16 Place des Vosges è 75004 paris








télécharger 266.46 Kb.
titre16 Place des Vosges è 75004 paris
page1/4
date de publication07.07.2017
taille266.46 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4
VINCENT WAPLER

Commissaire Priseur

16 Place des Vosges è 75004 PARIS

Tél : 00 33 (0)1 42 78 51 10

Fax : 00 33 (0)1 42 78 89 80
Paris – Hôtel Drouot - Salle 16
VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES
Samedi 19 Décembre à 14 h

Arts du JAPON

Collection Ostier et à divers

Par le ministère de :

Me Vincent WAPLER

Commissaire-Priseur habilité

MICA - Société de Ventes Volontaires

Agrément n°2002-344

16, Place des Vosges - 75004 PARIS

Tél. : 01 42 78 57 10 - Télécopie : 01 42 78 89 80

www.interencheres.com - wapler@aol.com

Expert : Anne Féchy Dartey

afechydartey@gmail.com - 06 23 17 82 54

Assistante d’expertise : Véronique Prévot

veroniqueprevot@gmail.com - 06 25 68 48 46

Expositions publiques : Vendredi 18 Décembre de 11 h à 18 H et le jour de la vente de 11 h à 12 h

Téléphone pendant l’exposition et la vente : 01 48 00 20 16

COLLECTION OSTIER

Nous présentons aujourd'hui la dernière partie et le cœur d'une collection parisienne importante. Il s'agit en effet majoritairement des pièces que la famille Ostier avait souhaité conserver après la fermeture de sa galerie de la Place des Vosges . La plupart des pièces présentées ici faisaient partie du décor de vie de Madame Janette Ostier, elles évoquent ses choix esthétiques et affectifs les plus affirmés.
La galerie Ostier ouvrit Place des Vosges en 1954, d'un coup de foudre de Madame Ostier pour l'art japonais. Elle avait alors pour projet d'ouvrir une galerie d'Art Contemporain et c'est dans ce but qu'elle s'était rendue chez Monsieur Tikotin, qui était expert, tant en Art Japonais, qu'en Art Contemporain et chez qui elle trouva plus que ce qu'elle venait chercher à travers les conseils éclairés d'un amateur d'art contemporain : Une peinture d'Epoque Edo, qui répondait à toutes ses recherches artistiques, « le Corbeau sur sa branche » (lot n°51) .
Cette rencontre fut le déclic, la réponse absolue à sa quête esthétique, « tout est là, dans l'art du Japon du XVIIème siècle » : découpage de l'espace presque abstrait, corbeau en esquisse de quelques coups de pinceau puissants et sans repentir, force des lignes et souffle de l'esprit.
Nous avons le privilège de vous présenter ce corbeau sur sa branche, mais aussi de subtiles peintures, de puissantes calligraphies, de rares dessins croqués sur le vif de la vie des rues du XVIIIème siècle, une estampe magnifique de Sharaku, des objets , de la statuaire et de la documentation.

TABLE DES MATIERES
Ordre de la vacation


1 DESSINS

Divers, sans attribution lots n°1 à 4

Attribués à Hanabusa Itcho lots n° 5 à 9

Attribués à Utagawa Kuniyoshi lots n° 10 à 11

Attribués à Wanatabe Kazan lots n°12 à 13

Diverses attributions lots n° 14 à 18
2 ESTAMPES

Munehiro, Hokusai, Utamaro, Sharaku, anonymes lots n° 19 à 24
3 PEINTURES

1 – Corée lots n° 25 à 26

2 – Japon

Peintures de lettrés lots n° 27 à 32

Peintures Bouddhiques et religieuses lots n° 33 à 39

Calligraphies, Zen et poètes lots n° 40 à 46

Animaux lots n° 47 à 52

Peintures de la vie quotidienne, mingei, otsu-é lots n° 53 à 61

3 – Chine lot n° 62
4 PARAVENTS lots n° 63 à 68
5 SCULPTURES

1 – Corée. lot n° 69

2 – Japon lots n° 70 à 76

6 TEXTILES ANCIENS lots n° 77 à 83
7 CERAMIQUE lots n° 84 à 93
8 – OBJETS ET DIVERS lots n° 94 à 138

Boites, masques, pierres de rêve, bronzes, théières, instruments de musique ...
9 – MOBILIER

1 – Corée lot n° 139

2 – Japon lots n° 140 à 147
10 – LIVRES ET DOCUMENTATION

1 - Catalogues d'exposition lots n° 148 à 149 / 2

2 – Ouvrages sur des collections lots n° 150 à 155

3- Ouvrages thématiques lots n° 156 à 162 / 4

4 – Revues lot n°163 à 163 / 1

5 – Catalogues de ventes publiques lots n° 164 à 177

6 – Catalogues de la Galerie Ostier lots n° 178 à 185

Collection Ostier et à divers
Les objets appartenant à des tiers sont intégrés dans les thèmes pour des questions de cohérence et sont présentés en fonte bleue

DESSINS
1 Deux licornes, XIXème siècle

Anonyme

Encre sur papier

18,5 cm X 5 cm

200 / 300 €

2 Deux arhats, Epoque Edo

Anonyme

Encre sur papier

19 cm X 13 cm

500 / 700 €

3 Tête de sanglier, XIXème siècle

Anonyme

Encre sur papier

17 X 10,5 cm

Quelques manques

200 / 300 €

4 Le montreur de singe, Epoque Edo

Anonyme,

Encre sur papier

31,5 X 20 cm.

400 / 600€

5 La barque du passeur, Epoque Edo

Attribué à Hanabusa Itcho ( 1652-1724 )

Encre de Chine sur papier

H : 12 cm , L : 39 cm.

Ex Collection Félix Tikotin

500 / 700

Scène extrêmement animée et pittoresque. On y voit réunis, artisans, bateleurs, peintres ambulants, paysans, moines mendiants, samouraï et serviteurs, jeune mère, tous témoins de  la vie quotidienne du Japon ancien.

Hanabusa Hitcho est connu pour ses croquis de la vie quotidienne, pris sur le vif, il est considéré comme l'un des précurseurs de la révolution picturale qui transforma l'art japonais au 18ème siècle.

Catalogué dans : Hanabusa Itcho (1652 – 1724) , 02/12/1964 – 17/01/1965


6 Farandole, Epoque Edo

Attribué à Hanabusa Itcho (1652 – 1724), non signé

Encre de chine sur papier.

27,5 X 40 cm

Ex Collection Félix Tikotin

700 / 900 €
Un groupe de danseurs pénètre dans une maison. On les aperçoit à travers les cloisons ouvertes, bondissant, entraînés joyeusement dans un jeu de bras et de jambes que rythment un tambour et un joueur de cymbales; une paysanne au visage d’Okame ferme la marche. Ajouts d’esquisses : visage et vêtement d’un personnage, un visage , des mains. Les lignes d’architecture, tracées avec le plus grand soin dans le style des peintures de palais de l’école Tosa, mettent en valeur les courbes mouvementées du dessin des personnages. 

Cette scène a été reprise dans le makimono Himachi (attente joyeuse du lever du jour) que Itcho peignait aux environs de 1711 et qui se trouve dans la Collection Idemitsu. Ce dessin peut être l'une de ses études préparatoires.

Hanabusa Hitcho fut exilé sur une île en 1698 pour s'être moqué de la concubine du shogun, esprit libre et frondeur, son art exprime cette liberté d'esprit et son intérêt vif pour la vie, qu'il traduit en dessins vifs et pleins d'humour.

Catalogué dans : Le dessin japonais, 1981, n°46

7 Six études, Epoque Edo

Attribué à Hanabusa Itcho , (1652 – 1724)

Encre sur papier

14 X 8 cm.

Ex Collection Félix Tikotin

400 / 600 €

8 Le Daï Tengu, ou Sojobo entouré de Tengu, Epoque Edo

Attribué à Hanabusa Itcho, (1652 – 1724), non signé

Encre sur papier

27 X 27 cm, encadré sous verre

Ex Collection Félix Tikotin

1000 / 1200 €
Sojobo, le Roi des tengu, est un personnage légendaire, tout comme son peuple, il habite le sommet de Kuramayama, d'où il vole souvent vers le Temple de Saijoji pour apporter de la nourriture au supérieur.

Il est représenté avec moustache et longue barbe. Il est ici entouré des tengu-corbeaux, ou Karasu tengu. Tous les tengu ont un aspect dualiste, pouvant être mauvais et craints, mais proches aussi de la lumière en tant qu'anciens habitants du ciel... ( Tengu Sama, le roi, fut exclus du Ciel par Bouddha lui même, pour désobéissance, mais il n'habite pas non plus l'enfer. C'est une divinité de l'entre deux, puissante et représentant la dualité humaine...)

9 Deux pélerins , Epoque Edo

attribué à Hanabusa Itcho (1652 – 1724)

Deux pélerins se montrent une peinture représentant le diable pélerin.

Otsu-e, souvenir de voyage

14,5 X 10 cm

Ex Collection Félix Tikotin

600 / 700 €
Cf le lot n° 54, un de ces otsu-e représentant ce même « diable pélerin » que nos deux pélerins semblent avoir acheté pour le rapporter en souvenir...

Catalogué dans l' Art populaire japonais, 17ème – 19ème siècle, otsu-e

16/11 – 31/12/1962

10 Etude de mouvements, XIXème siècle.

Attribué à Utagawa Kuniyoshi (1798 – 1861), non signé

Encre de Chine sur papier.

14,7 X 29, 7 cm

Ex Collection Javal.

500 / 700 €
Un homme s’incline devant un vieux samurai, un tireur, un genou appuyé à terre, braque son fusil et blesse au pied l’homme en face de lui. Deux études de visages d’homme. Notons l'accent de l'influence occidentale sur ce travail.

Catalogué dans : Le dessin japonais, 1981, n°151

11 La légende de la vieille et des oiseaux, XIXème siècle

Attribué à Utagawa Kuniyoshi ( 1798 – 1861 )

Encre sur papier

31 X 21 cm.

500 / 700 €

12 Deux études de visages, XIXème siècle.

Attribué à Watanabe Kazan (1793 – 1841)

Encre sur papier

19,7 cm X 25,2 cm.

Ex Collection Félix Tikotin

700 / 900 €
Sur une même feuille, deux dessins d’un même personnage aux traits creusés.

Les portraits de Kazan n'obéissent pas aux lois de la tradition japonaise, passionné par l'occident et plus particulièrement par la peinture hollandaise, il intègre la connaissance anatomique et le travail de la perspective.

Catalogué dans : Le dessin japonais, 1981, n°128

13 Trois portraits d'un même homme, Epoque Edo

Attribué à WATANABE KAZAN ( 1793 – 1841), non signé

Encre de Chine sur papier

Ex Collection Félix Tikotin

1000 / 1500 €
Premier portrait assis en méditation, sur les manches de son kimono, le blason (mon) de la famille Asano dont un des membres fut un grand collectionneur d’estampes egoyomi.

31,5 cm X 19,5 cm

Visage du même personnage dans une étude d'expression ; les rides sont accusées.

7,8 cm X 5,4 cm.

Deuxième étude du visage, cette fois les rides sont simplifiées, l'expression comme lissée.

13 X 11,5 cm

La comparaison de ces trois dessins met en lumière l'attention de Kazan à exprimer la vérité de la vie intérieure et de la psychologie humaine.

Catalogué dans : Le dessin japonais, 1981, n°129

14 Procession, 19ème siècle

Femme et moines se rendant au temple

Attribué à TOYOKUNI ou ITCHO , non signé

Encre et polychromie,

29 X 17,5 cm, encadré sous verre

500 / 700 €

15 Deux personnages de théâtre

Attribué à Tsunenobu Kano ( 1635 - 1713)

Encre sur papier

13 X 7,5 cm.

200 / 300 €

16 La mort de Bouddha, Epoque Edo

Cachets de temple en haut et à gauche répétés deux fois en positif et en négatif.

Encre de Chine sur papier

117 X 61 cm

1000 / 1500 €
Le Bouddha est étendu sur une couche abritée par les arbres « Sala », près de la rivière Vati. Son visage complètement serein rayonne d’une paix profonde qui contraste avec les visages crispés de tristesse de tous ceux qui l’entourent : les dix grands disciples, les bodhisattvas, les rois deva, les moines, les hommes et les dames de la cour et jusqu’aux animaux, ils sont tous là, sauf le chat...En haut de la composition, Jizo le bodhisattva qui aide les âmes des petits enfants au moment de la mort, s’éloigne en pleurant vers le ciel où se trouve Maya la mère de Bouddha.

Ce dessin est probablement une préparation pour une peinture. Cependant il a été conservé pieusement pour lui-même comme le prouvent les cachets qui y ont été apposés.

De telles peintures répondaient à des canons très précis. On en connaît d’autres exemplaires, tous construits sur le même canevas, suivant une iconographie stricte, comme les tangkas tibétains et ne différant que par quelques détails. Ces peintures étaient toutes destinées aux temples.

Catalogué dans l' Art bouddhique japonais, 1982 , n°27

17 Etude de quatre personnages, XIXème siècle.

Attribuée à KYOSAI (1831 – 1889)

Encre de Chine sur papier

17 X 22,5 cm

400 / 600 €
Un personnage masqué danse , tenant une ombrelle ; un autre personnage portant un masque de femme semble lui donner la réplique. Au centre, une femme de profil...

Catalogué dans : Le dessin japonais, 1981, n°154

18 Scène de théâtre, XIXème siècle

Attribué à KYOSAI (1831 – 1889)

Encre de Chine sur papier.

23,5 cm X 29, 3 cm. Encadré sous verre

1000 / 1500 €
Dessin pour un éventail : la composition s’inscrit dans une forme arrondie d’uchiwa.

Le sujet est une scène de théâtre  : un personnage effrayé se précipite à terre, effrayé, poursuivi avec fureur et fracas par un acteur dans le rôle du démon. Ce dernier porte un masque de diable à longue crinière, un tambour tsuzumi passé dans la ceinture.

Inscription : Kyosai Toiku, Chinji no zu « Ceci a été dessiné par Kyosai Toiku », Toiku étant le nom de la famille Kyosaï.

Tsunebobu Kano , fils et élève de Naonobu Kano est connu pour ses peintures mais aussi ses esquisses délicates,il fait partie du courant appelé « Ko-biki chô Kano » , dont il est l'un des meilleurs artistes, ce qui lui valut le titre de « Hô-in »

Catalogué dans : Le dessin japonais, 1981, n°156


ESTAMPES ET PEINTURES
Estampes

19 Le fantôme d'Oiwa, fin du XIXème siècle

Signature : Munehiro (ca.1848-1867)

25 X 17,5 cm. Format chuban, Superbe impression, parfait état.

500 / 700 €
L’acteur Jikkawa Enjaku interprète ici le rôle du fantôme de Oiwa dans la pièce « Irohagana Yotsuya Kaidan » du dramaturge Tsuruya Nanboku crée en 1825 lors de sa visite au grand théâtre Kabuki d’Osaka. Cette pièce fut accueillie immédiatement avec un immense succès.

C’est une œuvre de cruauté et d’horreur, un modèle du genre : Oiwa après avoir reçu des mains de son mari un poison particulièrement affreux qui la rendit chauve, la défigura et la tua, revient hanter les nuits de son époux, jusqu’à le rendre fou.

C'est ce que décrit cette estampe.

Le texte est une citation de la scène «  shirizoku laruya horika » etc,...

Catalogué dans : Japon Occident, 1986, n°125

20 Les champs de Fujimi , XIXème siècle.

Hokusai

D : 23,5 x 35 cm

Sans marges , restaurations

450 / 500 €

Cette estampe, représentant un paysage de la province d’Owari, est la 10ème de la célèbre série d’estampes des 36 vues du mont Fuji. M. J. Bouquillard en donne l’interprétation suivante : « Cubiste avant l’heure, Hokusai expose dans un manuel didactique sur l’art du dessin que tout objet peut se dessiner en utilisant uniquement une règle et un compas. Le cercle parfait du tonneau qu’assemble l’artisan constitue une sorte d’objectif qui cadre le paysage champêtre. Ainsi se voit magnifié le travail du tonnelier, en partie dévêtu, à genoux sur la paroi de ce grand baquet encore dépourvu de fond. Par le contraste qu’il fait apparaître ici entre la montagne sacrée minuscule, et le tonnelier, en gros plan, Hokusai révèle la valeur qu’il accorde au travail artisanal et l’importance qu’il attache à la condition humaine. ».


21 Yama-Uba et Kintaro, Epoque Edo

Kitagawa Utamaro (1753 - 1806),

Format Oban . 37 X 24 cm

Ex Collection Félix Tikotin

700 / 800 €
Vers la fin de sa vie, Utamaro réalisa une cinquantaine d' estampes narrant la légende de Yama-Uba et Kintaro. « La vieille femme des montagnes », sorcière des forêts montagneuses, se laisse apprivoiser par l'amour d'un enfant, Kintaro, « le garçon d'or », incarnation enfantine du héros Sakata no Kintoki.

Cette série incarnant l'amour maternel fut très populaire, et donna lieu à de très beaux portraits, sobres et puissants, permettant l'expression maximale de l'utilisation graphique du noir, grâce aux chevelures libres et au contraste entre la peau hâlée de l'enfant et la blancheur du visage de la mère.

22 Portrait de Matsumoto Yonesaburo, Epoque Edo

Sharaku

Signature : TOSHUSAI SHARAKU (actif vers 1794-1795)

Editeur : Tsutaya

Censeur : Kiwame

37,3 X 24,5 cm, format oban. Marouflée. Bonne impression.

Bordures rognées, restauration dans la partie supérieure droite, un coin inférieur décollé.

Provenance déclarée par Madame Ostier : Féix Tikotin, acquis dans les années 1970.

Cette estampe est mentionnée dans F. Rumpf «  Sharaku » n° 24, Henderson – Ledoux n° 23.

5000 / 8000 €
L’acteur Matsumoto Yonesaburo est ici représenté dans le rôle de la courtisane Kewaizaba no Shosho dans la pièce Miyagino et Shinobu qui fut jouée le 5ème mois de l’année 1794 au Théâtre Moritaza.

Catalogué dans : Japon Occident, 1986, n°64

23 Bodhisattva, XXème siècle

Anonyme,

51 X 28 cm, kakemono

500 /1000 €

24 La fête des garçons, XIXème siècle

dyptique

75 cm X 7 cm

300 / 500 €

  1   2   3   4

similaire:

16 Place des Vosges è 75004 paris iconOu par courrier postal à rempart – 1 rue des Guillemites – 75004 Paris

16 Place des Vosges è 75004 paris iconDoisneau a l’hotel de ville de paris.*
«Paris est un théâtre où on paie sa place avec du temps perdu.» Robert Doisneau

16 Place des Vosges è 75004 paris iconDépartement des Vosges Arrondissement de Saint Dié
«La Basse Le Monan» à Brouvelieures, d’une contenance de 7 ares et 91 centiares

16 Place des Vosges è 75004 paris iconAdresse : 4 place jussieu, 75252 paris cedex 05

16 Place des Vosges è 75004 paris iconConservateur en chef du patrimoine Conseil général des Vosges
L’ouest de la cité des Leuques : état de la recherche, Le Pays Lorrain, vol. 95, mars 2014, Nancy, 2014, p 23-30

16 Place des Vosges è 75004 paris iconLancement de la première couveuse d’entreprise nationale dédiée au bois
«Terres de Hêtre», le Pays d'Epinal Cœur des Vosges lance un appel à projet national à l'attention des Ecoles d’ingénieurs, de design,...

16 Place des Vosges è 75004 paris icon!3 Dans le classement plus qualitatif proposé par «Capital», on mesure...
«Nord-Pas-de-Calais» à la 18ème place et une région Picardie à l’avant dernière place de ce classement (la Réunion étant à la 26ème...

16 Place des Vosges è 75004 paris iconHistoire de Paris et naissance des monuments. Le Paris gallo-romain: Lucotitia (Lutèce)

16 Place des Vosges è 75004 paris iconThis place is considered as a holy place where services are celebrated....

16 Place des Vosges è 75004 paris iconSéminaire Paris/Londres
«Paris-Londres /London-Paris» qui s’est déroulé en janvier 2007 à Londres, ce séminaire s’articulera autour de deux problématiques...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com