Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie)








télécharger 73.11 Kb.
titreAdresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie)
date de publication24.03.2017
taille73.11 Kb.
typeAdresse
ar.21-bal.com > loi > Adresse
DOSSIER TYPE

DE DEMANDE DE LABELLISATION

D’UNE UNITE D’HEBERGEMENT RENFORCEE (UHR)

DT…
Candidature remontée le : …../…../……..
Territoire de proximité :
Demande d’aide au PAI : oui / non

Montant en euros
Impact sur le tarif hébergement :

Tarif avant UHR =

Tarif après UHR =


Le demandeur
Entité juridique (Nom établissement / adresse / numéro FINESS) :


Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) :


Référent projet UHR (Nom / coordonnées téléphoniques et messagerie) :


Autorisations d’activité actuellement détenues :
Hébergement permanent : places (dont habilitées à l’aide sociale : places)

Accueil de jour : places

Hébergement temporaire : places

……………………………. :
Option tarifaire :

Cette demande de labellisation d’une Unité d’Hébergement renforcée est formalisée au regard des exigences du cahier des charges figurant en annexe de la circulaire du 6 juillet 2009 relative à la mise en œuvre du volet médico-social du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2016.
Projet de prise en charge

Population cible
L’UHR propose un hébergement, des soins et des activités adaptés.
Les caractéristiques de cette unité sont les suivantes :

  • l’accueil d’une population ciblée : personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée ayant des troubles du comportement sévères ;

  • la présence d’un personnel qualifié, formé, soutenu et ayant exprimé une volonté d’exercer auprès de ces malades ;

  • l’élaboration d’un projet adapté de soin et d’un projet de vie personnalisé ;

  • la participation des familles et des proches ;

  • la conception d’un environnement architectural adapté et identifié par rapport au reste de la structure.


L’UHR est un lieu d’hébergement séquentiel pour ces personnes. L’UHR accueille des personnes venant du domicile, de l’USLD ou de l’EHPAD dans lequel est situé l’UHR ou d’un autre établissement.
File active prévisionnelle :

= Evaluation du nombre de personnes souffrant de troubles du comportement sévères au sein du territoire de proximité

Critères d’admission et modalités


  • Au préalable, et de manière systématique :


- le diagnostic a été posé et son annonce faite ;

- le consentement de la personne a été activement recherché ;

- l’évaluation des troubles du comportement ait été réalisée.


  • Pour les EHPAD, les critères d’admission et de sortie de l’unité d’hébergement renforcée sont inscrits dans le contrat de séjour et le livret d’accueil en précise les modalités de fonctionnement.




  • Pour les USLD, le livret d’accueil précise les critères d’admission et de sortie de l’UHR et les modalités de son fonctionnement.




  • L’entrée et la sortie de l’unité font l’objet d’une validation :

- en EHPAD par le médecin coordonnateur en liaison avec le médecin traitant ;

- en USLD par le médecin de l’unité.


  • L’adhésion de la famille ou de l’entourage proche est activement recherchée par l’équipe soignante de l’unité pour la mise en œuvre du projet de vie et de soins. La famille ou l’entourage est informée des modalités de prise en charge du résident lors d’un entretien qui fera l’objet d’un compte rendu.


Il est organisé au moins une fois par trimestre une réunion des familles (indépendamment des réunions du Conseil de la vie sociale en EHPAD), si possible avec la présence de représentants d’associations de malades et de familles.
Définir les critères d’admission au sein de l’UHR de l’établissement :

Critères de réorientation des candidats


  • La diminution ou la disparition des troubles du comportement pendant une période suffisamment longue pour être compatible avec le retour dans une unité traditionnelle constituent un des critères de sortie de l’UHR.




  • La décision de sortie de l’UHR sera prise en réunion d’équipe pluridisciplinaire, sur avis, en EHPAD, du médecin coordonnateur en lien avec le médecin traitant ou, en USLD, du médecin de l’unité, après information et recherche de consentement de la personne malade et en concertation avec la famille ou l’entourage proche. Cette décision fera l’objet d’une formalisation écrite.



Projet d’établissement : focus sur le projet de l’UHR
Le projet spécifique de l’UHR prévoit les modalités de fonctionnement de l’unité qui répond obligatoirement aux critères suivants :

1/ L’accompagnement à effet thérapeutique


  • L’unité propose des activités individuelles ou collectives qui concourent :


- au maintien ou à la réhabilitation des capacités fonctionnelles restantes (ergothérapie, cuisine, activités physiques, …)

- au maintien ou à la réhabilitation des fonctions cognitives restantes (stimulation mémoire, jardinage, …)

- à la mobilisation des fonctions sensorielles (stimulation, musicothérapie,…)

- au maintien du lien social des résidents, (repas, art-thérapie,…)


  • Les activités sont proposées pour des groupes homogènes de résidents selon la nature des troubles du comportement (perturbateurs ou non).




  • Chaque type d’activité est organisé au moins une fois par semaine, y compris le week-end.



2/ Les modalités d’accompagnement et de soins appropriés


  • Les principales techniques énoncées ci-dessous, qui constituent le projet d’accompagnement et de soins, font l’objet d’un protocole qui sera suivi et évalué :


- la prise en charge des troubles du comportement lors de la toilette, de la prise des repas,…;

- le suivi de l’évolution de la maladie et de l’apparition de nouveaux symptômes ;

- les stratégies alternatives à la contention ;

- la bonne utilisation des thérapeutiques sédatives ;

- la prise en charge en fin de vie des malades Alzheimer ou atteints de maladie apparentée ;

- la transmission des informations entre les différentes équipes.


  • Les activités thérapeutiques organisées par l’ergothérapeute et/ou le psychomotricien sont effectués sur prescription médicale.



3/ Un accompagnement personnalisé de vie et de soins


  • Dans le cas d’un transfert d’un résident d’une unité traditionnelle vers l’UHR, il convient de s’assurer notamment que l’histoire de vie de la personne, ses habitudes de vie quotidienne (horaires de repas, de sommeil…) ainsi que ses goûts ont été recueillis afin de construire le projet personnalisé d’accompagnement et de soins. S’il s’agit d’une admission directe, ce recueil d’informations est réalisé auprès de l’entourage et du médecin traitant.




  • Cet accompagnement s’intègre dans le projet de vie de la personne au sein de l’établissement ; il précise:




  • le rythme de vie de la personne, y compris la nuit ;

  • les habitudes de vie lors des repas, de la toilette, des sorties… ;

  • les activités thérapeutiques qui lui sont nécessaires ;

  • les événements à signaler à la famille ;

  • la surveillance de l’état de santé : poids, co-morbidité et problèmes de santé intercurrents, effets indésirables des médicaments…




  • Le projet personnalisé est régulièrement réévalué et adapté en fonction des besoins de la personne sous la responsabilité du médecin coordonnateur ou du médecin de l’unité en lien avec l’infirmier de l’UHR.




  • Les résidents qui ont des difficultés pour dormir la nuit bénéficient d’un accompagnement approprié.




  • La synthèse et la transmission des informations concernant le résident sont mentionnées dans un dossier.



4/ Les transmissions d’équipe


  • Une procédure de signalement des évènements et des situations complexes est mise en place.




  • Lors de la sortie du résident de l’UHR vers son unité d’origine ou son domicile, l’équipe de l’UHR s’assure de la transmission de toutes les informations nécessaires pour une bonne prise en charge du malade par la nouvelle équipe soignante.



Le personnel soignant intervenant dans l’unité

1/ La qualité des professionnels


  • Le médecin de l’unité, ou le médecin coordonnateur dans les EHPAD, constitue le pivot de l’équipe et permet de coordonner et de suivre le projet de soins et de vie spécifique de l’unité.




  • Des réunions sont organisées en vue d’étudier les situations complexes. Les décisions prises font l’objet d’une formalisation écrite.




  • L’accès à un avis psychiatrique est recherché.




  • L’unité d’hébergement renforcée dispose : 

- d’un temps de médecin (pour les EHPAD, le médecin coordonnateur peut assurer cette mission) ;

- d’un temps d’infirmier ;

- d’un temps de psychomotricien ou d’ergothérapeute ;

- d’un temps d’assistant de soins en gérontologie ;

- d’un temps de personnel soignant la nuit ;

- d’un temps de psychologue pour les résidents, les aidants et les équipes.
Détail du personnel (ETP) avec valorisation financière

2/ La formation du personnel


  • Les professionnels intervenant au sein de l’UHR sont formés :

- à l’utilisation des outils d’évaluation (NPI-ES et échelle d’agitation de Cohen-Mansfield) ;

- aux techniques d’observation et d’analyse des comportements ;

- aux techniques de soins et de communication adaptées aux malades d’Alzheimer ou atteints de maladie apparentée ;

- à la prise en charge des troubles du comportement (notamment aux stratégies non médicamenteuses de gestion des symptômes psycho-comportementaux).


  • De façon générale, l’ensemble du personnel intervenant dans l’unité est formé, notamment à la prise en charge des troubles du comportement perturbateurs liés à la maladie.




  • L’ensemble du personnel est sensibilisé à cet accompagnement afin de permettre la prise en charge des personnes, à la sortie de l’UHR, dans les meilleures conditions.



La coordination des différents services


  • La prise en charge des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée avec des troubles du comportement sévères nécessite la mise en place d’une coordination active entre différentes structures sanitaires et médico-sociales sous l’impulsion du médecin coordonnateur en EHPAD et du médecin de l’unité en USLD.


En fonction de l’offre disponible sur le territoire, une convention de partenariat est signée avec :

  • une équipe psychiatrique publique ou privée,

  • les partenaires de la filière gériatrique (service de court séjour gériatrique, unité cognitivo-comportementale, équipe mobile de gériatrie, …),

  • un ou d’autres EHPAD ou USLD.


L’environnement architectural des UHR



  • L’environnement architectural constitue la traduction spatiale du projet de soins et d’activités adaptés énoncé ci-dessus. Il doit répondre à 3 objectifs :

- créer pour les résidents un environnement confortable, rassurant et stimulant1,

- procurer aux personnels un environnement de travail ergonomique et agréable,

- offrir des lieux de vie sociale pour le groupe et permettant d’y accueillir les familles.

1/ Généralités concernant un environnement architectural sûr et rassurant pour une unité d’hébergement renforcée



  • L’UHR est à la fois un lieu de vie, de soins et d’activités.




  • La sécurité des résidents qui est assurée en premier lieu par l’attention du personnel est par ailleurs facilitée par la conception architecturale de l’unité qui évite le sentiment d’enfermement.




  • La mise en place de mesures de sécurité ne doit pas aller à l’encontre de la liberté d’aller et venir au sein de l’unité des personnes accueillies ainsi que l’énoncent les règles éthiques en matière de prise en charge des malades Alzheimer, mais bien entendu dans le respect des normes de sécurité en vigueur. Cette recherche de sécurité doit permettre de conserver le caractère accueillant de la structure.



  • L’unité dispose




  • d’une entrée adaptée,

  • d’espaces privés,

  • d’un espace repas avec office,

  • d’un espace salon dédié au repos et à certaines activités collectives,

  • d’une salle de bain/bien-être,

  • d’au moins un espace d’activités adaptées,

  • de deux WC,

  • des locaux de service nécessaires au fonctionnement de l’unité,

  • d’un jardin ou d’une terrasse.




    • La conception architecturale de l’unité qui traduit les choix préalables du projet de vie et du programme d’activités thérapeutiques définis :




  • favorise un environnement convivial et non institutionnel de façon à protéger le bien-être émotionnel et réduire l’agitation et l’agressivité des résidents ;

  • prend en compte la nécessité de créer un environnement qui ne produise pas de sur-stimulations sensorielles excessives pouvant être génératrices de troubles psychologiques et comportementaux.


2/ Un environnement qui favorise le confort et l’usage


  • D’un caractère familier, convivial et rassurant pour les résidents, l’architecture de l’UHR répond à une qualité d’usage des espaces et des équipements facilitant le travail des personnels. Elle permet une qualité de vie et la réalisation d’activités quotidiennes qui rappellent celles du domicile associées à des soins adaptés. Un soin particulier sera porté à la lumière naturelle, à la nature des matériaux utilisés, à l’entretien et au confort acoustique des lieux.


3/ Un environnement qui favorise l’orientation et qui contient la déambulation


  • La déambulation au sein de l’unité est gérable par un accompagnement et des réponses architecturales adaptés pour faciliter l’orientation et la circulation des résidents. L’organisation des espaces de l’unité permet une circulation libre et sécurisée des résidents déambulant. Dans le cas de la création d’une UHR par une construction neuve ou par l’aménagement d’un espace existant, la circulation des résidents déambulant doit pouvoir s’effectuer au sein des différents espaces de l’unité sans créer de couloir ou de boucle dédiés à la déambulation.



4/ Un environnement sécurisé


  • Compte tenu des troubles du comportement sévères des personnes accueillies dans l’unité d’hébergement renforcée, un soin particulier est apporté à certains équipements qui peuvent présenter des risques pour la sécurité tels que les radiateurs ou les fenêtres.


5/ Un environnement qui répond à des besoins d’autonomie et d’intimité


  • Il convient de faciliter l’accès des résidents aux WC qui doivent être aisément identifiables par leur situation et par leur signalisation.



6/ Les aspects réglementaires


  • en matière d’accessibilité : l’unité répond à la réglementation relative à l’accessibilité des ERP (arrêtés du 1er août 2006 et du 21 mars 2007 du code de la construction et de l’habitation). Toutefois, pour répondre à des aspects de confort d’usage, la conception de l’unité tient compte des besoins spécifiques des personnes accueillies.

  • en matière de sécurité incendie : l’unité répond à la réglementation ERP de type J pour les EHPAD (arrêtes du 19 novembre 2001 et du 16 juillet 2007 du règlement de sécurité incendie) et type U pour les USLD.


7/ Les principaux espaces nécessaires au fonctionnement d’une unité d’hébergement renforcé



  • L’entrée


Espace de transition, la conception de l’entrée de l’unité fait l’objet d’une attention particulière, elle permet la sécurité des résidents tout en évitant de créer des situations anxiogènes.


  • Les espaces privés


Chaque résident dispose d'un espace privé qui doit faciliter les relations avec sa famille et son entourage. L'espace privé doit être accessible et permettre une circulation aisée des personnes. Il requiert une surface suffisante pour permettre de moduler son organisation en fonction de la perte d'autonomie de la personne et de son évolution.


  • L’espace commun de bain, de soins et de « bien-être »


L’UHR dispose d’un espace de soins et de « bien être » visant à stimuler les personnes accueillies et favoriser la relaxation, l’exercice ou les massages.


  • Les espaces de convivialité et de vie sociale


L’unité d’hébergement renforcé devra disposer d’espaces collectifs : un espace repas avec office, un espace salon et d’au moins un espace pour permettre aux personnes accueillies dans l’unité de bénéficier d’activités individuelles ou en petit groupe.
Ces espaces sont géographiquement séparés des espaces de vie privée pour permettre une distinction des lieux de vie privés et des lieux de soins et d’activités.



  • Les espaces d’activités et de soins :


L’UHR dispose d’au moins un espace d’activités et de soins permettant de stimuler les personnes accueillies dans l’unité qui devra répondre à un usage pour 3 ou 4 résidents maximum ou à un usage individuel.

Ces espaces doivent répondre au projet thérapeutique de l’UHR et peuvent être différents selon les établissements. A titre d’exemple il peut d’agir d’un espace pour activités manuelles, d’un espace pour activités de musicothérapie, d’un espace d’activités physiques, d’un espace multi-sensoriel, d’un espace de jeux,…


  • Les espaces extérieurs


Que l’unité soit située, en rez-de-chaussée ou en étage, elle doit s’ouvrir sur l’extérieur par un prolongement sur un jardin ou sur une terrasse clos(e) et sécurisé(e). Cet espace est librement accessible aux résidents.


  • Les espaces de services


L’unité dispose de locaux de service nécessaires à son fonctionnement : vestiaires, locaux de linge propre et de linge sale, un espace de réunion du personnel...

Chiffrage des travaux éventuels :
Demande d’aide au PAI : oui / non

Dossier financier


  • En investissement


Préciser l’impact sur le tarif hébergement avant et après ouverture de l’UHR


  • En exploitation


Préciser l’impact sur la dotation soins

ANNEXES
Le projet architectural du niveau d’un avant projet sommaire (APS) indiquant clairement le positionnement du pôle dans l’établissement ; il devra être constitué d’un dossier de plans au format A3 et d’une notice de présentation explicitant les choix architecturaux opérés en réponse aux différents éléments du projet d’établissement et en particulier la partie traitant de l’UHR.

Le Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) (Annexes 2-5-6-7-8-10)


1



Dossier de labellisation UHR

similaire:

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconAdresse de messagerie (e-mail) Equivalent de l'adresse postale pour...
«boîte aux lettres électronique» d'un correspondant, ce qui permet à d'autres utilisateurs du réseau de lui envoyer des messages....

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconAdresse : représentation codée de la destination d’un appel ou d’un...

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconAdresse et coordonnées

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconAdresse ip : Définition
«masque» sur une adresse ip. Le but d'un nom de domaine est de retenir et communiquer facilement l'adresse d'un ensemble de serveurs...

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconAdresse de messagerie

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconProgramme 1 Programme technique Voir en Annexe 4 2 Coût prévisionnel...
«nom de l’Architecte», architecte dplg, domicilié «adresse», n° siret «numéro siret»

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconAdresse Nom et titre du

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconAdresse ip et nom de domaine

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconM. ou/et Mme (nom particulier employeur) (Adresse)

Adresse / numéro finess) : Gestionnaire (Nom / adresse / coordonnées téléphoniques et messagerie) iconNom et adresse officiels de l'organisme acheteur








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com