I concepts généraux liés aux retables








télécharger 403.14 Kb.
titreI concepts généraux liés aux retables
page12/12
date de publication27.03.2017
taille403.14 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

Egon Schiele = 1890-1918. Peintre et dessinateur autrichien. Son graphisme d’une exceptionnelle tension, notamment dans l’érotisme et la morbidité, fait de lui un maître de l’expressionnisme.

  • Portrait de Gerti

  • La Famille

  • Nu couché

  • Le Cardinal et la nonne




  • Définition : # Die Brücke = Die Brücke (Le Pont) est un groupe d'artistes expressionnistes allemands formés à Dresde en 1905, qui a donné son nom au musée Brücke à Berlin. Le groupe d'artistes (membres fondateurs : Fritz Bleyl, Erich Heckel, Ernst Ludwig Kirchner et KarlSchmidt-Rottluff) a eu un impact majeur sur l'évolution de l'art moderne au 20e siècle et sur la création de l'expressionnisme. Le groupe Die Brücke a développé un style commun basé sur des couleurs vives, la tension émotionnelle, des images violentes et une influence du primitivisme.



ART NOUVEAU (autour de 1900)

La fin du XIXème siècle s’accompagne d’une réaction contre le rationalisme. La courbe et la contre-courbe s’imposent en rappelant les formes des végétaux. Selon les pays, le style de l’époque porte des noms différents Art nouveau en France et en Belgique, Sezessionstil en Autriche, Moder style en Grande-Bretagne, style Liberty en Italie et Modernisto en Espagne.


  • Otto Wagner = 1841-1918. Architecte autrichien. D’abord éclectique et influencé par la style de l’Art nouveau, il devint dans les années 1890 le chef de file de l’école moderniste viennoise.

  • Stations du métro de Vienne

  • Eglise Am Steinhof




  • Emile Gallé = 1846-1904. Verrier, céramiste et ébéniste français. Animateur de l’école de Nancy (Art nouveau), il a orienté les arts décoratifs vers un symbolisme poétique.

  • Vase à col festonné « clair de lune »




  • Louis Majorelle = 1859-1926. Décorateur et ébéniste français. En bois précieux, les meubles de ce représentant de l’école de Nancy s’inspirent des formes de la nature.




  • Alfons Mucha = 1860-1939. Peintre et dessinateur tchèque. Etabli à Paris de 1888 à 1904, il fut l’un des promoteurs de l’Art nouveau.




  • Affiche représentant Maude Adams dans le rôle de Jeanne d’Arc dans La Pucelle d’Orléans de Schiller

  • Printemps

  • La Danse




  • Victor Horta = 1861-1947. Architecte belge. Pionnier de l’Art nouveau, épris de la ligne « coup de fouet » et du plan libre, il a utilisé en virtuose la pierre, le fer et le béton.

  • Hôtels Tassel à Bruxelles

  • Maison Horta à Bruxelles

  • Palais des Beaux-Arts de Bruxelles




  • Gustav Klimt = 1862-1918. Peintre autrichien. Il est une figure clé de l’Art nouveau et du symbolisme viennois. Un des thèmes récurrents du travail de Klimt est la femme dominatrice personnifiée par la femme fatale. Il est aussi connu pour son utilisation de l’or. Il dit : « Il n’existe pas d’autoportrait de moi. Je ne m’intéresse pas à ma propre personne comme ‘’objet de représentation’’, mais aux autres êtres, surtout féminins, et plus encore aux apparitions ».

  • Le Baiser

  • Judith et la tête de Holopherne

  • Portrait d’Emilie Flöge



  • Définition : # Ligne « coup de fouet » = partout s’impose un incroyable hymne à la courbe inspiré du règne végétal. Des sortes de lianes ou des vrilles de vignes, des lignes en « coup de fouet » forment des tourbillons avec des mouvements opposés ou contraires.

  • L’ECOLE DE BARBIZON 

  • Ce hameau, situé aux confins de la forêt de Fontainebleau, est devenu au XIXe s. un tel centre d'attraction pour les peintres se livrant à l'engouement romantique du paysage peint d'après nature que l'appellation " école de Barbizon ", désignant une certaine conception du paysage, finit par s'imposer.

  • Depuis 1822, l'auberge Ganne de Barbizon était hospitalière aux artistes. Aligny fut un de ses premiers clients, ainsi que Brascassat, Dagnan, Flers, Huet, Français. Corot, qui y vint avant son départ pour l'Italie, y retourna souvent. Rousseau, fidèle depuis 1833, s'établit dans une maison du village en 1846 ; il y mourut en 1867. Diaz y apparut en 1837 en même temps que Cabat. Courbet découvrit Barbizon en 1841. C'est à cette époque que Barye commença à y peindre les paysages dans lesquels il plaçait les fauves étudiés au Jardin des Plantes. Millet, fuyant l'épidémie de choléra, fut accueilli chez Ganne, en 1849, par Célestin Nanteuil et Louis Boulanger ; il décida de s'y fixer ; la mort l'y trouva en 1875. Également en 1849 arriva Jacque, alors que Troyon y séjournait depuis 1846. Par contre, Dupré et Daubigny, que l'on rattache à l'école de Barbizon et qui exposaient avec ses peintres, n'y firent que de brèves apparitions.

  • Bien longue serait la nomenclature des paysagistes venus en ce lieu, non seulement français mais aussi étrangers : belges (Xavier et César De Cock, Hippolyte Boulenger, fondateur de l'école de Tervueren, qualifiée de " Barbizon belge " par Thoré-Bürger, Alfred De Knyff, Victor de Papeleu), roumains (Andreesco, Grigoresco), suisses (Bodmer, Menn, Sutter), italiens (Serafino de Tivoli, Nino Costa), allemands (Knauss, Liebermann, Saal), hongrois (Munkácsy, Paal), américains (Wyatt Eaton, Babcock, Hunt, Inness, Home Martin, Robinson), hollandais (Kuytenbrauwer, qui y invitait son ami Jongkind). Ces peintres se dispersaient, suivant leur inclination, vers les sites qu'ils ont rendus célèbres, sites escarpés et sauvages, tels les hauteurs du Jean-de-Paris, les gorges d'Apremont, la lande d'Arbonne, le plateau de Belle-Croix, ou touffus comme le Bas-Bréau, ou encore se dirigeaient du côté des plaines uniformes et fertiles de Chailly et de Macherin. La journée faite, ils se rejoignaient, avides de conseils et d'encouragements mutuels. L'habitude naquit, vers 1850, de se retrouver chaque samedi dans la grange de Théodore Rousseau. À ces réunions venaient de Paris des amateurs (Gavet, Tillot, Sensier), des critiques (Thoré-Bürger), des littérateurs (Th. Gautier, Murger). Des peintres amis, Daumier, Ziem, Decamps, y étaient assidus.

  • La genèse et l'évolution de l'art de Barbizon ne sont autres que celles du paysage français du XIXe s. À l'aube de ce siècle, des peintres tels que Georges Michel, Valenciennes ou Michallon s'exerçaient à peindre sur le motif, comprenant la nécessité d'un retour aux sources. Le paysage français héritier de Lorrain et de Poussin se sclérosait alors dans la tradition du paysage historique composé. Il fallut attendre la révolution de 1830 pour que le " paysage-portrait " acquît ses lettres de noblesse : mouvement soutenu par le nouveau régime, ses promoteurs étant pour la plupart orléanistes. Cet avènement d'un esprit résolument anticlassique fut aidé par l'influence grandissante de l'école anglaise. Dès la chute de l'Empire, les artistes d'outre-Manche affluèrent sur le continent. Ils se lièrent d'amitié avec la nouvelle génération de peintres. Les " carnets de voyage " où ils notaient avec spontanéité les sites de France furent largement divulgués par l'imprimerie, ainsi que leurs gravures. Le Salon les accueillit : celui de 1824 fut la révélation, à Paris, de Constable. Enfin, l'attrait de l'Angleterre fut si fort que nos peintres, nombreux, traversèrent la Manche. Guillon-Lethière, futur maître de Rousseau, fut un des premiers, suivi par Dupré, Jacque, Troyon, Corot, Daubigny, pour ne citer que des paysagistes. Cependant, le rôle prépondérant joué par les artistes britanniques ne fut qu'un rôle d'intermédiaires. Leur apport n'était que la tradition revivifiée du paysage hollandais du XVIIe s. À leur tour, nos paysagistes requirent la leçon des Pays-Bas, et plus encore ceux de Barbizon que leurs contemporains attachés à d'autres groupes. Ils copiaient les anciens hollandais et en achetaient. Rousseau et Millet possédaient plusieurs peintures et de nombreuses estampes hollandaises. La filiation est directe entre Ruisdael ou Hobbema, Potter ou Cuyp, Pieter De Hooch ou Van Ostade et Rousseau, Diaz, Dupré, Troyon ou Jacque. Néanmoins, en plus des caractères originels communs à tout le paysage de ce temps, l'école de Barbizon se distingue par un esprit qui lui est propre, issu probablement d'un souci métaphysique formulé ou subconscient. Pour beaucoup de ces peintres, qui formaient, si paradoxal que cela paraisse, une colonie de solitaires, la retraite de Barbizon était une fuite devant une civilisation nouvelle qui les effrayait : mécanisation de l'homme, gigantisme naissant des cités. Fuite qui fut aussi souvent motivée par l'incompréhension, les espoirs déçus. Ils cherchaient dans l'amour-passion de la nature et sa représentation, avec l'expression de leur émotion, une réponse à leur inquiétude. Dans ce monde végétal et rustique, ils s'assuraient d'une permanence. Les arbres de Rousseau, les paysans de Millet sont des instants d'éternité, mais on décèle chez eux, à travers une apparente sérénité, la quête angoissée d'un mystère, celui de la création et de la vie. Les peintres de Barbizon se voulaient portraitistes de la nature avant d'être les chantres de la campagne. Rousseau analysait l'arbre dans son anatomie et les roches dans leur substance. Les scènes rurales de Millet ne sont ni des anecdotes sentimentales ni des manifestes sociaux, elles glorifient les gestes nobles et primitifs des travailleurs des champs et des mères de famille. L'art de Barbizon est chargé d'une signification pathétique dans sa pensée et aussi dans sa facture. C'est avec des notes et des études prises sur le vif, ou simplement de mémoire comme Millet, que ces artistes recréaient dans leur atelier une nature outrée par le souvenir, soit en burinant des planches qui constituent un des chapitres les plus glorieux de l'histoire de la gravure française, soit en maçonnant une peinture que leur insatisfaction poussait à reprendre sans cesse. De là provient une pâte alourdie et des couleurs que la lumière exaltée rend artificielles. De ce procédé naquit une manière nouvelle dont l'évolution est très nette, surtout après 1855. Ces peintres ont découvert qu'en juxtaposant de petites hachures de couleurs pures ils augmentaient l'intensité lumineuse de leur palette en l'éclaircissant. Cela est un des legs les plus concrets dont bénéficiera la génération suivante, celle des impressionnistes. Sisley, venu à Barbizon en 1860, y entraîna bientôt Renoir, Bazille et Monet ; là, dans cette forêt, loin des poncifs de l'atelier de Gleyre, ils trouvèrent le plein air auquel ils aspiraient et les encouragements des peintres qui, avec des préoccupations différentes, leur ont ouvert la voie.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

I concepts généraux liés aux retables iconCours 4 : la compréhension des œuvres Introduction : concepts généraux et définitions
«prothèses», qui sont des extériorisations de certaines capacités d’expression ou de fabrication. Notre moyen d’expression est aussi...

I concepts généraux liés aux retables iconPRÉvention des risques liés aux bâtiments et aux installations

I concepts généraux liés aux retables iconProjet de renforcement de la résilience par le biais de services...

I concepts généraux liés aux retables iconProjet de renforcement de la résilience par le biais de services...

I concepts généraux liés aux retables iconCharles-Henry cuin, Librairie dr0Z, Genève, 2000. Introduction
«des vertus lustrales à l’eau du bain». Les défenseurs d’un positivisme tempéré empruntent une voie médiane et affirment la vocation...

I concepts généraux liés aux retables iconContrôle de la qualité de service des Réseaux mobiles dans la ville...
«de seconde génération» (2G), système cellulaire mobile numérique constituant une solution aux problèmes de capacité et de sécurité...

I concepts généraux liés aux retables iconRapport Brundtland [ 1 ], le développement durable est : «un développement...
Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre...

I concepts généraux liés aux retables icon[01]. Pour gérer les problèmes liés aux changements des besoins,...

I concepts généraux liés aux retables iconAccès sécurisés aux données partout dans le monde avec aprol
«parlantes» sont transférées à la base de données du cloud. Cette méthode basée sur les concepts du fog computing (informatique géodistribuée)...

I concepts généraux liés aux retables iconObjectifs generaux








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com