02.2018
taille433.62 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   19

N°6. Sur le rôle des médiums dans les manifestations.




Dans l’Écho du Merveilleux d’octobre 1910, M. Jules Bois émet la proposition suivante : « La nécessité constante d’un médium et cette loi que le fait métapsychique résulte de lui, s’accomplit en lui et par lui. »

M. Jules Bois n’exclut pas l’intervention possible de causes plus profondes, mais que ce soit auto-suggestion, suggestion ou intervention de forces étrangères, toujours, à son avis, le véhicule est l’être humain vivant.

Cette proposition, pour être exacte en bien des cas, ne doit pas être généralisée. Le professeur Lombroso, après une minutieuse enquête sur les phénomènes de hantise, a dit (voir Annales des Sciences psychiques, février 1908) :

« Dans les maisons hantées, où l’on voit se mouvoir tout à coup, vertigineusement, des bouteilles, des tables, des chaises, etc., personne ne voudra parler d’influences de médium ; puisqu’il s’agit souvent de maisons inhabitées, où ces phénomènes se produisent parfois pendant plusieurs générations. »

Comme MM. Jules Bois et G. Lebon, Lombroso avait longtemps cherché la cause des phénomènes spirites dans le médium lui-même et attribuait ces manifestations à l’action des forces émanées du sujet.

Mais un grand nombre de faits observés par lui au cours de nouvelles expériences vinrent infirmer cette hypothèse et en démontrer l’insuffisance...

Ce fut d’abord la simultanéité de certains phénomènes au cours des séances : il n’était pas possible d’admettre que la force psychique du médium puisse non seulement se transformer à la fois et au même instant en force motrice et en force sensorielle, mais encore agir en même temps en plusieurs directions différentes et pour des buts distincts.

Il y a ensuite des faits qui se produisent contre la volonté du médium, contre la volonté des assistants et môme contre celle de l’entité qui opère... Il peut donc intervenir dans les phénomènes spirites une volonté qui ne trouve son origine dans aucun des organismes humains réunis dans la salle...

Dans le phénomène de la trance, on voit se manifester des énergies motrices et intelligentes qui sont étrangères, supérieures et disproportionnées à celles du médium.

La lévitation complète du médium, par exemple, ne peut être expliquée par l’action d’une force provenant du sujet même qui s’élève au-dessus du sol. Le centre de gravité d’un corps, en effet, ne peut se déplacer dans l’espace, si une force externe n’agit pas sur ce corps.

Voici ce que dit à ce sujet le docteur Venzano (voir Annales des Sciences psychiques, 1er février 1908).

« Dans une séance à Milan, lorsque Eusapia était au plus fort de sa trance, nous vîmes apparaître, à droite, moi et ceux qui m’avoisinaient, une forme de femme bien chère, qui me dit une parole confuse : « Trésor », me sembla-t-il. Au centre se trouvait Eusapia endormie près de moi, et, au-dessus, le rideau se gonfla plusieurs fois ; en même temps, à gauche, une table s’agitait dans le cabinet et, de là, un petit objet était transporté sur la table du milieu.

« A Gênes, le docteur Imoda observa que, tandis qu’un fantôme ôtait de la main et redonnait une plume à M. Becker, un autre fantôme s’appuyait sur lui, Imoda. »

« Une autre fois, tandis que j’étais caressé par un fantôme, la princesse Ruspoli se sentait toucher la tête par une main, et Imoda sentait serrer avec force sa main par une autre main. »

On ne peut croire que la force psychique d’un médium puisse agir en même temps en trois directions différentes. Comment concentrer une action assez forte pour obtenir des phénomènes plastiques sur trois points séparés ?

La même observation s’applique aux phénomènes d’écriture directe. Un jour, à Orange, en plein midi, au cœur de l’été, alors qu’au dehors toute vie semblait suspendue et qu’on n’entendait que le chant des cigales et les plaintes du vent, j’étais amis près d’une table, chez un de mes amis, marchand de nouveautés, avec deux autres personnes, occupées à écrire et penchées sur leur travail. Je vis descendre dans le vide, au-dessus de ma tête, un lambeau de papier qui semblait sortir du plafond et vint lentement s’abattre dans mon chapeau placé sur la table, près de moi.

Deux lignes d’une fine écriture, deux vers y étaient tracés. Ils contenaient un avertissement, une prédiction me concernant et qui s’est réalisée depuis. Je suis convaincu que les deux personnes présentes n’étaient pour rien dans ce phénomène, qu’on ne saurait expliquer par la suggestion ni la subconscience.

Fidèle à la méthode expérimentale, je présenterai encore quelques faits établissant la réalité d’interventions étrangères et fournissant des indications sur leur nature et leur identité. Les faits, en effet, me semblent beaucoup plus éloquents que tous les commentaires.

Voici la reproduction d’un procès-verbal que j’ai entre les mains :

« Le 13 janvier 1899, douze personnes s’étaient réunies chez M. David, place des Corps-Saints, 9, à Avignon, pour leur séance hebdomadaire de spiritisme.

« Après un moment de recueillement, on vit le médium, Mme Gallas, en état de trance, se tourner du côté de M. l’abbé Grimaud et lui parler dans le langage des signes employés par certains sourds-muets. Sa volubilité mimique était telle que l’esprit fut prié de se communiquer plus lentement, ce qu’il fit aussitôt. Par une précaution dont on appréciera l’importance, M. l’abbé Grimaud ne fit qu’énoncer les lettres à mesure de leur transmission par le médium. Comme chaque lettre isolée ne signifie rien, il était impossible, alors même qu’on l’eût voulu, d’interpréter la pensée de l’esprit ; et c’est seulement à la fin de la communication qu’elle a été connue, la lecture en ayant été faite par l’un des deux membres du groupe chargé de transcrire les caractères.

« De plus, le médium a employé une double méthode : celle qui énonce toutes les lettres d’un mot, pour en indiquer l’orthographe, seule forme sensible pour les yeux, et celle qui énonce l’articulation, sans tenir compte de la forme graphique, méthode dont M. Fourcade est l’inventeur et qui est en usage seulement dans l’institution des sourds-muets d’Avignon. Ces détails sont fournis par l’abbé Grimaud, directeur et fondateur de l’établissement.

« La communication, relative à l’œuvre de haute philanthropie à laquelle s’est voué l’abbé Grimaud, était signée : Frère Fourcade, décédé à Caen. Aucun des assistants, à l’exception du vénérable ecclésiastique, n’a connu, ni pu connaître l’auteur de cette communication, bien qu’il eût passé quelque temps à Avignon, il y a trente ans, ni sa méthode. »

Ont signé : les membres du groupe ayant assisté à cette séance : Toursier, directeur de la Banque de France en retraite ; Roussel, chef de musique du 58è ; Domenach, lieutenant au 58è ; David, négociant ; Brémond, Canuel, Mmes Toursier, Roussel, David et Brémond.

Au procès-verbal est jointe l’attestation suivante : « Je soussigné, Grimaud, prêtre, directeur fondateur de l’institution des infirmes de la parole, sourds-muets, bègues et enfants anormaux, à Avignon, certifie l’exactitude absolue de tout ce qui est rapporté ci-dessus. Je dois à la vérité de dire que j’étais loin de m’attendre à une pareille manifestation, dont je comprends toute l’importance, au point de vue de la réalité du spiritisme, dont je suis un adepte fervent, je ne fais aucune difficulté de le déclarer publiquement. »

Avignon, le 17 avril 1899.

Signé : Grimaud, prêtre.
A citer, en outre, l’apparition photographiée d’un Boer relatée par W. Stead, le grand publiciste anglais. Ce Boer, nommé Piet Botha, était absolument inconnu de lui et fut reconnu plus tard par plusieurs délégués du Sud-Africain, venus en Angleterre (voir Revue du 15 janvier 1909).

Ajoutons les faits suivants : le cas de Blanche Abercrombie, cité par Myers dans Human Personality et qui ne peut s’expliquer ni par la suggestion, ni par la subconscience ; il en est de même du cas relaté par le docteur Funch (Annales du 7 janvier 1907) et du cas Evangélidès, message obtenu d’un défunt dont personne dans l’assistance ne connaissait le décès, par Miss Laura, fille du grand juge Edmonds, en langue grecque moderne, inconnue du médium (Annales des Sciences psychiques, juin 1907) ; le cas d’écriture directe du docteur Roman Uricz, médecin en chef de l’hôpital de Bialy-Kamien, relaté avec détails dans mon livre Christianisme et Spiritisme, nouvelle édition, p. 269.
TABLE DES MATIERES


LA 1

Au lecteur 2

PREMIERE PARTIE 4

4

DIEU ET L’UNIVERS 4

I. La grande énigme 4

II. Unité substantielle de l’Univers. 10

III. Solidarité ; Communion Universelle. 14

IV. Les harmonies de l’espace. 19

V. Nécessité de l’idée de Dieu. 24

VI. Les lois universelles. 26

VII. L’idée de Dieu et l’expérimentation psychique. 31

VIII. Action de Dieu dans le monde et dans l’histoire. 35

IX. Objections et contradictions. 40

DEUXIEME PARTIE 44

44

LE LIVRE DE LA NATURE 44

X. Le ciel étoilé 44

XI. La forêt. 46

XII. La mêr. 51

XIII. La montagne. 54

XIV. Elévation. 63

NOTES COMPLEMENTAIRES 69

69

N°1. Sur la nécessité d’un moteur initial pour expliquer les mouvements planétaires 69

N°2. Sur les forces inconnues 70

N°3. Sur la musique des sphères 70

N°4. Sur le spiritualisme expérimental ou spiritisme 71

N°5. Sur les phénomènes spirites. 76

N°6. Sur le rôle des médiums dans les manifestations. 79




1 Voir Léon Denis, Dans l’Invisible : Spiritisme et Médiumnité.

Idem, Christianisme et Spiritisme : Preuves expérimentales de la survivance.

1 Ce silence est relatif et résulte uniquement de l'imperfection de nos sens.

1 G. Lebon, malgré ses réticences (I'Évolution de la matière, p. 275), est obligé de le reconnaître : « Toutes ces opérations si précises, si admirablement adaptées à un but, sont dirigées par des forces qui se conduisent exactement comme si elles possédaient une clairvoyance très supérieure à la raison. Ce qu'elles accomplissent à chaque instant est très au-dessus de tout ce que peut réaliser la science la plus avancée. »

2 Revue scientifique, 17 octobre 1903.

1 Voir note complémentaire n° 1, à la fin de l'ouvrage.

1 Actuellement nous ne connaissons et ne pouvons connaître dans leur essence ni l'esprit ni la matière.

1 « La matière, a dit W. Crookes, n'est qu'un mode du mouvement. » (Proc. Roy. Soc., n° 205, p. 472.)

2 « Toute la matière, a dit Crookes, repassera par l'état éthéré d'où elle vient. » (Discours au Congrès de chimie de Berlin, 1903.)

3 Voir G. LEBON, Revue scientifique, 24 octobre 1903, P. 518.

4 Voir Revue scientifique, 17, 24 et 31 octobre 1903.

5 Depuis des siècles on affirmait et on défendait la théorie des atomes sans en rien savoir. Berthelot la qualifie de « roman ingénieux et subtil ». (BERTHELOT, la Synthèse chimique, 1876, p. 164.) On voit par là, dit Lebon, que certains dogmes scientifiques n'ont pas plus de consistance que les divinités des anciens âges.

1 Voir note complémentaire n° 2, à la fin de l’ouvrage.

2 « Les produits de la dissociation des atomes, dit G. Lebon, constituent une substance intermédiaire par ses propriétés entre les corps pondérables et l'éther impondérable, c'est-à-dire entre deux mondes profondément séparés jusqu'ici. »

(Revue scientifique, 17 octobre 1903.)

« Les observations précédentes, dit encore cet éminent chimiste, semblent bien prouver que les divers corps simples dériveraient d'une matière unique. Cette matière primitive serait produite par une condensation de l'éther. « 

(Revue scientifique, 24 octobre 1903.)

1 JEAN, X, v .34

1 Voir Azbel, Harmonie des Mondes, passim.

2 ID., Ibid., p. 29.

3 Voir note complémentaire n° 3, à la fin de l'ouvrage.

1 Azbel, Harmonie des Mondes, p. 13.

1 Azbel, Harmonie des Mondes, p. 10.

2 « M. Émile Chizat, dit Azbel (la Musique dans l'espace), constate que le jeu d'orgue dit « voix célestes » n'est pas autre chose que l'application musicale intuitive du rôle important « des idées d'étoile ». Il est probable que des manifestations symphoniques seront faites ultérieurement, à ce sujet, qui pourraient réserver au publie des impressions inattendues. Puissent-elles, seulement, aider à ramener nos musiques a terrestres » qui s'égarent, à des notions un peu plus hautes et réelles du sacerdoce d'harmonie qu'elles devraient remplir parmi nous.

1 « Dans les calculs harmoniques, dit Azbel (Harmonie des Mondes, p. 80), le sens de quantité du Nombre se trouve toujours éclairé et complété par le sens de la Note, c'est-à-dire par le sens de la qualité harmonique que le Nombre comporte. »

1 Voir L. Denis, le Problème de l'Être et de la Destinée, passim.

1 Voir notes complémentaires n° 4, 5 et 6, à la fin de l'ouvrage.

1 Voir J. MAXWELL, Phénomènes psychiques; pp. 232 à 255. - LÉON DENIS, Dans l'Invisible, chap. XXII. - Voir aussi Compte rendu du Congrès spirite de Bruxelles, 1910, pp. 112, 121.

2 Nous en avons obtenu la preuve objective au moyen des plaques photographiques. Dans l'état de prière, par le contact des doigts, nous avons réussi à imprégner les plaques de radiations beaucoup plus actives, d'effluves plus intenses qu'à l'état normal.

1 Voir Après la Mort, deuxième partie. - Le Problème de l'Être et de la Destinée, chap. XVIII et XIX.

1 Un bouleau, dit 0. Reclus, agite à lui seul deux cent mille feuilles, et tel autre géant tropical un million.

1 Près du Havre un pêcheur, dit Michelet, en trouva un jour huit cent mille dans ses filets. Dans un port d'Écosse, on en fit onze mille barils en une nuit. Cent mille matelots vivent de la seule pèche des morues.

1 Montagne de l'Inde où le Bouddha reçut sa révélation.

1 Les étoiles, que leur éloignement fait paraître immobiles, se meuvent en tous sens, en vertu de lois peu connues. Des mouvements formidables emportent chaque foyer sidéral dans le tourbillon infini. Notre système solaire s'envole à grande vitesse vers la constellation d'Hercule et franchit en 65.000 ans une distance égale à celle qui nous sépare de l'étoile la plus voisine de nous, a du Centaure. Notre astre central n'est qu'un des plus modestes soleils : Canopus le surpasse de plus de 10.000 fois en éclat, Arcturus de 8.000. Vu de leur surface, notre éblouissant foyer serait un point imperceptible.

2 D'après les observations télescopiques et la photographie céleste, la science établit que notre univers se compose d'un milliard d'étoiles. C. Flammarion croit que cet univers n'est pas unique. Rien, dit-il, ne prouve que ce milliard existe seul dans l'infini et que, par exemple, il n'y a pas un deuxième, un troisième, un quatrième, et cent et mille univers semblables aux autres. Ces univers peuvent être séparés par des espaces absolument vides, dépourvus d'éther et, par conséquent, invisibles les uns pour les autres. Il semble même que, nous connaissions déjà des étoiles qui n'appartiennent pas à notre univers sidéral. Nous pouvons citer, par exemple, avec Newcombé, l'étoile 1830 du catalogue de Groombridge, la plus rapide dont le mouvement ait été déterminé. On l'évalue à 320.000 mètres par seconde, et la force attractive de notre univers entier ne peut avoir déterminé cette vitesse. Selon toute probabilité, cette étoile vient du dehors et traverse notre univers comme un projectile. On en peut dire autant de la 9352 du catalogue de Lacaille et même d'Arcturus, la quatrième en grandeur des étoiles visibles, et de μ de Cassiopée. (Conférence, août 1906.)

Ajoutons que les puissances de la Nature sont sans limites, dans l'étendue comme dans la durée. La lumière, qui franchit 300.000 kilomètres par seconde, met 20.000 ans à traverser la voie lactée, fourmilière d'étoiles dont nous faisons partie. Ces familles ou nébuleuses sont innombrables et on en découvre tous les jours de nouvelles, par exemple la deuxième d'Orion, dont l'étendue épouvante l'imagination. Nous vivons au sein d'un absolu sans limites, sans commencement et sans fin.

1 Voir Après la Mort, chap. IX.

1 Voir ci-après : Notes complémentaires n° 4, 5, 6. Voir aussi : Dans l'Invisible, et le Problème de l'Être et de la Destinée.


1 Voir Annales des Sciences psychiques, février 1908.

2 Annales des Sciences psychiques, 1/16 juin 1910.

3 Revue scientifique et morale, octobre 1910, p. 212.

1 Extrait de Christianisme et Spiritisme.

1 Membres décédés de la P. R. S.

1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   19

similaire:

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconIpw centre des Métiers du Patrimoine "La Paix-Dieu"
«Découverte de l’univers agricole et respect de l’environnement» tout en relevant des défis sportifs

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur icon2. La vie a--t--elle un sens ? Sommes--nous préédestinéés ? Compétences...
«Dès le sein de ta mère, je t’ai connu.» IL a ainsi pensé que Dieu était son père et qu’il allait venir chercher le dessin. Mais...

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconL'Autobiographie de him ras Tafari Haile Selassie I
«Créateur» en éthiopien. Sa Mère s'appelait Wayzäro Yashimabet, ou «Mère de Dieu», elle n'eut qu'un seul enfant et fut rappelé à...

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconEn particulier les sonnets ''France, mère des arts'' [page 31]
«J'ai passé l'âge de mon enfance et la meilleure part de mon adolescence assez inutilement, lecteur, mais, par je ne sais quelle...

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconMise en place d’une stratégie de promotion événementielle: Cas du...
«bonne» vie. Dieu seul sait l’amour que je vous porte à tous, et combien je suis heureuse de faire partie de cette grande famille...

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconRéunion du 2 février 2016
«P’tit Bréautais» présentera un jeu «énigme» pour les vacances de Pâques avec remise de lots

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconToluca ou Toluca de Lerdo, la ville plus élevée de la République...
«où réside le dieu Tolo, celui qui incline la tête». Après la conquête du Mexique par les Espagnols, la ville a prit le nom de Toluca...

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconCes randonnées
«Mur païen» s’étire sur 10 Km, sa construction et son usage sont encore une énigme pour les archéologues. L’ambiance de la forêt...

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconNote au lecteur

La grande enigme dieu & L’univers au lecteur iconPrologue Au lecteur








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com