I concepts généraux liés aux retables








télécharger 403.14 Kb.
titreI concepts généraux liés aux retables
page3/12
date de publication27.03.2017
taille403.14 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

Valeurs et sentiments


Ces nouveaux sentiments, ces nouvelles valeurs sont très contrastés.

D’un côté, le Romantisme explore toute la part obscure de la psychologie humaine ; le Romantisme est fasciné par le mal, par la folie.

De l’autre, il y a des aspirations, des désirs, quelque chose de plus positif.

CÔTÉ SOMBRE


A l’époque, on parle souvent du « mal du siècle » : les jeunes générations de ce XIXe s. souffrent d’une sorte de mélancolie vague, de désenchantement, comme on le trouve dans René de Chateaubriand. Pour Théophile Gautier, Chateaubriand « inventa la mélancolie et la passion moderne ».

Qu’est-ce qui explique cette mélancolie ? On doit à Alfred de Musset, en 1836, l’ouvrage Confession d’un enfant du siècle. Cette mélancolie est en lien avec les événements historiques ; cette génération a été marquée par la fin du Premier Empire qui marque la fin de l’épopée moderne, qui laisse derrière elle un goût de cendres.

« Pendant les guerres de l’empire, tandis que les maris et les frères étaient en Allemagne, les mères inquiètes avaient mis au monde une génération…….. »

« Alors il s’assit sur un monde en ruine une jeunesse soucieuse. »

Peinture attribuée à Géricault :

Cet artiste dans son atelier adopte la pose conventionnelle de la mélancolie.
La mélancolie n’est pas un sentiment nouveau : elle a toujours existé, dans toutes les sociétés et probablement dans tous les temps. C’est le regard que l’on porte sur cette mélancolie qui change.

L’ennui, l’insatisfaction, le doute, le désespoir, le penchant vers l’irrationnel accompagnent cette mélancolie ; ils seront acceptés, auront un nouveau statut durant le Romantisme.

L’homme n’est plus un animal rationnel, mais une conscience dotée de sentiments ; on s’intéresse alors à tout ce qui touche à la conduite humaine en dehors de la raison.

Fascination pour la mort :

Elle a toujours existé, mais elle prend un nouveau statut, à l époque Romantique, de même que la fascination pour le mal. Pour Victor Hugo, « Nuire, c’est jouir ». Delacroix et Baudelaire se pencheront sur le sadisme, ainsi que le suicide.

Le suicide romantique est causé par le désespoir, et non plus par le respect de l’honneur ou du secret.

CULTE DU MOI


La révolution française a fait que nous ne sommes plus dans une société d’ordre ; les individus tendent à s’affranchir des règles sociales et morales. La société du XIXe est encore très corsetée, rigide ; mais dans la première moitié du siècle, on voit des gens qui affirment leur volonté, leur affranchissement vis à vis des normes sociales, des codes.

On parle de manière significative de « culte du moi ». Epoque du Dandysme : culte de la distinction vestimentaire, mode de comportement en société. L’individu cherche à s’affirmer dans sa singularité.

Ce culte du moi s’affirme en littérature : l’autobiographie se développe, tout comme les autoportraits, sur le plan des arts visuels.

Cette valorisation du « moi » n’est pas sans conséquences dans le champs artistique : c’est à cette époque que l’on réaffirme cette exigence que l’œuvre d’art doit traduire l’expérience personnelle de son créateur.

Dessin de Victor Hugo : « La vague, ma destinée ».

Ce qui est recherché dans l’œuvre d’art à cette époque, par certaines personnes, est la spontanéité, la sincérité, l’expression authentique de la vérité intérieure.
Goya, Saturne dévorant ses enfants, 1821-23, huile sur plâtre transposée du toile, Madrid, Prado.

Cette composition faisait parie d’un ensemble de décor peint que Goya avait réalisé dans sa maison de campagne, dans la salle à manger (lol). A l’époque, le peintre est malade ; il exécute la série des Peintures Noires. Il y en a 14 en tout, 7 au rez-de-chaussée, 7 au premier étage.

Sur le plan technique, ces peintures sont tout à fait étonnantes : pâte très épaisse appliquée au couteau.

Ces 14 peintures forment un cycle, sorte de réinterprétation de la mythologie antique, des sabbats de sorcières, de sa maîtresse. Il a formé sa propre mythologie.

Rubens, lorsqu’il est venu en Espagne au XVIIIe s, a déjà peint un Saturne dévorant ses enfants pour le roi.

Goya s’inspire du mythe de Chronos car il est obsédé par le passage du temps, il se réapproprie ce mythe pour exorciser cette hantise de la destruction, de la vieillesse.

L’iconographie en elle-même vient de l’antiquité, mais il y a dans le traitement une sorte de violence que l’on peut qualifier de Romantique ; Chronos est représenté fou.

Chien à demi englouti par une masse qui va finir par l’engloutir et l’étouffer.
Les artistes de l’époque Romantique manifestent aussi des préoccupations religieuses.

Il y a chez beaucoup de ces artistes un besoin d’expérience métaphysique. Cette quête spirituelle est très forte dans la peinture allemande, notamment avec Friedrich.

A cette époque, à côté du culte du moi, certains affirment l’idée de l’art pour l’art : idée que l’art vaut pour lui-même, se justifie lui-même.

L’art peut être provoquant.
Victor Hugo : préfaces de Cromwell et des Orientales

Théophile Gautier : préface de Mademoiselle de Maupin

Les artistes ne sont cependant pas complètement indifférents à l’idée que l’artiste peut contribuer à l’avènement d’un monde meilleur.
Les doctrines sociales :

Saint-Simonisme, Fouriérisme, Socialisme, Catholicisme social.

Victor Hugo est sensible à ce rêve d’une société plus juste.

L’unité de l’art : cette idée est réaffirmée tout au long de l’époque Romantique, notamment chez Novalis (allemand), chez Gauthier, Baudelaire, …

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

I concepts généraux liés aux retables iconCours 4 : la compréhension des œuvres Introduction : concepts généraux et définitions
«prothèses», qui sont des extériorisations de certaines capacités d’expression ou de fabrication. Notre moyen d’expression est aussi...

I concepts généraux liés aux retables iconPRÉvention des risques liés aux bâtiments et aux installations

I concepts généraux liés aux retables iconProjet de renforcement de la résilience par le biais de services...

I concepts généraux liés aux retables iconProjet de renforcement de la résilience par le biais de services...

I concepts généraux liés aux retables iconCharles-Henry cuin, Librairie dr0Z, Genève, 2000. Introduction
«des vertus lustrales à l’eau du bain». Les défenseurs d’un positivisme tempéré empruntent une voie médiane et affirment la vocation...

I concepts généraux liés aux retables iconContrôle de la qualité de service des Réseaux mobiles dans la ville...
«de seconde génération» (2G), système cellulaire mobile numérique constituant une solution aux problèmes de capacité et de sécurité...

I concepts généraux liés aux retables iconRapport Brundtland [ 1 ], le développement durable est : «un développement...
Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre...

I concepts généraux liés aux retables icon[01]. Pour gérer les problèmes liés aux changements des besoins,...

I concepts généraux liés aux retables iconAccès sécurisés aux données partout dans le monde avec aprol
«parlantes» sont transférées à la base de données du cloud. Cette méthode basée sur les concepts du fog computing (informatique géodistribuée)...

I concepts généraux liés aux retables iconObjectifs generaux








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com