Sur les pistes de la chouette d’or








télécharger 82.73 Kb.
titreSur les pistes de la chouette d’or
date de publication29.03.2017
taille82.73 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Sur les pistes de la chouette d’or.

Si, comme l’a dit Max déterrer la chouette était a la porté du premier groupe de lycéens un peu dégourdis, se devait être il y a bien longtemps. Au siècle des lumières, une époque où les esprits bien faits étaient de surcroît bien remplis. Je ne doute pas du talent des enseignants actuels. De nos jours le matériau serait-il moins noble, plus difficile à façonner ? Rien n’est moins sûr. Dans son désir de bien faire, l’inventeur du jeu, a mis la barre très haute, méjugeant de la difficulté et attribuant d’office à ses zélateurs, une sagacité bien supérieure à la réalité. Le résultat est ce que nous connaissons. Une chouette introuvable après 22 ans de recherches ; ce qui en fait la chasse (organisée) au trésor la plus longue de l’histoire. La résultante de cet état de fait c’est : que certain personnage connu de tous, mais dont nous tairons le patronyme, non content de jeter l’eau du bain, voudrait récupérer le bébé pour leur seul profit. Les raisons d’un tel comportement ne sont pas forcément toutes avouables, en tous cas elles sont profondément antinomiques avec l’esprit de cette chasse au strigidé.
De nos jours, il faut bien l’avouer, l’enjeu intellectuel que représente ce challenge, contrebalance largement l’appât du gain qui pourrait motiver certains… Garder ses solutions par devers soi, c’est s’aveugler sur sa capacité à résoudre seul, le défi qui nous est proposé. Bien qu’il n’existe qu’un seul chemin, qui mène à l’antre de la Dame Blanche ; à l’heure actuelle, plusieurs postulats présentent suffisamment d’intérêt pour être pris au sérieux ; chacun d’entre eux a ses tenants, ses aficionados… Dans notre cas il s’agit de mettre en parallèle plusieurs raisonnements originaux, même s’ils possèdent un tronc commun. Nos réflexions porteront sur trois hypothèses possibles que nous nommerons :
Vézelay, Ronchamp-Dabo, Windstein.
Pour plus de clarté, nous suivrons l’ordre habituel des énigmes et traiterons les sujets en parallèle, car ils empruntent souvent les mêmes voies, surtout au départ.
530 : il y a un tel foisonnement d’indices dans cette énigme, que finalement la difficulté, c’est de hiérarchiser les informations qu’elle apporte à notre connaissance. C’est ce à quoi nous allons essayer de procéder.
BOURGES : la ville occupe une position centrale sur la carte de France. Sa cathédrale se nomme Saint- ETIENNE. Incarne-t-elle une des deux limites de l’ETERNITE ? Elle a des spécificités qui nous interpellent : Son architecture est un hymne à la lumière, elle possède une méridienne et un oculus percé dans un des vitraux, permet d’éclairer un cercle tracé au sol lors du solstice d’été. Il existe un A gravé sur une dalle. A comme Angle ?


Le COQ : il regarde en direction de l’Ouest, L’œil se situe approximativement à hauteur du M de Montluçon, sur le méridien de PARIS.
Extrapolations possibles, indices à exploiter ultérieurement, découvertes rétrospectives : AGDE, alpha romain, Cantabrique (chaine et mer), 2° 20’, EU, G, Râ, Ré, Solutré, SUD, Vestige de Navire.
Doit-on extraire une anagramme de ces expressions ? « Ouverture » = trouver Eu. « Sans protester » = passe torrents = passons tertre. « Alpha romain » = l'ami pharaon. « Sage, Vérité, Devin » = Vestige de navire. « Devin » = 2 degrés 20 Minutes.





780 : Le premier pas… serait celui du compas. La forme ronde de la boussole rappelle celle du corps du coq et de la méridienne de la cathédrale Saint-Etienne. Le diamètre de 10,5 cm de cette dernière multiplié par Pi = 0,33 cm, c’est à dire approximativement le pied métrique. Les aiguilles orientées Nord-sud reprenne un axe méridien. Le W nous invite à regarder à l’Ouest, comme l’œil du gallinacé. Le W à l’envers sur le visuel devient un M, c’est la première lettre de Méridien, la lettre M schématise un col, un passage entre deux montagnes, ou encore une Mire : « où tu dois par la boussole et le pied ». Tout est dit.
Extrapolations possibles, indices à exploiter ultérieurement, découvertes rétrospectives :

Les chiffres 4 et 7 sont répétés sous différentes formes. Le cocher et la boussole sont des constellations stellaires.
En dehors de nous donner la mesure, l’énigme 780 ne fait que reprendre sous d’autres formes, les signalisations faites précédemment. La preuve en est : le mimétisme très parlant entre les aiguilles de la boussole et le clocher de l’église Saint-Etienne de Ars-en-Ré, qui domine de sa hauteur une place de village de forme ronde.


470 : La notion d’angle droit est fortement suggérés par l’épée du visuel et par le comptage des mots du texte (90).
A RONCEVAUX : Un lieu on ne peut plus célèbre. Le A plus l’espace font que la charade possède 11 items. Deux raisons possibles à cette extension manifestement voulue.
1/ les items des deux charades réunies, s’associe tour à tour avec les 11 énigmes. Ce qui suit est une proposition globale, dont certains éléments peuvent être contestés, ou remplacés.
B - Mon Premier, première moitié de la moitié du premier âge, = B (l’ordre des énigmes)
530 - 780 - Précède mes Second et Troisième, cherchant leur chemin. = OU. BOURGES et ARS-en-RE
470 – 580 - Mon Quatrième s'inspire = R. RONCEVAUX, mon Cinquième est en rage, Mais, sans protester, suit mon Quatrième et l'alpha romain. = raG. La note Sol
600 - Mon Sixième, aux limites de l'ETERNITE se cache. = Et. Etain
500 - Mon Septième, dressé, crache son venin. = S. La Spirale
420 - Mon huitième a le goût du laurier, = V. le laurier attribut d’Apollon.
560 - Tandis que mon Neuvième, par l'étonnement, se traîne. = Ah. Hernani.
650 - Mon Dixième est toujours nu quand il a une liaison. = U. ?????
520 - Mon Onzième, enfin, est l'inconnue. = X. La cache.

2/ Max avait besoin de 11 items et si cela est sans rapport avec les 11 énigmes, c’est que cela entre en corrélation avec la liste des dix noms de villes décryptés dans l’énigme suivante, la 580. Le dernier item de la charade nous dit : "Mon Onzième, enfin, est l'inconnue », cette inconnue vaut X (10). Voila pourquoi il était si important d’avoir onze items et que le onzième parle d’inconnue ? Cela permettait de faire la relation avec une possible onzième ville occultée. Dans l’énigme suivante A = 0, c'est-à-dire qu’il compte pour rien. Il ne reste plus que 10 items, le dernier pointe le doigt sur la onzième ville celle qui vaudra 10, l’inconnue (genre féminin). Doit-on considérer la ville de Troyes comme l’inconnue (X) du onzième item ? En tout cas comme chef-lieu de l’Aube (10) le rapport est avéré. Cela n’hypothèque en rien que ce « A » puisse avoir d’autres implications.



La flèche vise-t-elle le cœur ? « Trouve mon Tout, et, par l'Ouverture, tu verras la lumière ». En dehors d’essayer de trouver une illustration géographique de Durandal, à reporter sur la carte, il reste difficile de faire parler cette énigme.
580 : Une liste de dix villes associées à une valeur numérale croissante en rapport avec l’alphabet, sauf pour Angers.
BOURGES vaudra 1. CHERBOURG vaudra 2. DIEPPE vaudra 3. EPERNAY vaudra 4. FORBACH vaudra 5. GERARDMER vaudra 6. HERICOURT vaudra 7. ISSOIRE vaudra 8. JARNAC vaudra 9. ANGERS vaudra 0.
Extrapolations possibles, indices à exploiter ultérieurement, découvertes rétrospectives :

FA, AGDE, Un code alphanumérique (A = 0, B = 1, C = 2, etc.), Une notation musicale (La = A, Si = B, Do = C, Ré = D, etc.), Laredo. La décapole alsacienne.
Il n’est pas inintéressant de repérer dès maintenant, les villes qui se sont vu attribuer les chiffres 4 et 7. Ont peut remarquer aussi, qu’avec les lettres de la notation anglo-saxonne, seul la note Fa peut être écrite. Les partitions pour violoncelle ou contrebasse utilisent habituellement la clé de fa. Fa = 50 = Numéro de la manche (Cherbourg) = 50 (numéro atomique de l’étain Sn) = Etain ville de la Meuse (55). La clef de sol = G = Gérardmer, la clef de fa = F = Forbach. Enfin on peut aussi retenir le nom de Laredo, une ville espagnole, située sur la côte Cantabrique dont le nom est formé de trois notes.
600 : le résultat du déchiffrage nous donne une phrase des plus sibylline :
LA CLEF SE CACHE SUR UN NAVIRE NOIR PERCHE
« Se cache » nous ramène aux deux limites de l’ETERNITE. On peut penser que la première est Etienne (nom de l’église d’Ars et de la cathédrale de Bourges). Etain pourrait bien en être la deuxième limite. La confirmation est là sous nos yeux.
L'écart entre les lettres du mot NAVIRE, prises deux à deux, est constant, il est égal à un demi-alphabet (13 lettres).


N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M


Ce décryptage confirme la relation qui existe entre ARS et la NEF, ainsi qu’entre Fa et Sn (symbole de l’étain). Dans cette énigme nous avons eu recours au tableau périodique des éléments. Etain est une ville située à l’est de Verdun.
Extrapolations possibles, indices à exploiter ultérieurement, découvertes rétrospectives :

Une main gauche, Autun, clef, Janus (dieu solaire), solstices, 365 jours,

Information supplémentaire :

NÉE CLEF EN MAIN DANS LA 600, TU LA RETROUVERAS DANS LA 560.

Anagramme de 13 lettres : NÉE CLEF EN MAIN = NEF ENCALMINEE



Pourquoi Notre-Dame du Haut ne serait-elle pas le navire noir perché ?

Cette Dame correspond plutôt bien à ce que nous recherchons. Elle figure sur la carte Michelin au 1/ 1000000. Notre-Dame du Haut de Ronchamp aurait été pensée et construite par Le Corbusier en quatre dimensions, la quatrième serait la lumière. On sait aussi qu’il a utilisé le nombre d’or… Il est à noter, que bien que de construction récente, la chapelle est classé aux monuments historiques dès 1967.


Le bâtiment a été érigé par Le Corbusier, sur la colline de Bourlémont, près de Ronchamp. Il y a très longtemps, à cet emplacement existait un temple romain. La chapelle est inspirée par des références architecturales arabes (AL-Mar), en effet Le Corbusier a pris pour référence la mosquée de Sidi Brahim, sise à El-Ateuf, en Algérie. L’édifice est perché, il évoque par sa forme la coque d’un navire… Ne pourrait-on pas définir une chapelle, comme une Nef surmonté d’une croix.



Le symbole de Saturne est très différent de sa représentation habituelle dans l’énigme 420.

La piste de VEZELAY :
500 : Dans cette énigme le rapport à la musique est avéré. Le titre est le début de l’hymne à Saint-Jean Baptiste, dans le visuel on trouve une portée avec une clef de Sol. Le décryptage des chiffres au début du texte donne CARIGNAN, ville frontalière des Ardennes. Nous devons tracer une droite orthogonale passant par ce point, en prenant comme référence une droite déjà connue. Restons simple, joignons Carignan à la ville qui représente le mieux la clef de sol, Gérardmer. Pourquoi les deux énigmes à thème musical, la 580 et la 500 ne se complèteraient-elles pas. Elles se complètent en effet. La droite Roncevaux-Héricourt est perpendiculaire à une droite passant par les deux points : Carignan et Gérardmer. Mieux encore une autre droite passant par Carignan et Epernay est parallèle au premier tracé. Nous venons d’éclaircir le pourquoi de l’ordre des dix villes. Epernay vaut 4 et Héricourt vaut 7, enfin une justification des chiffres 4 et 7. Tout s’emboite parfaitement. Avec les chiffres 2424… on peut obtenir un autre résultat qui livre comme résultat la ville d’Agen. Comme pour confirmer la solution précédente cette cité se positionne sur la droite Roncevaux – Héricourt.


Le titre Ut QUEANT LAXIS = TU AS L’AXE QUINT, or Roncevaux est situé en pays de Quint.
420 : Le décryptage de l’énigme nous amène à Golfe-Juan. De là nous tirons une flèche vers le zénith, situé à 559 kilomètres de distance et à une hauteur de 650 mètres. Nous atterrissons à Dabo, ce qui est parfaitement en accord avec cette IS.

Information supplémentaire :

« Le 15 juillet, le Tour de France a croisé la flèche d'Apollon. »

La 11e étape du tour de France 1993 se déroulait entre Serre-Chevalier et Isola 2000 dans les Alpes.



Extrapolations possibles, indices à exploiter ultérieurement, découvertes rétrospectives :

Les signes symboliques du visuel concernant Saturne (ND du Haut ?) et Jupiter (4, 7) ne sont pas orthodoxes. Le V de vénus n’est pas codé : Est-ce pour : Vézelay ? Vaison-la-Romaine ? Où parce que c’est un élément superfétatoire, faussant un compte précis d’éléments ? Le compas pointe-t-il sur le N de Neptune ? 650 peut-il se lire 65° ?
560 :
Extrapolations possibles, indices à exploiter ultérieurement, découvertes rétrospectives :
AD AUGUSTA PER ANGUSTA = Hernani ; Carusburc = Cherbourg ; Albion = Angleterre ; l’ouverture qui révèle la lumière céleste = l’angle de 65° qui est l’ouverture nécessaire pour voir Ars-en-Ré de Golfe-Juan, or il faut raccorder ce point avec Laredo et Angers (Ars-en G) ; Nef encalminée = Vézelay ? (sans doute), Montbard ? Abbaye de Fontenay ? Où s’arrête-t-on ?

Informations supplémentaires :

« LA CLARTE VIENDRA DE 3 HABILES RENDEZ-VOUS EN MER CANTABRIQUE. »

« NÉE CLEF EN MAIN DANS LA 600, TU LA RETROUVERAS DANS LA 560. »

Cette dernière IS ne colle pas avec ND du Haut, du moins si nous retenons cette solution. On se demande quelle entité positionné sur le trait à ne pas regretter, pourrait être le navire noir perché où se cache la clef. Vézelay pourrait avoir le potentiel, mais ce lieu n’est pas l’unique site intéressant qu’on trouve sur ce tracé. Si on prolonge le trait au-delà de Vézelay d’autres opportunités se présentent. Tout cela demande à être examiné avec attention. D’un côté ND du Haut est un navire noir convaincant, de l’autre le cheminement qui mène à Vézelay est des plus logiques et répond correctement à tous les impératifs de la chasse, sauf pour ce qui concerne la spirale. Il faut faire des recherches, laissons cette piste de coté, pour en examiner une autre qui donnera plus de légitimité à ND du Haut.




La piste Ronchamp-Dabo :
500 : on à bien compris dans la démonstration précédente, que la suite du périple dépend en grande partie de la droite déjà connue avant, qu’on a pris comme référence. Dans ce deuxième essai de solution nous choisirons comme droite Ars-en-Ré, ND du Haut. Nous traçons la droite orthogonale afférente. Là encore une bonne surprise nous attend, le prolongement de celle-ci atterri pile sur Golfe-Juan, notre destination dans l’énigme suivante. Il y a mieux, si on trace une spirale de Fibonacci (spirale à quatre centres utilisant le nombre d’or 1,618). On pose la pointe de notre compas à 185 kilomètres de Carignan et en enroulant la spirale sur elle-même de gauche à droite, dos au ponant au départ, on finit exactement à l’emplacement où est située ND du Haut sur la carte.

185 mm, 114 mm, 70 mm, 44 mm, 27 mm, 17 mm.
C’est une confirmation éclatante de ce qu’on présupposait. Dans ce cas particulier, employer le nombre d’or est en corrélation avec la construction de la chapelle. D’un autre coté avec 185 comme seul indice, il est impossible de déterminer la distance qui sépare les quatre centres, car on ignore le nombre de quarts de tour que doit effectuer la spirale. Il est à noter qu’il existe quatre centres positionnés aux angles d’un carré de 185 kilomètres de côté. Le seul problème c’est que la spirale à tracer ne rentre plus dans la carte, les essais de traçage ne s’avèrent pas non plus très concluant… voici ces quatre centres : Carignan, Dabo, Marnay, Aix en-Othe.




420 : Comme précédemment on trace une verticale en direction de Dabo. A partir de cette droite on reporte un angle de 65°. Transformer 650 en 65° peut être considéré comme une liberté prise avec la compréhension habituelle de ce résultat. Des indices du visuel nous y encouragent, le compas et ce détail :


65 suivit d’un A (Apollon ?)

L’angle en question indique exactement la direction d’Ars-en-Ré. Sur sa route il croise le V de Vaison la Romaine (Le V non codé de « AVANT » ?) Célèbre entre autre pour la magnifique tête d’Apollon Lauré qu’on y a découvert. Il existe d’autres explications pour expliquer cette absence de codage. N’oublions pas que V « a le goût du laurier » (470), cette plante et un des attributs d’Apollon. V peut aussi symboliser un angle… Doit-on considérer Rê (Râ) comme une extension de Ré ? Doit-on y voir un rapport à la lumière céleste ? Ces deux dieux sont des divinités solaires.


L’apollon lauré de Vaison-la-Romaine


560 : C’est en 560 que nous apprenons l’existence d’Hernani. L’axe Golfe-Juan Hernani est perpendiculaire à Golfe-Juan, Dabo. L’angularité à 90° aurait tendance à conforter l’idée que l’arc d’Apollon est d’une espèce particulière. Par ailleurs on sait déjà (piste Vézelay), qu’il faut relier Carusburc à Hernani. L’intersection en pleine mer Cantabrique de cette droite avec le prolongement de Golfe-Juan, Ars-en-Ré, est parfaitement alignée avec Bourges et ND du Haut. Cette constatation implique, que ND du Haut est le navire noir perché, en même temps que la nef encalminée.
Informations supplémentaires :

« NÉE CLEF EN MAIN DANS LA 600, TU LA RETROUVERAS DANS LA 560. »

Cette solution est en corrélation avec l’IS. Maintenant doit-on considérer qu’il manque un rendez-vous en mer Cantabrique ?



La mariée est-elle trop belle ? La chapelle construite par Le Corbusier peut-elle être à la fois : l’aboutissement de la spirale, le navire noir perché et la nef encalminée ? A 8000 mesures de là nulles sentinelles convenables ne se distinguent. Faut-il prolonger le trait à ne pas regretter ? Il coupe la flèche d’Apollon à l’ouest de Mulhouse. D’autres alignements convergent aussi sur ce point. Cela nécessite qu’on se penche de plus près sur la question.
Nous sommes dans la plaine d’Alsace à un endroit où les références historiques, architecturales, géologiques, géographiques, ne manquent pas. Des sentinelles potentielles sont présentes (terrils crassiers, châteaux d’eau, points géodésiques etc.). C’est dans cette environnement qu’on situe la bataille d’Ochsenfeld, qui en – 58 avant J.C. vit s’affronter, Les légions de César et les troupes du chef suève (germains) Arioviste.


Comme quand nous sommes arrivé à Vézelay, au sortir de la 560, on éprouve des difficultés à déboucher sur du concret. C’est à dire des sentinelles clairement identifiées…Le potentiel de cette proposition reste néanmoins attractif… Prenons du recul et examinons la troisième piste.
La piste de Windstein :
500 : Cette option est un peu différente des deux autres, dans la mesure où elle s’appuie pour exister, autant sur l’intuition et l’intime conviction, que sur une analyse formel. Du coup elle prête plus le flanc à la critique. D’un autre cotés, certaines conclusions sont pertinentes et confondantes, suffisamment en tous cas pour ébranler les certitudes les plus ancrées.
Nous allons une nouvelle fois changer de droite de référence, pour tracer l’orthogonale. Il est possible de tracer une spirale mais en prenant une autre référence de base que 560 606 mesures, que nous utiliserons ultérieurement. Pour les raisons précités antérieurement nous traçons une spirale de Fibonacci à quatre centres.
Pour tracer l’orthogonale ce n’est pas trop compliqué, on trace la droite, la Roche de Solutré, Notre-Dame du Haut, on fait coulisser l’équerre jusqu’à avoir Carignan dans le prolongement d’un des côtés de l’angle droit. Il y a exactement 222 mm sur la carte entre cette intersection et Carignan. Le visuel de cette énigme, avec les lignes de la portée et le positionnement de l’équerre, illustre assez bien l’opération à exécuter…
La distance de Carignan à cette droite est donc 222 kilomètres. Or 222 dans cette énigme 500 a la faculté de se transformer en langage morse, se qui donne 222 = – – il se trouve que trois traits qui se suivent, dans l’alphabet morse correspondent à la lettre O. Serait-ce pour cette raison que Max emploi le terme Orthogonale et non pas perpendiculaire ?
Pour tracer la spirale on démarre de l’intersection des deux perpendiculaires et à chaque quart de tour on divise le rayon par le nombre d’or : 1,618. Ce qui nous donne des valeurs décroissantes. Pour tracer sur la carte, chaque quart de tour que la spirale, on emploi tour à tour les rayons : 222 mm, 137 mm, 85 mm, 52 mm, 32 mm, (20 mm). Cette opération exécutée nous pointons sous notre compas le centre de la ville de Reims. Lorsqu’on s’essaye à tracer des spirales à quatre centres sur la carte au 1/1000000, sur des bases raisonnées, les résultats concluants et parlants sont rarement au rendez-vous.


L’orientation de la cathédrale Notre-Dame de Reims se fait selon un axe Sud-ouest Nord-est. La cathédrale est donc orientée non pas vers l'Orient comme la plupart de ses consœurs, mais dans l’axe des solstices. Ce rapport aux solstices nous ramène aux dates de la Saint-Jean, aux clefs de Janus (d’or et d’argent).




Détruit en 1778, le labyrinthe de la cathédrale Notre-Dame de Reims va réapparaître dans la cathédrale sous une forme virtuelle. « Quel malheur que les chanoines aient fait supprimer le labyrinthe de notre Cathédrale, parce qu’ils étaient gênés par le bruit des enfants qui jouaient à la marelle et qui troublaient la quiétude ainsi que la sérénité des offices… ». Dans la cathédrale, le labyrinthe se situait dans le dallage des 3e et 4e travées de la nef. Il a été détruit par le chapitre. De nos jours, la représentation graphique de ce labyrinthe, inclinée de 45°, est utilisée comme logo pour désigner un ouvrage qui a été classé ou inscrit monument historique.

Une spirale à quatre centres en quelque sorte !

Les personnages placés dans les quatre centres ne sont pas anonymes.


Les personnages dans les angles sont les maîtres d'œuvre successifs de la cathédrale : (en haut à droite) : Jean d'Orbais (1211-1231) fit les plans de la cathédrale et commença le chevet ; (en haut à gauche) : Jean-le-Loup (1231-1247) commença les portails nord ; (en bas à gauche) : Gaucher de Reims (1247-1255) débuta les voussures et les portails de la façade Ouest ; (en bas à droite) : Bernard de Soissons (1255-1290) fit cinq voûtes de la nef et ouvrit la rosace ouest.

Notre-Dame de Reims est loin d’être dénuée d’attractivité et répond assez bien à notre attente. Par ailleurs les résultats concordent. Que la spirale soit à tracer ou à trouver on peut arriver à Reims.


Si la spirale est à tracer, des solutions existent plus ou moins satisfaisantes. Dans cette optique, ce qui est à trouver c’est comment la tracer. Pourquoi Max a-t-il écrit ? « Pour trouver la Spirale à quatre centres », et non pas : « pour trouver les quatre centres de la spirales », ce qui rimerait beaucoup mieux.

A Reims se trouve aussi la sainte Ampoule, de là à voir la lumière il n’y a qu’un pas… et d’autres merveilles, dont la nef de Sainte Ursule et le talisman de Charlemagne, un reliquaire de forme circulaire, O ?


420 : On opère comme précédemment (piste ND du Haut, Dabo). Jusque là les seuls changements sont l’identité de la droite connue avant, l’orthogonale et le tracé de la spirale.



560 : le vrai changement de cap intervient dans cette énigme. Après la découverte d’Hernani, le raisonnement qui prend corps est différent des précédents. La direction prise à partir de Carusbruc est autre, on trace la perpendiculaire à la flèche d’Apollon. On prend en compte la distance de 730 kilomètres qui sépare Golfe-Juan d’Hernani et à partir de cette donnée, on construit un carré. Le trait à ne pas regretter démarre de l’intersection sise en mer Cantabrique, pour finir dans l’angle opposé du carré après être passé par Reims et Carignan. Dans ce contexte, la cathédrale Notre-Dame de Reims devient la nef encalminée et le navire noir perché reste Notre-Dame du Haut. Les deux entités sont dissociées et se révèlent indépendantes l’une de l’autre.
Tout est loin d’être parfaitement orthodoxe dans ce raisonnement et prendre 264 kilomètres pour résultat de 8000 mesures est également tendancieux. C’est cependant la seule piste des trois, qui au final va déboucher sur une zone présentant un véritable intérêt. Le cheminement qui permet d’arriver jusqu’à Windstein doit cependant gagner en intégrité…





WINDSTEIN
L’aiguille noire de la boussole réapparait dans le blason de Windstein. Le W inversé (780) trouve une justification dans le nom, autant que dans le dessin du blason. D’autres convergences sont venues après coup, étayer la prise en compte de ce site. Le plus curieux c’est que la zone est confirmée en partie par les développements de la deuxième piste, alors que la découverte à été initiée à partir de la troisième. Le paradoxe est des plus étranges. Le site de Windstein trouvé de façon un peu aléatoire, est confirmé par l’hypothèse la plus sérieuse et la plus complète. Le challenge à venir c’est d’établir un pont entre les deux démarches.

Ces trois directions empruntent les unes aux autres, elles ont chacune des points forts et des points faibles. Néanmoins il ne faut pas s’illusionner, l’incertitude reste la grande gagnante, car trop d’inconnues demeurent encore dans l’ombre. Malgré tout, cette remise à plat a le mérite de clarifier et de synthétiser des hypothèses et des suppositions éparses jusqu’alors. Ces diverses propositions constituent des bases de raisonnement suffisamment solides, pour tenter d’aller au-delà.
Solution métissée :
Lors des recherches faites sur les diverses pistes possibles qui s’offrent à nous, pour tenter d’arriver jusqu’à la cache de la chouette d’or ; on ne peut manquer de remarquer les nombreuses interpénétrations, les ponts, les liens, entre les solutions proposées. Les propositions pêchent souvent par quelques faiblesses ou lacunes. Il se trouve qu’assemblées, deux solutions ou parties de solutions différentes, donne un résultat dans lequel ces manques systématiques sont comblés en partie. Après examen, il n’est pas interdit de prétendre que Dabo est le lien qui fédère tout cela, c’est le pont qui met en relation deux hypothèses. : Vézelay et ND du Haut.


Peut-on encore parler de coïncidence à ce niveau de résolution, sans doute pas. Il reste cependant à faire la preuve de la justesse de cette hypothèse. Identifier les sentinelles confirmerait cette option. On sait combien ces demoiselles sont discrètes et difficiles à cerner. Le point particulier qui nous intéresse c’est l’intersection du trait à ne pas regretter à 560 606 mesures avec le point situé à 185 kilomètres sur l’orthogonale qui va de Carignan à Golfe-Juan. Ce point n’est-il là que pour nous signifier la pertinence de ce tracé, où pour nous inciter à poursuivre dans cette direction ?
Constatations et interrogations récentes :
- Sur une carte au 1 / 1000000, une spirale de Fibonacci dégressive, démarrant de Carignan par un quart de rond de 185 mm de diamètre (ortho Carignan, Golfe-Juan) est comprise à 2 mm près dans la longueur (297 mm) d’une feuille de format A4, cela s’avère encore plus exact si on utilise le pied de roi de 326,592 mm au lieu d’un pied de 333 mm qui n’existe pas réellement. L’idéal serait un pied de 327,4 mm. Ce qui donnerait une longueur de 183,5 mm pour l’orthogonale. Dans tous les cas, cette différence est très minime, on pointe au bout d’un tour et demi sur Notre-Dame du Haut. Il n’y a pas d’à-peu-près, c’est pile !

- Il est à remarquer qu’une spirale de Fibonacci d’un tour et demi est très proche du tracé d’une clef de fa. Si tel est le cas, on est amené à se poser certaines questions. Où sont les deux points qui accompagnent cette figure, faut-il s’en préoccuper ? Devons nous tracer une portée, est-ce que l’axe de la spirale en donne l’orientation (perpendiculaire) ? Quels en sont les points remarquables, cela a-t-il une utilité ?


- Devons nous aussi chercher la clef d’ut ? La clef d’ut ressemble à un B, cela tombe bien car Bourges vaudra 1 et do est la première note de la gamme. Ce ne sont que des suppositions ! La clef de fa pourrait être matérialisée par un autre site que Notre-Dame du Haut. Forbach ?

- Les chiffres trouvés dans la chouette d’or, ont de curieuses propriétés.

1/ La longueur de l’orthogonale à reporter (si la mesure correspond à 0,33) est de 18,5 cm. La progression de ce nombre est : 18,5 - 37 - 55,5 - 74 - 92,5 - 111… or 74 cm c’est le pas grec, la racine carré de 111 = 10,54 cm, 10,5 cm c’est le diamètre de la boussole sur une carte au 1/25000 c’est la longueur qui correspond à 8000 mesures, c'est-à-dire 2640 mètres.

M’pa Maenba




similaire:

Sur les pistes de la chouette d’or iconSur les pistes de la chouette d’or
«Ouverture» = trouver Eu. «Sans protester» = passe torrents = passons tertre. «Alpha romain» = l'ami pharaon. «Sage, Vérité, Devin»...

Sur les pistes de la chouette d’or iconQuelques pistes de réflexion : Les incivilités : une notion difficile à définir

Sur les pistes de la chouette d’or iconRésumé du travail proposé
«renforcement de pistes», par exemple au travers d’un jeu sérieux. Pour des raisons de sécurité, on peut envisager que les interactions...

Sur les pistes de la chouette d’or iconPistes de travail possibles en histoire des arts

Sur les pistes de la chouette d’or iconRésumé Le projet est la continuation du projet présenté en 2010 qui...

Sur les pistes de la chouette d’or iconQuelques pistes pour formuler vos propres sujets de recherche

Sur les pistes de la chouette d’or iconQuelques pistes pour choisir et formuler vos propres sujets de recherche

Sur les pistes de la chouette d’or icon* Au collège
«Les sujets de l’abstraction (1946-1962), 101 Chefs-d’œuvre de la Fondation Gandur pour l’Art, Genève» qui se tiendra du 8 décembre...

Sur les pistes de la chouette d’or iconFiche pédagogique
«l’inventeur de la sculpture moderne», cette fiche propose des pistes d’analyse de l’œuvre d’art, découverte en classe de fle. L’aventure...

Sur les pistes de la chouette d’or iconTranscription du reportage sur l’afp sur les métamorphoses de Sotchi
Maintenant tout va bien. Les gens voient les résultats, ce qui a été fait sur le plan social, les routes, les travaux et la ville...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com