I. Les communications intercellulaires dans l’organisme








télécharger 206.32 Kb.
titreI. Les communications intercellulaires dans l’organisme
page5/11
date de publication11.06.2018
taille206.32 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

III. Tissu nerveux

A.Constitution cellulaire

1.Neurone

a)Morphologie




Le corps cellulaire, étoilé, est le soma.

Il est agrémenté de ravimifications très divisées formant une arborescence : les dendrites, qui sont les zones réceptrices du neurone.

Parmi ces ramifications, une est plus longue et plus importante que les autres, l’axone, dont l’extrémité est très ramifiée.

Selon les endroits de l’organisme et les neurone, l’axone peut être :

sans garniture

entouré par des manchons cellulaires l’isolant de son environnement : la gaine de myéline.

On distingue donc des axones myélinisés et amyélinisés.

La gaine de myéline est interrompue à intervalles réguliers par les noeuds de Ranvier, très importants dans la conduction.

L’axone est conducteur et émetteur. Il se connecte au soma avec le cône d’implantation ou zone gachette : c’est la zone la plus excitable du neurone.

b)Ultrastucture

iLe corps cellulaire contient :

  1. le noyau

  1. le corps de Nissl : c’est un groupement dense de ribosomes et de reticulum endoplasmique autour du noyau (reticulum granuleux), visible en microscopie électronique. Il est témoin de l’intensité des synthèses protéiques dans le neurone.

Seul le soma est le site de synthèses protéiques (il existe quelques ribosomes dans les dendrites). Il n’y a pas de ribosomes dans l’axone qui n’a qu’un rôle de conduction.
iiAxone

Il contient plus de lipides et de protides que le soma.

Il contient des structures fibrillaires, les neurotubules (constitués de tubuline), doués d’une activité contractile.

L’axone est très long (jusqu’à 1,10 m) ce qui rend la diffusion impossible. C’est par l’action des neurotubules que vont être transportées les protéines.

Le flux axonal se fait du soma vers la terminaison. La vitesse est rapide (mm/h) ou lente (mm/j). Ce transport axoplasmique centrifuge permet le transport des substances essentielles au renouvellement des membranes et des enzymes des terminaisons axonales.

Le flux rétroaxonal est un flux axoplasmique centripète, de la terminaison vers le soma. Il ramène tous les déchets et des structures à recycler. Il existe en effet un vrai métaboliqme nerveux axonal : lipides et protides sont progressivement métabolisés et dégradés. Ce flux est toujours lent.
iiiSynapses

Ce sont des structures spécifiques du neurone

Le bouton terminal est un renflement siègeant en face d’une cellule réceptrice (neurone ou autre). Il contient des vésicule de neuro-transmetteur libéré dans la fente synaptique à la suite de l’activation de l’axone. Il agit en se fixant sur les récepteurs de la cellule cible.

2.Cellules gliales (glie, névroglie)


Non excitables, elles sont plus nombreuses que les neurones. Elles entourent les neurones adjacents.

a)Morphologie


Elles ont différentes formes :

  1. Astrocytes : cellules étoilées, de grande dimension, dans le SNC.






  1. Oligodendrocytes (SNC) : petite cellule présentant peu de prolongements






  1. Microglie : s’assimilent aux macrophage : nettoyage des espaces extra-cellulaires. Très petites, émettant des prolongements en cheveux.

  2. Cellules de Schwann (myéline du SNP).

b)Fonction


Elles se situent aux interfaces :

  1. entre neurones

  2. entre neurones et vaisseaux

  3. entre neurone et membrane méningée au contact de laquelle circule le LCR.

Elles ont un rôle de filtre et contrôle des échanges par émission de pseudopodes.

 Elles sont la matérialisation de la barrière hémato-encéphalique :




Elles assurent une mission :

  1. d’architecture : donne la forme et l’élasticité des neurones, amortit les chocs. Les cellules gliales ont la même origine que les fibroblastes.

  2. de cicatrisation : la plupart des cellules excitables ne se multiplient pas. Les neurones lésés ne se renouvellent pas. Les cellules gliales prennent leur place

  3. d’isolement électrique des neurones : non excitables, elles évitent les interactions entre neurones (sinon : épilepsie).

  4. de régulation de l’excitabilité en agissant sur :

  5. l’environnement ionique : quand le neurone est excité, il se produit une sortie de K+ et une entrée de Na+. Si le neurone émet beaucoup de PA, la pompe devient insuffisante. Les astrocytes absorbent temporairement les K+ qui sortent des neurones et émettent des Na+ par leurs pompes très puissantes.

  6. les neurotransmetteurs produits par les neurones pour éviter qu’ils n’agissent trop longtemps.

  7. de synthèse de ligands : activité paracrine et autocrine (stéroïdes, PGs, GABA, purines...)


Il n’y a pas de cancer d’origine neuronale (les neurones ne peuvent pas proliférer). Les tumeurs cérébrales sont des gliomes, bénins (astrocytome, oligodendrogliomes) qui peuvent dégénérer, ou malins d’emblée (glioblastomes).

3.Myéline


La myéline est une structure en manchon qui engaine et protège l’axone, avec des interruptions espacées : les noeuds de Ranvier (on y trouve des canaux sodiques). Elle est constituée de manière variable selon les deux parties du SN :

  1. SNC : ce qui est dans l’enveloppe osseuse du crâne et du rachis.

  2. SNP : ce qui sort de l’enveloppe osseuse : nerfs, ganglions...

Un axone émanant d’un neurone parcourt une partie dans le SNC et se retrouve dans un nerf périphérique.



  1. Dans le SNP, la myéline est constituée par l’enroulement d’une cellule, la cellule de Schwann, autour de l’axone.

Dans les enroulements, le volume occupé par le cytoplasme est extrêmement réduit ; le noyau est expulsé dans le dernier tour. Donc la gaîne de myéline n’est presque constituée que de membrane plasmique, riche en lipide, très fort isolant électrique.

Elle joue aussi un rôle dans la cicatrisation : en particulier elle montre le chemin reconnu par l’axone néoformé.


  1. Dans le SNC (encéphale et moelle épinière), elle est constituée par l’enroulement des prolongements des oligodendrocytes (sur plusieurs cellules voisines). Leur dégénérescence est à l’origine de la sclérose en plaques : prototype des maladies dues à une démyélinisation, dans ce cas due à une perte de myéline de certaines zones du cerveau et de la moelle épinière. Chez ces patients, la conduction du PA est ralentie, et les noeuds de Ranvier s’appauvrissent en canaux à Na+. Elle semble due à une production d’anticorps contre la protéine basique de la myéline (constituée ici par les oligodendrocytes) ou à une sécrétion de protéines qui détruisent les protéines de la myéline.

La myéline donne la couleur blanche : absence de myéline dans la substance grise.

4.Morphotypes de neurones


Neurone multipolaire : constitue l’essentiel des motoneurones commandant les muscles volontaires. Il comporte beaucoup de dendrites et un long axone.




Neurone unipolaire : prolongements dans une seule direction :

  1. grand axone et petits dendrites

  2. petit axone et grands dendrites abondants : existe dans le cervelet (beaucoup d’informations pour une réponse)





Neurone bipolaire : 2 prolongements d’importance comparable : neurones relai, surtout dans la rétine.




Neurone en T : évolution du précédent par fusion des 2 prolongements faisant qu’une partie du chemin est commune : représentatif de l’ensemble des neurones sensitifs (dans les ganglions).



1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconDevis descriptif architectural de usg
«Fire Resistance Directory», dans les listes de certification de Warnock Hersey ou dans la liste d'un autre organisme d'essais et...

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconDevis descriptif architectural de usg
«Fire Resistance Directory», dans les listes de certification de Warnock Hersey ou dans la liste d'un autre organisme d'essais et...

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconLes carburants préférés de notre organisme sont le glucose et les...

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconSolution : Communications Unifiées renforcer les interactions avec la clientèle

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconLe cqrhc est l’organisme rassembleur

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconNom et adresse officiels de l'organisme acheteur

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconBmw group Corporate Communications
«matériaux», lumière, chaleur et eau comme des éléments essentiels pour l’homme dans sa perception de sa relation à la nature, à...

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconRecherche sur les communications de masse notamment avec l’implantation...

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconLeçon La région Pays de la Loire
«Commencé en 2003, l’aménagement de l’île de Nantes est organisé par la samoa, un organisme public qui regroupe les collectivités...

I. Les communications intercellulaires dans l’organisme iconAvis de marche nom et adresse officiels de l'organisme acheteur








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com