Principe de construction du Galup 40








télécharger 67.3 Kb.
titrePrincipe de construction du Galup 40
date de publication20.10.2016
taille67.3 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Le galup 3.40 : comment ça marche ?
Principe de construction du Galup 3.40
Le Galup 3.40 est construit selon le principe du CP/époxy. Il ne s’agit pas d’un cousu-collé, puisqu’il est nécessaire de bâtir un mannequin femelle afin d’assembler les éléments de la coque.

L’outillage pour bois minimum requis sera :

- pour le traçage : crayon, équerre, compas, règles souples genre couvre-joint de menuiserie, marteau et pointes de 40 ou 50 mm

- pour la découpe : une scie sauteuse, éventuellement une petite circulaire

- pour l’assemblage : une perceuse avec forets, une visseuse, des petites presses.

- pour les finitions : une bonne râpe, un rabot ou équivalent, une ponceuse orbitale vous fera économiser du temps.

- enfin, 2 paires de tréteaux au minimum.

Sauf si vous possédez le matériel nécessaire, vous devrez faire déligner et raboter quelques pièces de bois par un professionnel du bois ou un amateur mieux équipé que vous.

Vous devez disposer au minimum de la surface d’un garage à voiture. Attention à l’accès ; il faudra aussi pouvoir sortir le bateau quand il sera terminé !

Matériaux : (voir liste)

- Le contre-plaqué préconisé est du CTBX tout-okoumé. Vous éviterez les grandes surfaces de bricolage dont les contre-plaqués d’importation ne peuvent convenir à la construction navale, et vous orienterez plutôt vers les marchands de bois pour professionnels. La qualité dite marine n’est pas utile pour un bateau protégé par de la résine époxy et qui n’est pas destiné à rester à flot en dehors des navigations.

Les feuilles de CP sont de dimensions 2,50 x 1,22.

Au moment de l’achat, bien vérifier que les feuilles de CP sont exemptes de défauts (attention aux bouchages à la pâte à bois sur les faces ou sur les chants qui masquent des manques dans les plis du CP)

- Les résines époxy à employer sont de trois types : de la résine standard pour la pose des tissus, de la résine chargée pour les joint-congés et les collages, que je vous conseille de vous procurer prête à l’emploi plutôt que vous hasarder à rajouter la charge vous-même. De la résine d’imprégnation qui peut être la résine standard ou mieux de la résine en phase aqueuse. Les fabricants proposent des conditionnements résine + durcisseur adaptés.

- Le bois massif : vous en trouverez chez un marchand de bois pour professionnel, voire chez un artisan complaisant qui vous les préparera aux dimensions voulues.

- Les peintures et vernis : Il en existe deux familles : mono ou bi-composant. Les premières sont plus faciles d’application mais moins solides que les secondes.

- L’accastillage : Taquets et chaumards gagneront à être réalisés par vous-même en bois dur. Les articulations du safran sont d’un modèle simple que l’on trouve aisément.
Dans le dossier de construction, vous trouverez une liste de fournisseurs.
Ceux qui le préfèrent peuvent me commander directement l’ensemble des fournitures nécessaires. Me contacter.
Les étapes de la construction :
La première étape consiste en la découpe des feuilles de CP selon la disposition et les dimensions indiquées. Les grandes pièces (sole et bordés) sont assemblées par enture multiple, puis découpés selon le tracé qu’on y aura reporté.

L’espace de travail est ainsi dégagé pour permettre la construction du mannequin femelle en bois brut.

Les bordés, la sole et le tableau arrière prennent place à l’intérieur du mannequin, puis sont assemblés par un joint-congé et un renfort en tissu de verre. Cloisons, caissons, puits de dérive, liston extérieur et autres aménagements prennent place avant le « démoulage » de la coque.

La coque est retournée pour être stratifiée, puis on peut attaquer les opérations de finitions.

Les temps morts auront été mis à profit pour réaliser le gouvernail, le safran, le mât, la bôme et la vergue, et, pour les plus courageux, les avirons.

Arrivé à ce stade, on pourra procéder aux opérations de finition (peinture et/ou vernis).

Après avoir posé les rares pièces d’accastillage, il ne vous restera plus qu’à gréer la voile et vous équiper du matériel de sécurité réglementaire avant d’aller tirer vos premiers bords (en ayant consulté au préalable la météo, comme il se doit…). Bonne route !
Les fournitures :
Il y a trois types de fournitures :

 La matière première nécessaire à la construction du mannequin, qui pourra éventuellement être réutilisé.

 La matière première nécessaire à la construction du bateau.

 L’équipement du bateau.
 Le Mannequin :

- 2 lambourdes 60 x 40 en 4 m,

- 3 planches à coffrage 200 x 25 en 2,50 m,

- une boite de vis auto-foreuses 5 x 45.
 Le Bateau :

Bois : Voici un tableau récapitulatif de la fourniture en bois comprenant en dernière colonne la qualité requise en initiales :

- CP pour le contre-plaqué extérieur tout okoumé (label CTBX).

- R pour un bois résineux du type sapin rouge hors choix ou équivalent.

- E pour un bois rouge exotique genre sipo.

- S pour un résineux léger et raide genre spruce ou « sapin blanc ».

- D pour un bois dur genre chêne ou robinier.

On choisira la qualité en fonction des disponibilités chez les fournisseurs ainsi que de l’esthétique que l’on voudra donner à l’embarcation. Pour les bois massifs, les dimensions indiquées, en millimètres, correspondent aux dimensions des bois rabotés.


Désignation

Quantité

Longueur

Largeur

Epaisseur

Qualité

Coque

2

2500

1220

8

CP

Coque

2

2500

1220

5

CP

Toletières (option dames de nage)

4







18

CP

Entretoise puits

2

250

20

20

R ou E

Membrures

18

400

35

20

R ou E

Serres de caissons

2

2000

20

15

R ou S

Serres de caisson

2

200

50

20

Idem

Support de coffre

1

900

30

15

Idem

Support de coffre

1

800

30

15

Idem

Liston

2

3600

35

20

R ou E

Doublage de tableau

1

810

100

15

R ou E

Quille d’échouage (optionnel)

1

3200

20

12

D ou E

Quilles d’échouage (optionnel)

2

2300

20

12

D ou E

Cale-pieds

1

600

28

28

R ou S

Taquets d’amarrage

1

300

30

16

D

Barre

2

1200

25

12,5

D ou E

Barre

1

350

25

16

D ou E

Clef de barre

1

120

24

12

D

tasseaux de dérive

2

260

15

15

R ou E

Mât 

2

3300

55

27,5

S

Bôme

2

2990

40

20

S

Vergue

2

2700

45

22.5

S

Bancs

1

610

190

20

R ou S

Avirons

2

2400

35

35

R ou S



Composite : Vous aurez besoin de :

- 1 m² de tissu bi-axial EBX 400 g/m²

- 4 m linéaires de tissu de verre grammage 125 à 200 g, de largeur 1,30 m

- 2 kg mastic bois /époxy + durcisseur

- 2 kg résine époxy de stratification + durcisseur

- 2 kg résine époxy d’imprégnation (résine en phase aqueuse de chez Resoltech, peut être remplacée par de la résine standard de stratification).

Pour la pose de l’accastillage, vous aurez besoin d’une cartouche ou d’un petit tube de mastic polyuréthane Sika ou générique PU50.

Pour éviter de coller ce qui ne doit pas l’être, un peu de polyane (plastique transparent d’emballage) et un rouleau d’adhésif d’emballage.
Peinture : Le choix du type de peinture ou de vernis dépendra de votre expérience en la matière. Une peinture mono-composant sera toujours plus facile à appliquer mais moins solide qu’un bi-composant, l’idéal étant un bi-composant appliqué au pistolet en cabine de vernissage. Mais n’oublions pas que l’essentiel du résultat dépendra de la préparation du support (ponçage, imprégnation, apprêt, ponçage).

L’extérieur de la coque, compte tenu du procédé de fabrication, devra obligatoirement être peint. L’intérieur de la coque, la dérive et le safran peuvent être peints ou vernis. Les espars peuvent être vernis ou saturés.

Dans tous les cas, selon les couleurs choisies, il vous faudra plus ou moins :

- pour l’extérieur de la coque : 1 kg d’apprêt, 2 kg de peinture

- pour un intérieur peint : 1 kg d’apprêt, 2 kg de peinture

- pour un intérieur vernis : 1 litre de vernis

- Pour les espars : 0,5 litre de vernis ou de saturateur
 L’équipement :
L’accastillage : En dehors de taquets que je vous conseille de fabriquer vous-même et des tolets dont le plan est fourni, vous aurez besoin de :

- 1 aiguillot Viadana Réf 52.13

- 1 aiguillot Viadana Réf 52.14

- 2 fémelots Viadana Réf 52.05 (voir liste fournisseurs)

- 1 clip de retenue de safran Viadana Réf 51.06 (voir liste fournisseurs)

- 1 écrou moleté de 8 type guidon pliable de tondeuse à gazon

- Un peu de visserie inox A4

- En option, 6 m linéaires de téflon ou PVC haute densité dim 20 x 5 pour bande molle (voir liste fournisseurs)

- La voile, à faire réaliser par un professionnel selon le plan fourni (nous consulter le cas échéant)

- Un rocambau diamètre intérieur 65 ou 70 mm

- Eventuellement, du cuir ou de la gaine thermo-rétractable pour fourrer espars et avirons (voir liste fournisseurs)

- Eventuellement, ½ m de tissu Mylar de largeur 70 mm ou 1 m en 50 mm pour lèvres de dérives

- 2 poulies simples

- 9 m d’écoute de 8 mm

- 8 m de drisse de 6

- 10 m de garcette de 5

- sans oublier le matériel de sécurité correspondant à la zone de navigation.
Si vous avez des difficultés à trouver une fourniture particulière, je peux vous indiquer un fournisseur, ou bien vous la fournir directement.
Transport du bateau :
Son faible poids autorise le transport du Galup 3.40 sur le toit d’une voiture. A deux, il n’est pas difficile de le retourner pour le poser sur les barres de toit.

On peut aussi facilement adapter une simple petite remorque bagagère, débarrassée de ses ridelles et dont on aura allongé le timon pour équilibrer la charge.
Le dossier de construction :
Il comprend :

- Le plan de voilure

- Un ensemble de 20 planches cotées format A3 correspondant à toutes les étapes de la construction ainsi que le détail des pièces d’armement et d’accastillage spécifique

- Un texte expliquant en détail toutes les étapes de la construction

- Un cd-rom photos illustrant la construction. Ces photos vous permettront de mieux comprendre le texte explicatif

- Les droits pour la construction d’une unité du Galup 3.40

similaire:

Principe de construction du Galup 40 iconCours en ligne: Matériaux de Construction
...

Principe de construction du Galup 40 iconRésumé : Cette recherche s’intéresse à l’étude du processus de construction...
«Exploration du processus de construction de significations d’une expérience culturelle de visite d’un site patrimonial : les sites...

Principe de construction du Galup 40 iconEmile Zola «2008-2010»
«C'est grâce au principe de la concurrence que l'économie politique peut avoir la prétention de se considérer comme une science»

Principe de construction du Galup 40 iconProgramme d’innovation Construire au Canada ap 006 Volet militaire
«présélectionnées», ce qui signifie qu'elles sont approuvées «en principe». Toutefois, cette présélection ne garantit pas l'attribution...

Principe de construction du Galup 40 iconUn voilier fait une abattée lorsque son étrave s'éloigne du lit du...

Principe de construction du Galup 40 icon3 Paris, le 29 novembre 2011
«principe égalitaire sur les éléments de rémunération, le déroulement de carrière lié à l’ancienneté et les congés supplémentaires»....

Principe de construction du Galup 40 iconAtelier de Lecture / Ecriture. Principe de l’atelier d’écriture
«mal du siècle»… on trouve le romantisme dans tous les genres (poésie, théâtre, récits) : Chateaubriand, Aloysius, Bertrand

Principe de construction du Galup 40 iconA flat, fat, growing urban experiment
«mouvement en train de se faire». C’est un paysage adaptatif, un biotropisme basé sur des processus de croissance locale, eux-mêmes...

Principe de construction du Galup 40 iconIdentité, biographie, histoire, et les représentations symboliques
«en principe» parce que cette présentation est basée sur un projet de recherche qui est à peine en cours, mais IL découle de certaines...

Principe de construction du Galup 40 iconThèse de trois principes : principe spirituel
«les illettrés parce qu’ils ne peuvent pas voir la vérité à travers l’écriture, la contemplent à travers les contours d’une certaine...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com