J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans)








télécharger 0.83 Mb.
titreJ. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans)
page55/77
date de publication23.12.2016
taille0.83 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   51   52   53   54   55   56   57   58   ...   77

1788


H.L : La chapelle de la Maladrerie est rasée.

Le cheptel compte 51 chevaux, 40 vaches et 450 moutons. La taille se monte à 3.370 livres.
A.B : Un orage de grêle ayant anéanti toutes les récoltes, la plupart des habitants est réduite à une très grande misère.
J.M : Les frais de la guerre d'Indépendance américaine ont épuisées les finances françaises. Ne pouvant plus entretenir tous ces châteaux, Louis XVI en vend pour la démolition. Celui de Villepreux (Grand'Maison) est du nombre. C'est François Heurtier, architecte des Bâtiments royaux qui l'achète ; il ne le démolit pas et l'habita une douzaine d'années. Il fut d'ailleurs conseiller municipal et c'est lui qui porta les cahiers de doléances de la commune.
A.S-S : Le 13 juillet un terrible orage de grêle anéantit toutes les récoltes à Villepreux et dans les environs.

1789


S.L-C : Charles Maurice Mackenem est commandant de la milice de Villepreux.

Nomination de Monsieur Heurtier comme colonel de la milice de Villepreux.

Présentation du cahier de doléances à Versailles. Parmi les signataires Etienne Mongrolle, chirurgien, J-F. Guinard, F. Hersent, maître d'école, L. Brault, contrôleur, Heurtier, architecte, Prissette, notaire. Impôts, dégats dus aux gibiers, état des chemins sont les principaux griefs.

Le 2 juillet, exécutions capitales par pendaison sur la place du marché de 3 braconniers qui avaient tué un garde. Aucun des trois criminels n'étaient de Villepreux.
H.L : Construction d'un moulin contre le pont de la porte de Paris par François Mingot.

Le 2 juillet, le Parlement condamne "à être pendus et étranglés jusqu'à ce que mort s'ensuive, à trois potences qui seront plantés dans la place du marché de Villepreux", François et Blaise Mongin, de Noisy et Jacques Durand, de Bouvier. Ce sont trois braconniers qui ont tué un garde, alors que celui-ci les surprend en train de fouiller un terrier.

Jean Paris, veuf se remariant, a seulement 29 livres de dot.

En avril, les 35 personnes les plus imposées de Villepreux sont réunies pour rédiger les cahiers de doléances. Heurtier et Brault sont nommés pour porter les cahiers de doléances à Versailles.
A.B : La milice bourgeoise est créée, puis licenciée.

La maison du vicaire devient le logement de l'institutrice.

Le fils ainé de Henry Meckenem, Charles Maurice est commandant de la milice de Villepreux, puis, il est révoqué.

Le domaine de Grand'maisons appartient à monsieur Heurtier, inspecteur des bâtiments du roi et architecte de la ville de Versailles.

Le 23 août, monsieur Heurtier est colonel de la milice de Villepreux.

Le droit de colombier est aboli, notamment à la ferme de Grand'maisons.

Le 28 octobre, réouverture du marché, monsieur Mongrolle est nommé syndic avec mission d'empêcher les achats faits par les accapareurs.

Un moulin est bâti prés du pont, à proximité des Bourgeaux.

Le roi est possesseur de la ferme de la Hébergeie, il l'avait acquise de Messire de Francini.
A.H : Louis Joseph de Ribains, prêtre de la fondation du cardinal de Gondy, signe un registre d'état civil de Villepreux.

Jean François Heurtier et Jean Brault sont députés à Versailles.
J.M : Le sieur Maingot fait construire un moulin sur le ru de Gally.
A.D : Election de deux Collecteurs d'impôts à Villepreux (6 décembre).

"A l'issue de la messe paroissiale se sont assemblées les membres municipaux et autres habitants de la paroisse, à effet de nommer un collecteur pour l'année 1789 ; après que le syndic a eu recueilli les voix de tous et un chacun en particulier, elles se sont trouvées réunies à nommer pour collecteur de l'année prochaine la personne de Pierre Mare, présent, pour seul collecteur selon l'usage de cette paroisse. Arrêté à Bois-d'Arcy, le jour et an que dessus et ont signé".

Etablissement d'une Milice bourgeoise à Villepreux.


"Le 29 juillet, huit heures du matin, la grosse cloche sonnée à l'effet d'assembler la communauté d'habitants de ce dit Villepreux, pour délibérer sur la nécessité de l'établissement d'une milice bourgeoise au bourg dudit Villepreux, pour veiller à la conservation de la récolte des grains et à la sûreté publique, que les circonstances actuelles menacent, attendu l'attroupement de plusieurs bandes de brigands. La matière mise en délibération, il a été unanimement arrêté et convenu d'élire à l'instant la dite milice bourgeoise". Suit une liste de 120 habitants de Villepreux qui doivent composer cette milice dont le chef, nommé à l'unanimité, est d'Artaize, écuyer, chevalier de St Louis, ancien capitaine de cavalerie. Registre de Villepreux.

Licenciement de la Milice de Villepreux.


"Le 17 novembre, les officiers de la municipalité assemblés, est comparu M. Prissette, major de la garde nationale de ce lieu, lequel nous a dit et fait rapport que la majeure partie des gardes nationaux paraissait vouloir discontinuer les patrouilles qui se sont faites depuis la création de la dite troupe jusqu'au jour d'hier, pourquoi il nous aurait prié de prendre matière en délibération à l'effet de décider s'il serait nécessaire de forcer la dite troupe de continuer son service ou s'il ne serait pas plus prudent de la licencier afin de maintenir la concorde entre la communauté, ajoutant que ce dernier parti paraissait plus prudent, attendue que pendant l'exercice de la dite troupe, elle n'a fait rencontre d'aucuns brigands qui auraient pu tendre à troubler le repos public. La matière mise en délibération, nous avons arrêté unanimement que la dite troupe sera et demeurera licenciée jusqu'à nouvel ordre, nous réservant au premier cas nécessaire de la remettre en activité." Registre de Villepreux.
A.S-S : Les curés de Villepreux, St Nom, Chavenay et Feucherolles adressent une supplique à Madame Necker, femme du Directeur général des finances - à laquelle ils attribuent naïvement une influence qu'elle n'a peut être pas - pour qu'elle intervienne auprès de son mari, afin que celui-ci prenne des mesures radicales "contre la quantité énorme de lièvres qui détruisent et mangent le blé à mesure qu'il sort de terre".

En avril, les habitants sont convoqués sur instruction royale, pour établir leur "cahier de doléances", qui sera porté au district de Versailles par Heurtier, propriétaire du château et Jean Brault, fonctionnaire. Ce cahier, rédigé sans doute par le maître d'école, ressemble beaucoup à ceux des villages voisins : on se plaint des droits d'entrée sur les eaux de vie et le vin, de l'inégalité de répartition des impôts et surtout de l'abondance excessive du gibier. On insiste beaucoup sur "l'inquisition rigoureuse et vexatoire qu'exerce continuellement le régime arbitraire des chasses... Les cultivateurs ne peuvent ni façonner, ni ensemencer leurs terres, ni récolter leurs grains et fourrages sans dépendre de l'inspection des officiers des chasses, lesquels n'en usent pas toujours sans modération". Et encore : "Les habitants de Villepreux croient devoir ajouter que la quantité prodigieuse de gibier qu'on entretient perpétuellement sur leur territoire les force à employer toujours le double du grain que les terres exigent naturellement pour être convenablement ensemencées. Encore si cette précaution les mettait à l'abri de la voracité du gibier, peut-être ne se plaindraient-ils pas, mais il y a des années où rien ne tient contre la surabondance du gibier et où les champs sont absolument dévastés".
R.G : La chapelle St Jouin est mise en vente par adjudication avec un terrain attenant, coté plaine du Val-joyeux, de 27 arpents de surface.

1   ...   51   52   53   54   55   56   57   58   ...   77

similaire:

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconAnalyse plastique des œuvres : Les questions liées aux composantes...

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconSous réserve de fluctuations monétaires, de hausse carburant ou taxes aéroport

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) icon28 décembre 2016 journal officiel de la république française texte 55 sur 189
«pour les procédures ouvertes avant le 1er janvier 2006 aux documents figurant à l’annexe 8-5 au présent livre» sont remplacés par...

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconFranco-japonaise, j’ai habité 3 ans en Italie, 18 ans en France....

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconAvis aux jeunes de 16 ans

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconPcsi 2 Programme de la semaine du 05 decembre au 09 decembre 2016 – colle n° 10

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconPcsi 2 Programme de la semaine du 12 decembre au 16 decembre 2016 – colle n° 11

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconDécret n° 2-97-176 du 4 chaabane 1418 (15 Décembre 1997) relatif...

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) iconExpositions publiques vendredi 10 décembre 2010 de 14h à 18h et le...

J. Mi : 28 décembre 856 (Fluctuations liées aux ans) icon31 ans 9 ans d’expérience (7 ans en. Net)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com