Objet d'étude : Le personnage de roman, du xviie siècle à nos jours








télécharger 40.08 Kb.
titreObjet d'étude : Le personnage de roman, du xviie siècle à nos jours
date de publication10.06.2018
taille40.08 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Année 2014-2015

Février 2015


Français 1ère NOUVELLE-CALÉDONIE


SÉRIE ES / S


 Objet d'étude : Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours.
Corpus : 
Texte A : Denis DIDEROT, La Religieuse, 1796 (posthume).
Texte B : Honoré de BALZAC, Adieu, 1830.
Texte C : Marguerite DURAS, Le Ravissement de Lol V. Stein, 1964.
 Texte A : Denis DIDEROT, La Religieuse, 1796 (posthume).

[Enfant illégitime, Suzanne Simonin a été contrainte par sa mère à entrer au couvent. Le personnage raconte ici ses malheurs au Marquis de C*** censé plaider sa cause, et évoque la persécution des jeunes filles dans les couvents.]

 Cependant il approchait ce temps1que j'avais quelquefois hâté par mes désirs. Alors je devins rêveuse, je sentis mes répugnances se réveiller et s'accroître. Je les allais confier à la supérieure ou à notre mère des novices2. Ces femmes se vengent bien de l'ennui que vous leur portez; car ll ne faut pas croire qu'elles s'amusent du rôle hypocrite qu'elles jouent et des sottises qu'elles sont forcées de vous répéter; cela devient à la fin si usé et si maussade pour elles, mais elles s'y déterminent, et cela pour un millier d'écus qu'il en revient à leur maison. Voilà l'objet important pour lequel elles mentent toute leur vie et préparent à de jeunes innocentes un désespoir de quarante, de cinquante années et peut-être un malheur éternel; car il est sûr, Monsieur, que sur cent religieuses qui meurent avant cinquante ans, il y en a cent tout juste de damnées, sans compter celles qui deviennent folles, stupides ou furieuses en attendant.
  Il arriva un jour qu'il s'en échappa une de ces dernières de la cellule où on la tenait renfermée. Je la vis. Voilà l'époque de mon bonheur ou de mon malheur, selon, Monsieur, la manière dont vous en userez avec moi3. Je n'ai jamais rien vu de si hideux. Elle était échevelée et presque sans vêtement; elle traînait des chaînes de fer; ses yeux étaient égarés; elle s'arrachait les cheveux; elle se frappait la poitrine avec les poings; elle courait, elle hurlait; elle se chargeait elle-même et les autres des plus terribles imprécations4; elle cherchait une fenêtre pour se précipiter. La frayeur me saisit, je tremblai de tous mes membres, je vis mon sort dans celui de cette infortunée, et sur-le-champ, il fut décidé dans mon cœur que je mourrais mille fois plutôt que de m'y exposer. On pressentit l'effet que cet événement pourrait faire sur mon esprit, on crut devoir le prévenir. On me dit de cette religieuse je ne sais combien de mensonges ridicules qui se contredisaient : qu'elle avait déjà l'esprit dérangé quand on l'avait reçue; qu'elle avait eu un grand effroi dans un temps critique; qu'elle était devenue sujette à des visions; qu'elle se croyait en commerce avec les anges; qu'elle avait fait des lectures pernicieuses5qui lui avaient gâté l'esprit; qu'elle avait entendu des novateurs6d'une morale outrée7qui l'avaient si fort épouvantée des jugements de Dieu, que sa tête en avait été renversée; qu'elle ne voyait plus que des démons, l'enfer et des gouffres de feu; qu'elles étaient bien malheureuses8; qu'il était inouï qu'il y eût jamais eu un pareil sujet dans la maison; que sais-je quoi encore ? Cela ne prit point auprès de moi; à tout moment ma religieuse folle me revenait à l'esprit, et je me renouvelais le serment de ne faire aucun vœu.

1. Il approchait ce temps : le moment où elle doit formuler ses vœux pour devenir religieuse.
2. Novice : personne qui prend l'habit religieux en vue de prononcer ses vœux.
3. Suzanne souhaite sortir du couvent ("mon bonheur") et non pas y rester ("mon malheur") : l'intervention du Marquis sera donc décisive.
4. Imprécation : malédiction ou prière appelant la colère divine.
5. Pernicieuse : moralement nuisible.
6. Novateur : qui introduit de nouvelles idées.
7. Outrée : exagérée, inacceptable.
8. Elles : les religieuses.


 

Texte B : Honoré de BALZAC, Adieu, 1830.

 [Fuyant la Russie lors de la retraite de l'armée napoléonienne, en 1812, la Comtesse Stéphanie de Vandières a dit adieu pour toujours au colonel Philippe de Sucy, son amant. Isolée et soumise à la brutalité de certains soldats, elle a perdu la raison. Sept ans plus tard, au cours d'une chasse avec un ami, le colonel Philippe de Sucy aperçoit, dans une propriété, la comtesse qu'il croyait morte. Elle est soignée par son oncle, le docteur Fanjat.]

- Elle ne me reconnaît pas, s'écria le colonel au désespoir. Stéphanie ! C'est Philippe, ton Philippe, Philippe.
  Et le pauvre militaire s'avança vers l'ébénier; mais quand il fut à trois pas de l'arbre, la comtesse le regarda, comme pour le défier, quoiqu'une sorte d'expression craintive passât dans son œil; puis, d'un seul bond, elle se sauva de l'ébénier sur un acacia, et, de là, sur un sapin du Nord, où elle se balança de branche 'en branche avec une légèreté inouïe.
- Ne la poursuivez pas, dit monsieur Fanjat au colonel. Vous mettriez entre elle et vous une aversion qui pourrait devenir insurmontable; je vous aiderai à vous en faire connaître et à l'apprivoiser. Venez sur ce banc. Si vous ne faites point attention à cette pauvre folle, alors vous ne tarderez pas à la voir s'approcher insensiblement pour vous examiner.
-Elle !Ne pas me reconnaître, et me fuir, répéta le colonel en s'asseyant le dos contre un arbre dont le feuillage ombrageait un banc rustique; et sa tête se pencha sur sa poitrine. Le docteur garda le silence. Bientôt la comtesse descendit doucement du haut de son sapin, en voltigeant comme un feu follet, en se laissant aller parfois aux ondulations que le vent imprimait aux arbres. Elle s'arrêtait à chaque branche pour épier l'étranger; mais, en le voyant immobile, elle finit par sauter sur l'herbe, se mit debout, et vint à lui d'un pas lent, à travers la prairie. Quand elle se fut posée contre un arbre qui se trouvait à dix pieds1environ du banc, monsieur Fanjat dit à voix basse au colonel :
- Prenez adroitement, dans ma poche droite, quelques morceaux de sucre, et montrez-les lui, elle viendra; je renoncerai volontiers, en votre faveur, au plaisir de lui donner des friandises. A l'aide du sucre, qu'elle aime avec passion, vous l'habituerez à s'approcher de vous et à vous reconnaître.
- Quand elle était femme, répondit tristement Philippe, elle n'avait aucun goût pour les mets sucrés.

1. Pied : unité de mesure. Dix pieds font trois mètres environ.

 

Texte C : Marguerite DURAS,Le Ravissement de Lol V. Stein, 1964.

 [LoI V. Stein, dix neuf ans, a été abandonnée, lors d'un bal, par son fiancé qui est parti en compagnie d'une autre femme. Il s'ensuit une longue période de prostration de LoI. Dans l'extrait, il s'agit de sa première sortie, la nuit, seule.]

 Jean Bedford ne la vit pas sortir, il crut à une promeneuse qui avait peur de lui, d'un homme seul, si tard, la nuit. Le boulevard était désert.

La silhouette était jeune, agile, et lorsqu'il arriva devant le portail il regarda. Ce qui le fit s'arrêter ce fut le sourire craintif certes mais qui éclatait d'une joie très vive à voir venir le tout-venant, lui, ce soir-là.
Il s'arrêta, lui sourit à son tour. Elle sortit de sa cachette et vint vers lui.

Rien dans sa mise ou son maintien ne disait son état, sauf sa chevelure peut-être qui était en désordre. Mais elle aurait pu courir et il y avait un peu de vent-cette nuit­ là. Il était fort probable qu'elle avait couru jusque-là, pensa Jean Bedford, justement parce qu'elle avait peur, depuis l'autre bout de ce boulevard désert.
- Je peux vous accompagner si vous avez peur. Elle ne répondit pas. Il n'insista pas. Il commença à marcher et elle fit de même à son côté avec un évident plaisir, presque flâneuse. Ce fut lorsqu'ils atteignirent la fin du boulevard, vers la banlieue, que Jean Bedford commença à croire qu'elle n'allait pas dans une direction précise.
Cette conduite intrigua Jean Bedford. Évidemment il pensa à la folie mais ne la retint pas. Ni l'aventure. Elle jouait sans doute. Elle était très jeune.

- Vous allez de quel côté ?

Elle fit un effort, regarda de l'autre côté du boulevard, d'où ils venaient, mais ne le désigna pas.

- C'est-à-dire... dit-elle.

Il se mit à rire et elle rit avec lui, aussi, de bon cœur.

- Venez, allons par là.

Docile, elle rebroussa chemin comme lui.

Quand même, son silence l'intriguait de plus en plus. Parce qu'il s'accompagnait d'une curiosité extraordinaire des lieux qu'ils traversaient, fussent-ils d'une complète banalité. On aurait dit non seulement qu'elle venait d'arriver dans cette ville, mais qu'elle y était venue pour y retrouver ou y chercher quelque chose, une maison, un jardin, une rue, un objet même qui aurait été pour elle d'une grande importance et qu'elle ne pouvait trouver que de nuit.
- J'habite très près d'ici, dit Jean Bedford. Si vous cherchez quelque chose, je peux vous renseigner.Elle répondit avec netteté : -

Rien.
S'il s'arrêtait, elle s'arrêtait aussi. Il s'amusa à le faire. Mais elle ne s'aperçut pas de ce jeu. Il continua. Il s'arrêta une fois assez longtemps; elle l'attendit. Jean Bedford cessa le jeu. Il la laissa faire à sa guise. Tout en ayant l'air de la mener, il la suivit.

 

I - Question sur le corpus (4 points) :

Quels regards les différents personnages témoins portent-ils sur la folie ?

II - Travail d'écriture (16 points) :

Commentaire
Vous ferez le commentaire de l'extrait de La Religieuse de Diderot (texte A).

Dissertation
Pourquoi les personnages marginaux intéressent-ils les romanciers ?

Vous répondrez à la question en vous appuyant sur les textes du corpus, les textes que vous avez étudiés en classe et sur vos lectures personnelles.

Invention
Vous imaginerez la suite immédiate du texte de Balzac : le colonel Philippe de Sucy, sous le regard du docteur Fanjat, essaie d'entrer en communication avec celle qui fut son amante.




NOUVELLE-CALÉDONIE SÉRIES TECHNOLOGIQUES

 

Objet d'étude : La question de l'homme dans les genres de l'argumentation, du XVIème siècle à nos jours.
Corpus : 
Texte A : MONTESQUIEU, Lettres persanes, lettre IC, 1721.
Texte B : Denis DIDEROT, Regrets sur ma vieille robe de chambre ou Avis à ceux qui ont plus de goût que de fortune, 1789.
Texte C : Honoré de BALZAC, Physiologie de la toilette, 1830.
Texte D : Louis GUILLOUX, Le Sang noir, 1935.


 

Texte A : MONTESQUIEU, Lettres persanes, lettre IC, 1721.

[L'auteur imagine une correspondance au XVIIIème siècle entre deux Persans qui observent Paris et ses habitants. Ils évoquent, avec un regard neuf et naïf, les mœurs et coutumes des Parisiens, non sans ironie...]

 RICA À RHEDI, à Venise.

  Je trouve les caprices de la mode, chez les Français, étonnants. Ils ont oublié comment ils étaient habillés cet été ; ils ignorent encore plus comment ils le seront cet hiver. Mais, surtout, on ne saurait croire combien il en coûte à un mari pour mettre sa femme à la mode.

Que me servirait de te faire une description exacte de leur habillement et de leurs parures ? Une mode nouvelle viendrait détruire tout mon ouvrage, comme celui de leurs ouvriers, et, avant que tu n’eusses reçu ma lettre, tout serait changé.
  Une femme qui quitte Paris pour aller passer six mois à la campagne en revient aussi antique que si elle s’y était oubliée trente ans. Le fils méconnaît le portrait de sa mère, tant l’habit avec lequel elle est peinte lui paraît étranger; il s’imagine que c’est quelque Américaine qui y est représentée, ou que le peintre a voulu exprimer quelqu’une de ses fantaisies.
  Quelquefois, les coiffures montent insensiblement, et une révolution les fait descendre tout à coup. Il a été un temps que leur hauteur immense mettait le visage d’une femme au milieu d’elle-même. Dans un autre, c’étaient les pieds qui occupaient cette place : les talons faisaient un piédestal, qui les tenait en l’air. Qui pourrait le croire ? Les architectes ont été souvent obligés de hausser, de baisser et d’élargir les portes, selon que les parures des femmes exigeaient d’eux ce changement, et les règles de leur art ont été asservies1à ces caprices. On voit quelquefois sur le visage une quantité prodigieuse de mouches2, et elles disparaissent toutes le lendemain. Autrefois, les femmes avaient de la taille et des dents ; aujourd’hui, il n’en est pas question. Dans cette changeante nation, quoi qu’en disent les mauvais plaisants, les filles se trouvent autrement faites que leurs mères.

Il en est des manières et de la façon de vivre comme des modes : les Français changent de mœurs selon l’âge de leur roi. Le Monarque pourrait même parvenir à rendre la Nation grave, s’il l’avait entrepris. Le prince imprime le caractère de son esprit à la Cour; la Cour, à la Ville, la Ville, aux provinces. L’âme du souverain est un moule3qui donne la forme à toutes les autres.

De Paris, le 8 de la lune de Saphar, 1717.

1 Asservies : soumises.
2. Mouches : petites rondelles de tissu noir que les dames se collaient sur le visage par coquetterie.
3. Moule : modèle type.

 

Texte B : Denis DIDEROT, Regrets sur ma vieille robe de chambre ou Avis à ceux qui ont plus de goût que de fortune, 1789.

[Catherine II ayant offert à Diderot une somptueuse robe de chambre écarlate, l'écrivain s'est défait de l'ancienne et le regrette amèrement !]

  Pourquoi ne l'avoir pas gardée ? Elle était faite à moi ; j'étais fait à elle. Elle moulait tous les plis de mon corps sans le gêner ; j'étais pittoresque et beau. L'autre, raide, empesée, me mannequine. Il n'y avait aucun besoin auquel sa complaisance1ne se prêtât ; car l'indigence est presque toujours officieuse. Un livre était-il couvert de poussière, un de ses pans s'offrait à l'essuyer. L'encre épaissie refusait-elle de couler de ma plume, elle présentait le flanc. On y voyait tracés en longues raies noires les fréquents services qu'elle m'avait rendus. Ces longues raies annonçaient le littérateur, l'écrivain, l'homme qui travaille. A présent, j'ai l'air d'un riche fainéant ; on ne sait qui je suis.
  Sous son abri, je ne redoutais ni la maladresse d'un valet, ni la mienne, ni les éclats du feu, ni la chute de l'eau. J'étais le maître absolu de ma vieille robe de chambre ; je suis devenu l'esclave de la nouvelle. [...]
  Ma vieille robe de chambre était une avec les autres guenilles2qui m'environnaient. Une chaise de paille, une table de bois, une tapisserie de Bergame, une planche de sapin qui soutenait quelques livres, quelques estampes3enfumées, sans bordure, clouées par les angles sur cette tapisserie ; entre ces estampes trois ou quatre plâtres suspendus formaient avec ma vieille robe de chambre l'indigence4la plus harmonieuse.
  Tout est désaccordé. Plus d'ensemble, plus d'unité, plus de beauté.

1. Sa complaisance : désir d'être agréable, aimable.
2. Guenilles : vêtements sales et en lambeaux.
3. Estampes : images imprimées.
4. Indigence : grande pauvreté, misère.

 

Texte C : Honoré de BALZAC, Physiologie de la toilette, 1830.

 Sous l'ancien régime, chaque classe de la société avait son costume ; on reconnaissait à l'habit le seigneur, le bourgeois, l'artisan. Alors, la cravate (si l'on peut donner ce nom au col de mousseline et au morceau de dentelle dont nos pères enveloppaient leur cou) n'était rien qu'un vêtement nécessaire, d'étoffe plus ou moins riche, mais sans considération, comme sans importance personnelle. Enfin les Français devinrent tous égaux dans leurs droits, et aussi dans leur toilette, et la différence dans l'étoffe ou la coupe des habits ne distingua plus les conditions. Comment alors se reconnaître au milieu de cette uniformité ? Par quel signe extérieur distinguer le rang de chaque individu ? Dès lors était réservée à la cravate une destinée nouvelle : de ce jour, elle est née à la vie publique, elle a acquis une importance sociale ; car elle fut appelée à rétablir les nuances entièrement effacées dans la toilette, elle devint le critérium auquel on reconnaîtrait l'homme comme il faut et l'homme sans éducation. [...] Tant vaut l'homme, tant vaut la cravate. Et, à vrai dire, la cravate, c'est l'homme ; c'est par elle que l'homme se révèle et se manifeste. [...]
  Car la cravate ne vit que d'originalité et de naïveté ; l'imitation, l'assujettissement aux règles la décolorent, la glacent, la tuent. Ce n'est ni par étude ni par travail qu'on arrive à bien ; c'est spontanément, c'est d'instinct, d'inspiration que se met la cravate. Une cravate bien mise, c'est un de ces traits de génie qui se sentent, s'admirent, mais ne s'analysent ni ne s'enseignent. Aussi, j'ose le dire avec toute la force de la conviction, la cravate est romantique dans son essence ; du jour où elle subira des règles générales, des principes fixes, elle aura cessé d'exister !

 

Texte D : Louis GUILLOUX,Le Sang noir, 1935.

[L'histoire se déroule en 1917, dans une ville de province où enseigne Cripure, un professeur de philosophie moqué par ses élèves, notamment en raison de la taille de ses pieds.]

  Peut-être une fois de plus parlaient-ils de ses pieds légendaires ?

Un jour, bien avant la guerre, un cirque était arrivé en ville, avec un géant. Or, les souliers du géant n'étaient rien en comparaison de ceux de Cripure, chacun avait pu s'en rendre compte, le directeur du cirque ayant fait exposer les souliers du géant dans la vitrine du plus grand bottier de la ville - qui était celui de Cripure précisément.
  Quand on lui avait apporté ces souliers, le bottier s'était moqué. Au directeur du cirque, incrédule, il avait affirmé : « j'ai mieux que cela ! » Et courant à son atelier il en était revenu avec les souliers de Cripure que Maïa2venait précisément de lui apporter à réparer. Le directeur du cirque avait dû s'avouer battu. Il s'était montré curieux de connaître le « phénomène ». Songeait-il à l'engager ? Il en avait plaisanté un instant avec le bottier qui lui avait vivement conseillé, le cas échéant, d'engager aussi Maïa, car les deux faisaient la paire.
  Mais quand le directeur du cirque avait appris que le propriétaire de ces «étonnants godillots» était un professeur, et

de philosophie ! il avait simplement haussé les épaules et parlé d'autre chose.

Trois jours entiers, les souliers du géant étaient demeurés dans cette vitrine, monstrueuse attraction qui, sans doute, avait porté ses fruits en entraînant plus d'un badaud au cirque, mais aussi avait révélé à ceux qui l'ignoraient encore l'existence, quelque part, dans un faubourg de la ville, d'un homme de beaucoup d'esprit, d'un savant, dont les pieds étaient encore plus grands que ceux du géant.

Durant ces trois jours, le bottier était plus d'une fois revenu à l'atelier prendre les souliers de Cripure, afin de les montrer à quelque client qui voulait «se rendre compte par soi­ même ». Les souliers étaient ainsi passés de mains en mains. On les avait jaugés, soupesés, mesurés de l'œil et du doigt, comparés à ceux du géant, avec des commentaires où l'apitoiement se mêlait à la moquerie. Les psychologues prétendaient que l'infirmité de Cripure, en l'obligeant à se replier sur lui-même, en avait fait l'homme d'esprit qu'il était et qu'ainsi on pouvait dire qu'il tirait tout son esprit de ses pieds. D'autres, jouant au savant, se grattaient le menton, cherchant quelle maladie pouvait bien engendrer une difformité aussi triste. Quelqu'un ayant prononcé le mot d'acromégalie, on s'était fait expliquer la chose par un pharmacien. Le temps de consulter un dictionnaire de médecine et le pharmacien était revenu chez le bottier reluisant de science. Cette maladie mystérieuse, c'était une glande dite apophyse qui l'engendrait, quand elle fonctionnait mal. Toutes les extrémités: les pieds, les mains, la langue, et autre chose itou, avait ajouté le pharmacien, avec un sourire canaille, se mettaient à croître sans mesure. Ce n'était pas une maladie héréditaire. Elle pouvait se déclarer à n'importe quel âge. On avait vu des gens de vingt-cinq ans en être soudain frappés.
  Ils n'en revenaient pas. Cripure était-il atteint de cette maladie avant d'épouser Toinette2? Depuis ? La maladie s'était-elle déclarée pendant ? Et de rigoler !

  Cripure savait tout cela.

1. Maïa, femme laide et sotte, est la compagne actuelle de Cripure.
2. Toinette, qui était mariée à Cripure, l'a quitté pour un bel officier.

 

I - Questions sur le corpus (6 points) :

1. Que nous disent les éléments vestimentaires présents dans ces quatre textes de leurs propriétaires et des personnages qui les entourent ? (3 points)

2. Dans quelle mesure ces textes prêtent-ils à sourire ? (3 points)

II - Travail d'écriture (14 points) :

Commentaire
Vous commenterez l'extrait des Lettres persanes de Montesquieu (texte 1) en vous aidant du parcours de lecture suivant : -vous analyserez, dans le texte, la mise en valeur des variations de la mode.
- vous étudierez la dimension satirique du texte.

Dissertation
L'argumentation directe est-elle le moyen le plus efficace de critiquer l'homme et la société ?
Vous répondrez de manière construite et argumentée en prenant appui sur les textes du corpus, les textes que vous avez étudiés en classe et sur vos lectures personnelles.

Invention
Vous êtes un objet cher à votre propriétaire. Après vous être présenté, vous dénoncez la manière dont il vous traite et vous utilise.

Votre texte sera structuré autour d'arguments précis et illustrés qui ouvriront sur une réflexion de portée générale (maxime, sentence, morale...).

 




similaire:

Objet d\Architecture gothique1 Introduction2-3-4-5
«Opus Francigenum» («œuvre française») et elle se diffuse rapidement au nord puis au sud de la Loire et en Europe jusqu'au milieu...

Objet d\I- l'histoire de la corse a de l'antiquité grecque au xviii° siècle...
«toujours conquise jamais soumise» et à son insularité développant l'idée d'une identité corse. Identité corse construite par l'histoire...

Objet d\Projet classe culturelle : «L’art engagé du XX e siècle à nos jours...
«Les Otages» de Fautrier, «la peinture informelle sous les balles nazies» de J. L ferrier

Objet d\8 jours / 7 nuits en pension complète
«Malta Experience», un court métrage remarquable retraçant l’histoire de Malte jusqu’à nos jours

Objet d\8 jours / 7 nuits en pension complète avec boissons
«Malta Experience», un court métrage remarquable retraçant l’histoire de Malte jusqu’à nos jours

Objet d\On a longtemps méprisé les écrivains qui, entre la Pléiade et la...
«attardés ou égarés». Leur redécouverte a permis de déterminer chez ces auteurs indépendants certains traits communs. C’est en ce...

Objet d\Date de naissance : 25. 11. 1978
«Lumières et Romantismes», sous la direction de M. le Prof. Philippe Antoine. Titre du projet de recherche : Représentations et rencontre...

Objet d\Arcangelo corelli (1653-1713)
«baroque» est appliqué au départ à l’architecture, la peinture et de façon générale à l’art du xviie siècle, opposé à celui de la...

Objet d\Quelque part, de nos jours

Objet d\Histoire du silence : de la Renaissance à nos jours








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com