Barème








télécharger 170.48 Kb.
titreBarème
page4/4
date de publication05.07.2017
taille170.48 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4

ANNEXE 5 : Données sur le site




Indicateurs retenus


La période de référence retenue est le semestre.


chiffre d’affaires (CA) réalisé avec les nouveaux clients de la période de référence ayant contacté la société par l’intermédiaire du site web


T
CA réalisé avec l’ensemble des nouveaux clients de la période de référence
aux d’affaires web 
=


nombre de nouveaux clients de la période de référence ayant contacté la société par l’intermédiaire du site web


T
nombre de nouveaux clients sur la période de référence
aux de pénétration web
 =


temps passé pour le suivi de l’ensemble des affaires sur la période de référence

G
temps qu’il aurait fallu consacrer sur la période de référence si aucune affaire n’était suivie par ÉDI
ain de productivité ÉDI
 = 1 -

Les affaires sont classées en trois catégories, selon le CA attendu. On ne s’intéressera ici qu’aux affaires de la catégorie 3.

Données disponibles



Tableau 1 : Répartition des affaires par type de média à l’origine de la première affaire d’un nouveau client




Semestre – 3

Semestre - 2

Semestre - 1

Contact

Nombre de nouveaux clients

Nombre d’affaires

CA

Nombre de nouveaux clients

Nombre d’affaires

CA

Nombre de nouveaux clients

Nombre d’affaires

CA

Presse

35

60

400 000 €

40

60

400 000 €

50

60

500 000 €

Site web

20

75

270 000 €

30

120

450 000 €

60

160

800 000 €

Radio

30

45

250 000 €

45

45

300 000 €

50

40

400 000 €

Relations

85

80

1 430 000 €

90

90

1 250 000 €

100

90

1 600 000 €

Autres

30

40

650 000 €

45

45

600 000 €

40

50

700 000 €


Tableau 2 : Valeur des indicateurs de référence pour le secteur du BTP




Semestre – 3

Semestre - 2

Semestre - 1

CA

5 000 000 €

5 800 000 €

7 500 000 €

Taux d’affaires web pour le secteur BTP

7,5 %

8,2 %

9,7 %

Taux de pénétration web pour le secteur BTP

8,1 %

9,2 %

13,6 %

Gain de productivité ÉDI pour le secteur BTP

18,2 %

21,5 %

23,7 %


Tableau 3 : Durée moyenne en heures de traitement des affaires par type de suivi







Semestre – 3

Semestre - 2

Semestre - 1

Catégorie d’affaires

Type de suivi

Nombre d’affaires

Durée moyenne

Nombre d’affaires

Durée moyenne

Nombre d’affaires

Durée moyenne





























































































3

courrier

1 250

300

1 000

300

750

250

3

ÉDI

750

200

1 000

150

1 250

125


ANNEXE 6 : Structure d’un document XML



Un document au format XML est un document texte constitué de balises. Mais contrairement au langage HTML, il est possible de définir librement les balises utilisées, ce qui fait de XML un modèle d'architecture dans lequel les données sont séparées de la logique de présentation.
Structure minimale d'un document XML

  1. Un en-tête , auquel on peut ajouter des valeurs d'attributs non présentés ici.

  2. Un élément racine (un unique couple de balises, une ouvrante et une fermante).

  3. Un arbre d'éléments.

  4. D'éventuels commentaires.


Exemple de code en langage XML :







Boby Lapointe





Une introduction à XML



Présentation de XML


Ce document est bien formé





R
article
eprésentation arborescente








titre

section


auteur

copyrigth





titre

Paragraphe

Boby Lapointe

Une introduction à XML





Présentation de XML

Ce document est bien formé


Document XML bien formé
Un document XML bien formé est un document dans lequel :

  • Toutes les balises ouvrantes ont une balise fermante associée.

    • Mal formé :

    • Bien formé :

  • La balise de fin d'un élément imbriqué est placée avant la balise de fin de l'élément conteneur et il n'y a aucun chevauchement entre balises de même niveau.

    • Mal formé :

    • Bien formé : ou

Option “ Administrateur de réseaux locaux d’entreprise ” page /

1   2   3   4








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com