Les emblÈmes de la RÉpublique








télécharger 161.87 Kb.
titreLes emblÈmes de la RÉpublique
page1/5
date de publication01.07.2017
taille161.87 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5




LES EmblÈmes de la RÉpublique

Bernard RICHARD
Préface

Il existe nombre d’ouvrages consacrés à chacun des éléments que l’auteur passe en revue dans ce livre. Bernard Richard les connaît bien et les indique à la fin de chaque chapitre, en une très riche bibliographie. Mais, à ma connaissance, il n’était pas encore de synthèse aussi ample, documentée, réfléchie. À cela ne se réduit pas la portée de ce livre. À parler de synthèse on pourrait laisser croire qu’il n’y avait plus rien de neuf à dire sur les emblèmes de la République. On aurait tort.
Soucieux de rigueur, l’auteur se livre, d’entrée de jeu, à une analyse du vocabulaire : c’est que, nous dit-il, il faut se garder de confondre allégorie, icône, symbole, emblème… Outre cet indispensable souci, les éléments qui fondent l’originalité de l’ouvrage sont nombreux.

Tout d’abord, il joue avec talent des variations d’échelles. Sa connaissance de l’Yonne alimente souvent son propos, lui confère de la saveur. Le livre témoigne de l’attention portée au vécu des populations rurales, alors majoritaires ; par delà l’étude du national, qui allait de soi, Bernard Richard garde l’œil fixé sur l’étranger, notamment sur les États-Unis ; et les incursions qu’il effectue hors de l’hexagone sont toujours pertinentes.
À cette ampleur et à cet équilibre des curiosités, s’ajoute le ton apaisé, réfléchi, souvent retenu qui est celui de l’auteur ; celui-ci surplombe son objet ; et cette hauteur de vues fait de son ouvrage l’œuvre d’un véritable historien, d’un érudit sans œillères. À cela s’ajoute le souci d’indiquer la profondeur historique de chacun des éléments de son objet, qu’il s’agisse des emblèmes inscrits sur le bois et la pierre ou qu’il s’agisse des arbres, tous éléments traités de leur origine à aujourd’hui.
Les vandalismes, les modes d’exécration qu’ils ont traduits, constituent, aujourd’hui, une piste de recherche qui se révèle très riche, et qui attire les jeunes historiens. Or, l’histoire des destructions et de tous les grattages d’emblèmes est présente dans ce livre.
Il est un autre aspect de l’ouvrage qui en agrandit la portée. Le livre de Bernard Richard amorce, à mon sens, un tournant historiographique, il est vrai encore timide. En regard des emblèmes de la République, et pour véritablement comprendre les parties qui se jouent, il était nécessaire d’évoquer, en attendant qu’ils soient plus amplement traités, ceux des autres régimes qui se sont succédé. Cela écarte de la perspective téléologique qui faisait oublier la complexité, l’intrication des émotions, des sentiments, des croyances et des convictions des Français de ce temps.
L’auteur le comprend : en témoignent, à titre d’exemples, les développements consacrés aux 15 Août des Empires et leur apport nécessaire à la compréhension du 14 Juillet de la République. Il en va de même des développements consacrés à l’arbre. Certes de façon un peu rapide, l’auteur rappelle le rôle du végétal dans le besoin de satisfaire le désir d’enracinement de la quatrième dynastie - ou « race ». Et n’oublions pas qu’il y eut, au total, au cours du XIXe siècle, davantage d’arbres plantés à la naissance du Roi de Rome et, plus encore, à celle du prince impérial que d’arbres de la Liberté. Mais la localisation des plantations, leur forme, le futur attendu différaient profondément. Ainsi, le livre de Bernard Richard, je le répète, inaugure-t-il, à mon sens, une histoire ample de l’allégorie, de la symbolique, de l’emblématique politiques au XIXe siècle et au-delà.
Il esquisse cela sans cesser d’accorder l’essentiel de son attention à la manière dont l’histoire qu’il présente reflète les valeurs et les codes de la République.
Alain Corbin, Professeur émérite à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Membre de l’Institut universitaire de France

INTRODUCTION

En utilisant les travaux d’historiens récents mais aussi ceux d’érudits locaux des XIXe et XXe siècles à travers la « France profonde », ainsi que les nôtres propres le cas échéant, nous cherchons à faire connaître ou redécouvrir l’enracinement progressif des symboles et emblèmes de la République, ces images encore un peu méconnues par certains, voire contestées.

La liste des emblèmes de la République est longue et nous ne cherchons pas l’exhaustivité. Par exemple nous laisserons de côté la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, à laquelle se réfèrent pourtant les Constitutions de 1946 et 1958. Cette déclaration solennelle fut la marque éclatante, fracassante, d’une rupture avec l’ancien monde et elle est une des sources de droit sur lesquelles se fondent les décisions du Conseil constitutionnel. Dans un pays de droit écrit, elle prend la forme concise d’un texte remarquablement rédigé. Sous la Révolution, elle fut souvent représentée sous la forme biblique des tables de la Loi, mais l’usage de ce type d’image s’estompa au cours du XIXe siècle, ce qui l’exclut de notre présent sujet. Il en est de même pour la laïcité, pourtant proclamée encore dans la Constitution de 1958 : Art. 2 : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale » ; elle est consubstantielle à l’idée même de République dans son modèle français. Qualifiée volontiers de « cœur du pacte français », de « socle intangible des rapports entre la République et les cultes » ou, selon les responsables des principaux cultes religieux français de « l’un des fondements de notre vouloir-vivre ensemble » et de « précieux acquis » (mars 2011), bien qu’on s’acharne trop souvent à l’alourdir, ou l’affaiblir, par de multiples qualificatifs (laïcité « à la française », « neutre », « positive », « ouverte », « saine », « ferme » ou autre) ; en tout état de cause, elle ne dispose pas de figuration visuelle, graphique, si ce n’est dans la caricature « laïciste » ou « cléricale » des années évanouies de la laïcité de combat. Il en est de même pour la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905, application de grande portée du principe de laïcité et loi qualifiée successivement par le cardinal Lustiger en 2003 puis par le président Chirac l’année suivante de « boîte de Pandore », laquelle ne devrait surtout pas être ouverte. Nous n’y toucherons pas non plus, si ce n’est en prologue pour définir ce qu’est en France un républicain-type des années de fondation.
Faire voir, ou entendre, la République pour la faire aimer, voilà le rôle, aujourd’hui comme hier, des emblèmes abordés ici. Notre démarche porte principalement sur les éléments les plus démonstratifs, c’est-à-dire sur le visuel, le graphique, le festif et le sonore, sur les symboles qui touchent les sens parmi les divers signes incarnant la République et ses valeurs. Les principaux emblèmes sont bien là, classés en trois sous-ensembles.

Voici d’abord des images référées à la Liberté : le bonnet phrygien, Marianne, l’arbre de la liberté et la devise républicaine ; ensuite une panoplie d’emblèmes majeurs ou secondaires de la République : le drapeau tricolore, la Marseillaise, la fête nationale, l’image du président de la République dans les bâtiments publics, le coq gaulois, le monogramme RF, le faisceau de licteur, la « marque graphique » de l’État adoptée en 1999 ; enfin, dans une troisième partie consacrée aux monuments et espaces républicains, une approche de « monuments parlants » (selon l’expression employée par le Rapport sur les inscriptions des monuments publics de l’abbé Grégoire, 21 nivôse an II), ces images essentielles que sont les monuments républicains dans un espace dont s’est appropriée progressivement la République : les mairies et leur décor intérieur et extérieur, les statues républicaines en lieu public, les noms républicains des voies publiques et encore, à titre d’exemples, le Panthéon puis les monuments aux morts de la Grande Guerre, monuments d’ailleurs qui n’ont pas partout un caractère républicain ; les statues de la République, quant à elles, ont déjà été abordées dans le chapitre consacré à  Marianne.

En France, l’époque révolutionnaire fut la principale « fabrique des images », fabrique dont une partie des créations fut exportée en Europe et au-delà. En effet si l’essentiel de l’étude porte sur l’emblématique française, nous abordons également les symboles républicains en Europe et en Amérique, du Nord et du Sud, pour souligner les influences, similitudes, dissemblances et métamorphoses. Cette démarche doit permettre de desserrer le carcan d’une vision trop exclusivement nationale, franco-française.
Beaucoup des emblèmes républicains apparus sous la Révolution, hérités ou non de l’iconographie antique, s’imposent définitivement en France dans les premières décennies de la Troisième République. Cette France fin de siècle multiplie les images, les inscriptions, les emblèmes ; c’est bien dans l’air d’un temps qui pratique et affectionne une décoration cumulative, foisonnante et éclectique. En outre à cette époque, grâce à son prestige politique et culturel, la République française diffuse ses images, son imaginaire, à l’étranger. La Quatrième République semble répéter maladroitement la précédente, sans jamais acquérir la même légitimité, car se profile toujours l’ombre de l’homme du 18 Juin. En revanche la Cinquième République et auparavant les années marquées par la Résistance et la Libération ont bien évidemment amené leur lot de créations ou de métamorphoses dans le domaine des emblèmes, ne serait-ce que les rôles nouveaux donnés à la croix de Lorraine puis à l’image du président de la République, image devant laquelle Marianne s’incline ou décline.
Chaque chapitre retrace l’histoire d’un emblème particulier avec ses métamorphoses éventuelles, depuis ses origines plus ou moins lointaines jusqu’à son intégration dans l’ensemble cumulatif constitué par les images d’une République devenue la forme institutionnelle légale et légitime. Les transformations sont marquées par la progressive dépolitisation et par l’acceptation presque générale d’images auparavant souvent contestées ou récusées par le pouvoir en place ou par ses adversaires des deux bords. Que de différences entre le bonnet phrygien coiffant aujourd’hui la « Marianne » sur un timbre postal ordinaire, le même bonnet brandi par des émeutiers républicains dans les années 1830 et encore celui qui figure sur les armoiries ou le drapeau d’un État d’Amérique latine depuis les débuts du XIXe siècle ! Plasticité et glissement progressif du sens des symboles au gré des temps, des lieux et des sensibilités politiques.
La perception d’un emblème varie en effet selon l’époque, le lieu et les appartenances politiques, d’autant que ce type de représentation relève autant de la légende et de la mémoire que de l’histoire. Nous suivrons aussi bien les images elles-mêmes que leur réception, leur image dans le public, les publics, donc image de l’image, représentation que l’on se fait d’une représentation, pour jouer sur l’ambivalence des termes…
Au fil des thèmes abordés, nous présentons aussi les « contre-symboles », d’abord ceux des adversaires de la République. En France même, ces derniers, pour n’être pas adeptes du régime républicain qui se met en place à l’issue d’une lutte séculaire et longtemps incertaine, n’en sont pas moins des sujets puis des citoyens français ; ils vivaient, ou vivent encore, différemment mais avec autant de passion, l’histoire et le présent d’un même pays, convaincus qu’ils sont de la valeur de leurs propres idéaux et emblèmes et ardents dans le rejet de ceux du camp adverse.

Certains des contre-symboles sont localisés non pas à droite mais à gauche, chez ceux qui veulent « la République jusqu’au bout » (Jaurès), la « Sociale », et dénoncent la « République bourgeoise », un régime républicain établi qu’ils considèrent comme imparfait, inachevé, trop frileux et conservateur.

En revanche, nous n’abordons pas ici une question traitée par Mona Ozouf dans Composition, française. Retour sur une enfance bretonne, celle des rapports entre le centre et la périphérie, entre la République française et des « pays » si divers qui composent la France. Le phénomène ne sera éventuellement entrevu que sous l’angle du refus ou de l’acceptation de la République, c’est-à-dire, aux origines, souvent celui du rapport gauche - droite et non pas centre - périphérie.
De 1789 à nos jours, nous découvrons bien souvent une France en ébullition, qui débat âprement autour des emblèmes et symboles politiques. Les emblèmes républicains ne font pas l’objet d’un consensus, d’autant qu’ils s’appuient toujours sur des idéaux longtemps conflictuels et non pas consensuels, ceux de la Révolution française. En effet les républicains français, depuis la Révolution, n’ont jamais considéré que la République puisse se limiter à être un régime sans monarque, un simple dispositif institutionnel neutre prévoyant un pouvoir exécutif élu pour une durée limitée définie par une loi constitutionnelle. La République, pour eux c’est aussi et d’abord un corpus de valeurs ; elle est associée au moins à la vertu et à la liberté.

Dès son premier avènement de septembre 1792, elle est effectivement considérée et présentée comme un système de valeurs : pour ses adversaires de droite c’est bien souvent le royaume de Satan, pour ceux de gauche celui de l’Argent ; mais pour ses partisans c’est le règne de « la liberté et de l’égalité », de la « volonté générale », de la « souveraineté populaire ».
Présenter les emblèmes républicains qui figurent alors de telles valeurs, puis qui trouvent leurs sources dans un tel passé révolutionnaire (sous la Seconde, la Troisième République, etc.) auquel il s’agit d’être fidèle, c’est, dans ce pays qu’on appelle volontiers la « douce France » depuis la Chanson de Roland jusqu’à Charles Trenet, entrer de plain-pied dans une affaire de têtes échauffées, de passions et de violences, tant chez les républicains que chez leurs adversaires des deux bords. C’est aussi constater que l’identité républicaine ne s’est pas imposée aisément en France, face à d’autres constructions institutionnelles et surtout face à d’autres systèmes de valeurs et de représentation.

Dans les moments fondateurs, les élans pour ou contre les emblèmes républicains se manifestent également à l’occasion dans le reste de l’Europe et en Amérique.
Aujourd’hui, la « querelle de images » et les « guerres franco-françaises » ne sont pas tout à fait éteintes, et l’Histoire n’est pas finie. Cependant, dans la recherche jamais aboutie d’une acceptation consensuelle des représentations et des valeurs de la République, les problèmes viendraient désormais plutôt d’une République non plus vénérée ou exécrée mais délaissée comme l’objet d’un amour fané, avec une République française considérée par certains comme surannée. La ferveur qui entourait ces emblèmes diminue, les emblèmes républicains deviennent des objets « froids » que seules réchauffent parfois les attaques brutales dont ils peuvent, à l’occasion, être les victimes : outrages au drapeau ou à l’hymne national par exemple ou, plus grave, atteintes aux valeurs républicaines, soubassement de ces images.

Et voici que la République est affrontée à des réalités plus proches ou plus vastes : repli sur le canton, la région, voire sur le groupe communautaire, ou bien ouverture sur l’Europe, sur le monde... mais le rappel des luttes passées n’a-t-il pas parfois des vertus revigorantes.

Prologue
Emblèmes de la République

Le lecteur pressé peut certes s’épargner cette entrée en matière, exposé de méthode et de définitions, encore qu’il y soit précisé où l’auteur compte le mener, dans un travail d’histoire plutôt que de mémoire, de remémoration plutôt que de commémoration si l’on se réfère aux catégories établies dans les Lieux de mémoire depuis les années quatre-vingt.

Après quelques considérations relatives aux images et symboles politiques, qui sont une transcription, une représentation, une mise en signes, en scène ou en son d’idéaux, de valeurs et de réalités politiques, nous définirons ce qu’était, dans les décennies 1870 et 1880, un républicain, un homme se réclamant de ce qu’on appelait alors le « parti républicain », celui de Léon Gambetta, Jules Ferry, Paul Bert ou Georges Clemenceau. En effet, pour l’essentiel, c’est alors que, selon la formule imagée de François Furet, « la Révolution entra au port » et que se fixèrent pour longtemps en France les emblèmes de la République, représentations bientôt convenues, reconnaissables par tous et aujourd’hui encore en vigueur, sinon en vogue. Mais nous ne nous arrêterons pas à la seule Troisième République, l’âge fondateur ou refondateur, nous intéressant également à l’avant comme à l’après, depuis le temps de l’origine des emblèmes jusqu’au temps présent.
  1   2   3   4   5

similaire:

Les emblÈmes de la RÉpublique iconLes sites Unesco en République Tchèque
«belle aux cent clochers», c’est tout un patrimoine de villes historiques, châteaux, couvents, cathédrales et églises, véritables...

Les emblÈmes de la RÉpublique iconProgramme général 2006 de
«retour à», ainsi que les perruques poudrées et les soieries ornementées qui sont les emblèmes favoris des amateurs «d’art ancien»,...

Les emblÈmes de la RÉpublique iconLa République imaginée (1870-1914) Vincent Duclert
La République imaginée aspire à démontrer comment l'apprentissage de la politique, permise aussi bien par le régime républicain que...

Les emblÈmes de la RÉpublique iconRéunion de dix médailles monofaces en plomb ou en étain, sous boite...

Les emblÈmes de la RÉpublique iconLa France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société
«régime néfaste des partis». Le scrutin était à la proportionnelle et IL y avait ainsi de nombreux petits partis, occasionnant un...

Les emblÈmes de la RÉpublique iconKrach mondial – Les raisons cachées
«la nouvelle république» du 15 novembre 2008 les 5 étapes de la crise actuelle. IL annonce en conclusion

Les emblÈmes de la RÉpublique iconA m le Président de la Commission des Droits de l’Homme de l’O. N....
«antitotalitarisme» ( !) prétendent aujourd’hui discriminer parce qu’il est un dirigeant du Parti communiste en Pologne. Solidarité...

Les emblÈmes de la RÉpublique iconLa France, en forme longue la République française, est une république...
«Liberté, Égalité, Fraternité», et son drapeau est constitué de trois bandes verticales respectivement bleue, blanche et rouge. Son...

Les emblÈmes de la RÉpublique icon1- les origines des sports modernes en Angleterre au 19ème siècle
«Olympique de la République» sur le Champ de Mars à Paris (course à pied et course de chars)

Les emblÈmes de la RÉpublique iconRÉpublique française








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com