L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique








télécharger 12.88 Kb.
titreL’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique
date de publication01.07.2017
taille12.88 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
L’ATTITUDE DE LA FRANC-MAÇONNERIE ENVERS LA RELIGION ET LA POLITIQUE


Cher Ami,

L’un des plus importants de nos “Landmarks” est celui qui nous interdit de participer en temps que Maçon à tout sectarisme politique ou religieux que ce soit. Nous ne pouvons pas interroger un Candidat sur ses croyances religieuses ni sur ses idées politiques. Nous ne pouvons pas discuter de tels sujets dans nos réunions. Nous ne pouvons pas, au nom de l’Ordre, prendre part à des actions publiques en ce qui les concerne. Un Candidat doit s’engager à croire en Dieu et en l’Immortalité, et il doit révérer la Bible comme guide et limite dans sa vie. L’interprétation doctrinale qu’il place dans ses croyances doit cependant lui être entièrement laissée. Il doit aussi s’engager à être un bon citoyen, mais le choix du parti politique avec lequel il travaillera pour la réalisation de son idéal de citoyen lui est aussi entièrement laissé.

L’attitude de l’Ordre envers de tels sectarismes n’est pas purement négative. Elle va beaucoup plus loin que de dire simplement: “N’y touchez pas!”. Cette attitude est en fait bien positive car elle interdit, d’une manière définitive, toute controverse sectaire sous quelle forme que ce soit. De telles controverses sont non-maçonniques - autrement dit ce sont de nettes violations de la Loi Maçonnique écrite et, de ce fait, l’objet de sévères sanctions.

Il n’est pas difficile de comprendre la raison de ce Landmark. La Maçonnerie existe par et pour l’Amour de la Fraternité, lui est dédiée et s’y consacre. Ce mot “Fraternité” veut dire que beaucoup d’entre nous, hommes de toutes extractions avec des caractères raciaux variés, des opinions politiques et religieuses différentes, sont amenés à s’unir et à demeurer unis en une relation amicale, harmonieuse et bienveillante. Pour maintenir cette relation, il est nécessaire que toute passion et tout préjugé qui puissent nous diviser et produire des schismes, des querelles intestines ou des côteries d’opposition, soient laissés au-dehors. Il est notoire que rien n’est mieux apte à diviser ou fâcher les hommes que le sectarisme politique ou religieux. Le sectarisme est donc interdit parce que le bien de l’Ordre l’exige.

La Franc-Maçonnerie interdit le sectarisme à ses membres. Mais peut-être vous demandez-vous quelle est son attitude envers le sectarisme du monde extérieur qui conduit les hommes à lui faire la guerre? La question est très pertinente car la Franc-Maçonnerie a été attaquée presque tout au long de son histoire et dans tous les pays. Ici, en Amérique, il y a plus de cent ans, une coalition de certaines églises et d’un parti politique national entreprit de liquider complètement la Maçonnerie et d’en effacer toute forme d’existence, et des gouvernements l’ont interdit par édits, lois ou décrets. Il est probable que notre Société devra toujours faire face à de telles attaques, comme d’ailleurs toute autre organisation.

Notre attitude envers ces attaques est de les ignorer. Notre position est que si un homme (ou un groupe d’hommes) n’est pas d’accord avec nous, c’est son affaire et celà ne nous concerne pas. Nous ne faisons rien pour inviter ou garantir de telles attaques, et nous n’en faisons pas notre affaire. Notre Foi en la Justice et la Vérité de la Maç\ est si bien fondée que nous sommes sûrs qu’elle n’a besoin de rien faire, sinon de continuer à être ce qu’elle a toujours été pour annihiler tôt ou tard toute charge que pourraient lui faire ses ennemis.

Ceci résume ce que nous pourrions appeler l’attitude négative de la Franc-Maçonnerie envers le sectarisme politique et religieux. Mais elle prend aussi une attitude bien positive, et c’est sur ce point que nous allons maintenant concentrer notre attention.

Cette attitude, dans son sens le plus large, prend la forme du grand Idéal Maçonnique de Tolérance. La Tolérance a toujours été un des principaux préceptes de notre Ordre.

Que voulons-nous dire par Tolérance? Nous voulons dire qu’une croyance est aussi vraie qu’une autre, qu’elle a autant de valeur qu’une autre. Nous ne préconisons pas une indifférence totale envers toutes les croyances, et nous ne soutenons pas non plus que toutes les différences d’opinion devraient être fondues dans le chaudron évasif du compromis. Comme partisans de la Tolérance, nous adoptons la position contraire: nous pensons qu’une croyance est plus vraie qu’une autre, qu’une opinion est mieux fondée qu’une autre, et nous voulons que la Vérité prévale. Mais nous savons que la Vérité ne peut se manifester que si chaque homme est libre de rechercher les faits par lui-même, penser par lui-même, parler par lui-même, faire face aux réalités de la vie par lui-même; que chaque esprit humain ait sa chance et qu’il soit libre d’observer le monde à sa guise. Ceci est le moyen par lequel la Vérité sur tout sujet sera trouvée.

La Tolérance est donc une chose positive et constructive; elle encourage chaque homme à réfléchir par lui-même parce que les hommes n’apprendront par aucune autre façon à penser les mêmes chose. Dans toutes nos assemblées, nous essayons de nous traiter les uns les autres avec cet esprit de loyauté. Nous pouvons être en désaccord, mais nous essayons de ne pas être désagréables.

Mais sur ces sujets, la Maçonnerie prend une attitude plus définie. D’abord, en ce qui concerne la Religion. La Maçonnerie est dédiée à la Fraternité et elle s’y consacre. Mais cette Fraternité repose sur une base religieuse. Tout Maçon doit croire en Dieu et en l’Immortalité de l’Âme. La Bible doit être ouverte sur l’Autel. Un candidat doit contracter ses Obligations à genoux. Avant de se lancer dans toute entreprise importante, un Maçon doit implorer l’assistance du Grand Architecte de l’Univers. Celà est religieux, mais ce n’est pas une religion. C’est de la Foi - sous forme de vénération - mais ce n’est pas une forme de vénération enchaînée à un autel particulier. Pour employer les grands mots du Livre des Constitutions: “C’est cette religion en laquelle tous les hommes sont d’accord”. C’est la base qui soutient toute religion, toute église (et ce terme doit être compris ici dans son sens le plus large sans détermination d’obédience religieuse), toutes les croyances, ou bien même toute secte. Une fois les Maçons réunis sur cette base, ils peuvent ensuite bâtir pour eux-mêmes cette église ou telle autre. L’Ordre n’interférera pas dans leurs décisions, mais il insiste que, quelle que soit leur opinion personnelle, elle demeure sur cette base.

Quant à elle, la Politique implique les discussions et les décisions sur les affaires publiques. Un gouvernement doit-il maintenir des armées importantes ou minimes? Doit-il imposer des tarifs douaniers sur les produits d’importation? Doit-il être un gouvernement, fort ou faible? Comment créera-t-il les impôts et les collectera-t-il? Doit-il accorder la liberté de pensée et de parole, ou non? Garantira-t-il la liberté de religion, ou imposera-t-il une église nationale obligeant tous les citoyens à y appartenir?
Chacune de ces questions est une question d’intérêt national, donc de politique. Par conséquent, les questions politiques sont de la plus grande importance pour une nation. Tout citoyen, s’il est bon citoyen, s’efforcera de prendre sur ces questions la meilleure décision et fera ce que son devoir exige pour que les décisions prises soient réalisées.

Ceci est être bon citoyen, et la Maçonnerie demande à chaque membre d’être bon citoyen. Tout comme nous avons vu que la religion de la Maçonnerie est cette base commune qui supporte tous les groupes religieux, cette idée de bon citoyen est la base commune de tous les partis politiques. Un Maçon peut adhérer à tel ou tel parti. Il peut avoir telle opinion sur les tarifs douaniers ou telle autre; il peut peser pour une grande armée plutôt que pour une petite, personne ne l’empêchera de penser et d’agir ainsi. Mais quelque soit son parti ou son opinion, il doit se conduire en bon citoyen - obéissant à la loi, fidèle au pays, loyal envers les pouvoirs civils, aussi prompt à faire ses devoirs civils que ses devoirs privés.

Pour résumer: en tant que Maçon, vous n’introduirez jamais dans la Corporation une question de controverse sectaire; vous ne paierez aucune attention à celles du dehors qui peuvent attaquer notre Ordre; vous adhérerez à cette religion en laquelle tous les hommes sont d’accord et vous répondrez avec loyauté aux réquisitions nécessaires pour être un bon citoyen.

similaire:

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconLa franc-maçonnerie mondiale

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconLa Franc-maçonnerie présente trois caractéristiques fondamentales

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconDéfinition
«ordre initiatique». Organisée en obédiences depuis 1717 à Londres, la franc-maçonnerie dite spéculative (c'est-à-dire philosophique...

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique icon2Qu’est-ce que la franc-maçonnerie aujourd’hui ? 1Définition préliminaire

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconDe la franc maconnerie a montpellier
Écrit à son ami Pierre Jacques Astruc, conseiller maître en la cour des comptes, aides et finances de Montpellier

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconBibliotheque du chateau de monezargues
«La Touriale» à Marseille (s’il n’a pas été trouvé preneur pour le fond) principalement Franc-maçonnerie, Esotérisme, littérature...

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconLa Grande Loge de France à travers son histoire
«secrets de la maçonnerie» qu’ils ne trouvèrent jamais, précisément parce que ce secret n’existe pas, si ce n’est dans le cœur de...

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconA la Gloire du Grand Architecte de l’Univers Francs-maçons de Rite Ecossais Ancien et Accepté
«Franc-maçonnerie opérative», utilisant les mêmes symboles et les même rites que le Compagnonnage, alors très florissant

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconMaçonnerie d’élévation en brique terre cuite perforée, du type Lambdabloc
«U» pour maçonnerie non-protégée (ou protégée) dans murs, poteaux et cloisons en maçonnerie (selon nbn en 771-1)

L’attitude de la franc-maçonnerie envers la religion et la politique iconMaçonnerie d’élévation en brique terre cuite perforée, du type sb-bloc de Barry
«U» pour maçonnerie non-protégée (ou protégée) dans murs, poteaux et cloisons en maçonnerie (selon nbn en 771-1)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com