Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus








télécharger 466.55 Kb.
titreRapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus
page19/19
date de publication13.07.2017
taille466.55 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   19



La difficulté pour les villes d’établir un projet pour leur tissu commercial, point préalable à l’action d’un dispositif juridique de maitrise organisée du commerce, est souvent liée à la faiblesse des relais parmi les accompagnateurs du commerce de proximité.
Ainsi, structurer et inciter à l’émergence de politiques locales en faveur du commerce nécessite de renforcer les accompagnateurs du commerce. Trois constats, dans ce domaine, peuvent être établis :


  • Une carence de soutien aux managers de ville laissant la possibilité d’une initiative pour les CCI franciliennes. En effet, aucune des structures d’animation du commerce n’est actuellement en capacité de proposer une offre d’accompagnement des managers de ville pour l’ensemble de la région Ile de France,

  • Les animateurs du commerce des villes sont des points d’échanges privilégiés de l’action des CCI avec les collectivités locales. Il convient donc de les « outiller » et de nourrir leur capacité à agir,

  • Un projet de revitalisation du commerce, mode d’action favorisé, nécessite pour réussir, d’être compris, porté et coordonné par des ambassadeurs actifs que sont les managers de ville.


Partant, il est proposé de bâtir et de déployer un dispositif de soutien aux accompagnateurs du commerce dans les villes et territoires selon les deux axes suivants :


  • Reprendre l’Initiative en Île-de-France pour renforcer les accompagnateurs du commerce


La CCI Paris Ile-de-France est en situation, par ses clubs de managers de ville, de proposer une démarche de valorisation des actions menées par les personnels des villes intervenants pour le commerce.

Il est préconisé d’organiser un événement régional de partage d’expériences et de démonstrations permettant de fédérer les acteurs du commerce et de faire valoir l’importance des projets d’action en faveur de ce secteur portés par les collectivités locales.


  • Constituer un socle commun d’outils collaboratifs et structurants au service des accompagnateurs territoriaux du commerce et facilitant l’animation de ces professionnels proposée par les CCI :




  1. Créer une boite à outils en ligne pour les managers de ville et acteurs du commerce, offrant notamment une liste de thématiques traitées, des solutions d’animation commerciale, un catalogue d’expériences réussies, un annuaire des acteurs de l’animation du commerce en Ile-de-France, une veille commerce numérique ;

  2. Concevoir un écosystème permettant aux managers de ville d’auto-construire leur dispositif d’accompagnement et les solutions pour monter en compétence : identification d’un « manager de ville référent » par département, réunion de partages d’expériences de ces managers, co-animation d’actions de soutien portés par les managers référents ;



  1. Initier et tester différentes formes de réseau des commerçants innovants en construisant un programme d’animation fondé sur la nouveauté, l’originalité et la montée en compétences de gestion : PLATO commerce, clubs de commerçants innovants, testeurs numériques, … Ce format permettra en outre de cibler davantage l’action en faveur du commerce et de constituer des relais utiles pour les accompagnateurs du commerce.





Recommandation

Prendre l’initiative du soutien et l’animation des managers de ville pour l’ensemble de l’Ile-de-France par un socle commun d’outils collaboratifs et structurants



AUDITIONS

  • Gérard Atlan, Président, Sofy Mulle, Déléguée générale, Conseil du Commerce de France




  • Claude Boulle, Président-exécutif, Alliance du commerce, Union du Commerce de Centre-ville




  • Isabelle Bricard, Secrétaire général adjoint, Isabelle Fillaud, Chef du département des affaires juridiques, économiques et européennes, Confédération Générale de l’Alimentation en Détail




  • Alain Casari, Architecte-urbaniste




  • Didier Dély, Directeur général, Magali Vergnet, Conseillère du Directeur général, Développement, Stratégie et Territoires, SEMAEST




  • Florian Delpierre, Fondateur de la société Wits (logistique commerciale)




  • Jean-Jacques Grados, Directeur général adjoint, EPARECA




  • Jacques Marceau et Pascale Saumon, fondateurs de l’Agence Aromates (conseil en communication pour le commerce de proximité)




  • Sylvie Michel, Directrice de l’aménagement urbain, Emmanuel Le Bassard, Manager du commerce, Ville de Montrouge




  • Danny Pagé, Président de l’Institut d’Administration publique du Grand Montréal




  • Francis Palombi, Président de la Confédération des commerçants de France et Bénédicte Boudet-Corric, Déléguée générale




  • Jean-Michel Silberstein, Délégué général, Dorian Lamarre, Directeur des relations institutionnelles et extérieures, Conseil National des Centres Commerciaux




  • Franck Trouet, Directeur général du SYNHORCAT




  • Alexandre Vigoureux, Responsable du département juridique de la Fédération des Entreprises Publiques Locales (EPL) et Margaux Fix, Chargée de mission






Directeur de la publication : Etienne GUYOT

CCI Paris Ile-de-France

27 avenue de Friedland - 75382 Paris cedex 08

Rapports consultables ou téléchargeables sur le site :

www.cci-paris-idf.fr

Dépôt légal :

ISSN : 0995-4457 – Gratuit

ISBN :

1 Incluant l’artisanat commercial (boulangeries, pâtisseries, charcuteries).

2 INSEE Première, juin 2015, n°1556, « Le commerce en 2014. L’activité redémarre timidement ».

3 Etude du panéliste Nielsen, Les Echos, 22 juillet 2015.

4 Source FEVAD : Les Echos, 22 septembre 2015.

5 Etude du Centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services (CROCIS), « Une dynamique commerciale renforcée dans le Grand Paris », mars 2015.

6  Die zentralen Orte in Süddeutschland  (Les Lieux centraux dans le sud de l'Allemagne).

7 Propos de Jean- Loup Metton, Maire de Montrouge

8 Voir sur ces idées reçues l’ouvrage de David Mangin, Grand prix urbanisme 2008 et de Cristina Garcez : « Du Far West à la ville. L’urbanisme commercial en questions », éditions Parenthèses, novembre 2014

9 Association pour le maintien d’une agriculture paysanne.

10 Les Français et les pratiques collaboratives : Qui fait quoi ? Et pourquoi ? Étude IPSOS, avril 2013. http://www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/actualites/2013-04-29-consommer-autrement-francais-adeptes-pratiques-collaboratives ; P. Moati et D. Desjeux, « Consommations émergentes : la fin d’une société de consommation ? » : Editions Le Bord de l’eau, Paris, 2015.

11 Issus de la lente transformation des comportements d’achats dans les années 80. Les commerces ont progressivement quitté les centres-villes et se sont déportés en périphérie pour bénéficier de l’effet de leur rapprochement et de leur réunion sur un même site. Ces nouveaux ensembles restent cependant des retail parks et non des centres commerciaux : à l’intérieur de la structure unifiée, chaque commerce garde son unité propre et le tout reste à découvert.


12 C. urb. art. L 101-2.

13 Voir le concept d’artification, également appliqué au point de vente : Nathalie Heinrich et Roberta Shapiro, « De l’artification » : Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, collection Cas de figure, 2012.

14 A travers notamment une ZAC et une OPAH

15 Témoignage de son Député-Maire, Jean-Noël Carpentier, lors de la matinée organisée le 30 juin 2015 par le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) sur le thème : « Faire ou défaire la ville avec le commerce »

16 Témoignage de la Maire de Romainville, également présidente de l’EPARECA, Corinne Valls, lors de la réunion organisée par Centre-ville en mouvement à Bercy le 14 octobre 2015 : « Contribution à la COP21 : comment nos centres-villes peuvent-ils participer à la lutte contre le réchauffement climatique ? ».

17 Témoignage de la Maire-adjointe au commerce et à l’artisanat de Mulhouse, Nathalie Motte, lors de la réunion organisée par Centre-ville en mouvement à Bercy le 14 octobre 2015 : « Contribution à la COP21 : comment nos centres-villes peuvent-ils participer à la lutte contre le réchauffement climatique ? ».

18 Témoignage du Maire de Nancy, Laurent Hénart, aux Assises nationales du centre-ville, Nîmes, 4 et 5 juin 2015. Voir aussi sur l’adaptation des outils à la dimension des villes : Conseil du Commerce de France, Guide du commerce de centre-ville, 2015.

19 Artisanat marchand (notamment métiers de bouche), d’art ou locaux d’activités artisanales dans des zones dédiées, étant précisé que l’EPARECA ne crée pas de pépinières.

20 INSEE/DGE, Chiffres clefs du tourisme : édition novembre 2014. Alliance du commerce : « Guide d’aide à la mise en place des zones touristiques » 2014.

21 Enquête auprès des commerçants sur la consommation des touristes non-résidents dans les principaux quartiers de Paris (hors grands magasins) réalisée en 2014 par le CROCIS pour l’Alliance du commerce.

22 O. Badot et J. F. Lemoine, « Elargissement des principes de l’attractivité commerciale à ceux de l’attractivité touristique : le cas de la Vallée Village à Marne-la-Vallée.

23 C. urb. art. L 313-1 et suivants.

24 C. pat. Art. L 642-1 et suivants.

25 Témoignage du Maire d’Abi, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, aux Assises nationales du centre-ville, Nîmes, 4 et 5 juin 2015.

26 Témoignage de l’Adjointe au Maire de Nîmes chargée du tourisme et de la promotion du patrimoine, Mary Bourgade, aux Assises nationales du centre-ville, Nîmes, 4 et 5 juin 2015.

27 Témoignage de l’Adjointe au Maire de Bordeaux chargée de l’urbanisme et des déplacements, Elizabeth Touton, aux Assises nationales du centre-ville, Nîmes, 4 et 5 juin 2015.

28 Enquête Médiamétrie/CCIP, septembre 2012, in « Les gares du Grand Paris. Nouvel enjeu économique pour la métropole », rapport de la CCIP du 29 novembre 2012.

29 Témoignage de « Gares et connexion », aux Assises nationales du centre-ville, Nîmes, 4 et 5 juin 2015.

30 Rapport de la CCI Paris Ile-de-France, « Commerce organisé et diversité commerciale », 23 octobre 2014.

31 C. urb. art. L 300-2 et R 300-2.

32 On en compte environ 150 sur toute la France. Voir : « Le manager du commerce, un acteur indissociable du centre-ville », Enquête 2014, DGCIS et Centre-ville en mouvement.

33 Décret n°2014-1317 du 30 novembre 2014, C. com. art. R 145-35.

34 C. urb. art. L 327-1 (loi n°2010-559 du 28 mai 2010).

35 CGCT, art. 1522-1 et suivants.

36 CGCT, art. 1541-1 et suivants issus de la loi n°2014-744 du 1er juillet 2014.

37 Témoignage de l’Adjointe au Maire chargée de l’urbanisme, Stéphanie Jannin, aux Assises nationales du centre-ville, Nîmes, 4 et 5 juin 2015.

38 Intervention de Les Sparks, urbaniste, ancien directeur de l’urbanisme de la ville de Birmingham, au colloque précité du CGEDD, « Faire ou défaire la ville avec le commerce », 30 juin 2015.

39 Olivier Badot, J. F. Lemoine et L. Butery, « Prospective du commerce urbain. Tendances, gouvernance et acteurs », étude réalisée pour la CCI Paris Ile-de-France, 2013.

40 La Confédération des commerçants de France (CDF) réalise actuellement une étude pour rechercher une formule juridique adéquate, sous l’égide d’un professeur de droit et en liaison technique avec des juristes de CCI France, de la CCI Paris Ile-de-France et de la CGPME. Un colloque sera organisé à Montréal les 21 et 22 mars 2016.

41 C. urb. art. L 214-1 et R 214-1 et suivants.

42 On comptait en 2010 plus de 520 périmètres sur le plan national, les périmètres ciblés représentant 47 % du total national et les périmètres globaux 4 %. Au 1er janvier 2013, en région Ile-de-France, 166 communes avaient délibéré sur des périmètres (soit 13 %, sachant qu’environ 40 % des commerces franciliens de moins de 300 m2 sont concernés), 60 % d’entre eux sont multi-sites, 30 % mono-sites et 10 % couvre la totalité du territoire communal ; les motivations portent à 86 % sur la préservation de la diversité commerciale, 69 % visent à éviter la mono-activité, 45 % font valoir la revitalisation et la redynamisation du commerce, 13 % la restructuration de l’offre commerciale, 13% la préservation d’un secteur d’activité. Sur ce, les préemptions restent encore faibles : une centaine (dont une trentaine en Ile-de-France avec une dizaine de rétrocessions) portant à près de 50 % sur des fonds, 45% sur des baux et 6 % sur des terrains : Sources CCI France et CCI Paris Ile-de-France.

43 Sont visés ici les EP d’Etat ou locaux (EPCI compétents en matière de développement et d’aménagement économique ou de politique de la ville).

44 C. urb. art. L 300-2, préc.

45 Sauf SPLA.

46 Décret n°2015-815 du 3 juillet 2015 (JO, 5 juillet 2015, avec entrée en vigueur le 6 juillet 2015) :

  • Contrats soumis au droit européen des concessions : l’opérateur assume une part significative du risque économique de l’opération et le montant total des produits est inférieurs ou égal à 5 186 000 euros HT ;

  • Contrats soumis au droit européen des marchés publics : l’opérateur n’assume pas une part significative du risque économique et le montant total des produits est supérieur ou égal à 134 000 euros HT (marchés de l’Etat et de ses établissements publics) ou à 207 000 euros HT (marchés des collectivités territoriales et de leurs établissements publics) ;

  • Contrats soumis à une procédure adaptée définie par le donneur d’ordre : le montant total des produits est inférieur aux seuils précités.

47 C. urb. art. L.141-16 et L 141-17 issus des lois ALUR du 24 mars 2014 et ACTPE du 18 juin 2014.

48 Affaire C-400/08, Commission c/ Espagne et le commentaire de J.C. Bonichot et F. Donnat in « Urbanisme et droit de l’Union européenne : les apports de la jurisprudence récente de la Cour de Justice » : DAUH 2011, p. 13 et s.

49 CE 11 juillet 2012, SAS Sodigar : req. n° 353880 ; JCP A 2012, n°43, comm. 2340, J. M. Talau ; CE 12 décembre 2012, Société Davalex : Req. n°353496 ; BJDU 2/2013, p. 97, concl. G. Dumortier, obs. J. Tremeau.

50 Req. n°1203383.

51 C. urb. art. L 151-16 et R 151-37, 4°

52 CAA Paris, 2 avril 2009, Ville de Paris, AJDA 2009, p. 1672, concl ; B. Bachini.

53 CE 8 juin 2010, SARL IMMO CONCEPT c/ Commune de Maisons-Laffitte, req n°317469, BJDU 1/2011, p. 23, concl. Collin, obs. J. Tremeau.

54 9 destinations sont listées : habitation, hébergement hôtelier, bureaux, commerce, artisanat, industrie, exploitation agricole ou forestière, entrepôt.

55 Req. n°1006974.

56 Rep. min. Zimmermann, n°32575 : JOAN, 2 mars 2010, p. 2392, en l’espèce pour l’habitat.

57 req. n°360850 : jurisdata n°2014-032952 ; JCP A 2015, n°4, act. 73, O. Bonneau ; Constr-urb. 2015, n°2, comm. 19, P. Cornille.

58 Auparavant, une seule limite existait : une fois et demie la surface de plancher des bâtiments affectés au commerce.

59 C. com. art. L. 752-1.

60 Cette obligation ne s’applique pas aux magasins et ensembles commerciaux situés dans des immeubles non destinés exclusivement au commerce ou dont seuls certains locaux font l’objet d’une exploitation commerciale, aux magasins, ensembles commerciaux et drives faisant l’objet d’un programme de réhabilitation ou d’un changement effectif de destination. Elle cesse de s’appliquer quand l’exploitation commerciale reprend ou qu’est remplie une des conditions précitées.

61 CGI, art. 1530.

62 Consultable sur www.procos.org.

63 Article de la revue Traits urbains, été 2015, n°76 : « Vienne, la vacance aménagée.

64 Décret d’application n°2015-542 du 15 mai 2015.

65 Selon le cabinet américain Masolution, le Monde 20/10/2013.

66 Étude sur le web-to-store réalisée par Mappy et BVA, décembre 2014.

67 Olivier Moreau, « E-commerce, une logistique de pointe », Supply chain magazine, septembre 2010.

68 Selon une Enquête IFOP, « Les français et la livraison des achats sur Internet », 2012.

69 «  Fin 2012, une partie des microentrepises reste à l’écart des TIC » Insee Première, n°1491, février 2014 : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1491#inter1


70 Une étude réalisée par le cabinet Roland Berger, Strategy consultants en collaboration avec le pôle de compétitivité Cap Digital et le soutien de Google France, septembre 2014 : http://www.rolandberger.fr/media/pdf/Roland_Berger_Du_rattrapage_a_la_transformation_20140929.pdf

73 Contrat-type de e-commerce de la CCI Paris Ile-de-France : http://www.cci-paris-idf.fr/etudes/actualites/toutes-les-actualites/un-contrat-type-de-e-commerce-disposition-des-commercants-etudes

74 Comme le relevait en 2012 le Comité des partenaires de Paris Métropole, Groupe de travail «Logistique urbaine» animé par Le Groupe La Poste Contribution.

75 «  Les innovations logistiques dans le e-commerce », Antoine Routaboul, Info e-commerce, 9/03/2015.

76 Cf, le rapport du Comité des partenaires de Paris Métropole, Groupe de travail «Logistique urbaine» animé par Le Groupe La Poste Contribution paru en 2012.

77 Selon Vincent Montagne, président du Syndicat national de l’édition, « L’édition et la librairie renouent avec la croissance », Le Monde, 5 janvier 2016.

79 Selon une étude réalisée par PwC : « Le marché mondial de l'économie collaborative devrait atteindre près de 335 milliards de dollars d'ici à 2025, contre 15 milliards en 2014 », Communiqué de presse du 12 mai 2015.

80 En ce sens, Nicolas Colin, Les Cahiers de l’Acsel, Sharing economy, le numérique au service des échanges collaboratifs.

81 Les Cahiers de l’Acsel, Sharing economy, le numérique au service des échanges collaboratifs 2015, p.29.

82 Centre régional d’observation du commerce de l’industrie et des services de la CCI Paris Ile-de-France.

83 Du multicanal au cross-canal, de nouvelles opportunités pour le commerce francilien, Enjeux Ile-de-France, l’Économie francilienne en bref, n°154 – mars 2013 : http://www.crocis.cci-paris-idf.fr/detail-5-7/544-Du-multicanal-au-cross-canal-de-nouvelles-opportunites-pour-le-commerce-francilien.html

84 Professeur associé à l’ESCP Europe.

1   ...   11   12   13   14   15   16   17   18   19

similaire:

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconSyndicat Mixte du Pays Marennes Oléron
«Politiques régionales»), Monsieur Antoine lamblin (chargé de mission culture), Monsieur Jean-Claude mercier (directeur), Monsieur...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconPremière partie Les cannibales blancs I
«Monsieur» Louche – Assassinat. – Évasion. – En pirogue. – Un complice. – Ce que le noir avait mis au bout de la ligne. – Quatuor...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconMonsieur Toufik bouallaga monsieur le Maire
«Exceptionnellement, avant l’ouverture proprement dite de ce Conseil Municipal, j’ai une demande particulière de notre collègue Wolking...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconReprésenté par Monsieur Yves dassonville, Préfet de la Région Martinique

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconAdresse Nom et code de
«gestion» 96 et «transaction» 160 délivrées par la Préfecture Pontoise, bénéficiant d’une garantie financière 12801P, représentée...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus icon1 Jean-Jacques-François le barbier dit Le Barbier l’Ainé (Rouen 1738 – ris 1826)

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconM. le Sous-Préfet, représenté par Monsieur Joland
«Rayol-Canadel sur mer» ! je n’oublie pas les Pramousquiérains toujours plus nombreux

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconCompte rendu 3ème
«rapport d’appel d’offre» se sont réunis à la mairie le vendredi 16 Octobre à 19h30, L’architecte dumet, monsieur le Maire et les...

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconTitre I : regles generales communes a toutes les zones
«agglomération» par arrêté de Monsieur le Maire de Briançon. Cette zone de publicité restreinte comporte six secteurs dénommés

Rapport présenté par Monsieur Gérald barbier et Monsieur Didier desnus iconMonsieur le Préfet








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com