Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager.








télécharger 128.39 Kb.
titreRésumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager.
page5/9
date de publication28.03.2017
taille128.39 Kb.
typeRésumé
ar.21-bal.com > loi > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9

3.1Premier usage : Analyser et interpréter


« La théorie C-K, on va le voir, possède une grande puissance interprétative. Elle éclaire avec un formalisme précis des questions difficiles ou que nous n’arrivions pas à formuler dans le langage ordinaire » (Hatchuel, Weil, 2002 : 18). Les premiers travaux ont recours à l’approche C-K pour analyser le déroulement, les échecs ou les réussites d’un projet. La théorie sera utilisée pour expliquer les quiproquos et les risques, pour évaluer les méthodes ou encore pour retracer l’histoire d’un produit, d’une organisation, d’un raisonnement, etc.
      1. Le projet en phase amont


Analyser et interpréter le raisonnement de conception dès son origine peuvent aider à trouver de nouvelles solutions lorsque le projet aboutit à une infaisabilité. Retracer le processus d’une pré-étude peut guider les investigations complémentaires sur la façon dont les idées innovantes pourraient être évaluées. Comprendre les mécanismes des succès de nouveaux produits permet d’apporter des préconisations aux concepteurs. Revenons sur quatre recherches types qui se sont intéressées à la phase amont des projets à partir du modèle C-K.

Une étude effectuée sur une entreprise pharmaceutique a montré que la phase de découverte des médicaments peut être aisément expliquée par la théorie C-K (Elmquist, Segrestin, 2007). En modélisant le processus d’innovation pour comprendre les pratiques réelles de recherche sur les molécules à acquérir, on constate que les projets sont mal jugés. Les savoirs acquis ne permettaient pas aux praticiens d’arbitrer car ils avaient ni les connaissances, ni les repères suffisants. Les grilles d’évaluation classiques des idées n’étant pas fiables, il était nécessaire de les construire avec des critères propres, comme dans un processus de conception.

Pour enfoncer un clou sans se taper sur les doigts, un système de maintien aimanté avec une fente creusée sur l’entête de l’outil muni d’un manche ergonomique sera développé par une start-up innovante. A partir de l’analyse historique de brevets datant du 19ème siècle, une étude va retracer l’arborescence C-K très profonde des différentes partitions autour du concept initial qui aboutit au succès commercial du porte clou (Hatchuel et al., 2004).

Un exemple souvent cité par l’équipe d’A. Hatchuel retrace les raisons qui ont amené à arrêter un projet sur le développement d’un nouveau propulseur pour les missions martiennes, qui s’avérera ultérieurement exploitable pour une autre application (Hatchuel et al., 2004 ; 2009). En revenant sur les premières étapes du raisonnement et sur le concept initial « Comment concevoir un moteur Mg-CO2 pour l’exploration de Mars ? », de nouvelles pistes d’application restées dans l’ombre seront ouvertes à l’aide de la théorie C-K.

Dans le dernier exemple, une expertise effectuée par la méthode CQD (Coût, Qualité, Délai) montre que le développement d’un véhicule de transport à la RATP n’a pas été maîtrisé. Cependant, une analyse par l’approche C-K va délivrer une réponse plus pertinente en démontrant que le projet n’était pas en réalité un échec (Elmquist, Le Masson, 2009). Les déboires du microbus à motorisation hybride ont poussé la RATP à proposer de nouveaux services aux usagers, à réaliser des solutions de rechange avec des moteurs à biocarburant, et à mieux définir les attentes du client. La méthode C-K a permis de mesurer la capacité d’un projet à innover et de le repositionner dans un nouveau champ d’action, « la micro-mobilité », tout en redéfinissant une vision stratégique, une organisation et des axes de développement.
      1. Les risques et les quiproquos


Face à des menaces émergentes et inattendues, la théorie C-K apporte un cadre d’analyse à la gestion des risques et des quiproquos (Szpirglas, 2001 ; 2006a ; 2006b ; Szpirglas, Tea, 2008). Le dialogue est difficile à analyser, car les protagonistes, à partir des connaissances apportées par chacun, ont souvent une perception différente du sens de l’objet de la discussion. Pour comprendre les articulations entre des arguments et des idées plus ou moins divergentes dans une conversation, il est possible de modéliser le processus de l’échange avec la théorie C-K. Chaque interlocuteur possède son espace C et K. Dans les quiproquos, « les espaces de connaissances sont formés par les savoirs que possèdent les acteurs quant aux réponses aux questions qu’ils se posent » (Szpirglas, 2006b : 77). La discussion entre les protagonistes permet de compléter les connaissances de chacun par rapport à la situation considérée. Ainsi, les concepts de chaque interlocuteur évoluent au cours de la conversation alimentant la conception du sens de l’objet du dialogue. Le quiproquo est « un processus de construction du sens de la situation qui ne se déroule pas correctement » (Szpirglas, 2006a : 267). En formalisant ces décalages de perception, l’approche C-K propose des leviers d’action pour gérer ces phénomènes équivoques liés à un différentiel de connaissances.

La théorie C-K a servi à analyser la collision au décollage de deux Boeing 747 sur l’aéroport de Tenerife en 1977, qui a fait 583 victimes (Szpirglas, 2006a). Les mauvaises conditions climatiques liées au brouillard, le détournement de nombreux vols vers un petit aéroport surchargé, la polysémie de l’anglais, le stress des équipages et de la tour de contrôle provoqueront la catastrophe. Dans cette situation, trois groupes d’acteurs s’entrecroisent alors que les conversations se font deux à deux (L’équipage de la PanAm avec la tour de contrôle et celui de la KLM avec la tour de contrôle). L’analyse pointe les différences du dialogue opposant les conceptions que chacun des groupes d’acteurs a de son environnement.

Un retour d’expérience sur la mise en place d’une nouvelle réglementation à la SNCF sur les alertes radios en cas d’accident sur les voies a été réalisé à l’aide de la théorie C-K (Szpirglas, Tea, 2008). L’objectif était de construire une représentation par les acteurs du raisonnement les conduisant à appliquer la procédure ainsi que l’enchaînement des actions dans la situation observée. Cette modélisation a permis de recenser les points de blocage de la réglementation, les connaissances manquantes, les voies d’amélioration par une forme d’apprentissage entre les protagonistes et de clarifier les termes de la procédure. L’intérêt de cette formalisation est de renforcer la maîtrise des risques industriels afin de mettre en place un modèle génératif pour réagir à des situations d’incertitude et assurer un service normal de l’organisation.

3.1.1Les outils


L’approche C-K permet aussi « d’évaluer les différents outils d’aide à la conception (TRIZ, management par la valeur, analyse fonctionnelle, etc.) pour en délimiter les conditions d’application et l’efficacité » (Hatchuel, Weil, 2002 : 22). Les approches pour soutenir la créativité sont diverses et nombreuses. Nous présenterons ici des recherches qui se sont servies de la théorie pour comprendre de manière minutieuse l'utilité de certaines méthodes.

Un travail de recherche combinant TRIZ avec l’approche C-K a été mené dans l’industrie alimentaire (Boujut, Linca, 2009) afin de fournir une méthodologie plus efficace. A partir de ces deux approches très différentes, une interprétation originale de TRIZ est proposée dans le paradigme de la théorie C-K. Si TRIZ « est essentiellement orientée connaissances » avec des règles formalisées issues d’une base de brevets, « elle est mise en œuvre pour élaborer des solutions technologiques nouvelles, c’est-à-dire […] pour expandre l’espace des concepts et celui des connaissances » (Boldrini, 2005 : 115). Cependant, TRIZ ne doit pas être considérée comme une théorie de conception innovante car elle s’appuie sur une base prédéfinie de données et n’apporte pas de réponse sur la structuration du raisonnement menée (Hatchuel, 2004). Elle permet simplement de formuler le problème et d’esquisser des solutions.

Un autre article démontre l’intérêt de réaliser des analyses sur les méthodes à l'aide de la théorie C-K (Shai et al., 2009). La démarche « Infused Design » (ID)2 permet de générer de nouveaux concepts et des principes dans le domaine de la mécanique statique, au-delà de son utilisation préalable dans la génération d'un certain nombre de représentations et de dessins créatifs. L'utilisation de la méthode ID dans les processus des découvertes scientifiques créatives est modélisée avec la théorie C-K, pour une meilleure compréhension réciproque des deux approches et ainsi identifier les points où la créativité se produit.

L’approche C-K suppose que sa théorie formelle vise à évaluer également les méthodes créatives dans des processus de conception grâce aux interactions entre les deux espaces C et K. Pour prendre en compte l’aspect collectif de la créativité, deux nouvelles perspectives seront rajoutées. L’une sur des aspects cognitifs et l’autre sur des approches sociales (Hatchuel, Le Masson, 2007) se basent sur la socio-psychologie de la créativité (Paulus, 2002) et sur l’organisation des processus de conception (Amabile, 1996, 1998). L'approche identifie ainsi quatre critères de performance difficilement atteignables par une méthode de créativité collective : le balayage complet du concept initial, l’implication des acteurs, l’obtention de connaissances pertinentes et la convergence du groupe vers les mêmes conclusions.

3.1.2L’histoire des inventions et de la conception


Un autre usage de la théorie C-K porte sur le passé de la conception, notamment sur la genèse des idées, des objets et des organisations. « Elle permet la représentation du processus historique de conception en conservant la mémoire des connaissances acquises relativement aux concepts explorés » (Hatchuel, Weil, 2003). La puissance interprétative de la théorie conduit à mener des recherches sur les débuts des bureaux d’études, des départements d'ingénierie, de la recherche industrielle et des raisonnements de conception (Morin et al., 2000). Les deux cas suivants illustrent les analyses envisageables avec cette théorie comme des études portant sur l’histoire des sciences, des techniques et des entreprises.

A travers deux exemples historiques sur la réalisation de deux ouvrages différents de Gustave Eiffel, l’analyse par l’approche C-K va permettre d’étudier deux formes et deux logiques d’organisation d’un bureau d’étude (Le Masson, Weil, 2010a). D’un côté, la conception innovante de la tour Eiffel qui « mobilise les acquis de la conception réglée », et de l’autre la construction de nouveaux ponts économiques portatifs, qui déploie une nouvelle conception réglée. Une autre étude originale va essayer de « comprendre la genèse de la conception systématique » en Allemagne entre les années 1840 et 1960 (Le Masson, Weil, 2010b). Elle met en évidence les efforts de rationalisation à des moments précis de l’histoire et le formalisme qui guide la définition d’objets inconnus à l’aide de ceux connus. Ainsi, la théorie C-K permet d’analyser l’évolution de l’activité de conception et l’organisation d’un bureau d’études en retraçant son histoire : La conception de la conception.
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconÀ la drupa 2016, Mimaki inspire par ses nouvelles encres et ses nouvelles applications
«Nous venons de vivre à bien des égards l’un de nos salons les plus réussis», explique Mike Horsten, General Manager Marketing emea,...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconDates : une période difficile à dater, car c’est un phénomène européen...
«Je suis né dans un siècle où la terre a été découverte [ ] Les connaissances se sont étendues. [ ] Que nous manque-t-il encore sinon...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconRésumé : Cette recherche s’inscrit dans les nouvelles approches de...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconApprendre à apprendre ensemble
«communauté de construction de connaissances» qui regroupe des individus engagés dans la production, la proposition et le partage...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconAvant-Propos
«tableau noir». Car ce pays, comme bien d’autres dans le monde entier, jetait le trouble dans les activités de Satan. La Bible nous...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconExposé Histoire de l’art
«atelier» du monde. Le pays s’engage ainsi dans une période de prospérité. Les conditions de vie de la société évoluent, avec la...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. icon1999 À tous ceux qui, avec un dévouement passionné, cherchent de...
L'art de créer qu'atteindra une âme bienheureuse n'est point cet art par essence qui est Dieu, mais bien de cet art une communication...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconExtrait du rapport du Comité catholique contre la faim et pour le...
«ce n’est pas facile car IL y a des comptes blanchis. ( ) IL faut beaucoup de preuves». Une autre chancellerie explique que «le plus...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconÉtant donné que le mouvement adventiste s’est étendu dans toutes...

Résumé Cerner les nouvelles connaissances qui ont des applications potentielles dans le monde industriel s’avère une tâche extrêmement complexe et difficile à manager. iconDécouvrir le monde L’enfant apprend à se représenter le monde et...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com