Thèse de docteur en Pharmacie








télécharger 1.38 Mb.
titreThèse de docteur en Pharmacie
page1/20
date de publication03.04.2017
taille1.38 Mb.
typeThèse
ar.21-bal.com > loi > Thèse
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20
Thèse de docteur en Pharmacie

le 15 juin 2009 , Emilie Fosseprez

Faculté de pharmacie de Rennes

La dotation médicale à bord des bateaux de plaisance

SOMMAIRE


Introduction…………………………………………………..……. 11

1. La dotation médicale à travers l’histoire, des guides, les particularités de la mer

1.1. Histoire de la navigation à voile…………………………………… 12

1.2. Historique de la médecine maritime………………………………… 13

1.2.1. Les chirurgiens navigans…………………………………………………... 13

1.2.2. Les médecins de papier…………………………………………………….. 14

1.3. Les guides médicaux.............................................................................. 18

1.4. Les sites Internet dédiés aux plaisanciers………………………….... 19

1.5. Particularités du milieu maritime…………………………………… 20

1.5.1. Le bateau lui-même ………………………………………………………... 20

1.5.2. La mer………………………………………………………………………. 25

1.5.3. La chaleur…………………………………………………………………… 26

1.5.4. Les rayonnements........................................................................................... 27

1.5.5. Le froid............................................................................................................. 28

1.5.6. Le vent……………………………………………………………………….. 30

1.5.7. L’humidité………………………………………………………………… 31

1.5.8. Particularités du milieu tropical................................................................... 32

1.5.9. Cas particulier de la piraterie……………………………………………… 32

1.5.10. Les principaux animaux marins…………………………………………… 33

1.5.10.1. Les piqures d’oursins………………………………………………… 34

1.5.10.2. Raies venimeuses, vives, rascasses, murènes, poisson-pierre……….. 35

1.5.10.3. Les méduses………………………………………………………….. 37

1.5.10.4. Les animaux marins vulnérants………………………………………. 37

1.5.10.5. Les intoxications par ingestion……………………………………….. 39

1.6.Les principales pathologies rencontrées en mer : …………….. 40

1.6.1. Les pathologies traumatiques……………………………………………….. 42

1.6.1.1. Plaies des mains et des pieds………………………………………….. 42

1.6.1.2. Contusions de la tête…………………………………………………… 44

1.6.1.3. Traumatismes du rachis………………………………………………… 44

1.6.1.4. Les entorses…………………………………………………………….. 45

1.6.1.5. Les fractures………………………………………………………… .. 46

1.6.1.6. Les luxations……………………………………………………………. 48

1.6.1.7. Les tendinites et déchirures musculaires……………………………….. 49

1.6.1.8. Les brûlures…………………………………………………………… 49

1.6.1.9. Les hémorragies………………………………………………………… 51

1.6.2. Les pathologies consécutives à une chute en mer………………………………. 52

1.6.2.1. L’hypothermie………………………………………………………….. 53

1.6.2.2. L’hydrocution………………………………………………………… 55

1.6.2.3. La noyade………………………………………………………………. 56

1.6.3. Les principales pathologies dues à la chaleur………………………………… 59

1.6.3.1. Insolation et coup de chaleur………………………………………… 59

1.6.3.2. La déshydratation……………………………………………………. 60

1.6.3.3. L’hyperthermie d’effort……………………………………………… 62

1.6.4. Les principales pathologies dermatologiques………………………………. 62

1.6.4.1. Les principales pathologies infectieuses……………………………….. 62

1.6.4.2. Les principales affections dues au soleil………………………………. . 65

1.6.4.3. Les principales affections dues au froid……………………………….. 66

1.6.5. Les principales pathologies ophtalmiques…………………………………….. 68

1.6.5.1. Pathologies de l’œil rouge…………………………………………….. 68

1.6.5.2. Pathologies des paupières……………………………………………… 69

1.6.4.3. Traumatismes………………………………………………………….. 70

1.6.6. Les principales pathologies génito-urinaires…………………………………… 71

1.6. 6.1. Les infections urinaires……………………………………………….. 71

1.6.6.2. Les coliques néphrétiques…………………………………………… 71

1.6.6.3. La douleur de règle…………………………………………………… 72

1.6.6.4. Les mycoses génitales………………………………………………… 72

1.6.6.5. La rétention aiguë d’urine……………………………………………… 72

1.6.6.6. Les maladies sexuellement transmissibles……………………………… 73

1.6.7. Les principales pathologies digestives………………………………………. 73

1.6.7.1. Le mal de mer………………………………………………………….. 73

1.6.7.2. Les épigastralgies………………………………………………………. 76

1.6.7.3. Les diarrhées……………………………………………………………. 76

1.6.7.4. Les intoxications alimentaires…………………………………………... 77

1.6.7.5. La constipation………………………………………………………….. 77

1.6.7.6. Les hémorroïdes………………………………………………………… 78

1.6.8. Les pathologies dentaires…………………………………………………….. 78

1.6.9. Les affections psychiques.................................................................................. 79

1.6.9.1. La fatigue, le sommeil………………………………………………… 79

1.6.9.2. L’asthénie de haute mer……………………………………………… 81

1.6.9.2. La peur, l’anxiété, la panique, le stress………………………………. 82

1.6.9.3. Tétanie et spasmophilie………………………………………………… 83

1.6.10. Quelques urgences indépendantes de la pratique du yachting………… 84

1.6.10.1. L’état de choc…………………………………………………….. … 84

1.6.10.2 Les syncopes d’origine cardiaque……………………………………. 85

1.6.10.3. La crise d’épilepsie………………………………………………….. 85

1.6.10.4. L’accident vasculaire cérébral………………………………………. 86

1.6.10.5. L’hypoglycémie……………………………………………………... 86

1.6.10.6. La crise de glaucome aiguë………………………………………….. 86

1.6.10.7 La crise d’asthme…………………………………………………….. 86

1.6.10.8 Le malaise vagal………………………………………………………. 86

1.6.11. La survie, le naufrage……………………………………………………… 87

1.6.11.1. Principaux troubles pouvant se présentés lors d’un naufrage……….. 87

1.6.11.2. Conduite à tenir……………………………………………………… 89

2. Les contraintes actuelles des dotations médicales en mer…... 91

2.1.La réglementation actuelle en matière de sécurité en mer………. 91

2.1.1. La règlementation pour les navires de plaisance………………………. 91

2.1.1.1. Le dotation obligatoire : la D240……………………………………. 91

2.1.1.2. Le complément de la D240…………………………………………… 91

2.1.2. La réglementation des navires de plaisance de compétition…………….. 94

2.1.3. La règlementation pour les navires de commerce et de pêche………….. 100

2.2. Les formations médicales………………………………………….. 104

2.2.1. Pour les courses au large………………………………………………….. 104

2.2.2. Pour les gens de mer………………………………………………………. 106

2.2.3. Pour les plaisanciers……………………………………………………….. 107

2.3. L’aide médicale en Mer et les moyens de communications …….. 109

2.3.1. Réglementation internationale……………………………………………. 109

2.3.2. Réglementation européenne………………………………………………. 111

2.3.3. Organisation en France……………………………………………………. 111

2.3.3.1. Historique…………………………………………………………… 112

2.3.3.2. Les acteurs…………………………………………………………….. 113

2.3.3.2.1. Le CCMM……………………………………………………… 114

2.3.3.2.2. Les CROSS……………………………………………………… 114

2.3.3.2.3. Les SCMM………………………………………………………. 115

2.3.3.2.4. Les COM………………………………………………………… 115

2.3.4. Organisation en course au large………………………………………… 115

2.3.5. Les moyens de communications………………………………………… 116

2.3.6. Les situations……………………………………………..………………… 119


3. Discussions…………………………………………………… 121

3.1. De l’organisation professionnelle à la plaisance : pourquoi les points de vue sont-ils différents ?........................................................................ 121

3.1.1. Les raisons historiques……………………………………………….. 121

3.1.2. Les raisons politiques………………………………………………… 121

3.1.3. Les raisons juridiques…………………………………………………. 122

3.1.4. Les raisons culturelles…………………………………………………. 123

3.2.L’aide médicale en mer ?............................................................... 123

3.3.La dotation médicale est-elle adaptée ?......................................... 124

3.4.Le problème de la prescription pour le plaisancier…………….. 126

3.5.La formation ?.................................................................................. 127

3.6.Choix des produits à embarquer…………………………………. 129

3.3.1. Les antinanpathiques……………………………………………………. 129

3.3.1.1. Les parasympatholytiques à base de scopolamine (type atropinique) 129

3.3.1.2. Les antihistaminiques ………………………………………………. 130

3.3.1.3. Certains acides aminés …………………………………………… 132

3.3.1.4. Les antagonistes dopaminergiques …………………………………. 132

3.3.1.5. Médicaments homéopathiques……………………………………… 133

3.3.1.6. Phytothérapie et aromathérapie…………………………………… 133

3.3.1.7. Danger du mal de mer et de son traitement ……………………… . 134

3.3.2. Les anti-infectieux……………………………………………………… 135

3.3.2.1. Désinfectants locaux ……………………………………………… 137

3.3.2.2. Voie générale ……………………………………………………… 137

3.3.2.3. Antibiotiques locaux ……………………………………………… . 139

3.3.2.4. Antifongiques locaux …………………………………………… … 139

3.3.2.5. Antihelminthique…………………………………………………… 140

3.3.3. Les antalgiques …………………………………………………………. 140

3.3.3.1. Le paracétamol ……………………………………………………… 141

3.3.3.2. L’acide acétylsalicylique…………………………………………… 141

3.3.3.3. Les anti-inflammatoire non stéroïdien ……………………………… 142

3.3.3.4. Les enzymes anti-inflammatoires …………………………………… 143

3.3.3.5. Les produits du palier 2 ……………………………………………. 143

3.3.3.6. Les produits du palier 3 ……………………………………………… 143

3.3.3.7. Les décontractants musculaires ……………………………………… 144

3.3.3.8. Les antalgiques locaux ……………………………………………… 145

3.3.4. Les antiallergiques………………………………………………………… 148

3.3.4.1. Les antihistaminiques ……………………………………………… 148

3.3.4.2. Les corticoïdes ………………………………………………………. 148

3.3.4.3. Les kits d’adrénaline auto-injectable ………………………………… 149

3.3.5. Autres produits dermatologiques indispensables ………………………. 150

3.3.5.1. Les produits solaires …………………………………………………. 151

3.3.5.2. Cicatrisants………………………………………………………… . 152

3.3.6. Médicaments à visée cardiovasculaire……………………………………. 153

3.3.6.1. Les antiangoreux ………………………………………………………… 153

3.3.6.2. Antidisrythmiques……………………………………………………. 154

3.3.6.3. Les antihémorragiques …………………………………………….. 154

3.3.6.4. Les anticoagulants ………………………………………………….. 154

3.3.7. Les principaux médicaments utiles en gastroentérologie………………. 155

3.3.7.1. Les antiémétiques……………………………………………………. 155

3.3.7.2. Les anti-diarrhéiques ……………………………………………….. 155

3.3.7.3. Les solutions de réhydratation ……………………………………… 157

3.3.7.4. Les laxatifs………………………………………………………….. 158

3.3.7.5. Les antiacides et antiulcéreux ………………………………………. 158

3.3.7.6. Les spasmolytiques ………………………………………………….. 159

3.3.7.7. Anti-hémorroïdaires locaux ………………………………………….. 160

3.3.8. Les principaux médicaments utiles en ophtalmologie ………………… 160

3.3.8.1. Désinfectants oculaires……………………………………………… . 160

3.3.8.2. Cicatrisants…………………………………………………………… 161

3.3.8.3. Collyres anesthésiques ……………………………………………….. 161

3.3.8.4. Collyres antiallergiques……………………………………………….. 161

3.3.8.5. Collyres antibiotiques ……………………………………………… 161

3.3.8.6. Traitement de la sécheresse oculaire ……………………………….. 162

3.3.8.7. Cholinergiques oculaires……………………………………………. 162

3.3.9. Le traitement de l’eau …………………………………………………….. 163

3.3.9.1. Désinfection par ébullition…………………………………………… 164

3.3.9.2. Désinfection chimique……………………………………………… 164

3.3.9.3. La microfiltration …………………………………………………… 165

3.3.9.4. Principales propriétés de ces différents traitements………………….. 166

3.3.10. Principaux instruments et accessoires médicaux utiles ………………… 167

3.3.10.1. les instruments ………………………………………………………. 167

3.3.10.2. Les pansements ……………………………………………………… 167

3.3.10.3. Les pansements compressifs ………………………………………… 169

3.3.10.4. Contention élastique …………………………………………………. 171

3.3.10.5. Les attelles…………………………………………………………… 171

3.3.10.6. Le plâtre…………………………………………………………….. 173

3.3.10.7. Les sutures …………………………………………………………… 173

3.3.11. Les principaux médicaments gênant la pratique de la voile…………….. 175

3.3.11.1. Les médicaments à l’origine de douleurs musculaires et de crampes 175

3.3.11.2. Les médicaments responsables de vertiges…………………………… 176

3.3.11.3. Les médicaments responsables de troubles de l’attention…………… 176

3.3.11.4. Les médicaments photosensibilisants………………………………… 177
4. Propositions…………………………………………………. 178

4.1.La prévention……………………………………………………. 178

4.2. La pharmacie de bord idéale…………………………………… 183

4.2.1. Les différents types…………………………………………………… 183

4.2.2. Listes des principaux médicaments conseillés……………………….. 185

4.2.3. Conseils nécessaires pour l’élaboration de la pharmacie de bord….. 187

4.2.3.1. Le contenant / l’agencement………………………………….……. 188

4.2.3.2. Le problème de la péremption…………………………………….. 189

4.2.3.3. Le conditionnement……………………….……………………….. 189

4.2.3.4. Le rangement……………………………………………….………. 190

4.2.3.5. L’obtention des médicaments……………………………………… 193

4.2.4. Quelques cas particuliers……………………………………………… 193

4.2.4.1. Cas particulier de l’enfant………………….………………………. 193

4.2.4.2. Cas particulier de la femme enceinte……….……………………… 195

4.2.4.3. Cas particulier du troisième âge………..…………………………… 196

4.2.4.4. Quelques cas particulier des patients atteints de pathologies chroniques 197

4.2.4.4.1.Les diabétiques………………………………………………….. 197

4.2.4.4.2.Les immunodéprimés……………………………………………. 199

4.2.4.4.3.Les pathologies cardiaques……………………………………… 200

4.2.4.4.4.Les troubles psychiques…………………………………………. 200

4.2.4.4.5.Les asthmatiques………………………………………………… 201

4.2.Formation nécessaire à l’utilisation de cette dotation de base…. 201

4.2.1. Principes généraux de soins sur une plaie……………………………. 201

4.2.2. Les sutures adhésives cutanées……………………………………….. 203

4.2.3. Les points de sutures………………………………………………….. 204

4.2.4. Les injections…………………………………………………………... 206

4.3.Information du corps médical…………………………………… 208

4.4.Etablissement d’un référentiel médical…………………………. 208

4.5.Moyen de communication………………………………………... 208

4.6.L’informatique……………………………………………………. 209
Conclusion……………………………………………………………………… 212


Bibliographie…………………………………………………………………………….. 213

Liste des abréviations……………………………………………………………………. 223

Liste des tableaux et des figures………………………………………………………… 224

Liste des abréviations……………………………………………………………………. 225

Annexes…………………………………………………………………………………… 228

Introduction
La mer est à la fois un espace de liberté et de plaisir, tous les plaisanciers le savent. C’est aussi un milieu dangereux et hostile, beaucoup moins en sont conscients ; même si les médias dans le dernier Vendée Globe ont mis en évidence la problématique que rencontre un marin en plein Océan lorsqu’il est victime d’un grave traumatisme.

Ces dangers sont liés à l’élément marin lui-même : la mer n’est pas un milieu naturel pour l’homme et s’il essaye de s’adapter, le marin est vulnérable. En mer, les moyens permettant de faire face aux problèmes de santé, ne sont pas immédiats comme à terre : pas de pharmacie, pas de médecin et les secours même proches des côtes ne pourront accéder à une victime en moins d’une heure.

Le marin a à sa disposition des procédures de secours médical, encore faut-il qu’ils les connaissent. Il doit être également capable de savoir donner les premiers soins ; pour cela, il devra posséder et savoir utiliser sa pharmacie de bord.
Comment faire en sorte que celle-ci soit bien adaptée aux principaux problèmes de santé à bord des bateaux et comment l’élaborer ?
Pour répondre à ces questions, une recherche à travers l’histoire des dotations médicales est nécessaire. Les particularités des risques et maladies liés à la mer existent depuis que l’homme traverse les océans. Des règlementations internationales, des organisations médicales spécifiques et des dotations médicales de bord sont apparues au fil du temps. La course au large a permis d’être le laboratoire en matière de conseils médicaux et de pharmacie de bord pour la plaisance. En analysant toutes ces données, ce travail aboutira à des recommandations solides pour composer une dotation médicale de bord en plaisance.

  1. La dotation médicale à travers l’histoire, les guides et les particularités de la mer :

    1. Histoire de la plaisance : (1, 2, 3, 4, 154)


La date où la première voile fut hissée par l’homme ne nous est pas connue, peut-être au quatrième millénaire avant Jésus Christ où une figurine d’argile représentant une embarcation avec une voile carrée fut découverte en Mésopotamie. Un bateau à voile, nettement reconnaissable, apparaît sur un vase égyptien datant de 3000 ans avant J.C.
L’évolution suivit son cours, la voile carrée et le gréement l’accompagnant se répandirent en Méditerranée tandis que plus loin au Nord, la grande tradition des vikings était en gestation. Les arabes introduiront la voile aurique, apte à prendre le vent sous toutes les allures. C’est ce gréement, combinaison de voiles auriques et carrées, qui ouvrit les océans aux explorateurs. Il fut le gréement des vaisseaux les plus importants, de commerce ou de guerre. Ces trois mâts construits au XVème siècle furent décrits comme « le maître outil de la civilisation moderne ». En 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique, en 1498 c’est Vasco de Gama qui rallie les Indes. La « Route des Epices » est alors ouverte, bien que la navigation restait hasardeuse (compas, boussole uniquement et navigation astronomique).
Selon les historiens, la plaisance a toujours eu sa place également : dans la haute Antiquité, les Phéniciens avaient déjà leur bateau d’agrément. Les tombeaux des pharaons renfermaient d’ailleurs des modèles réduits de bateaux de plaisance en bois, en or et en argent. En 1802, une petite corvette navigue entre le Pont de Sevres et Marly. Elle appartient à Napoléon 1er. En 1818, la ville d’Angoulême, offre un cotre de 14 pieds à la duchesse d’Angoulême, pour son plaisir. En fait, c’est en 1884 que débute réellement la navigation de plaisance avec les exploits de la goélette América, qui donnera son nom à la fameuse Coupe de l’América. Plus tard, Joshua Slocum, père de la plaisance à la voile en solitaire s’élance pour la première circumnavigation de 1895 à 1898: 74,000 kilomètres soit 40,000 milles nautiques. Son périple dura trois ans, deux mois et deux jours et marqua toutes les générations par son récit et ses aventures.

Suite à la seconde guerre mondiale, l’élévation du niveau de vie entraînera le développement des loisirs, et donc de la plaisance entre autres. De plus, apparaissent des figures médiatiques comme :

  • Eric Tabarly victorieux sur la Transat anglaise en solitaire « l’Ostar » en 1964, à bord de Pen Duick II, ketch de 44 pieds

  • Bernard Moitessier qui en 1968 lors de sa participation au Golden Globe décide en tête de course d’abandonner et de poursuivre jusqu’à Tahiti où il ne mettra les pieds à terre qu’après 10 mois de mer et un tour et demi de planète.


En 1966, 600 000 personnes faisaient du bateau.

En 1971, ce chiffre était estimé à un million.

En 1980, 2 millions.

En 1991, on considérait que 3 millions de français naviguaient.

Aujourd’hui, le nombre de plaisanciers atteint les 4millions. Ce chiffre est bien entendu très difficile à connaître dans la mesure où beaucoup de plaisanciers pratiquent leur activité en dehors de toute structure.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

similaire:

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse Présentée à la Faculté de Pharmacie de Montpellier

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse présentée pour l’obtention du grade de Docteur

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le...
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne méritait pas d’être...

Thèse de docteur en Pharmacie iconAvis d’Appel Public à la Concurrence – construction d’une pharmacie provisoire

Thèse de docteur en Pharmacie iconUne femme va dans une pharmacie, achète pour 2500F de produits amaigrissants....

Thèse de docteur en Pharmacie icon8-10, square du Docteur Blanche. 75016 Paris

Thèse de docteur en Pharmacie iconAccord-cadre mono-attributaire
«L’intégration au sein des lignes de conditionnement, d’un système de sérialisation et d’agrégation des médicaments au profit de...

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse

Thèse de docteur en Pharmacie iconThèse de III








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com