Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit








titreChapitre 1 Ce que Dieu montre et dit
page7/28
date de publication13.07.2017
taille1.1 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   28

Chapitre 7 - Nous voyons Sa gloire




Jean 1:14-17

« Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. Jean lui a rendu témoignage, et s’est écrié: C’est celui dont j’ai dit: Celui qui vient après moi m’a précédé, car il était avant moi. Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce; car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. »
Nous avons suspendu au dessus de notre porte de salle à manger un prisme en forme de cœur que notre fille nous a offert pour Noël. Quand le soleil brille sur ce prisme, il renvoie toutes les couleurs de l'arc-en-ciel sur le mur. Le sanctuaire est lui aussi comme un prisme. Quand la gloire de Dieu, que l'Ancien Testament appelle la shékinah, est révélée et brille sur le sanctuaire, nous avons alors la possibilité de voir toutes les vérités de l'Évangile. Nous nous sommes arrêtés sur certaines de ces vérités, le motif « en Christ », la doctrine de la substitution, et par-dessus tout cela ce qui englobe toute chose, Christ notre justice.
Nous consacrerons les prochains chapitres à la gloire de Dieu. Sans cette gloire, l'Évangile se retrouve sans signification. Il est impossible pour nous de comprendre pleinement et clairement la vérité concernant Christ notre justice si nous ne la voyons pas à la lumière de la gloire de Dieu. David nous dit dans le Psaume 19:1 que le ciel proclame la gloire de Dieu. Mais si vous voulez voir toute la gloire de Dieu, vous ne pourrez la voir que sur le visage du Seigneur Jésus-Christ. Les disciples la virent et ils tournèrent le monde de leur époque sens dessus dessous. Si nous la voyons aussi, nous serons capables de tourner notre entourage sens dessus dessous. La gloire de Dieu, c'est une vérité que nous devons saisir!
Jésus n'est pas venu dans ce monde uniquement pour nous sauver. C'était bien sa mission, mais Il est aussi venu dans ce monde pour révéler toute la gloire de son Père. Jean 17 nous dit que lorsqu'Il priait son Père Il mentionnait deux choses:

1. J'ai glorifié Ton nom devant les hommes.

2. J'ai terminé le travail que Tu m'avais donné à faire.
Les deux vont ensemble et vous ne pouvez pas comprendre l'une sans l'autre. C'est pourquoi il est écrit dans Jean 1.14: « Et la Parole a été faite chair (Christ devint notre sanctuaire) et elle a habité parmi nous, et nous (les disciples et les auteurs du Nouveau Testament) avons vu Sa gloire ». Quand nous aurons réellement vu la Gloire de Dieu, nous ne serons plus jamais les mêmes.
Pour découvrir un peu plus ce qu'est cette gloire de Dieu, nous irons à Exode 33:13 où Moïse demande à Dieu de lui montrer Sa gloire; et Dieu répond. Aux versets 19 et suivants, nous découvrirons que cette gloire que Dieu montra était « toute Sa bonté ». C'est exactement ce que ce texte dit. La gloire que les disciples virent était pleine « de grâce et de vérité ». C'est ce que nous voulons voir. La meilleure description que nous n’ayons jamais eue concernant la gloire de Dieu ne nous vient pas d'un grand et volumineux livre de théologie écrit par quelque érudit, mais d'une femme qui a écrit un livre intitulé « Jésus-Christ ». Je vous recommande cet ouvrage. À la page 20, l'auteur dit: « Il sera manifeste que la gloire qui brille sur la face de Jésus est la gloire d'un amour qui se sacrifie. À la lumière du calvaire, il devint clair que la loi de l'amour qui renonce à lui-même est la loi de la vie pour la terre et pour le ciel; c'est un amour qui ne cherche pas son intérêt et qui a sa source dans le cœur de Dieu ». Ainsi, la gloire de Dieu n'est pas une lumière aveuglante; c'est la révélation de son caractère, qui est amour. C'est pourquoi cette étude est importante.
Nous devons comprendre l'amour de Dieu pour trois raisons:
1. C'est le thème central de l'Écriture. Dans 1 Jean 4:8, 16 nous avons la plus remarquable équation qui n’ait jamais été rapportée dans aucun livre. Nous avons là une indication que le diable déteste, et c'est une formule que nous devons considérer. « Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour ». La Bible ne nous dit pas que l'amour est un des attributs de Dieu. Elle dit que Dieu est amour et tous les autres aspects de Dieu, toutes les autres manifestations restent dans le contexte de cette seule vérité. Par exemple, lorsque vous regardez à Galates 5 où il est dit que le fruit de l'Esprit est donné, notez que le mot « fruit » est au singulier, c'est l'amour. Toutes les autres caractéristiques, joie, paix, patience, etc. sont des manifestations et des conséquences de ce seul concept d'amour. Le prédicateur Anglais Charles Spurgeon visitait un jour l'un de ses paroissiens, un fermier. Alors qu'il parlait avec lui, il remarqua sur le faîte de la grange, une girouette. Et au-dessus d'elle en grandes lettres: Dieu est amour. Spurgeon dit alors au fermier: « Je ne savais pas que l'amour de Dieu était aussi changeant que le temps ». Le fermier lui répondit: « Vous faites erreur. Peu importe dans quelle direction souffle le vent, Dieu est toujours amour ». Aussi souvenons-nous que le thème central de l'Écriture c'est « Dieu est amour ».
2. La seconde raison pour laquelle nous devons comprendre l'amour de Dieu, c'est que cet amour est la cause essentielle de la grande controverse entre Satan et Christ. Nous l'examinerons dans le prochain chapitre.
3. La troisième raison, qu'il est très important et même crucial pour nous de comprendre, c'est que l'amour est au cœur du message de l'Évangile. Christ notre justice est le moyen de notre salut, mais l'amour de Dieu est la raison de notre salut. Vous ne pouvez séparer les deux. Lisez encore ce texte familier de Jean 3:16: « Car Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son fils unique ». Et encore Éphésiens 2:4-6: « Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés); Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ ». C'est l'amour de Dieu qui l'a conduit à nous donner Son Fils. Ce n'est pas à cause de quelque chose que nous aurions pu faire, ou de quelque chose que nous méritons. Ce n'est pas parce que nous étions bons que Dieu nous a sauvés. C'est parce qu'Il est amour qu'Il nous a sauvés.
Il y a un autre texte pour souligner cela, d'autant que nous vivons à la fin des temps. Un texte qui nous montre combien il est important de comprendre l'amour de Dieu si nous voulons faire face à la crise qui est devant nous. Regardez l'arrière-plan du troisième chapitre des Éphésiens. Paul écrit cette lettre alors qu'il était en prison. Parce qu'il avait séjourné trois années à Éphèse, cette église était très proche de lui. Quand les chrétiens d'Éphèse apprirent qu'il était en prison, ils furent très perturbés et se dirent à eux-mêmes: « Si cet apôtre, ce grand apôtre est en prison, et que Dieu ne peut pas le protéger, qu'en sera-t-il pour nous? » Ils commencèrent à se décourager et perdirent la foi en Christ à cause de l'emprisonnement de Paul. Une chose est très significative dans cette épître de Paul. L'auteur ne dit jamais qu'il est prisonnier de Rome, mais prisonnier de Christ. En d'autres mots: « Je ne suis pas en prison parce que Dieu ne peut pas me protéger; mais parce qu'Il me veut ici ». Rome ne pouvait rien lui faire sans que Dieu l'autorise.
Quand les communistes prirent le pouvoir en Éthiopie, l'un d'entre eux qui m'avait posé des problèmes parce que je ne voulais pas m'avouer vaincu, me dit: « Tu vas quitter ce pays, mais sans tes enfants! » Je lui ai répondu: « Va, et cherche quelqu'un d'autre à qui t'en prendre. Si Dieu me veut là, ni toi ni ton gouvernement ne pourrez me toucher ». Et je suis resté là six ans de plus. Dieu était responsable et Paul n'était pas en prison parce que Dieu ne pouvait pas le protéger. Pourtant, le peuple était découragé. Paul dit dans Éphésiens 3:13: « Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous: elles sont votre gloire ». « S'il vous plaît, ne soyez pas découragés parce que je suis en prison. Je suis ici pour votre intérêt, pour la gloire de Dieu ».
Notez la prière que Paul fait ici. C'est une prière à laquelle Dieu veut répondre dans la vie de chaque croyant aujourd'hui, spécialement pour ceux qui vivent dans les derniers temps. Cette prière commence au verset 16. Là où le mot « gloire » apparaît comme se substituant à « amour ». « Afin qu'Il vous donne selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son esprit dans l'homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu ». « Parce que Dieu est amour ».
Paul dit ici: Que Dieu veut fortifier les croyants. Il fortifie les croyants quand Dieu habite dans le cœur par la foi. Il y a deux mots en Grec pour « habiter ». Ils proviennent de la même source « parakiel » et « katakiel ». La différence se situe au niveau de la durée. L'un veut dire habiter temporairement.
Il nous est arrivé de nous déplacer sans avoir pour autant vendu notre maison, aussi avons-nous dû en louer une dans la nouvelle région où nous nous trouvions. Ce n'était pas notre résidence permanente, et en réalité nous n'avons pas déballé complètement nos affaires; ce fut un peu du camping. Nous habitions là provisoirement. Le mot grec pour cela est « parakiel ». Nous cherchions et espérions trouver une maison rapidement. Quand nous avons enfin trouvé et que nous nous sommes déplacés vers cette nouvelle habitation permanente, ce fut « katakiel » - habitation définitive. Je ne sais pas pendant combien de temps elle sera permanente puisque les pasteurs ne sont jamais sédentaires tant qu'ils n'ont pas atteint le ciel.
Paul écrit aux Éphésiens, qui sont convertis et qui ont déjà Christ habitant en eux. Que pense-t-il alors que Christ doit habiter dans vos coeurs par la foi? Il n'utilise pas le mot « parakiel » qui signifie « habitation provisoire » mais « katakiel » qui veut dire « en permanence ». Oui, Il habite dans vos coeurs comme Il habite dans le cœur de chaque croyant. La question est donc celle-ci: « Habite-t-Il dans vos coeurs en permanence? »
Mais comment habite-t-Il dans nos coeurs? C'est par la foi. Pour qu'Il puisse habiter dans nos coeurs en permanence, nous devons avoir une foi inébranlable, mais si votre foi fait comme un yo-yo, montant et descendant, Il ne peut habiter dans vos coeurs en permanence. Paul ne prie pas pour que Christ puisse habiter dans le coeur des Éphésiens temporairement, mais pour qu'Il puisse y rester en permanence. Pour avoir une foi inébranlable, nous devons être enracinés et fondés dans l'amour de Dieu. Paul utilise deux images, une issue de la botanique (enracinés) et l'autre de l'architecture (fondés).
Il y a quelques années s'est abattue en Idaho une tornade exceptionnelle pour cette région. Elle coucha les arbres, et lorsque nous avons vu les dégâts à la télévision, nous avons malgré tout vu des arbres toujours debout. Ils avaient survécu à la tempête parce qu'Ils étaient solidement enracinés dans les rochers à cet endroit là. De même, à Mexico, il y a eu un tremblement de terre, il n'y a pas longtemps. Les gens se sont aperçus que certains des bâtiments n'avaient pas de solides fondations. La raison était que les constructeurs ont utilisé plus de sable que de ciment dans le but de faire des économies, et les constructions n'ont pas résisté. Quand la tempête viendra votre foi résistera-t-elle? Jésus se demanda: « Quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-Il de la foi sur la terre? » La prière de Paul est faite pour que nous comprenions la hauteur, la longueur, la profondeur et la largeur de l'amour de Dieu qui dépasse toute connaissance. C'est au-delà de ce que l'homme peut saisir. Vous ne pourrez jamais obtenir cela intellectuellement - cela doit venir par révélation.
Quand vous comprenez l'amour de Dieu, vous êtes remplis de Sa plénitude et votre foi est ancrée en Lui. C'est cela le but. Nous ne voulons pas simplement que Christ habite dans nos coeurs, mais qu'Il y reste en permanence. C'est stupéfiant de voir combien il en faut peu pour qu'une personne quitte l'église. Si vous dites quelque chose de mauvais à un membre, il cesse de venir à l'église. Que ferez-vous dans le temps de détresse? Ma prière est que vous compreniez l'amour de Dieu.
Il y a eu beaucoup de sermons et de livres au sujet de l'amour de Dieu, mais la triste réalité, c'est que la plupart des chrétiens n'ont pas saisi cet amour de Dieu. La raison est double.

1. Il y a un problème de vocabulaire.

2. Il y a un problème humain.
Le problème de vocabulaire est que dans nos langages modernes, Anglais, Allemand, Français, Espagnol nous n'avons qu'un mot pour traduire « amour ». Ainsi, que nous parlions de l'amour entre mari et femme, ou de l'amour superficiel qu'on nous propose dans les séries télévisées hollywoodiennes, ou que nous parlions de l'amour pour la nourriture, nous utilisons le même mot. C'est pourquoi nous en arrivons au second problème. Quand nous lisons nos Bibles et que nous voyons « Dieu est amour » nous avons tendance à projeter nos idées humaines sur Dieu. Et lorsque nous faisons cela, nous abaissons Dieu à notre niveau et nous commettons la plus grave erreur.
Quand les auteurs du Nouveau Testament écrivirent ce texte, ils ne le firent pas avec notre langage. Ils l'écrivirent en Grec et ils avaient quatre mots à leur disposition. Voici ces quatre mots écrits avec nos lettres modernes:
1. « Storge » qui parle simplement de l'amour familial, l'amour au sein d'une famille, entre mari et femme ou enfants et parents. Nous avons une expression en anglais pour cela: « le sang est plus épais que l'eau ». Les Grecs le nommaient « storge » - l'amour au sein de la famille.
2. « Phileo » qui définit l'amour affectueux entre amis. Deux amis proches s'apprécient mutuellement et affectueusement.
3. « Eros » S'il vous plaît ne soyez pas choqués par ce mot à cause de sa dérive dans notre langage moderne. Le sens original est l'amour entre deux personnes de sexe opposées, c'est pourquoi nous pouvons l'appeler « l'amour sexuel ». Quand Platon, le célèbre philosophe avançait dans ses réflexions, il prit ce terme « éros » et lui donna une autre signification. C'est pourquoi en Grec ce mot a deux significations. Platon différencia ces deux significations, donnant à chacune d'elles un terme propre. Il définit l'un comme « éros vulgaire » et l'autre comme « éros céleste ». « L'éros vulgaire » fut l'amour sexuel, mais « l'éros céleste », dans la pensée de Platon, était un détachement de la sensualité et des choses matérielles du monde dans la recherche de Dieu. En d'autres mots, pour Platon, « l'éros céleste » était noble, c'était une sorte de tendresse spirituelle, la forme d'amour la plus élevée qu'un homme puisse atteindre. À l'époque du Nouveau Testament éros devint ainsi la forme noble et spirituelle de l'amour. Et si les Grecs avaient écrit le Nouveau Testament, ils auraient écrit: « Dieu est Eros ».
Mais les disciples refusèrent en tant que groupe aussi bien qu'individuellement, et sans l'action d'aucun comité, d'utiliser ce mot, et cela, à cause de l'inspiration qui les guidait. Le mot « éros » n'apparaît nulle part dans le Nouveau Testament. Les Grecs furent offensés à cause de cela et nous le verrons dans le prochain chapitre. C'était là la forme la plus haute et la plus noble de l'amour, et les disciples qui étaient tous juifs, à l'exception de Luc, ignoraient ce terme. A la place de celui-ci, ils utilisèrent le quatrième mot, « agapé », qui était d'un sens plus obscur, un sens que vous pouviez à peine comprendre dans sa forme nominale dans le Grec littéraire. C'est celui-ci qu'ils employèrent. Ils prirent ce mot et lui donnèrent une signification qui dérivait de ce qu'ils avaient compris de la croix, une idée qui était en elle-même si révolutionnaire, si radicale que les ennemis de l'Évangile les accusaient de tourner le monde à l'envers. Quand nous comprendrons vraiment le sens de l'agape, il en sera de deux choses l'une. Cela produira des larmes dans nos yeux, ou cela fera de nous des ennemis de Dieu. Dans le monde d'aujourd'hui, notre criant besoin est de restaurer le sens de cet amour « agapé » pour la compréhension de la personne même de Dieu.
Avant de poursuivre plus avant cette pensée, je voudrais traiter du problème linguistique. Nous avons des faits, par exemple relisons ce passage de Jean 21 qui nous est familier. La scène se déroule après la résurrection, au moment où Jésus rencontre ses disciples au bord de la mer de Galilée. Ils prennent un repas ensemble et Jésus confronte Pierre à trois questions. Ces trois questions vous sont familières. Mais regardons d'abord à l'arrière-plan. Pendant le repas du Seigneur, Jésus prédit que tous ses disciples L'abandonneraient. Ils ne furent pas d'accord, mais Pierre fut inflexible. Il se leva et dit: « Jésus, tu as raison au sujet de ceux-ci, mais vis-à-vis de moi, Tu te trompes. Je mourrais pour Toi! » Il était sincère et il pensait ce qu'il disait. Le problème est qu'il ne se connaissait pas lui-même et c'est le problème auquel nous devons faire face. Aussi Dieu doit-Il ouvrir nos yeux. Après la résurrection, Pierre qui avait renié Jésus vivait un moment difficile, parce que sa faiblesse ne lui avait pas permis d'accomplir ce qu'il voulait.
Dans Jean 21:15 Jésus dit à Pierre: « Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu plus que ne m'aiment ceux-ci? » J'utiliserai le mot grec que Jésus et Pierre employèrent maintenant que nous connaissons la différence entre les quatre différents termes. Dans nos Bibles, le même mot, « amour », est employé pour ces trois questions. « Simon, fils de Jonas, m'agapes- tu plus que ceux-ci? » M'aimes-tu de cet amour éternel et inébranlable? Pierre répondit: « Oui Seigneur, tu sais que je te « philéo » ». Il ne répondit pas à la question. Il dit, Tu sais cela Seigneur, mon amour pour toi n'est qu'une affection humaine. On ne peut pas compter sur cet amour là. Mais Christ ne fut pas contrarié de la réponse de Pierre. Dieu ne peut pas se servir de vous tant que vous gardez confiance en vous-mêmes. La gloire de Pierre était maintenant dans la poussière et cela plût à Dieu, car Il avait ainsi la possibilité de se servir de lui. C'est pourquoi Il lui a répondu: « Pais mes brebis ».
Au verset 16 « Il lui dit encore (ce qui veut dire qu'Il répète sa question), Simon, fils de Jonas, m'agapes-tu? » Et Pierre répond: « Oui Seigneur, je te « philéo » ». Une fois encore la même question et une fois encore la même réponse. Maintenant au verset 17, notez que le mot « encore » n'apparaît plus ici parce que Christ ne lui pose plus la même question. Il lui demande cette fois: « Simon, fils de Jonas, me philéos-tu? » Est-ce là la sorte d'amour que tu as pour moi - cette affection humaine? Ce n'est pas, comme l'indiquent nos Bibles, la même question. Celle-ci est différente et embarrassante pour Pierre. « Pierre fut attristé de ce qu'Il lui avait dit pour la troisième fois: m'aimes-tu? » Etait-ce parce que philéo est inférieur à agapé? « Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je te « philéo » ». C'est tout ce dont je suis capable. Et Jésus lui dit: « Pais mes brebis ». Maintenant je peux me servir de toi.
Il est important que nous comprenions bien ces deux concepts d'amour. Sur trois points principaux au moins, « éros », cette forme la plus élevée d'amour humain et « agapé » non seulement diffèrent, mais sont en complète contradiction l'un et l'autre. Nous devons comprendre cela afin de ne pas projeter l'amour humain sur Dieu. Si nous le faisons, nous pervertissons l'Évangile de Christ. La seule façon de comprendre l'Évangile de Dieu c'est de comprendre le contexte d'agapé.
Regardons « éros », cette forme la plus haute de l'amour humain et « agapé », l'amour de Dieu. Eros est conditionnel. Il exige une émotion. Il dépend de la beauté ou de la bonté de l'autre. Nous n'aimons pas les autres « automatiquement ». Quand je rencontre des étrangers, il y en a que j'apprécie tout de suite et d'autres non. Ils ne m'ont pourtant rien fait. Les enseignants ont à faire face à ce problème en permanence. Quand ils arrivent dans une classe pour la première fois, ils y trouvent un groupe d'élèves. Ils apprécient certains d'entre eux et n'en aiment pas d'autres, parce qu'ils ont dans leur personnalité des choses qui n'attirent pas. Ils nous rappellent quelquefois quelqu'un que nous n'aimons pas. Aussi en apprécions-nous certains parce que notre amour humain est conditionnel.
Un exemple du résultat de notre projection de cet amour humain sur Dieu est dans Jean chapitre 9. Jésus accomplit un miracle un jour de Sabbat. Du point de vue des Juifs, Jésus apparaissait quelquefois comme un radical. Il semblait parfois faire des choses dans le but de créer la controverse. Il y avait là un aveugle qui avait besoin de soin. Tout ce que Jésus avait à dire était: « vois » et l'homme aurait pu voir, mais il ne fit pas comme cela. Il prit de la boue et de la salive et en fit une glaise dont Il recouvrit les yeux de l'homme. Pour les Juifs c'était un travail accompli pendant le Sabbat et cet acte créa une controverse.
Jean 9:14: « Or, c'était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue, et lui avait ouvert les yeux ». Jésus travaillait le Sabbat! « Sur quoi quelques-uns des pharisiens dirent: Cet homme ne vient pas de Dieu, car Il n'observe pas le sabbat. D'autres dirent: Comment un homme pécheur peut-Il faire de tels miracles? » Et Il y eut controverse. « Est-Il de Dieu où ne l'est-Il pas? » Verset 31: « Nous savons que Dieu n'exauce point les pécheurs ». Cela signifie que, si vous voulez que Dieu réponde à vos prières, il vous faut être bons. « Nous savons que Dieu n'exauce point les pécheurs, mais, si quelqu'un l'honore et fait sa volonté, c'est celui-là qu'Il honore ». Cela c'est faire une projection de la notion « éros » sur Dieu. A cause de cette erreur, les Juifs pervertirent l'Évangile et firent de l'amour de Dieu un amour conditionnel. Regardez Mathieu 19:16: « Et voici, un homme s'approcha, et dit à Jésus: Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle? » C'est parce qu'Il considérait Dieu en terme « d'éros » que ce jeune homme en était arrivé à poser une telle question. Employer ce terme, c'est faire de l'amour de Dieu un amour conditionnel.
1. La Bible enseigne que l'amour de Dieu est inconditionnel et spontané, qu'il n'est pas offert en récompense de quoi que ce soit, c'est un amour qui ne dépend pas de la beauté ou de la bonté de son objet. Vous pouvez être laid, vous pouvez être terrible et Dieu vous aime encore, non pas à cause de ce que vous êtes, mais parce qu'Il est agapé. Les Pharisiens enseignaient l'éros humain. Dans le sermon sur la montagne relaté en Mathieu 5:43, Jésus dit que le peuple avait été enseigné à aimer ses proches et à haïr ses ennemis. Cela c'est l'éros, l'amour conditionnel. Verset 44: « Mais moi je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ». Ceci est un exemple. Dieu donne la pluie et le soleil pour tous, pour les méchants et pour les justes parce que son amour est inconditionnel. Quand Dieu nous bénit, ce n'est pas parce que nous avons été bons. Il bénit, protégea et nourrit les Juifs pendant quarante ans dans le désert. Il n'était pas d'accord avec eux, mais Il les bénissait parce qu'Il est agape. Quand nous projetons éros sur Dieu nous faisons de l'Évangile une forme de salut par les oeuvres. Nous devons faire quelque chose pour gagner le salut. Il y a trop de chrétiens prisonniers de cette hérésie. En Romains 5:6-10, il y a quatre mots à remarquer: « Car, lorsque nous étions encore (1) sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des (2) impies ». Notez que le verset sept traite de l'amour humain. Il ne fait pas ici une comparaison avec l'amour humain, il le met en opposition. Au verset 7, il dit que les êtres humains peuvent être capables de mourir pour quelqu'un de bon. Au verset 8, il dit: « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore (3) des pécheurs, Christ est mort pour nous ». Cela c'est l'agapé, l'amour inconditionnel. Puis au verset 10, il définit les pécheurs comme (4) ennemis de Dieu. Lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de Son Fils. Souvenez-vous que l'amour de Dieu est inconditionnel.
2. L'amour humain est variable. Étudions Luc 22:31-34, Pierre était sincère quand il disait: « Seigneur, je suis prêt à aller avec Toi et en prison et à la mort ». Mais quand le moment vint, il faillit parce que l'amour humain manque de sérieux. En Amérique, la moitié des mariages se terminent en divorce. Dans d'autres pays, les parents conviennent des mariages et cela fonctionne. Mais en Amérique les mariages sont basés sur l'amour et ils échouent parce que cet amour n'est pas stable. La seule façon de faire un mariage réussi dans un foyer chrétien est de recevoir l'amour de Dieu. Agapé est la solution au problème. Le travail que l'on peut faire pour préparer un mariage, les conseils et toutes les richesses que l'on peut y investir sont de bonnes choses, mais la solution ultime, c'est la rencontre avec l'amour de Dieu. Cela fonctionne dans ces cas parce que cet amour ne change pas, il est sérieux et éternel, il ne changera jamais. Jérémie 31:3 dit: « Je t'aime d'un amour éternel, c'est pourquoi je te conserve ma bonté ». Dans 1 Corinthiens 13:8, en remplaçant « charité » par agapé, il nous est dit: « Agapé ne faillit jamais ». En Jean 13:1, nous trouvons cette réflexion: « et ayant aimés les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux ». Jésus nous aime jusqu'au bout, parce que son amour est infaillible.
3. Eros, l'amour humain cherche son propre intérêt. Esaïe 56:3: « Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivant sa propre voie ». Philippiens 2:21 « tous, en effet cherchent leurs propres intérêts, et non ceux de Jésus-Christ ». L'homme est égocentrique par nature, et son amour est tourné vers lui-même. Il veut toujours monter, socialement, politiquement, économiquement. Par opposition, l'amour de Dieu se détache de lui-même. 1 Corinthiens 13:5: « Agapé ne cherche pas son propre intérêt! ». 2 Corinthiens 8:9 « Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, qui pour vous s'est fait pauvre, de riche qu'Il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis ». Cela c'est l'agapé - il ne s'élève pas, mais il descend pour le bénéfice des autres. Le remarquable passage de 2 Philippiens 2:6-8, connu comme une doctrine particulière nous montre les sept étapes de la descente de Christ, se vidant pour ainsi dire de lui-même: « lequel existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, Il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix ». Ceci est en complète contradiction avec les voies de l'homme.
Jésus était l'égal de Dieu mais Il ne s'est pas accroché à son égalité. Nous aimons nous maintenir à nos positions élevées. Nous n'aimons pas rétrograder. C'est très dur pour un ancien d'église, après vingt ans d'exercice de devenir diacre. Cela c'est la nature humaine. Mais Jésus, qui s'est vidé de lui-même n'a pas regardé à son égalité avec Dieu. Il renonça à la liberté de Sa divinité et à tous Ses droits divins. Nous nous bagarrons, nous combattons et nous travaillons pour nos droits. Jésus devint un serviteur, le mot grec est « esclave ». Personne n'aime devenir esclave, mais Christ en devint un. Alors Il descendit en prenant la forme, non pas d'un ange, mais la forme d'un homme, et d'un simple homme. Ceci veut dire qu’Il se revêtit de notre aspect. Et comme un simple homme, Il s'est humilié lui-même. Jésus-Christ est né dans une étable. Je n'ai pas trouvé en Afrique, pays du tiers monde, d'homme qui soit né dans une étable. Je ne parle pas d'une étable américaine, aseptisée et parfumée. Au Moyen-Orient les étables puent et sont pleines de mouches et de puces. Aussi est-Il descendu pour se rendre obéissant jusqu'à la mort, et même jusqu'à la mort de la croix. Cela c'est l'agapé, l'amour inconditionnel, éternel, détourné de lui-même. Par cet amour, nous avons l'Évangile, qui nous apporte l'espérance, la paix et la sécurité. Merci à Dieu pour un tel Sauveur.
Nous avons besoin d'aller plus avant dans la recherche de cet amour afin de faire face aux problèmes de l'église chrétienne, car avant que Christ revienne, la terre doit être éclairée de Sa gloire. Je crois que l'église a été appelée à cela. Et c'est pourquoi nous devons connaître pour nous-mêmes ce qu'est la gloire de Dieu.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   28

similaire:

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit icon2. La vie a--t--elle un sens ? Sommes--nous préédestinéés ? Compétences...
«Dès le sein de ta mère, je t’ai connu.» IL a ainsi pensé que Dieu était son père et qu’il allait venir chercher le dessin. Mais...

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconNote culturelle
«yes we can …» de Obama, où l’Afrique pour célébrer sa renaissance dit : «Oui, nous en sommes capables !» (d’atteindre ce que montre...

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconL'Autobiographie de him ras Tafari Haile Selassie I
«Créateur» en éthiopien. Sa Mère s'appelait Wayzäro Yashimabet, ou «Mère de Dieu», elle n'eut qu'un seul enfant et fut rappelé à...

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconAvant-Propos
«tableau noir». Car ce pays, comme bien d’autres dans le monde entier, jetait le trouble dans les activités de Satan. La Bible nous...

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconOn dit que chaque ville, chaque pays a son odeur. Paris, dit-on,...

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconNous ferons une lecture dans le livre de l’Apocalypse 3/7 : Ecris...
«Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises: veillons !» Je ne continuerai pas sur ce sujet de l’enlèvement...

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconChapitre Préliminaire : introduction épistémologique à la Sociologie Politique
«la plus ancienne et la plus neuve des disciplines Scientifique et Morale». Nous allons démarrer notre ensemble de cours sur cette...

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconLe nom de Dieu le Miséricordieux

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconLe Coran, message d’un dieu criminel

Chapitre 1 Ce que Dieu montre et dit iconNom Qui nie l'existence de Dieu, de toute divinité agnosticisme








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com