Résumé : 3








télécharger 384.5 Kb.
titreRésumé : 3
page14/20
date de publication01.07.2017
taille384.5 Kb.
typeRésumé
ar.21-bal.com > loi > Résumé
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   20

CDMA et Récepteur rake

VII.1. Théorie du CDMA

VII.1.1. Spreading et scrambling



L’étalement (spreading) se fait en multipliant la donnée avec un code d’étalement de fréquence plus élevée. Le signal résultant est un flux binaire de débit plus élevé et fonction du facteur d’étalement. Dans le récepteur, le signal étalé est multiplié avec une réplique locale et en phase du code d’étalement. En étalant le spectre du signal sur une bande plus large on gagne de l’immunité au bruit et contre les distorsions dues au canal. [fig. 21].




Figure 31. Illustration de l’immunité au bruit.
Les données sont transmises sur la même fréquence en utilisant des codes d’étalement orthogonaux, voir le tableau ci-dessous. Les codes orthogonaux ont une inter-corrélation nulle ce qui permet à plusieurs canaux de données utilisant des codes d’étalement orthogonaux d’être transmis sur la même fréquence. Le problème principal avec le spectre étalé est la largeur de bande utilisée et il est difficile de transmettre des débits supérieurs à 10 Mbps. Une solution peut être de répartir le flux de données sur plusieurs canaux utilisant des codes orthogonaux. Dans ce cas plusieurs récepteurs rake devraient être utilisés (VI.3.) au prix d’une complexité plus élevée.






(1,1,1,1)

(1,1,-1,-1)

(1,-1,1,-1)

(1,-1,-1,1)

(1,1,1,1)

4

0

0

0

(1,1,-1,-1)

0

4

0

0

(1,-1,1,-1)

0

0

4

0

(1,-1,-1,1)

0

0

0

4


Tableau 8. Exemple de codes orthogonaux du CDMA.
Il peut sembler attractif de remplacer les codes PN qui ont une inter-corrélation non nulle par ces codes mais les codes orthogonaux ne sont pas parfaits. L’inter-corrélation vaut zéro si les codes sont parfaitement en phase. En fait, ils ont une inter-corrélation importante pour différents offsets qui peut même être supérieure à celle des codes PN. Les propriétés d’autocorrélation ne sont pas très bonnes non plus. Les codes orthogonaux s’utilisent dans des environnements parfaitement synchronisés.
L’embrouillage (scrambling), permet habituellement, en téléphonie mobile, d’utiliser un même code d’étalement entre deux cellules adjacentes. Mais, si le delay spread du trajet est supérieur à la durée d’un bit, le code d’embrouillage utilisé avec le code d’étalement augmente les chances de déterminer la synchronisation. [TI, 00]. Dans le système modélisé sous Simulink, des codes d’étalement OVSF (Walsh-Hadamard) sont utilisés conjointement à des séquences PN d’embrouillage.


Figure 32. Emetteur en spectre étalé.

VII.2. Architecture des trames de données et des trames pilotes



Le flux de données d’informations est transmis sur plusieurs canaux. Les données sont contenues dans des trames, chaque trame est divisée en slots. Le début de chaque slot contient une séquence d’apprentissage qui peut être utilisée pour l’estimation de canal.

Un canal supplémentaire est utilisé pour la transmission du pilot, avec une puissance supérieure aux canaux de données. Le canal pilot contient une séquence d’apprentissage de débit inférieur au données mais étalé avec un facteur d’étalement supérieur ce qui permet d’aboutir au même débit chip sur le canal pilote et sur les canaux de données.

1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   20

similaire:

Résumé : 3 iconRésumé

Résumé : 3 iconRésumé

Résumé : 3 iconRésumé 1

Résumé : 3 icon[Tapez le résumé du document ici. IL s'agit généralement d'une courte...
...

Résumé : 3 iconRésumé général

Résumé : 3 iconRésumé en Français

Résumé : 3 iconRésumé de l’histoire

Résumé : 3 iconRésumé d'auteur

Résumé : 3 iconBibliographie Résumé

Résumé : 3 iconRésumé de thèse








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com