Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président








télécharger 290.33 Kb.
titreEmmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président
page4/9
date de publication11.06.2018
taille290.33 Kb.
typeManuel
ar.21-bal.com > loi > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Défis et leçons

Au-delà des avantages rapportés ci-dessus, le document pointe un certain nombre de défis quant aux développements de l'AMT. La perception de l'AMT parmi l'ensemble des dispositifs de FPC est encore insuffisante de la part des employeurs, de même que des possibilités de le financer. L'analyse des besoins en compétences des employés est également fragmentaire et ne permet pas bien de savoir où l'AMT serait nécessaire et comment il pourrait être mis en œuvre. Trop peu de formateurs ont été formés de manière à mettre en œuvre efficacement des dispositifs d'AMT. L'AMT ne débouche pas systématiquement sur une qualification reconnue et il manque un système permettant la validation des savoirs et des compétences techniques transversales acquises dans ce contexte. Enfin la mise en œuvre d'AMT dans les PME se heurte à des obstacles en termes de temps, de procédures et d'organisation.

Les leçons concernent d'abord le besoin de disposer de données statistiques robustes et comparables sur tout ce qui concerne la formation basée sur le travail. Au-delà, l'AMT a besoin d'une reconnaissance explicite bien affirmée, des législations et des instruments de financement. Il est important que l'AMT ne renvoie pas seulement à l'apprentissage pour les jeunes, ou bien que cet apprentissage devienne un élément central de la formation pour tous. La reconnaissance et la valorisation de l'AMT appellent des mécanismes appropriés de validation des compétences acquises, même si ces dernières ne permettent pas l'obtention d'une qualification pleine et entière (on retrouve là la logique présidant à la mise en œuvre de « blocs de compétence »). Dans le contexte de fragmentation et de diversité des dispositifs de la FPC, il est essentiel de développer les échanges et la coopération entre les acteurs, de rechercher la cohérence entre les actions et de favoriser la connaissance par les partenaires sociaux des opportunités de formation. Ces efforts doivent être conduits aux niveaux national, régional, local et sectoriel. Enfin, il importe d'améliorer la visibilité de l'AMT et de favoriser la prise de conscience de ses avantages et de ses méthodes.

Conclusions

A l'heure où la France s'apprête à reconsidérer en profondeur son système de formation professionnelle continue, les enseignements de ce travail sont particulièrement intéressants. Dans la suite des changements introduits par la loi Travail en cours d'adoption, et dans la perspective de la sécurisation des parcours professionnels, il semblerait logique que la France passe de la seconde à la première catégorie de pays, celle de ceux qui ont créé un environnement favorable à l'AMT. Les expérimentations en cours concernant l'extension de l'apprentissage telles celles qui ont été entreprises dans le cadre de la loi Travail de 2016, celles concernant les formations en situation de travail (FEST) que décrit l'article de Jean Marie Bergère ainsi que le déploiement des blocs de compétences devraient y contribuer.

Pour autant, il importe de bien apprécier la grande originalité du système français relativement aux autres pays européens.



*Afin de bien distinguer les deux sens du mot apprentissage, j'utilise l'italique apprentissage à chaque fois qu'il s'agit du mécanisme traditionnel de formation des jeunes apprentis. En revanche l'utilisation d'apprentissage renvoie au sens générique du mot.
Les conditions de travail se dégradent en France

mercredi 11 octobre 2017

À partir des 5 dernières années de l’enquête européenne sur les conditions de travail (EWCS – 1995, 2000, 2005, 2010, 2015), le Centre d’études de l’emploi et du travail a analysé, parmi les 15 pays déjà présents dans l’Union européenne en 1995, la qualité et l’évolution des conditions de travail. Les conclusions sont très diverses selon les pays et les âges.

Une dégradation lente mais persistante en France

L’étude analyse de nombreux facteurs de risques manifestés par des atteintes au bien-être au travail, selon plusieurs critères : mauvaise qualité de trop d’emplois, contrats courts, facteurs de pénibilité, horaires de travail atypiques, mauvais climat social, discriminations, violence au travail, très forte intensité du travail, tâches répétitives de faibles compétences et non apprenantes…

Selon cette étude, la France fait partie des 3 pays les plus exposés à la dégradation des conditions de travail. Ce qui crée une grande fragilité face aux risques, par rapport à la médiane européenne. Et, ce qui est inquiétant, cette situation se dégrade lentement mais constamment entre 1995 et 2015.

De fortes disparités dans la vulnérabilité des travailleurs

- selon les pays

Dans tous les pays, sur ces 20 dernières années, on voit en moyenne les conditions de travail se dégrader de 1995 à 2000, s’améliorer ensuite pendant les 10 premières années du siècle et à nouveau une vulnérabilité en augmentation en 2015 (sauf en Finlande).

Dans le trio de tête des conditions de travail difficiles, la Grèce est la plus touchée, suivie de l’Espagne, puis la France qui n’est pas loin derrière. Elles ont constamment un haut niveau de vulnérabilité. La France est la seule du trio à avoir toujours augmenté en dégradation. Un peu meilleurs et plus variables selon les années viennent ensuite le Portugal, l’Italie, le Royaume Uni et la Finlande. Au contraire, c’est aux Pays-Bas et dans les pays nordiques (sauf la Finlande) que les conditions de travail sont les meilleures.

Ces différences reflètent les différences entre la structure économique des pays, en particulier les secteurs économiques développés, les pratiques d’emploi et de travail ainsi que les différences institutionnelles (politiques de protection…).

- selon les âges et le genre

La plus grande fragilité se trouve partout chez les séniors depuis l’an 2000. Mais la vulnérabilité des jeunes de moins de 25 ans s’est beaucoup accrue entre 2010 et 2015, années de difficultés économiques.

D’autre part, en moyenne, les femmes sont plus frappées par cette dégradation que les hommes, sauf en France et en Irlande, où les hommes ont maintenant un risque plus dégradé.

- selon les catégories socioprofessionnelles

Pour toutes, le risque a beaucoup augmenté en 20 ans de 14,3 % à 24,3 % des actifs en moyenne européenne. Mais on retrouve entre elles les disparités connues selon un emploi en CDI ou en CDD, selon qu’il s’agit d’un emploi public ou privé. Les employés du commerce, de l’agriculture et l’artisanat, les salariés des TPE, les emplois non qualifiés ainsi que les travailleurs indépendants connaissent les risques les plus forts de conditions dégradées. Les emplois les plus qualifiés bien sûr sont les moins fragiles.

Ainsi, cette comparaison ne montre pas la France en bonne situation. C’est un élément capital à prendre en compte tant au niveau des entreprises et de leurs représentants syndicaux que dans les politiques publiques en cours de réformes pour améliorer la qualité de l’emploi et les conditions de travail.

Source

  • Measuring Vulnerability to Adverse Working Conditions : Evidence for European Countries :

http://www.cee-recherche.fr/.../measuring-vulnerability-adverse-working-conditions-evidence-european-countries
Galériens et olympiens du travail à l’ère numérique

  • Monique Dagnaud 13 octobre 2017    

 La cause est entendue : l’ère du numérique bouleverse le travail. Mais comment ? La bataille de chiffres sur le technological unemployment liés à la robotisation connaît aujourd’hui une accalmie provisoire : pourquoi ? Les débats passionnés sur le thème de « la fin du travail » ont occulté d’autres données tout aussi cruciales. Quels emplois se développent en lien direct avec la révolution numérique ? Comment le rapport au travail évolue-t-il alors que les outils numériques modifient les procédures et les modalités d’exercice des tâches tandis qu’une  conception hédoniste « le travail doit être un plaisir » (rappel du slogan culte des hackers des seventies) imprègne à nouveau les esprits ?  

La dystopie de la fin du travail

Depuis 2013, une polémique fait rage autour des retombées de la robotisation. Reconnaissons à Jérémy Rifkin la paternité du propos avec son livre La Fin du travail publié en 1995. Mais c’est à partir de l’étude menée en 2013 à l’université d’Oxford par Carl Frey et Michael Osborne, étude faisant valoir que près de la moitié des emplois américains allaient disparaître à horizon de dix ans, que quantité d’économistes lanceurs de chiffres ont engagé la guerre des spéculations.

Quatre ans plus tard, les charmes de ce débat prophétique se sont épuisés. Alors que la croissance mondiale semble repartie (le FMI ne cesse de souffler le froid et le chaud), que la méthodologie utilisée par le duo d’Oxford a été mise à l’épreuve[1], et que d’autres analyses ont été menées, notamment à l’OCDE, prévoyant une disparition, de 9% seulement des emplois américains, dûe à l’automation, les esprits manifestent un certain apaisement. Au fond, sur chaque paramètre – rythme de destruction d’emplois automatisables, transformation des métiers et création de nouveaux emplois – règne une incertitude. Et ce constat place les politiques en première ligne pour réguler les effets de la numérisation de l’économie et créer un environnement favorable à l’investissement et à l’émergence de nouvelles activités.

Les emplois directement liés à la révolution numérique

Les ingénieurs informaticiens sont très convoités sur le marché du travail, mais les effectifs du secteur du numérique ne constituent en France que 4% des emplois du secteur marchand. Les gisements importants d’activités pour l’avenir ne résident pas là. La demande d’experts augmente en effet régulièrement depuis le début des années 2000 – elle a connu une nette accélération de 2000 à 2005, elle atteind aujourd’hui une vitesse de croisière avec une croissance de 2,3% an (pour les ingénieurs), donc supérieure aux autres secteurs[2]. Sur la décade  2012-2022, la création nette d’emplois dans l’informatique devrait excéder les 100 000 postes, quasi exclusivement d’ingénieurs.

Mais cette pression portera sur certaines qualifications : digital planners, web analysts, développeurs, data scientists, spécialistes du cryptage et du design etc., et sur tous les métiers techniques liés aux infrastructures. Dans ce secteur en constante évolution être jeune est un atout. Dans la Silicon Valley,  plus qu’ailleurs, la demande pour ces métiers augmente : la croissance des emplois dans l’innovation et les services d’infos a été de 24% de 2010 à 2015, même si elle connaît depuis deux ans un certain tassement.

Ces créations d’emplois projetées par les services statistiques ne représentent cependant qu’une petite partie des retombées directes ou indirectes de la révolution numérique (services aux entreprises), et pour l’essentiel n’ont rien à voir avec elle. Les nouveaux emplois concernent aussi l’éducation et la santé – l’allongement de la durée de vie et la demande de bien-être (emplois liés aux activités récréatives, culturelles et sportives) en sont les moteurs. Les secteurs de la distribution, de l’hôtellerie-restauration, les services d’appui scientifique et technique, bénéficiaires de l’externalisation des entreprises, connaîtront également une croissance forte prévoit France-Stratégie. Certes, les nouvelles technologies reconfigurent toutes les activités, mais les services qui accompagnent la personne humaine tout au long de sa vie dopent nettement plus l’emploi que la recherche dévolue au futur homme bionique…

L’aspiration à l’accomplissement personnel dans le travail

Le triomphe des valeurs de l’hédonisme, soutenues par la culture marchande et la publicité, se traduit aujourd’hui par deux exigences : la quête d’autonomie et la recherche d’un accomplissement personnel dans le travail.

Si les jeunes donnent plus d’importance à la valeur travail que leurs aînés, s’ils s’accordent sur l’idée que travailler constitue le chemin de l’insertion, ils lui assignent unanimement des attentes personnelles (utilité attachée à cette activité, compatibilité avec la vie de famille), et des attentes relationnelles (ambiance de l’entreprise, capacité d’être reconnu et valorisé dans ses compétences). Les attentes matérielles n’ont évidemment pas disparu, mais elles se doublent d’aspirations qualitatives.

Dans ce contexte, les individus adoptent face au travail des stratégies très personnelles, et ce d’autant plus que la sphère numérique encourage l’initiative et la créativité, sans qu’il soit besoin de capitaux pour se lancer – dans un premier temps du moins. Une partie des diplômés s’écarte de l’idée de carrière dans la grande entreprise, et cherche le graal dans la création de start-up innovantes ou, pour un petit nombre, en s’investissant dans l’artisanat (voir mon article sur Le Fooding, symbole du nouvel esprit du capitalisme), ou dans des activités artistiques.

À ces mutations du travail les réseaux sociaux et les blogs apportent leur grain. Ils offrent des opportunités inédites, à mi-chemin entre activité rémunératrice et occupation gratifiante. Autrement dit, ils dégagent l’opportunité de « gagner sa vie en s’adonnant à sa passion » – à condition de rameuter des sponsors comme le font certains youtubeurs, certaines blogueuses de mode, ou des aventuriers de la Van Life, en mettant à disposition de leurs followers des contenus originaux.

Parallèlement se développent les activités, dites ubérisées, sous l’égide de l’économie des plateformes : emplois effectués sous le statut d’auto-entrepreneur (chauffeurs de VTC ou livreurs-coursiers avec 50 000 créations d’emplois au cours des trois dernières années) ; possibilités d’acquérir des revenus ponctuels en usant de son capital disponible (prestataires de Blablacar ou loueurs d’Airbnb) ; possibilité d’effectuer un travail faiblement qualifié et (mal) rémunéré en bricolant sur le Net (services de micro travail comme Mechanical Turk d’Amazon, qui consiste à  recadrer une photo, organiser des playlists, etc.).  

Face à la polarité de l’emploi, celle des inclus d’un côté et celle des précaires de l’autre, s’est installée une zone grise où les frontières du travail sont poreuses et où se dissocient les notions d’activité, d’emploi (salarié et/ou indépendant) et de revenus. Cette zone est empreinte d’ambiguïté. Elle offre à certains une planche de salut, leur offrant un rêve de rattrapage social qu’elle leur donne parfois la possibilité de réaliser.

Le nouveau mythe de l’emploi indépendant

Tous ces derniers exemples font appel à l’imaginaire de l’emploi indépendant – pour ceux qui peuvent aspirer à une place dans le monde des grandes ou petites entités économiques, mais aussi pour ceux qui sont écartés de l’emploi, faute de diplôme et d’entregent.

Cette aspiration à l’autonomie dans le travail recouvre à la fois un choix d’activité et une modalité pour l’exercer. Combien de personnes aspirent à cette indépendance ? Si l’on s’appuie sur les données concernant le statut, 11% des actifs français appartenaient à la famille des indépendants en 2011 : ce chiffre semble modeste mais il a connu une forte augmentation au cours des dix dernières années. Plusieurs études internationales dont un rapport McKinsey en 2016, font état de l’essor du travail indépendant.

Parallèlement, la nouvelle économie autorise un autre type de flexibilité, celle choisie par les hypers diplômés dont les marges de manœuvre face à l’emploi ne cessent de s’élargir. Souvent « dissidents » des grandes entités économiques, ils jouissent, en indépendants, de l’autonomie et du bonheur au travail promis par la révolution numérique, qu’ils dirigent des petites entités innovantes et performantes, et/ou qu’ils vendent très cher leur expertise. Ceci leur permettant fréquemment d’alterner, à leur gré, périodes de travail et périodes de loisirs, ou de cumuler plusieurs casquettes : experts, managers et intellectuels d’un style nouveau – aptes à poser des passerelles entre différents univers, notamment l’entrepreneuriat, les médias et la recherche. Les héritiers de la culture hédoniste, les olympiens, ce sont eux.

[1] Ils ont raisonné par profession et non par tâche effectuée (Note de France-Stratégie de 2016)

[2] Prévisions de la DARES et de France-Stratégie
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconEmmanuel Macron, le Tony Blair français?
«Perspectives critiques sur la participation dans le monde du travail : éléments de repérage et de discussion», Participations, n°5,...

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président icon’Notes nouvelles sur Edgar Poe’’
«C'est cet admirable, cet immortel instinct du beau qui nous fait considérer la terre et ses spectacles comme un aperçu, comme une...

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconNotes
«drivers» sur le serveur wds (attention cette méthode n’est pas valable sur certains modèles de dell par exemple)

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconNotre thème : Le quotidien, le mode d’emploi
«aliénation» à la société. Tf1 passe son journal télévisé chaque jour à la même heure

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconNotes sur la littérature construite

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconNotes nouvelles sur Edgar Poe

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconRemerciements
«Bar’n’co» s’est composé dont les membres sont : Morgan Dussable (président), Dylan Manceau (vice-président), Lucie Mabit (trésorière),...

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président icon2/ Notes sur Festen de Thomas Vinterberg 1997

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconLa présentation, l’orthographe et la rédaction seront notés sur 4 points

Emmanuel Macron sur tf1 : le bulletin de notes du président iconRapport sur le processus electoral et demonstration de la victoire...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com