Scénarios








télécharger 186.46 Kb.
titreScénarios
page2/5
date de publication13.07.2017
taille186.46 Kb.
typeScénario
ar.21-bal.com > loi > Scénario
1   2   3   4   5

2.2 - Coûts fixes d’entretien

En ce qui concerne les coûts fixes d’entretien, nous constatons via le document Convention de gestion20 qu’il s’agit d’une responsabilité partagée entre la Ville de Québec et le Gestionnaire de l’amphithéâtre. La Ville de Québec doit assumer les frais fixes d’entretien des éléments suivants : la fondation et la superstructure, les murs extérieurs, le toit, le réseau de drainage sanitaire et le réseau de drainage pluvial. Quant à eux, les coûts fixes d’exploitation sont à la charge du gestionnaire tel que convenu dans le document ci-haut mentionné.

Tableau 2 – Coûts fixes d’entretien (en dollar de 2012)




Colisée Pepsi – résultat 2012

Scénario optimal A

sans équipe/an

Scénario optimal B

avec équipe/an

Coût d’entretien21

589 674 $

704 836 $

866 916 $

Fondation




0

0

Superstructure




0

0

Après l’entrevue que nous a accordée Martin Bernier, ingénieur en structure chez SNC-Lavalin, il semblerait que le coût d’entretien de la fondation et de la superstructure soit nul pour notre horizon temporel (25ans), voire même pour la période de renouvellements multiples s’étalant sur 40 ans puisque les ingénieurs incluent ce coût à même les coûts de construction du projet. Aussi, le réseau de drainage doit être prévu à même les coûts de construction puisque la législation municipale exige au commanditaire de prévoir au sein de ses coûts initiaux une dépense relative à l’élaboration de bassins de rétention des eaux sanitaires22 et pluviales23. Il n’y a donc pas de coût supplémentaire associé à l’entretien d’un réseau de drainage pluvial et sanitaire indépendant. Les frais d’entretien annuels ne comprennent donc pas de coûts adjoints à la fondation, à la superstructure, au réseau de drainage pluvial ni sanitaire.

2.3 - Coûts indirects de la congestion routière

La construction du nouvel amphithéâtre et sa mise en service entraîneront une augmentation du trafic urbain dans la zone de l’Axe Laurentien desservant, entre autres, le site d’Expocité. Cette congestion sera incidente et non récurrente, en ce sens qu’elle sera associée à des événements particuliers et ponctuels. Cette mesure de la congestion inclue les coûts des retards, les coûts de carburant supplémentaire et les coûts attribuables à l’augmentation des gaz à effets de serre (GES)24. Nous évaluons l’existence de congestion urbaine lorsque le trafic atteint un seuil de 60% de la limite de vitesse à l’écoulement libre, soit 30km/h sur des artères urbains25. Nous calculons le coût de la congestion urbaine en prenant en compte l’achalandage intra-urbain provoqué par les consommateurs provenant de l’extérieur de la zone géographique de la Ville de Québec. Selon la littérature à ce sujet, nous estimons que la clientèle provenant de l’extérieur de la zone cible composera 20% de l’ensemble des consommateurs de services du nouvel amphithéâtre26.

Tableau 3 - Coût de la congestion de l’achalandage étranger (en dollar de 2012)




Ville de Québec

Sans équipe/117 jrs

Avec équipe/113 jrs

1 jour d’occupation

173 021,30 $

1219,70 $

1219,70 $

1 an d’occupation

63 152 767 $

142 702,60 $

137 823,80 $

Le coût de la congestion est évalué selon le taux d’occupation annuel de l’amphithéâtre, avec (113 jours d’occupation) ou sans (117 jours d’occupation) équipe de hockey professionnel locataire. Également, nous estimons l’amphithéâtre occupé au maximum de sa capacité lors des journées d’événements, soit 18 482 espaces utilisé

3. - Bénéfices

Concernant les bénéfices, il est entendu qu’aucune taxe municipale foncière et corollaire ne sera imposé au Groupe Quebecor pour la durée des baux de la Convention de gestion27. Les bénéfices sont calculés sur une période d’exploitation de 25 ans.

3.1 – Bénéfices liés à la subvention du gouvernement provincial

Le Gouvernement du Québec accorde une subvention de 200M$ pour la construction de l’AMQ. Cette subvention est considérée comme un bénéfice puisque cette somme provient du palier gouvernemental provincial et est donc jugé à l’extérieur de notre population cible. Compte tenu qu’il n’existe pas de source disponible pour connaître la provenance des dons faites à l’organisme J’ai ma place, puisque ceux-ci sont faits de façon anonyme par des particuliers, nous considérons que la contribution de 13M$ associé à cette fondation est un transfert puisqu’elle doit, sans conteste, émaner majoritairement de notre population cible.

3.2 - Bénéfices monétaires liés à la vente de billets

Dans la Convention de gestion établie entre la Ville de Québec et le gestionnaire de l'AMQ, soit QMI, il est stipulé que la Ville aura le droit de percevoir une taxe sur les billets vendus lors des divers événements présentés dans les locaux de l'amphithéâtre. Concernant cette taxe, il est entendu qu'elle sera plafonnée à 4$/billet lors des 5 premières années d'exploitation; à 5$/billet lors des années d'exploitation 6 et 7 ainsi qu'à 5$/billet indexé selon l'IPC général, pour les années 8 et suivantes de l'exploitation de l'amphithéâtre.

Tableau 4 - Recettes de la taxation des billets vendus sur 25 ans (Annexe A)


Scénario – Sans équipe LNH

60 495 134,55 $

Scénario B –Avec équipe LNH

58 426 924,79 $

Pour arriver à déterminer les recettes de cette taxation pour la Ville, nous avons pris le nombre de billets vendus par événements, soit 18 482 à pleine capacité, multiplié par le nombre de journée d'exploitation de l'amphithéâtre (113 jours avec équipe, 117 jours sans équipe) puis nous avons multiplié les totaux obtenus par 4$ pour les cinq premières années; puis par 5$ pour les deux années suivantes et par 5$ indexé selon l'IPC pour les 18 années finales (horizon de 25 ans). Afin de calculer l’IPC pour ces 18 années, nous avons fait une moyenne de la variation de l’IPC entre 2002 (IPC = 100) et 2013 (IPC = 122,8)28. Toutefois, bien que l’IPC ait augmenté de 2,07 % durant ces onze années, il se peut très bien qu’il augmente davantage ou diminue pour notre horizon temporel manquant, mais nous jugeons raisonnable d’appliquer ce taux.

3.3 - Bénéfices liés à la location du loyer et aux droits d’affichage

La Ville de Québec perçoit un loyer de location de l’espace au gestionnaire selon un bail d’une durée de 25 ans avec au minimum une option de renouvellement de 5 ans en faveur du groupe QMI29. Après l’entrevue téléphonique accordée par Me Serge Giasson, directeur du service des affaires juridiques de la ville de Québec, en plus du loyer de base, le gestionnaire doit verser 10% des bénéfices nets annuels sans équipe locataire et 15% avec une équipe locataire. Les bénéfices totaux que la Ville de Québec retirera des frais de location sans équipe seront de 82 515 000$ et de 81 605 000$ avec une équipe locataire, le tout dans la totalité de l’horizon temporel de 25 ans.

Tableau 5 - Bénéfices de location de base – horizon temporel de 25 ans





Scénario A – Sans équipe/an

Scénario B – Avec équipe/an

Années 1 à 5

2 500 000$

2 500 000$

Années 6 à 10

2 750 000$

2 750 000$

Années 11 à 15

3 000 000$

3 000 000$

Années 16 à 20

3 500 000$

3 500 000$

Années 21 à 25

4 000 000$

4 000 000$

Total

78 750 000$

78 750 000$



Tableau 6 - Bénéfices du loyer additionnel en pourcentage – 25 ans

(en dollar 2012)





Sans équipe (15%)

Avec équipe (10%)

Annuel

160 587,40 $

121 773,50 $

Total

4 014 685 $

3 044 337,50 $

Quant aux droits d’identification (naming rights), il est entendu dans l’entente intervenue entre Quebecor et la Ville de Québec en 2011 que, dans l’éventualité où il y a établissement d’une équipe de hockey professionnel, les droits d’identification à payer par le gestionnaire seront de 63,5M$ non-récurent devant être versés 60 jours avant le premier usage de l’établissement. Dans le cadre où l’Amphithéâtre n’est pas occupé par une équipe de hockey professionnel, une somme de 33M$ non récurrente devra être versée 60 jours avant l’ouverture officielle au public.

3.4 - Bénéfices liés aux dépenses des équipes visiteuses et de l’impôt foncier et taxes municipales

Cette présente partie touche strictement le scénario B, soit l’AMQ avec une équipe de la LNH. En 2010, la Ville de Québec a confié à SECOR le mandat de quantifier les retombées économiques des dépenses locales des joueurs, du personnel d’encadrement et des équipes visiteuses quant à un possible retour d’une équipe de la Ligue Nationale de Hockey à Québec.


Tableau 7 – Les dépenses locales effectuées par les équipes visiteuses (scénario B)

(en dollar 2012)

Nombre d’équipes visiteuses (par année)

41

Nombre de visiteurs par équipe

35

Nombre d’officiels visiteurs par an

450

Dépenses moyennes par visiteurs

690 $

(33 % supérieures à la dépense moyenne d’un visiteur d’affaires standard)

Dépenses totales de l’ensemble des visiteurs/an

Dépenses totales de l’ensemble des visiteurs pour 25 ans


1 386 906 $

34 672 650$
1   2   3   4   5

similaire:

Scénarios iconScénarios pédagogiques

Scénarios iconScénarios prospectifs

Scénarios iconC. Scénarios de mise en œuvre 27

Scénarios iconC. Scénarios de mise en œuvre 27

Scénarios iconScénarios de sortie de crise du capitalisme

Scénarios iconScénarios clés de déplacement des données 6








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com