Cours 2 islam malais








télécharger 15.31 Kb.
titreCours 2 islam malais
date de publication23.03.2017
taille15.31 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > loi > Cours
COURS 2 ISLAM MALAIS
Une large place est faite au substrat antéislamique traditionnel : l’islam des Bugis du Sud de Sulawesi/Célèbes (ville de Makassar et golfe de Boné). Ils ont la réputation d’être très pratiquants, ils sont surreprésentés lors du Hadj (Mecque), les cultes préislamiques existent encore (ils sont pratiqués par les bissu, prêtres Bugis qui officient auprès des divinités). Ce sont souvent des travestis ou des androgynes qui officient dans ces cultes, ils sont aussi de bons musulmans qui font aussi le Hadj.

Gilbert HAMONIE parle de double pèlerinage, l’un habillé en homme, l’autre habillé en femme (c’est parfaitement accepté par les populations malaise contrairement au monde arabe).
Ces deux exemples sont très éloignés mais soulignent bien le caractère syncrétique de l’islam malais.
Toutes ces régions appartiennent à l’inde extérieure, ce qui explique l’héritage indien antéislamique encore présent actuellement. Parmi ces compositions (syncrétisme/islam/culture indienne) :


  • Architecture  Mosquées anciennes et plus récentes (19e / 20e) avec toits pagode façon Meru (Bali) comme à Ternate, Jamik, Demak, Nilam Puri… Seules mosquées contemporaines évitent ce style car elles sont financées par les Etats pétroliers du Golfe qui imposent leur architecture. Il y aussi des mosquées à minarets chinois comme celle de Terengkera (Malacca) construite au 16e où il y avait beaucoup de musulmans chinois.




  • Plan des cités  Malgré une majorité musulmane, on retrouve facilement les traces du passé indien : Yogyakarta (avec en plein centre de la ville et suivant les 5 points cardinaux dont le Mont Meru de la cosmogonie indienne, il y a le kraton, palais du sultan avec représentation d’origine indienne du monde, projection au sol d’un ordre cosmique immanent, la « ville nouvelle » date du sultan Hamengku Buwono en 1756). Idem dans les villes d’origine indienne, mise en abyme constante du kraton conçu à l’image de la ville, elle-même construite à l’image du royaume, lui-même construit à l’image du monde, lui-même construit à l’image de l’univers + mandala (représentation ésotérique du monde).

Le kraton = enfilade de cours (7 au nord kidul / 2 grandes places alun-alun / 7 au sud lor reliées par des portails en enfilade) conçues de façon rigoureusement symétrique de part et d’autres de l’endroit où réside le souverain; chaque cour/place au nord possède une homologue au sud. Au fur et a mesure qu’on se dirige vers le souverain, on accomplit un itinéraire spirituel et on accède à des lieux dont le caractère est de plus en plus sacré. Cette conception évoque aussi la cosmogonie indienne car l’emplacement central du souverain fait référence au Mont Meru (roi-dieu) séparé de la chaine de montagne Chakravala (les portails) séparée de 7 océans (les cours).

Jalan Malioboro (Artère centrale de Yogyakarta)  en sanskrit = « rue garnie de fleurs » car c’était une artère processionnelle qui menait au palais du sultan. Idem pour la ville de Banteng.


  • Le théâtre d’ombre javanais, le wayang kulit  le marionnettiste musulman, le dayang raconte de grandes épopées indiennes telles que le Ramayana et le Maharabharata (wayangs golek ou klitik : marionnettes en bois en 3D ou plates).

3. L’islam : vecteur de l’émergence d’un véritable espace malais.
C’est l’islam qui a remodelé la géographie des populations. Cela a favorisé la constitution d’un groupe ethnique nouveau (ceux qui rejetaient la religion ou non) et la diffusion en réseau. Les groupes humains se sont recomposés selon leurs choix, d’où l’importance identitaire fondamentale de l’islam actuellement.

A Bornéo, les populations côtières ont adoptés l’islam fin 19e (populations Banjar, Sembriluh, Bakumpai, Hulu Sungai, Pembuang) mais elles ont toujours des liens avec les populations intérieures qui ont refusé l’islam (animisme) ou qui se sont convertis au christianisme (Dayak). Aujourd’hui les populations côtières se sentent malaises et vivent tout comme (culture, kampung, hadj, négoce ou agriculture commerciale…).

L’islam est à l’origine de groupes ethniques nouveaux voire de population crées par l’islam :

Au Sulawesi idem, les Toraja (ethnonyme : nom générique qui regroupe un nombre important de sous-groupes / exonyme : nom que donnent les voisins aux populations qu’ils méprisent, ici Toraja fait référence aux « gens de la montagne ») de Makassar ont refusé l’islam alors que les Mandar, non.

4. L’islam malais : un espace réticulé (réseaux).
L’islam a servi de fédérateur à des peuples que tout séparait sur le plan anthropologie, linguistiques et géographiques. Grace a l’islam ces peuples entretiennent des liens étroits via des échanges commerciaux ce qui a fini de créer un espace socioculturel original : la culture du Pasisir (autre village) ou Coastal Malays (malais côtiers)  islam rigoriste de type Aceh, littoral, réseaux marchands, type architectural identique, grande défiance vis-à-vis des occidentaux (colons).
5. La place de l’islam dans les différents pays de la région.
On peut se référer au pourcentage de musulman ou au poids de la religion dans le pays.

Les musulmans sont majoritaires dans la partie occidentale de l’Asie du sud-est insulaire avec plus de 90% de croyants (Malaisie côte orientale et Sumatra) contrairement à la côte orientale.

Il y a un gradient d’Ouest  Est

L’Indonésie (88%), Brunei (67%), Malaisie (60%) et Singapour (15%).

Les Philippines (5%), Timor Orientale (0,8%) Les européens (espagnols, portugais) ont bloqués l’expansion de l’islam via le catholicisme.

C’est le Golfe de Moro (Philippines) qui représente la frontière la plus orientale de l’Islam.
La Malaisie et Brunei sont les 2 seuls états ou l’islam est la religion officielle (sultanats).

La Malaisie est une monarchie fédérale (9 familles régnantes sur 9 régions qui font partie de l’Etat fédéral  monarchie tournante, chaque sultan Yang Dipertuan Agung est élu 5 ans), même si la majorité du pouvoir politique appartient au premier ministre, en cas de problème c’est le sultan qui a le dernier mot ;

Le sultan a des pouvoirs religieux sur le territoire fédéral de Kuala Lumpur, Malacca et Penang (anciens comptoirs).

Brunei est une monarchie malaise, son sultan est Assanal Goltya. L’islam est la religion d’état, la constitution précise que les principaux organes de l’Etat doivent être aux mains de malais musulmans. Il y a quand même une minorité musulmane.

En Malaisie, les musulmans sont majoritaires sur 12 régions sur 15 (pas à Penang ni à K.L ni au Sarawak – ancien royaume du Rajah blanc James BROOKE).

90% de la population est musulmane sur la côte orientale du Terengganu, Kelantan

Le P.A.S (parti panislamique) y est implanté : les femmes portes le hijab, les boissons alcoolisées sont proscrites…

Il y a des différences entre Sarawak et Sabah (ancienne compagnie commerciale britannique – ile de Labuan, repaire des pirates). Au Sarawak l’islam est peu rigide, par contre à Sabah l’islam est beaucoup plus visible sur la côte orientale face à la Malaisie et le Golfe de Moro.

Sur la côte occidentale il y a des écoles catholiques  opposition de façade très nettes.
Brunei fait figure de bastion de l’orthodoxie musulmane même si l’islam y est récent (16e devient un sultanat). Ce n’est qu’au 18e que Brunei s’islamise, au 19e il se sera diffusé dans un rayon de 50 km autour de Bandar Sri Begawan. En 1960, seulement 60% de la population est musulmane. En 1991, ce taux atteint 67%. C’est aussi le pays où on compte le moins de mosquées par habitant. Intérêt de Brunei : l’islam et le pétrole (indépendant en 1983- oubli des britanniques de « donner » le pétrole à la Malaisie), ce qui lui donne son identité.

similaire:

Cours 2 islam malais iconCours n° 28: Sira partie 3 Thème IV: Histoire de l’Islam Leçon n°19:...
«successeur» (sous-entendu du Prophète), terme dérivé du verbe khalafa (xalafa, خَلَفَ) signifiant «succéder»

Cours 2 islam malais iconTheatre en algerie
«littéraire» mettant en relief la grandeur de la civilisation arabe et les grands moments de l’Islam. Conversion d’un roi arabe au...

Cours 2 islam malais icon«Géographie historique et culturelle du monde musulman»
«l’Islam, c’est le désert». C’est vrai, coïncidence entre Islam et milieu aride, mais bien évidemment insuffisant pour comprendre...

Cours 2 islam malais iconConnaissance de l'Islam

Cours 2 islam malais icon1 Les grands courants de l'Islam actuel

Cours 2 islam malais iconDevoir d’histoire / Les débuts de l’islam / 5

Cours 2 islam malais iconManuel Valls : "Reconstruire l'islam de France"

Cours 2 islam malais iconContrôle d’Histoire 5e n°1 Les débuts de l’islam

Cours 2 islam malais iconManuel Valls : "Reconstruire l'islam de France"

Cours 2 islam malais iconL’islam depuis sa révélation au viie siècle a toujours eu des visées...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com