L'accueil des sans-abri a explosé de 60 cet hiver








télécharger 13.74 Kb.
titreL'accueil des sans-abri a explosé de 60 cet hiver
date de publication23.03.2018
taille13.74 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
L'accueil des sans-abri a explosé de 60 % cet hiver
La Provence Claire AYBALEN 26 AVRIL 2013
http://www.laprovence.com/article/edition-salon/2327984/laccueil-des-sans-abri-a-explose-de-60-cet-hiver.html

L'accueil d'ultra-urgence a accueilli 106 personnes en quatre mois. Il va bientôt déménager
L'accueil d'ultra-urgence va bientôt déménager. Installé jusqu'ici à deux pas de la place Morgan, le nouveau local se situera tout près de l'hôpital.

Une maisonnette presque collée à l'hôpital. Voilà ce que vient d'acheter la Ville, à l'occasion du dernier conseil municipal, pour un montant de 160 000€. À cette somme, s'ajouteront d'importants travaux afin de transformer les lieux en un centre d'accueil d'urgence pour les sans domicile fixe.

Aujourd'hui, ce service est rendu par les équipes de la Fraternité Salonaise, à deux pas de la place Morgan, allée Pierre-Mendès-France, dans un bâtiment mis à disposition par la Ville. À deux pas de là, les projets sont importants : réalisation d'un nouveau cinéma, d'un espace de loisirs, réhabilitation de la place... et le centre d'hébergement n'entre pas vraiment dans les plans. Le foncier qu'il occupe est appelé à muter : habitations, locaux commerciaux, bureaux... Le choix de la valorisation n'est pas encore déterminé.

La décision du déménagement entérinée, il fallait trouver une solution intéressante pour l'accueil d'ultra-urgence. Après de nombreuses pistes infructueuses, la vente de cette maison par un particulier est tombée à point nommé. "La proximité de l'hôpital, et notamment de son service des urgences, est un atout", juge Michel Prorel, l'élu en charge du dossier, tandis que le directeur de la Fraternité Salonaise, Claude Cortési, voit d'un oeil favorable son positionnement à deux pas du centre-ville.

"Exiler les sans-abri dans un coin perdu de la commune, n'était pas la solution", estime-t-il. "Il fallait trouver un endroit relativement proche du centre, sans que la présence de cette structure ne bouleverse un voisinage dont on aurait pu comprendre les inquiétudes", poursuit le directeur avant d'ajouter : "Même si notre présence, aux abords de la place Morgan, n'a jamais engendré de problèmes particuliers".

Le compromis satisfait donc toutes les parties et les nouveaux locaux pourront ouvrir après un important chantier de réhabilitation (voir encadré). La Fraternité Salonaise pourra donc continuer à tendre une main, sans condition, aux SDF, ces jours les plus froids, quand vivre devient quasiment intenable.

Cette année, le centre d'accueil d'ultra-urgence a ouvert du 7 décembre au 8 avril. Cent six personnes (dont six femmes) y ont passé une ou plusieurs nuits. Une fréquentation en explosion : + 60 % par rapport à la saison précédente.

"C'est du jamais vu, relève Claude Cortési. La progression est constante, année après année, mais jamais dans ces proportions". Si l'itinérance est toujours importante, le nombre d'hommes qui fréquentent l'accueil de manière régulière, pendant ces mois d'hiver, tend lui aussi à augmenter.

Un accompagnement vers la réinsertion

Seize lits, des douches, un espace cuisine, un gardien... Les conditions d'accueil sont rudimentaires mais la chaleur compte. Les sans-abri peuvent venir s'y réfugier, les mois d'hiver, de 18 h 30 à 8 heures du matin, manger, prendre une douche... L'accueil est universel.

Bien sûr, il y a des règles à observer, un comportement à adopter, lorsque l'on franchit le seuil du centre (pas de consommation d'alcool, par exemple), mais à la Fraternité, on ne laissera pas dormir dehors, par un froid polaire, celui qui a trop bu, ou qui ne veut pas se séparer de son chien.

De 9 heures à 13 heures, l'accueil de jour prend le relais, dans les mêmes locaux. Contrairement au dispositif d'ultra-urgence, il fonctionne toute l'année et est un point de chute essentiel pour les sans-abri. Ils peuvent se laver, faire une lessive, partager un repas à midi. "Il ne faut pas croire qu'il n'y a que les SDF qui en bénéficient. Aujourd'hui encore, à Salon, il y a des logements vétustes, qui ne disposent pas de sanitaire", expose Claude Cortési.

C'est aussi, dans cet espace qu'une infirmière bénévole vient les rencontrer, que les travailleurs sociaux entament le dialogue. Leur objectif : les amener à s'engager dans une démarche de réinsertion : "A la Gandonne, le centre d'hébergement dispose de 34 places pour hommes de 18 à 65 ans, inscrits dans une démarche d'insertion".

Y parvenir est complexe surtout passé un certain âge. Claude Cortési est surpris de voir la part des plus de 50 ans augmenter chez les sans-abri. Et lorsque l'on a été trop accidenté par la vie, il devient très difficile de faire les efforts nécessaires pour se reprendre en main.

S'il y a bien un endroit où l'expérience a gommé toute tentation d'angélisme, c'est à la Fraternité Salonaise, pour autant, chaque réussite est saluée comme un petit miracle, fruit d'un travail partagé.

Fraternité Salonaise : 04 90 53 46 28

Aménagement

La maison acquise par la Ville et située avenue Julien-Fabre va faire l'objet d'une importante transformation. Du sol au plafond en passant par les huisseries, beaucoup de choses sont à refaire.

A terme, le nouvel accueil pour les SDF, géré par la Fraternité Salonaise, devrait comprendre trois box individuels pour les femmes, qui font cruellement défaut sur l'actuel site, et un grand dortoir de seize places pour les hommes, une cuisine, plusieurs parties sanitaires, ainsi qu'un bureau pour les travailleurs sociaux.

La maison fait actuellement 60 m², une extension devrait permettre d'en doubler la capacité. Le dossier est actuellement entre les mains d'un architecte. Les travaux seront pris en charge par la commune et ses partenaires.

similaire:

L\Programme de réinsertion de familles en grande précarité, sans-abri...
«Régions» d’Analamanga, de l’Itasy et du Bongolava (madagascar), géré par l’association A. S. A (Ankohonana sahirana arenina)

L\Photos villa medicis
«Ville Fleurie 3 fleurs», Beausoleil bénéficie d'un ensoleillement constant et de températures agréables tout au long de l'année....

L\La maison passive est un bâtiment qui assure un climat intérieur...

L\Auron cette station internationale été-hiver, créée en 1937 avec...
«Ange de l'Annonciation» du xiiième siècle environ, est une des fresques les plus anciennes de la région

L\Résumé : Cette recherche tente de clarifier deux concepts, souvent...
«séduction» entreprises par les structures d’accueil (hôtels, maisons d’hôtes, clubs) pour réussir l’approche du touriste (Seydoux,...

L\Stéphane Robert et Anne Talandier. Secrétaire de séance
«valorisation du petit patrimoine rural non protégé et reconnu d’intérêt communautaire» et l’«accueil de loisirs sans hébergement...

L\Donc en toile de fond, IL ya toujours cet objectif de diminution...
«propre» mais pas forcément dans celui d’une meilleure consommation, plus adaptée aux besoins, sans perte énergétique

L\Bibliographie : Histoire du Japon
«La terre des Wa est chaude, l’hiver aussi bien que l’été. On y fait pousser des légumes» Wa = japonais

L\L’examen d’un placenta transmis sans aucune donnée clinique ne peut pas être informatif
...

L\Cloisons et Cloisons de distributions, soffites et encoffrements
«toundra» et servant de bassin de rétention des eaux de pluies. A cet effet, les relevés d’étanchéité et autres becquets, trop-plein...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com