Livre de bord








télécharger 258.6 Kb.
titreLivre de bord
page1/11
date de publication25.12.2016
taille258.6 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

LIVRE DE BORD




79. INDE 2013

Du vendredi 25 janvier au dimanche 3 mars 2013, mon premier grand voyage en Inde (je n’y avais séjourné que quatre jours dans le Sikkim et deux à Guwahati, la plus grande ville de l’Assam, en 2008, sur la route du Bhoutan). L’Inde, le pays dont je rêve depuis toujours, le pays que j’ai évité de visiter jusqu’à maintenant par peur d’y rester et de ne pas visiter le reste du monde.

Cinq semaines pour découvrir deux régions, deux circuits organisés par Explorator avec un groupe différent chaque fois : tout d’abord au nord-ouest de ce gigantesque pays (Rajasthan et Gujarat, en marron clair et bleu foncé sur la carte), puis à l’extrême nord-est (Arunachal Pradesh, Nagaland et Assam, en marron foncé, jaune et rose sur la carte). Entre les deux circuits, quatre jours de liberté, tout seul : j’irai à Jaipur, au fort d’Amber, à Fathepur Sikri et à Agra (où se trouve le fameux Taj Mahal).

Mais tout d’abord une courte présentation de l’Inde (d’après Wikipedia) :
L'Inde est un pays du sud de l'Asie qui occupe la majeure partie du sous-continent indien. C’est le deuxième pays le plus peuplé (1210 millions d’habitants, 382 hab/km²) et le septième pays le plus grand du monde (3 287 263 km², soit 6 fois la France). Le littoral indien s'étend sur plus de sept mille kilomètres. Le pays a des frontières communes avec le Pakistan à l'ouest, la Chine, le Népal, et le Bhoutan au nord et au nord-est, le Bangladesh et la Birmanie à l'est. Sur l'océan Indien, l'Inde est à proximité des îles de la République des Maldives au sud-ouest, du Sri Lanka au sud et de l'Indonésie au sud-est. L'Inde réclame également une frontière avec l'Afghanistan au nord-ouest.

L'Inde est un foyer de civilisations parmi les plus anciens du monde, la Civilisation de la vallée de l'Indus s'y est développée dès 5000 av. J.C.. Le sous-continent indien a abrité de vastes empires et est présent sur les routes commerciales dès l'antiquité. L'Inde est la terre de naissance de quatre religions majeures - l'hindouisme, le jaïnisme, le bouddhisme et le sikhisme - alors que le zoroastrisme, le christianisme et l'islam s'y sont implantés durant le Ier millénaire. Le pays a été graduellement annexé par la Compagnie anglaise des Indes avant de passer sous le contrôle du Royaume-Uni au XIXe siècle. L'Inde devient indépendante en 1947 après une lutte marquée par la résistance non-violente du Mahatma Gandhi. Le pays est depuis 1950 une république parlementaire fédérale considérée comme la démocratie la plus peuplée au monde.

Aujourd'hui, l'économie indienne est la dixième du monde en PIB nominal et la quatrième en PIB à parité de pouvoir d'achat. L'Inde est considérée comme un nouveau pays industrialisé, cependant certains problèmes comme la pauvreté, l'analphabétisme, la corruption restent très importants.

L'Inde est un pays très divers sur le plan ethnique, linguistique et religieux.
** Religion :

La religion la plus pratiquée en Inde est l'hindouisme (80,7 %). Viennent ensuite l'islam (13,2 %), le christianisme (2,4 %), le sikhisme (2 %), le bouddhisme (0,6 %), le jaïnisme (0,4 %), le judaïsme et le zoroastrisme (0,009 %). Parmi ces religions, l'hindouisme, le jaïnisme le bouddhisme, le sikhisme sont nés en Inde. Par ailleurs, des religions classées comme animistes sont encore très vivantes parmi les groupes tribaux du centre du pays.
** Langues :

La constitution indienne reconnaît 23 langues officielles. Il existe aussi beaucoup d'autres langues régionales ainsi qu'un grand nombre de dialectes, soit près de 4 000 langues différentes. Les langues indiennes n'utilisent pas l'alphabet latin mais différents alpha syllabaires, dérivés du Brahmi. Le hindi est la langue officielle de la République d'Inde et la principale langue du nord de l'Inde. Avec ses différents dialectes, il est parlé par 422 millions d'Indiens, soit environ 41% de la population. L'anglais est également reconnu comme langue officielle. Il a été pendant longtemps la langue parlée couramment par l'élite et la haute bourgeoisie indienne et est aujourd'hui pratiqué en tant que langue véhiculaire par une partie de la population, avec une grande variété d'accents selon la région ou la classe sociale, ainsi que par un certain nombre d'écrivains indiens de renommé internationale. 1,5 % des Indiens parlent l'anglais, ce qui fait tout de même plus de 15 millions de locuteurs en seconde langue. En revanche, l'anglais n'est la langue maternelle que de 300 000 à 400 000 Indiens, souvent d'ascendances britanniques. On trouve des anglophones surtout en milieux urbains, mais l'anglais est relativement présent presque partout sur le territoire, sauf quelques rares régions isolées.
** Quelques chiffres :

En 2011, l'espérance de vie indienne est de 67 ans, le taux de natalité est de 2,1 % et le taux de mortalité est de 0,748 %, créant ainsi une augmentation importante de la population à chaque année (1,3%). A noter aussi que 2,5 millions de personnes sont séropositives.

Les accidents de la route constituent la première cause de mortalité, tuant en moyenne dix-huit personnes chaque heure, soit plus de 160 000 victimes en 2011. Or 80 % des blessés ne reçoivent aucun soin au cours de la première heure, cruciale dans bien des cas. Comme il n'existe pas de service d'aide médicale urgente, ce sont les policiers qui sont les premiers sur les lieux, mais ils ne sont pas préparés au secours d'urgence. Le revenu mensuel moyen par habitant se situe de 125 à 231 € selon les sources.

** Les castes :

Voir l’article sur http://www.scienceshumaines.com/les-castes-en-inde-aujourd-hui_fr_4463.html
** La condition des femmes :

Voir l’article de Wikipedia sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Condition_des_femmes_en_Inde
** Culture et traditions :

Voir l’article sur http://www.goforindia.fr/culture-et-traditions.html
Comme vous le constatez, cette présentation s’est voulu volontairement succincte. Il y a tant de choses à dire sur ce pays ! Pour en savoir plus sur l’Inde vous pouvez bien sûr consulter différents site Web, dont le site de Wikipedia dont j’ai tiré la plupart des informations précédentes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Inde
Je vous conseille aussi le site Les Abécédaires du Voyageur : http://www.abc-voyageur.com/inde-pays ainsi que le livre L’Inde de A à Z, de Nina et Olivier Da Lage. Bonne lecture…



Allez, j’y vais…

Vendredi 25 : Pour des raisons techniques, partant de Marseille, je ne rejoins pas mon groupe à Roissy. A l’aéroport de Marignane, je déjeune dans le nouveau Burger King, le premier de retour en France je crois. Il a du succès, des dizaines de personnes attendent patiemment. Mon Bombardier CRJ900 de la Lufthansa décolle de Marignane à 13h20 et atterrit à Munich à 14h55. Les alentours sont sous la neige, c’est beau. Transit de quelques heures dans ce bel aéroport, nickel, et redécollage avec une heure de retard à 20h50. l’A340 de la Lufthansa est archi plein et je suis coincé entre un Indien et une fillette de 5 ou 6 ans insupportable. Surveillée par son grand-père qui somnole tout le long du trajet, elle gigote tout le temps, me donne des coups de pieds ou de coudes chaque fois que je m’endors et parle fort de temps en temps. Je n’ai pas pu fermer l’œil de la nuit ! L’avion n’est pas des plus récents, le programme musical individuel ne fonctionne pas bien, heureusement que j’ai de la lecture (j’ai 13 livres de poche dans mon sac). Le service de bord est tout juste correct. La Lufthansa n’est plus ce qu’elle était !

Samedi 26 : Après 7h15 de vol, atterrissage à Delhi avec 55 minutes de retard, à 8h15 (l’Inde est en avance de 4h30 sur la France). Le reste du groupe doit arriver à 10h05 par Air India, je dois évidemment les attendre. 10H45 : les voilà ! Je fais connaissance de notre guide qui parle parfaitement français : il a 56 ans et se prénomme Suez, ce n’est pas difficile à retenir. J’espère que nous serons sur la même longueur d’onde (ou, du moins, sur le même canal !). Notre groupe est composé de 9 personnes : quatre couples et moi tout seul (et le plus jeune) ! Il y a François et Elisabeth, des Parisiens, qui m’avait envoyé un courriel la semaine dernière pour faire connaissance, Christian et Marie-Claude, Jean-Claude et Martine et, enfin, Daniel et Annette. Tous entre 60 et 70 ans ; moyenne d’âge 65 ans, encore jeune, quoi ! Un bagage n’est pas arrivé et cela nous retarde d’une bonne heure. Nous prenons la route vers le sud-ouest dans un car tout à fait ordinaire mais spacieux, c’est impeccable. Notre chauffeur est accompagné d’un apprenti timide de 23 ans qui parait bien plus jeune, très noir de peau. Aujourd’hui, c’est la fête nationale indienne, aussi n’y a-t-il pas trop d’embouteillages au sud de Delhi. Dans cette banlieue a été construite une ville dédiée à l’informatique. Nous passons plusieurs péages (queue importante), et deux postes de police aux frontières d’états lorsque nous entrons d’abord dans l’Haryana puis au Rajasthan.


Plats indiens Fort de Neemrana
Le Rajasthan (qui veut dire « Pays des rois ») est un état de 342 239 km² (les 2/3 de la France) peuplée de 70 millions d'habitants (203 hab/km²). Sa capitale est Jaipur (3,21 millions d’habitants), où je me rendrai tout seul. Nous ne visiterons que l’ouest de cet état, le long de la frontière pakistanaise. Le centre et l’est seront réservés à un autre voyage…

Le soleil tape derrière les vitres du car, même s’il ne fait que 24 ou 25°. Et pas de rideaux derrière lesquels se protéger ! Déjeuner dans le restaurant d’une chaîne indienne. Suez nous choisit des plats que je ne connaissais pas. C’est copieux et délicieux et n’a vraiment rien à voir avec ce que nous pouvons manger dans les restaurants indiens de France. Après le repas, je somnole quelque peu dans le car. Au bout d’une petite centaine de km, vers 15H30, nous arrivons à l’hôtel Neemrana, un ancien, beau et imposant fort datant de 1454 qui servait de palais au maharaja avec des aménagements postérieurs, bien sûr. C’est là que nous dormons et j’ai une petite mais très jolie chambre avec grande terrasse privative et la Wifi. Une quarantaine de chambres au total. On y accède par un dédale de couloirs et d’escaliers ; j’espère que je ne me perdrai pas… Un sympathique spectacle de danse locale est donné en début de soirée par trois musiciens et une danseuse. Puis énorme buffet sur une terrasse. Le soir il fait vraiment frais, la température peut chuter la nuit jusqu’à 5 ou 7 degrés. Je me suis encore laissé tenter par tout, c’est si bon. Je ne me couche pas trop tard et m’endors presque aussitôt, bien fatigué.


Vue depuis la terrasse de ma chambre, fort de Neemrana La danseuse, fort de Neemrana

Dimanche 27 : Bien dormi, mais nuit un peu courte : je suis réveillé par téléphone à 6H avec une demi-heure d’avance sur l’horaire prévu. Petit-déjeuner buffet correct et départ à 8H. Nous croisons surtout beaucoup de dromadaires tirant des chariots, notamment près des briqueteries. Arrêt pour visiter un baoli à la sortie de Neemrana. Un baoli est un puits aménagé. Celui-ci, datant du XV S, fait environ 60 m de profondeur, mais est entouré d’un immense bâtiment très profond datant du XVII S, avec de grands escaliers qui descendent jusqu’à la base du puits. De nombreux perroquets verts volètent tout autour ou sont perchés sur les arbres. Nettement plus jolis que les pigeons, qui sont présents eux-aussi. Comme hier, la route (quelquefois une simple piste) est assez cahoteuse et animalière : dos d’âne et nid de poules (c’est là que les cochonnes rient…). Des ânes, nous en voyons, dont un près du fort avec un corps de chèvre et une tête de porcin ; véridique. Nous sommes dans une région agricole, surtout des champs de colza, tout jaune.


Baoli de Neemrana (XV S) Perroquets, baoli de Neemrana (XV S)
Les femmes du coin sont habillées de saris très colorés et, lorsqu’elles habitent chez les beaux-parents et n’ont pas encore trois enfants, ont la tête couverte d’un voile qui a sur le devant une espèce de moustiquaire. Ce sont pourtant des hindoues. Les hommes, eux, sont le plus souvent habillés à l’occidentale, quelquefois avec une écharpe ou un turban autour de la tête. Il nous faut beaucoup de temps pour arriver, à 14H passées, à Mandawa, à 164 km. Qu’est-ce que nous avons été secoués ! Le buffet de l’hôtel Castle Mandawa nous attend. Puis je rejoins ma chambre pour une heure de quartier libre : c’est une jolie suite d’au moins 50 m², joliment décorée mais meublée assez simplement (mobilier un peu vieillot). Dans cet ancien fort, comme hier, c’est un vrai dédale pour aller d’un endroit à un autre ! Superbe vue panoramique sur la ville depuis les tours et promontoires.


Vers Neemrana Accueil à l'hôtel Castle Mendawa, Mendawa
A 16H30, nous partons à pied visiter le quartier autour du fort. Mandawa est une bourgade datant du XVIII S qui s’enrichit au siècle dernier grâce au négoce. Elle fut d’ailleurs fortifiée par des familles de négociants. Elle compte aujourd’hui 21 000 habitants et vit en partie du tourisme, lancé à la suite d’une découverte des lieux par Dominique Lapierre au début des années 80. Il reste de nombreuses havelis (des palais) plus ou moins partiellement restaurées et recouvertes de peintures représentant des scènes de la vie quotidienne de l’époque, mais aussi des dieux, des scènes mythologiques ou des œuvres d’imagination (voir photos pages suivantes). Retour à l’hôtel à la tombée de la nuit (vers 18H30). Buffet un peu plus tard, pratiquement les même mets qu’à midi, c’est correct sauf les desserts (pas de choix et pas de fruits). Après quoi je mets à jour mes prises photos et mon journal, mais la Wifi, à la réception, ne fonctionne pas, je patiente en vain près de deux heures. Pour rien... A part ça, je suis très content de ma journée, du groupe et de Suez….

Lundi 28 : Nuit épouvantable, entre le raffut des Italiens dans l’hôtel très mal insonorisé, la musique toute la nuit en ville (il semblerait qu’il y avait deux mariages) et l’appel à la prière à ma mosquée et au temple au petit matin, du délire ! Comment les habitants peuvent-ils supporter cela ? Du coup je me lève tôt et descends à la réception voir si la Wifi daigne marcher. Et elle marche ! je prends ensuite mon petit-déjeuner en coup de vent pour ne pas retarder le groupe et nous quittons l’hôtel vers 7H15. Il fait vraiment frais au petit matin ; je ne commencerai à me réchauffer, grâce au soleil, que sur le coup de 10H.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord

Livre de bord iconLivre de bord








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com