Le Parisien








télécharger 76.64 Kb.
titreLe Parisien
date de publication18.03.2018
taille76.64 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos

Le Parisien


LUNDI 31 Août 2006


Une « Négresse

De France » épanouie

Dans ce one-woman-show qui sent le vécu à plein nez, sur la scène de la comédie Bastille, la truculente comédienne Souria Adèle décoiffe. Son spectacle humoristique original balaie tous les clichés, délivrant des préjugés raciaux. La force de son trait tient à l’extraordinaire bonhomie du personnage dans lequel elle se glisse pour brosser le tableau du quotidien d’une « négresse de France ». Jupe rouge au plissage rebondissant sur des hanches épanouies, le chemisier fleuri abondamment garni, c’est une Marie-Thérèse Barnabé chaloupée qui monte sur les planches. Et ce personnage haut en couleur fait passer les messages dans un éclat de rire généralisé. Tout le monde en prend pour son grade, mais c’est drôlement fort. Et fortement drôle.

Marie-Emmanuelle Galfré



TELERAMA SORTIR Paris Selon vos Envies

LES CHOIX DE LA SEMAINE

Scènes

Humour

Marie –Thérèse Barnabé Négresse de France,

La difficulté d’être une femme noire dans l’Hexagone. Plein d’Humanité. (Voir page15)
A travers le personnage d’une martiniquaise aux formes aussi généreuse que le caractère, Souria Adèle démontre qu’il n’est pas toujours facile d’être une femme noire en France. Qui plus est une comédienne cantonnée aux rôle d’aide soignante ou de femme de ménage. Elle illustre aussi la complexité des relations interraciales en reprenant le célèbre sketch de Muriel Robin « Le Noir », devenu « Le Blanc ». Loin de toute démagogie facile ou militantisme agressif, l’humour plein d’humanité de Souria Adèle distille un message de tolérance bien plus efficace que de long discours.

A NOUS PARIS

THEATRE

Noirs Désirs

« MARIE-TERESE BARNABE , NEGRESSE DE FRANCE ! »
Au motif que Souria n’est toujours pas arrivée. Sa tante Marie-Thérèse Barnabé nous gratifie de sa présence sur scène. Plantureuse, démarche chaloupée, cette mama d’outre mer entame une conversation bon enfant avec le public sur le mode non pas du fameux stand-up mais dust-down, nettement moins fatiguant. C’est parti pour la palabre ! D’une voix tranquille, la tata évoque sa vie, celle d’une femme noire en France (des années 60 à nos jours) , avec ses certitudes et ses interrogations ; pourquoi dit on « black » pour un noir et pas « white » pour un blanc ? Que s’est il passé pour que le « neg plus ultra » des star de ciné consiste désormais à se gonfler les lèvres ?

En dépit des réflexions piquantes (« La fidélité ? Un manque d’occasion ! »), on voit arriver le folklore de pacotille… et on a tord ! Car les enjeux se situent ailleurs : à l’heure du dialogue sur l’immigration choisie et l’égalité des chances, la comédienne martiniquaise fait un sort aux clichés racistes (les odeurs…) et dégoupille son premier spectacle identitaire. En cela le propos est intéressant puisqu’il met en avant un thème dont on parle peu : le parcours d’une « pov neg » dans l’univers du show-biz . En bref intermittente et noire, c’est un peu la double peine !

Vivre sa négritude dans le paysage audiovisuel français, ce n’est pas seulement être abonné aux rôles de femmes de ménage. C’est aussi s’efforcer de gommer deux siècle d’avanies, car « sur cette terre, il y a les blancs et les non-blancs ! ». On espérait un constat plus percutant mais qu’importe. Ici, pas de militantisme outrancier, mais, en arrière plan, se dissimule un vrai message sur l’exclusion de la société créole victime d’occultation.

Souria Adèle dévoile son plaidoyer personnel, sans agressivité ni pathos mais avec une autodérision souriante et d’une infinie tendresse. Piqué de bonne humeur, son one-woman-show amuse tout en fustigeant les institutions ainsi que la torpeur des siens plus concernés par leur look que par le pouvoir.

L’esprit de Franz Fanon volette. Autre attrait, son interprétation solaire et généreuse. Avec elle, les dialogues ont la saveur gouleyante d’un vieux rhum ambré. Porté de bout en bout par un sacré punch, son témoignage sonne comme un appel à l’humanité de chacun de nous.

Le POINT Jeudi 7 septembre 2006

Spectacles
Marie Thérèse BARNABE, Négresse de France **

De Souria Adèle mise en scène par Lionel Robert

« Ouh là là ». Une grosse femme noire descend péniblement les marches de la salle. S’arrêtant face à un spectateur, elle lui dit avec l’accent martiniquais : « Allez jeune homme, donnez moi volwe bwas pou m’aider à ma cher. »

Dodelinant du popotin (imposant), la vielle dame arrive alors sur scène et se présente : « Mawie Théwèse Ba’nabé, nég’esse de France. » Elle scrute la composition de la salle et lance : « Est-ce que chaque Noir est venu accompagné de son Blanc ? » Le ton est donné : ici, sur scène, c’est le monde des Noirs. Bien différent de celui des Blancs dans la réalité. Pour preuve, Souria Adèle, la comédienne et l’auteur de la pièce, en a fait les frais. En août 1999, elle revenait en colère du tournage d’un téléfilm où le seul qui lui était proposé consistait à jouer une femme de ménage à l’accent martiniquais. Le soir même, elle a commencé à écrire cette histoire sur la vie d’une femme noire en France, les années 60 à nos jours, pour dénoncer les clichés, bousculer les différences et poser des questions embarrassantes : « Pourquoi les blanches veulent elles absolument avoir les lèvres de négresses en faisant de la chirurgie esthétique ! » Le verdict est tombé : deux prix, dont celui du festival d’humour de Bagneux en 2001, et des salles combles.

C. R.

CITEBLACK

Toutes les couleurs de l’info
RIRE AVEC SOURIA ADELE

Marie Thérèse entre en scène, de sa démarche mi-langoureuse, mi-curieuse ; elle semble chercher quelqu’un. En tout cas, c’est ce que son air débonnaire fera comprendre plus tard. Elle s’appelle Marie Thérèse Barnabé et c’est une « Négresse de France ». Une vrai, des comme on en a tous dans notre famille. Elle peut être une mère, une tante, une cousine…en tout cas, Marie Thérèse, ses formes et son accent créole, sa lucidité et ses certitudes, on la connaît.
De cette femme postée sur scène, on saura quelques minutes plus tard qu’elle est là pour attendre sa nièce, une certaine Souria, comédienne de son état. Et qui avait rendez vous avec son public. Plus tard et un agacement palpable. Marie Thérèse jette l’éponge : Non, Souria ne viendra plus. Ce sera donc elle de la remplacer. Et elle le fait bien, très bien même. A tel point qu’on a l’impression qu’elle n’a fait que ça toute sa vie.
On apprendra alors que cette femme au franc-parler dit les choses cash. Sans détours. Par exemple, elle refuse d’être appelée Black, parce que sinon, les blancs seraient des Whites. Elle a son avis sur tout, sur la manière dont les noirs sont perçus en France, sur le racisme, la discrimination, la société…

Marie Thérèse observe, analyse, porte le fer comme lorsqu’elle affirme que demain, les blanches voudront avoir des attributs de négresses, lèvres et fesses comprises. Elle est comme ça Marie Thérèse, il ne faut pas la chercher.

Elle arrive en France par le Bumidom et qui a eu sept maris dont un Africain, en connaît un rayon coté relation de couple. Elle nous fait comprendre que le racisme n’est pas toujours là où on le croit. Ses mots sonnent justes, vrais. Elle parle de la vie, de notre vie comme pour évacuer les non-dits. Les propos de Marie Thérèse sont salvateurs : on rit en étant conscient de la véracité de ce qu’elle avance. Une fois qu’elle a fini de nous dire nos quatre vérités, Marie Thérèse, s’éclipse et c’est alors Souria Adèle, comédienne martiniquaise qui revient.

C’est elle l’auteur de cette comédie qui n’en finit pas de faire du bien au moral.

Ce soir-là, la salle, un fois de plus était conquise.
H.N.

HAITI TRIBUNE

Le pays où tout a commencé

Juin 2005

Marie Thérèse Barnabé Négresse de France

Avec beaucoup d’humour, la pièce retrace le parcours d’une femme noire en France des années 60 à nos jours. Marie Thérèse Barnabé s’invite sur scène à la place de Souria Adèle et raconte les évènements de la vie de tous les jours avec humour(relations hommes/femmes, relations dans le travail, discrimination, problèmes entre Blancs et Noirs)

Elle remet en mémoire des évènements passés, méconnus mais qui ont eu leur importance dans l’histoire des ressortissants des Dom. Tel que, par exemple ce bureau d’immigration d’Outre Mer (Bumidom) qui recrutait dans les années 70. Antillais et Guyanais pour venir travailler en France métropolitaine.
Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France apporte à la comédie un nouveau souffle et son interprète Souria Adèle est une comédienne pleine de talent.
Félix Sonder

AFRICA INTERNATIONAL

Théâtre : Souria ADELE, auteur et comédienne martiniquaise, interprète un spectacle à la fois drôle et intelligent. Donc rare.

« Marie Thérèse Barnabé,

Négresse de France »
Cécilia Dubé
En une heure de spectacle, Souria Adèle fait rire en se moquant d’une société française raciste sans toujours en être consciente. Ce sont des attitudes, des discours qu’elle caricature ainsi, non pour moraliser , mais « pour faire réfléchir »
Parce qu’elle était lasse de jouer les personnages d’arrière plans ou d’être évincée des castings pour le seul motif de ne pas avoir la bonne couleur de peau, Souria Adèle a décidé de se donner elle même son grand rôle. Marie Thérèse Barnabé est née de cette ferme volonté. Cette « négresse de France » d’une soixantaine d’années fait patienter le public en attendant sa nièce Souria, comédienne, arrive sur scène. Finalement, le public ne verra qu’elle. Et dans son monologue elle s’en donne à cœur joie. Marie Thérèse livrant son avis sur tout, ou plutôt riant de tout. Elle commence par la télévision française, miroir infidèle de la société : « Un de mes fils est architecte, un autre avocat et le troisième médecin. Pourtant à la télévision ils ne pensent à nous que pour jouer des femmes de ménage ou des prostituées. Je vous demande bien pourquoi ! » Ne serait ce pas ce qu’a ressenti Souria Adèle, auteur du spectacle, à force d’avoir à se battre davantage que les jeunes comédiennes blanches ? «  Après avoir cru que je pourrai percer à la télévision, je me suis rendue compte qu’il n’y avait rien pour nous. Je me suis mise à écrire, à ne plus attendre des autres en somme. Tous les gens qui se sentent exclus devraient essayer de réussir par d’autre moyens que ceux qu’on leur impose », explique t elle. Et pour Souria alias Marie Thérèse, la presse écrite n’est pas en reste dans le mauvais traitement médiatique des noirs. Lisant sur scène un extrait d’article paru dans un magazine féminin, elle met en évidence un discours d’une condescendance, voire d’un mépris flagrants : « Comme toutes les minorités, les blacks-appellation que Souria exècre -- surtout aux Etats Unis, ont besoin de se démarquer. Ils ont choisi les vêtements comme signes extérieurs de richesse (…) Ils ont besoin d’opulence, d’affection à outrance (…) Ce à quoi elle répond : » Lorsque Catherine Deneuve s’habille chez Saint Laurent, on dit qu’elle est classe, mais lorsque c’est un nègre, on dit qu’il est snob ». Puis elle mentionne le fameux « bruit et l’odeur » de Jacques Chirac, s ‘attaque au racisme physique vécu quotidiennement par les jeunes filles qui en deviennent complexées. « L’apparence physique est standardisée. Ce que je fais dire à Marie Thérèse sur scène à ce sujet, je l’ai vécu. C’est terrible quand on a huit ans de s’entendre dire que l’on n’est pas comme les autres physiquement à l’école, aux cours de danse… C’est un problème qui ne concerne pas que la couleur d’ailleurs. »
L’interaction entre le public et Marie Thérèse est constante, notamment lorsqu’elle interpelle les hommes de la salle. Car c’est aussi une collectionneuse de maris, blancs comme noirs, qui se plait à taquiner la gent masculine.

« Marie Thérèse Barnabé Négresse de France » a obtenu le premier prix du festival de l’humour de Bagneux en mars 2001.

Le MONDE

ESCLAVAGE COLONISATION INTEGRATION

La Question Noire
Depuis le début de l’année, les évènements s’accélèrent. Sous la pression de groupes militants, la France commence à admettre que ses citoyens noirs méritent une attention particulière. Parce que leur présence ici est le fait de la traite négrière, crime contre l’humanité selon la loi Taubira de 2001, et la colonisation, dont l’Etat s’accorde plus facilement à reconnaître les mérites que les maux. Mais, du côté du gouvernement les initiatives économiques, sociales, culturelles tardent, et l’impatience grandit. « Le Monde2 » relance le débat et donne la parole à six témoins engagés à faire retrouver à la France sa mémoire noire. Martini VALO et Emma BAUS—Photos Jérôme BONNET pour Le Monde 2
Grimée en femme mûre, roulant des yeux et des hanche sur scène, elle grimace : »Comment, ma fille, tu vas épouser un…Blanc ?! » La salle du Splendid à Paris est comble et jubile. Elle a compris qu’elle va assister à un « remake » du célèbre sketch de Muriel Robin, mais à l’envers : cliché pour cliché, village de la brousse africaine contre bourgade bretonne, Noir contre Blanc.

Et c’est ainsi que durant tout le spectacle, sous le masque d’une mama antillaise à la langue bien pendue et à l’autorité sans faille, « Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France ! »-- une figure créée et interprétée par Souria ADELE—règle ses comptes avec la métropole, ses préjugés, ses injustices. On sent l’exaspération poindre parfois sous le sourire. […]

AMINA

Théâtre
SOURIA ADELE

« Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France »

Un personnage qui aime les gens et l’humanité »
Née à Babel Oued, en Algérie, de parents martiniquais et française de souche, Souria Adèle fait des études de droit pendant 2ans, études qu’elle abandonne pour consacrer à la danse et au chant, puis s’oriente vers la comédie. Elle participe à plusieurs émissions de variétés, enregistre un 45 tours « j’aime la réglisse » sponsorisé par M6. Elle est actrice de théâtre avec des metteurs en scène tels que Jérôme Savary, Ray Cooney, J.L. Moreau et Jean Paul Lucet, et participe à de nombreuses séries audiovisuelle. « Le Nègre de Molière », «Central de Nuit » et « Embarquement immédiat »…
Ne trouvant vraiment pas de rôle qui corresponde à sa personnalité, Souria Adèle décide de prendre sa plume et d’écrire pour elle le personnage de Marie Thérèse Barnabé négresse de France avec la collaboration artistique de Lionel Robert. A travers un personnage généreux et haut en couleur Souria Adèle témoigne avec humour de la vie d’une femme noire en France depuis les années 60 jusqu'à nos jours . Acide et Drôle. Elle fut honorée du premier Prix du Festival d’Humour de Bagneux en 2001 et en 2005 à Clichy sous Bois. AMINA a rencontrée Marie Thérèse Barnabé qui nous fait part de son humanité.
Quel est le sujet de votre nouveau spectacle ?

C’est très simple. En 2002, le spectacle a été présenté au Café de la Gare. En 2003, il y a eu très peu de représentations. En 2004 j’ai joué ponctuellement et, e, 2005, au Splendid. En général, je fais de 5 à 6 représentations dans l’année Mon inspiration me vient de ma vie. Tout au début, c’était vraiment mon histoire : les castings ne marchent pas, mon agent ne m’appellent pas, aide toi le Ciel t’aidera. Mais une parti de Marie Thérèse est totalement imaginaire. Le spectacle bouge et change en fonction de l’actualité : les sans papiers, une loi sur l’immigration et les minorités.
Quelles imagine Marie Thérèse Barnabé veut elle donner à son personnage ?

Marie Thérèse est avant tout une tatie antillaise, en France depuis les années 60 elle aide sa nièce dans ses difficultés quotidiennes ce qu’elle veut montrer c’est son regard sur la France, avec une parole un peu critique sur le regard qu’on porte en France sur les gens qui sont pas blanc caucasien. Je ne suis pas dans la caricature, ça reste juste : j’incarne une personne qui est censée avoir sa propre réalité.
Vous faites participer le public en direct ou sur scène. Es ce important pour vous ?

Oui, très important. Le principe est qu’il n’y a pas de spectacle. Mais c’est une convention qui arrive. Souria s’assied et parle avec les gens. Elle est comédienne. C’est bon enfant. On discute et on est comme à la maison. C’est important. Sans cette complicité, le spectacle serait moins drôle. Je vois le retour, les gens apprécient. Ils aiment participer sur scène avec Marie Thérèse. C’est un personnage qui parle aux gens.


BAGNEUX INFOS

Tremplin du rire…. à Marie-Thérèse

Le festival de rire 2001 faisait la courte échelle aux jeunes talents humoristes Quatre jeunes candidats, par ordre de passage Stéphane Melnik de Bagneux, le duo les « Hé » de Paris, Souria Adèle de Bagneux et Alcamo de Paris se mesuraient face à un public et jury amateurs de qualité. Tous ces talents, par leurs spécificités, leurs regards portés sur les gens, la société ont alimenté le rire des spectateurs. Au terme de leurs prestations c’est Souria Adèle qui l’emporte. Elle présentera son spectacle « Marie-Thérèse Barnabé, Négresse de France » au théâtre des Blancs Manteaux à Paris. « C’est ma mère et ma grand-mère qui m’ont inspiré ce personnage de Marie-Thérèse. Cette créole possède un cœur gros comme ça et une vraie générosité. Elle me permet de faire passer mes messages ». Un spectacle inter actif où le public dialogue avec Souria, pardon Marie Thérèse, mais le temps s’écoule trop vite. On en redemande. Si parmi les projets de Souria figure celui de vouloir « voler de mes propres ailes », souhaitons que ce vol s’arrête prochainement sur la scène du théâtre Victor Hugo.

AMINA

FEMMES CREOLES

« Marie-Thérèse, Négresse de France » par Souria Adèle
Souria Adèle est une Martiniquaise de la métropole. Après des études de Droit, cette jeune quadragénaire dynamique, décide de tout arrêter pour la danse et le chant. Il y a huit ans, elle s’oriente vers la comédie…

Depuis deux ans, elle se consacre à son personnage « Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France ». Un personnage inspiré de sa mère et de sa grand-mère. Deux femmes autoritaires et courageuses.

Son spectacle interactif, qui fait rire—mais aussi réfléchir, a remporté le concours du Festival de rire de Bagneux. Ce premier prix lui donne droit de présenter son spectacle en entier au théâtre Victor Hugo de Bagneux, le vendredi 1er février 2002, à 20h30.
Quel est votre parcours ?

Je n’aurais pas dû être comédienne, je voulais être avocate. J’ai passé mon bac à 17ans et je suis allé à la fac de Droit à Sceaux. J’ai pratiqué la danse africaine avec Cissé au Centre Américain. Je suis partie en tournée en Italie et je n’ai plus eu envie de retourner à mes études. J’ai pris des cours avec Matt Mattox, un grand monsieur du jazz. Il était persuadé qu’au bout de quatre ans, je deviendrais une grande professionnelle. C’est ainsi que j’ai tout laissé tombé pour la danse. Avec le non soutien de mes parents. J’ai beaucoup galéré. Ces sont des métiers où il faut être top pour percer. J’ai arrêté la danse et puis je me suis orienté vers le chant. Je n’ai commencé le théâtre qu’a 34ans, en rencontrant John Strasberg. Au bout du deuxième stage de théâtre, j’ai attrapé le virus. J’ai réussi un casting dans une série pour M6 (profession infirmière). J’y ai cru, j’ai trouvé un agent et au bout d’un an, je me suis rendu compte qu’il n’y avait rien pour nous. Surtout, c’est vraiment à cette période que j’ai rencontré une espèce de racisme insidieux.
Comment cela ?

Lorsque j’ai discuté du cachet de mon premier contrat, pour la série télé justement, l’argument avancé à mon ex mari au téléphone, pour ne pas me donner ce que je voulais, était que pour une personne de couleur, je devais être contente de ce que l’on me proposait. Mon ex mari, qui est blanc, a traité cette personne de raciste. Cela a fait le tour de la production et nous avons frôlé la catastrophe. Ce n’est qu’une anecdote, mais elle est révélatrice. Et puis, les rôles que l’on nous propose n’ont aucun intérêt. Ce ne sont pas des rôles en tant que tel, mais des rôles tels qu’ils voient les Noirs. On m’en a proposé très peu d’intéressants. Et lorsqu’ils le sont, il y a une trop grande pression sur l’artiste, parce qu’il a attendu un an avant d’avoir un casting.
Quand avez-vous commencé à écrire vos propres textes ?

Il y a deux ans, j’ai effectué un stage d’écriture. Je voulais écrire parce que je sentais bien que si je ne faisais pas moi-même, les autres ne le feraient pas pour nous. Il n’y a pas qu’un problème de racisme, mais aussi d’identification pour les rôles spécifiques. Suite à un autre petit rôle de femme de ménage, je suis rentrée chez moi avec une crise monstrueuse d’urticaire. Et j’ai décidé que c’était la dernière fois. Je vaux beaucoup mieux que cela. A partir de ce moment, j’ai écrit mon texte et j’ai bien fait !
Comment s’est passée votre première représentation ?

Le texte a été écrit en août 1999. Je l’ai d’abord présenté devant huit personnes en septembre 1999, dont Luc Saint Eloi qui l’a trouvé très bien. Il m’a présenté Jean Pierre Strum, un producteur qui cherchait des femmes comiques noires. L’idée était d’organiser un « Gala des comiques », avec des femmes exclusivement. Nous nous sommes donc rencontrés en janvier 2000. Après une audition improvisée, il m’a proposé quatre dates en avril au Théatre de Charenton, avec trois autres antillaises pour le « Tour des Négresses ». C’est ainsi que j’ai présenté vingt minutes de Marie-Thérèse en public pour la première fois, avec une mise en scène de Luc Saint Eloi. Je me suis retrouvée le 14 avril, toute seule sur scène, devant cinq cents personnes, pour la première fois. Ensuite, nous avons joué douze dates à la Martinique. Au total, la tournée comprenait vingt quatre dates.
Comment le public a-t-il réagit au personnage de Marie-Thérèse ?

Le public a bien réagit et il a beaucoup aimé. Les gens trouvaient que je disais tout haut ce qu’ils pensaient tout bas. Certains n’ont pas aimé et ont trouvé que c’était gonflé de parler ainsi. Ils m’ont demandé si je n’avais pas peur que cela dérange les blancs. Tant pis, d’autant que le propos n’est pas même de déranger les gens. Mais de permettre une réflexion. Je crois que ce personnage a une force de générosité qui lui permet de dire ce qu’il veut. Si je m’exprimais comme lui ce serait peut être un peu différent.
Comment avez-vous écrit ce texte ?

J’ai fais un travail analytique pendant huit ans, ce texte est certainement né de cela. Lorsqu’on dit tout ce qu’on a sur le cœur, cela va beaucoup mieux. Lorsque j’ai joué ce dernier rôle de femme de ménage, j’ai été très affectée parce que cela faisait six ans que je faisais ce métier. Et que rien ne se passait. Je me suis mise en colère. Je me suis donc autorisée à dire tout ce que je pensais, sans crainte.


LE POINT Etudiants
Marie Thérèse Barnabé

Grosse lunettes rondes, cheveux crépus, chemisier à fleur et fesses rebondies : Marie-Thérèse Barnabé (Souria Adèle dans la vraie vie) est une noire « indélébile ». Pardon : marron. Enfin, « ambre doré exactement ». Et elle en joue à merveille ! Avec pertinence et intelligence. Occupant l’espace, au propre comme au figuré, yeux écarquillés et déhanchements appuyés, elle se défonce, se fait médium, imagine des mariages noirs pour les sans papiers ou vous explique comment mettre des collants de danse rose chair quand on est noir. C’est très politiquement incorrect mais souvent bien vu. Alors, quand la générosité de son sourire malicieux fait mouche, le public en redemande.

A.-S. J.

Les lundis 23 et 30 mai et 6 et 13 juin à 20h30 au Splendid.

Rens. : 06.60.67.07.76

TELEMATIN

France2
Autre découverte et non des moindres à la Comédie Bastille avec Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France ! » Un excellent spectacle de Souria ADELE détonnant, très drôle et énergique. Le franc-parler martiniquais de Marie Thérèse vaut mieux que toutes les soirées football autour d’un bar.

Elle est très drôle Souria ADELE et son spectacle aux accents créoles sent bon les Antilles. Dans la peau de Marie Thérèse Barnabé, elle dénonce avec le rire tout ce qui tient à cœur. La ou d’autres iraient sur la pointe des pieds, elle n’hésite pas et va droit au but.

Marie Thérèse raconte ce qu’elle croit être juste et bien sur, quelque soit notre couleur on ne peut que l’applaudir. Il faut dire que sur scène, Souria a l’énergie d’une mama doublé d’une doudou qui pourrait s’appeler Mémé SARFATI.

Voyez-vous ça. C’est tout un programme. Croyez-le.
Jean Philippe VIAUD Juillet 06

VAR MATIN

Arts Négres

Chansons et humour en festival
Le IVème festival des arts nègres s’est poursuivi tout au long du week-end pour se clôturer par deux spectacles donnés au Café théâtre de la Porte d’Italie. Samedi soir, le chanteur Muntu Valdo a investi la scène avec ses textes et ses musiques pour porter de belle manière la voix du continent mère, autour de l’amour et de la réconciliation.
« Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France »

Dimanche après midi, c’était au tour de Souria Adèle de se dévoiler dans « Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France ». Son one-women show présente de savoureuse façon les péripéties quotidiennes d’une femme noire en France. A travers les éclats de rire se cache parfois le délit de faciès.

Selon ses conceptrices, Chantal Bondel et Paulette Mendy, ce mini festival démontre que la négritude, définie par Léopold Seda Senghor, est porteuse de culture et de fraternité. Ajoutons que le festival mondial des arts nègres se tiendra à Dakar l’an prochain.

M.S.

WWW.VISIOSCENE.COM 22 juillet 2006

Critique

Marie-Thérèse Barnabé, Négresse de France
Spectacle de et interprété par Souria Adèle. Les lundis à 20h30, jusqu’au 28 août 2006. A la Comédie Bastille (Paris- XIème)
Mais où est dont passé Souria ? Celle que vous êtes venus voir est en retard. Qu’à cela ne tienne, sa tante débarque sur scène pour vous faire passer le temps.

Devant un public acquis à sa cause, Marie Thérèse fait son show. Rappelant ainsi ce que la métropole a trop souvent tendance à oublier : les Antilles, c’est aussi la France ! Et pas seulement les accras de morue, la plage du Carbet ou la trempette dans les baignoires de Joséphine. Pendant une heure, tata égratigne blancs et noirs mais surtout les blancs avec la douceur de son insulaire accent. Pleine d’humour et d’auto dérision, Marie Thérèse livre son de la vie d’une femme noire en France, depuis les années 0 jusqu’à aujourd’hui. Inversant les situations elle met les blancs à la place des noirs dans la vie quotidienne, et il était temps que quelqu’un s’en charge. D’autant qu’elle a l’art pour le faire.

Point de caricature excessive mais une grande authenticité. A l’heure des questions sur l’intégration, la comédienne donne à voir les travers de la France avec beaucoup de fantaisie, tout en demeurant sérieuse parce que les problématiques le sont. Sans oublier d’en rire…

Pari réussi. « Et aujourd’hui, vous voyez toutes les stars du cinéma français et international se faire refaire des lèvres de noirs…Mais c’est très mal fait ».

Et comme à chaque fois que tante Marie Thérèse ouvre la bouche, le public se fend la poire. Le personnage est extraordinaire : sincère, drôle, et haut en couleur. Le texte est un vrai régal et les spectateurs ne s’y trompent pas. Ciselé dans la canne à sucre, le verbe est fruité, juteux, et d’une grande force comique. La mise en scène est minimaliste, discrète. Sans doute la meilleure preuve de son efficience. Un pur moment de bonheur.

R.V.


WWW.ALTERITES.COM

Actualité

[Théâtre] Marie Thérèse Barnabé, Négresse de France, de et par Souria Adèle

Jusqu’au 25 septembre 2006 à la Comédie Bastille
Marie-Thérèse Barnabé est une femme d’une soixantaine d’années, très gironde. Poitrine généreuse sous un corsage fleuri et fessier charnu et rebondi sous une jupe qui ne peut plus se permettre d’être plissée. Elle monte sur scène afin de faire patienter le public d’être venu assister à un psectacle de sa nièce, Souria Adèle, qui est en retard. Cette dernière n’arrivera jamais, pour le plus grand bonheur de la salle qui va passer prés une heure et demi avec Marie-Thérèse « Négresse de Franceé, « à la peau ambrée, couleur hêtre parquet chez Leroy-Merlin », et cuisinière de son état. Un régal !

Souria Adèle a su construire un personnage haut en couleurs, libre, touchant et d’une drôlerie salutaire. Une sorte de Madame Sarfati, version martiniquaise. « Si Jamel a lancé la mode du Stand up, moi, je n’ai plus l’âge. Je fais des sit-down » dit elle avant d’écraser son large postérieur dans un étroit fauteuil. La grande qualité de l’auteur-comédienne, qui interpelle sans cesse la salle, est d’évoquer, par le biais d’un humour ravageur, de nombreux sujets tantôt sérieux. On passe du défrisage à la polygamie, de l’intégration à la fidélité qui n’est que « un manque d’occassions », de la beauté noire aux sans papiers ou encore de la recette du jambon à la chablisienne à l’égalité, « le vrai métissage, c’est le partage du pouvoir ». A travers Marie-Thérèse, c’est aussi la vie d’une femme noire en France des années 60 à nos jours qui est racontée. Et les temps ont l’air de changer puisque « cette année, à la télé, les noirs sont arrivés en France avec Harry rose et black ! »

Ju-bi-la-toire !

Maya Larguet

[24/08/2006]

SPECTACLES.PREMIERE.FR/PARISCOPE

Marie-Thérèse Barnabé- Négresse de France !

One man show critiques

Du 04/05/2009 au 01/06/2009

La critique de la rédaction
Marie-Thérèse Barnabé est une caricature de mama antillaise au popotin surdimensionné. Mais derrière ce masque comique, il y a une jeune martiniquaise de métropole qui n’en peut plus de ces petits rôles de femme de ménage qui la télé lui propose. En 2001, Souria Adèle se lance dans l’écriture de ce spectacle qui aborde à l’envers les problèmes du racisme : comment intégrer les Blancs à l’univers antillais ? Souria Adèle donne ainsi à chaque spectateur glossaire des expressions créoles… Précision du jeu, répartie qui fait mouche et saillies politique pleines d’auto dérision, ce one-woman-show à la fois comique et sérieux est à ne pas rater !
Julien Barret

similaire:

Le Parisien iconAtelier Parisien d’Urbanisme, Les quartiers des gares parisiennes,...

Le Parisien iconSynopsis C'est l'histoire d'un Parisien qui est malade et qui se...

Le Parisien iconSurtout ‘’ Le petit Chose’’, ‘’Les lettres de mon moulin’’
«que Nîmois», se découvrit une identité provençale, IL décida de s'inspirer de cet exemple d'une conjonction heureuse entre la réussite...

Le Parisien iconC'est en 1873 que Jules Verne publie Le Tour du Monde en 80 Jours....

Le Parisien iconSurtout ‘’Thérèse Raquin’’, ‘’L’assommoir’’, ‘’Au bonheur des dames’’
«une vie de froissements et de chagrins». IL était appelé «le petit Parisien» par ses camarades. Mais IL fit ensuite des études convenables....

Le Parisien iconRéunion statutaire tenue au siège du club (royal mansour) L’attente...
«séjour parisien» durant lequel IL a été opéré de la cataracte, a hâte de revoir les amis, d’autant plus qu’il peut les «voir» mieux...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com