Veille media








télécharger 0.55 Mb.
titreVeille media
page1/22
date de publication09.06.2018
taille0.55 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22


A LA MEMOIRE DES 1 500 000 VICTIMES ARMENIENNES

24 Avril 2007 : 92ème anniversaire du génocide arménien de 1915

perpétré par le gouvernement Jeune-Turc

92 ans de déni : ça suffit !

-------------------------------------------------------------------





VEILLE MEDIA



Lundi 02 juillet 2007
Retrouvez les news sur :

http://www.collectifvan.org
Le site du Collectif VAN a reçu 100 000 visites au mois de juin 2007
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Notre association Vigilance Arménienne contre le Négationnisme [Collectif VAN] mène depuis début 2004, un travail de collecte d’informations internationales compilées dans la Veille-Media (revue de presse de l’ensemble des informations récoltées en 24 heures), et depuis le 13 mars 2006, mises en ligne sur notre site http://www.collectifvan.org.

La Veille-Media est envoyée gratuitement sous forme de document Word 5 jours par semaine à l’ensemble des personnes et associations intéressées de près ou de loin par tous les négationnismes, les génocides (Génocide arménien, Shoah, Cambodge, Rwanda, Darfour…), l’actualité de la Turquie, des Kurdes, de Chypre, des minorités, des droits de l’homme en Turquie, de l’Union européenne, etc.

Au mois de juin 2007, le site du Collectif VAN (lancé le 13 mars 2006) a eu le plaisir d’enregistrer 100 000 visites. Merci pour votre fidélité : elle nous aide à progresser.

Collectif VAN

GENOCIDE ARMENIEN / NEGATIONNISME



Qui protégera l'historien turc Taner Akçam ?
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet la traduction de l’appel en turc diffusé par Taner Akçam. Ce chercheur turc enseigne l’Histoire à l’Université du Minnesota aux USA.
Il fait partie des rarissimes historiens turcs à oser affirmer l’existence du génocide arménien de 1915. Et ce au péril de sa vie. Taner Akçam reçoit des menaces de mort très explicites : « Prie pour que le diable te tue le plus vite possible, sinon tu vas commencer à vivre l’enfer sur cette terre ». L’universitaire est en effet dans la ligne de mire des nébuleuses ultra-nationalistes turques, téléguidées par Ankara. Pour avoir osé révéler la véritable identité de l’un de ses persécuteurs, le négationniste américano-turc Murad Gümen, il est qualifié de « traître » par le quotidien nationaliste Hurriyet : le journal avait déjà lancé la cabale contre le journaliste arménien Hrant Dink, assassiné devant son journal Agos le 19 janvier 2007, par le jeune Ogün Samast, dont le procès démarre ce lundi 2 juillet à Istanbul.
Taner Akçam lance ici un appel aux médias à ne pas rester silencieux devant ces campagnes de lynchages qui mettent sa vie en danger. Et qui, au-delà, jettent un voile noir sur l’avenir démocratique de la Turquie.

“Le journal Hurriyet, avec sa politique éditoriale, semble vouloir assumer la responsabilité du travail consistant à préparer l’opinion publique à un nouvel assassinat”, alerte l’historien turc.

Faudra-t-il un nouveau Hrant Dink pour que les journalistes, intellectuels et hommes politiques, turcs et autres, s’émeuvent (et pour combien de temps ?) des attaques totalitaires intolérables exercées par l’Etat turc, et ce bien au-delà de ses frontières ? Qui protégera donc Taner Akçam ?
Collectif VAN

Ce à quoi une campagne fait penser


Le journal Hurriyet a édité des articles successifs entre le 21 et le 23 Juin, dans le but de salir ma personne. Au premier regard, les articles peuvent donner l’impression de vouloir élucider des évènements, mais en vérité c’est ‘une campagne de lynchage contre Taner Akcam’. Il s’agit de mes deux articles parus les 18 et 25 mai 2007 dans le journal Agos. Dans ces articles, j’expliquais que l’espion qui menait une campagne contre moi, plus particulièrement aux USA, sur son site http://www.tallarmeniantale.com en se cachant derrière le surnom de “Holdwater”, était Murad Gümen.

Comme je l’avais expliqué en détail dans le journal Radikal le 4 Mars 2007, une campagne systématique, organisée par la même et unique source, a commencé contre moi, plus particulièrement depuis la sortie de mon livre intitulé “A Shameful Act: The Armenian Genocide and the Question of Turkish Responsibility”. On raconte que je suis un terroriste et que j’avais tué des Américains en Turquie ou bien que j’avais été l’organisateur de leur assassinat. Et que j’avais été emprisonné suite à ces actes terroristes.

En parallèle, mes adresses professionnelle et personnelle, mes numéros de téléphone ont été diffusés sur internet. Des appels du style ‘envoyez vos salutations au traître’ ont été lancés. Des vidéos ont été mises sur YouTube pour dénoncer mes actes terroristes.

J’ai recu des menaces de mort. Il y a eu des tentatives pour empêcher des conférences de présentation de mon livre dans les Universités.

Le 1er Octobre 2006, lorsque j’étais à l’Université de New York, j’ai été agressé physiquement. Le 16 Février 2007, lors de mon voyage au Canada, j’ai été mis en garde à vue pendant 4 heures, “suspecté de terrorisme”.

Murad Gümen, surnommé “Holdwater”, a joué un rôle important dans cette campagne. Il avait trouvé la liste d’évènements qui avaient eu lieu durant mes années d’études tels que des ‘collages d’affiches’, ‘distributions de tracts’. Moi-même, j’avais oublié les dates de ces mises en détention pour des gardes à vue de courte durée, consécutives à ces actions estudiantines. Il a présenté ces dates comme étant des actes terroristes et a appelé le gouvernement américain à agir.

Ces informations n’ont pas uniquement été mises sur le site de ce personnage mais aussi partout où les gens pouvaient les obtenir sur le net. Ce travail de diffusion a été préparé d’une façon très organisée. Parmi les moyens utilisés, on peut citer Wikipedia. Lors de ma garde à vue au Canada, on m’a montré ces informations comme preuve.

En somme, j’ai simplement révélé le nom de la personne qui menait toutes ces campagnes sous le nom de “Holdwater”. Hurriyet m’a accusé d’être coupable d’avoir révélé le nom de cette personne : d’après eux, c’était une faute, quelque chose d’immoral.

Hurriyet a prétendu que j’avais mis la vie de cette personne en péril. D’après ce que je sais, il n’y a aucune campagne contre les actes immoraux de Murad Gümen. Vous devez savoir aussi que si une campagne s’organisait contre Murad Gümen, semblable à celle que lui-même avait menée contre moi, je serais le premier à le défendre.

La campagne initiée par Hurriyet qui défend Gümen et qui m’accuse, entraîne deux réflexions. Le première est le fait qu’elle ressemble sérieusement à la campagne menée contre Hrant Dink. Après son article sur Sabiha Gokcen, la fille adoptive d’Ataturk, Hurriyet avait attaqué Hrant avec de grosses manchettes du même genre, accusant Hrant de traîtrise. Hurriyet a déclenché les événements avec sa Une sur la “trahison contre l’identité turque” qui a poursuivi Hrant jusqu’à son assassinat. On peut observer qu’une campagne semblable a été initiée contre moi avec la participation de chroniqueurs comme Emin Colasan qui utilise les mêmes mots : “Traître à la patrie”, “Trahison contre la Turquie”.
La deuxième raison qui donne à réfléchir, est le fait que j’ai recu une lettre de menace le 11 Juin 2007, pour avoir révélé la véritable identité de Holdwater, et ce, juste 10 jours avant que la campagne ne commence. La lettre annonyme disait exactement ceci :
“Nous commençons à lutter aujourd’hui dans les limites de la légalité contre ces créatures qui sont tes amis. Si nous n’arrivons pas obtenir de résultats nous allons utiliser d’autres moyens alternatifs. La disparition d’un microbe des égouts de la surface de la terre, sera mieux pour la vérité et la paix sur terre. Les lendemains s’annoncent très difficiles pour toi. Prie pour que le diable te tue le plus vite possible, sinon tu vas commencer à vivre l’enfer sur cette terre. Tu crois avoir découvert Holdwater, mais tu te trompes. Car il y a des millions de Holdwater sur terre... Un jour, toi et tes sauvages complices arméniens, vous allez vous noyer dans l’océan des Holdwater... Les vérités sont douloureuses... même très douloureuses... Un jour, tu vas sentir cette douleur de telle façon que tu vas te rappeler comment tu étais lorsque tu lisais ces lignes.“

Il est effrayant de constater la ressemblance entre la campagne initiée par Hurriyet et cette lettre. L’auteur terminait sa lettre par ces mots “ Qui suis-je? Tu vas l’apprendre Taner, tu vas l’apprendre”.

Peut-être ne pourrais-je jamais découvrir de qui il s’agit, mais grâce à la campagne initiée par Hürriyet, j’ai compris ce dont il est capable.
Le seule chose que je peux faire, c’est répéter ce que j’ai dit devant le Procureur de la République, suite aux poursuites à mon encontre, entamées au titre de l’Article 301.

1. Je suis un enseignant d’Histoire à l’Université du Minnesota.
2. Je transmets dans mes livres ou mes articles, mes conclusions découlant d’études scientifiques.
3. Mon but n’est pas de servir ou d’humilier un groupe religieux ou ethnique, je transmets simplement les conclusions de mes recherches scientifiques dans le cadre de la liberté de pensée et de la liberté d’expression académique.
4. Dans ce cadre, je pense que les politiques pratiquées à l’encontre des Arméniens en 1915 par le Parti Union et Progrès, correspondent à la description du génocide, tel que décrit en 1948 par le Traité du Genocide des Nations-Unies.

D’après ce que je sais, l’expression de ces idées ne constitue pas un crime. Si l’on trouve des documents démontrant le contraire, je peux changer mes conclusions et je peux même exprimer de nouvelles idées.

En défendant les droits individuels de Murad Gümen, Hürriyet prétend me faire une leçon de morale. Si un journal veut se montrer sensible à la défense des droits individuels, il doit avant tout défendre les principes éthiques. Attaquer un homme de science qui ne fait qu’utiliser ses droits les plus naturels pour éditer un livre, et de plus l’attaquer en cachant sa propre identité, est un acte radicalement immoral.
Hurriyet n’a-t-il vraiment rien à dire au sujet des attaques que subit un scientifique dont la seule faute a été de s’exprimer en dehors de ce que la thèse officielle prétend sur les évènements de 1915? Hurriyet ne se rend-il vraiment pas compte qu’en faisant cela il devient complice de ces immoralités ?

La situation est inquiétante et effrayante. Pour ces idées différentes sur des faits historiques, on veut lyncher un historien en utilisant les qualificatifs de “ Traître à la patrie”, “Trahison” , “L’ennemi du Turc et de la Turquie”.
Le journal Hurriyet, avec sa politique éditoriale, semble vouloir assumer la responsabilité du travail consistant à préparer l’opinion publique à un nouvel assassinat.

Ce qui m’inquiète le plus, c’est que les responsables de l’Etat de la République turque et les responsables de Hurriyet s’abaissent à ce point en se cachant derrière un journaliste pour un sujet qui parait important à leurs yeux. Ni la Turquie, ni Hurriyet n’ont besoin de s’abaisser pour défendre les idées qu’ils trouvent justes.

Comment expliquer la mentalité de Hurriyet qui vante les mérites de Murad Gümen qui a fait une campagne de calomnies - avec des accusations de terrorisme aux USA - à l’encontre d’un citoyen qui entre dans son pays librement et qui n’a jamais été pourquivi pour un crime quelconque. Une mentalité qui approuve les actes de Gümen qui mettent en péril le poste d’un citoyen.

Le sujet que nous traitons est la question de la confrontation de la Turquie avec sa propre histoire. C’est une question cruciale et l’un des problèmes vitaux. Cette question nécessite des discussions entre des personnes clairement identifiées, ayant le courage de s’exprimer librement, et non des mouchards.

Pour que les vérités surgissent en pleine lumière et pour que nous puissions avancer sur le chemin de la démocratisation vers une société libre, nous n’avons surtout pas besoin de mouchards qui ne sont même pas capables d’assumer leurs propres paroles.

La confrontation de la Turquie avec son passé est indispensable pour la paix et les relations démocratiques entre les différents peuples et nations de notre région. Seules les nations capables de parler de leur Histoire peuvent se construire un avenir libre et démocratique. Qualifier de crime le fait de discuter ouvertement de l’Histoire, défendre les mouchards qui essayent d’empêcher cela, entamer et organiser des actes de lynchages est le plus grand des crimes.
J’invite les médias à ne pas rester silencieux devant ces campagnes de lynchages. Si ces campagnes continuent ainsi, non seulement ma vie et la vie de mes proches, mais également l’avenir d’une Turquie libre, sera en péril. Aussi longtemps que nous ne saurons pas que parler de l’Histoire ne constitue pas une faute, aussi longtemps que nous n’apprendrons pas que le fait d’appeler au lynchage contre les personnes qui pensent différemment n’est pas éthique, nous ne pourrons pas construire un avenir démocratique et contemporain.

Mercredi 27 Juin 2007
Taner Akcam
Visiting Associated Professor
University of Minnesota - History Department
Center for Holocaust and Genocide Studies

© Traduction S.C pour le Collectif VAN - 02 juillet 2007 - 08:50 - www.collectifvan.org

Lire l’article de Taner Akçam sur Murad Gümen :

Holdwater : Le mystérieux nom derrière le "premier" site web anti-arménien
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=10491
Lire le texte original dans la rubrique de langue turque


USA/Génocide arménien : 218 représentants soutiennent la résolution
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - 218 ! La majorité des parlementaires de la Chambre des Représentants des Etats-Unis a dit oui = le nombre de 218 a été atteint le 29 juin 2007 à 14 heures, heure de la côte Ouest des USA, 17 heures côte Est et 2 heures du matin en France.

La résolution pour la reconnaissance du génocide arménien dans l'Empire ottoman, nié jusqu'à ce jour par la Turquie qui en est l'héritière, a enfin le soutien de la majorité des parlementaires de la Chambre des Représentants US. Toutes les radios américaines ont annoncé l'information.

Aram Hamparian, Directeur éxécutif de l'ANCA, a déclaré : "Nous continuerons à travailler dans les prochains jours et semaines avec nos militants à travers le pays pour le maintien et l'expansion de la majorité bipartite en faveur de l'adoption opportune de cette législation des droits de l'homme".

La résolution devait obtenir le soutien de 218 co-sponsors pour être mise à l'ordre du jour de la Chambre des Représentants. A suivre donc.

© Collectif VAN - 30 juin 2007 - 10:00 - www.collectifvan.org

Armenian National Committee of America
1711 N Street, NW, Washington, DC 20036
Tel. (202) 775-1918 * Fax. (202) 775-5648 * Email.anca@anca.org

PRESS RELEASE

For Immediate Release ~ 2007-06-29
Contact: Elizabeth S. Chouldjian ~ Tel: (202) 775-1918
http://www.anca.org/press_releases/press_releases.php?prid=1222
Lire l’article original dans la rubrique Anglais

Le président grec en Arménie : "Nous n'oublions pas le génocide de 1915"
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La visite du président grec M. Papoulias est très suivie par les medias arméniens qui la considère comme capitale pour ce petit pays de moins de 3 millions d'habitants enclavé dans le Caucase et qui vit depuis douze ans avec 2 des ses 4 frontières fermées par un blocus économique imposé par la Turquie et l'Azerbaïdjan suite au différend sur le Haut-Karabah.

[infogrece] • Publié le 29 juin 2007 à 14:45:18 CEST

EREVAN - Le président grec Carolos Papoulias, en visite officielle de trois jours à Erevan a déclaré :

"La Grèce et l'Arménie ont toutes deux une frontière avec la Turquie, des tragédies communes et similaires de nos deux peuples les ont rapprochés et on donné un sens particulier a notre amitié et aux liens qui nous unissent".

"C'est pour cela", a-t-il poursuivi, "que nous n'oublions pas le génocide de 1915 et que nous sommes fiers d'avoir été l'un des rares peuples à venir en aide aux Arméniens à cette époque là".

Lire l'article en entier
http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=11042

© Traduction Collectif VAN - 30 juin 2007 - 10:15 - www.collectifvan.org
http://www.info-grece.com/modules.php?name=News&file=article&sid=3833


Génocide arménien : pas de visa pour le négationniste Perinçek
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le politicien turc, Dogü Perinçek, reconnu coupable de racisme pour avoir nié le génocide des Arméniens, s'est vu refuser un visa d'entrée en Suisse et considère cela comme "un affront international". Le Collectif VAN vous propose la traduction de l'article du Turkish Daily News, en gardant comme d'habitude, les "précautions oratoires" de la presse turque, concernant le génocide aménien...


Perinçek s'est vu refuser l'entrée en Suisse


Samedi 30 Juin 30 2007
ANKARA – Turkish Daily News

Le politicien turc, Dogü Perinçek, reconnu coupable de racisme pour avoir nié le soi-disant génocide des Arméniens s'est vu refuser un visa pour ne pas avoir produit les documents légaux de son avocat ou du Tribunal de Lausanne confirmant son invitation en Suisse, a dit le Parti des Ouvriers (IP) dans une déclaration parue jeudi.

"C'est un affront international. L'Etat suisse refuse d'établir un visa pour Perinçek," a lu le représentant de l'IP. Les fonctionnaires de l'Ambassade suisse ont dit qu'une lettre d'invitation du Tribunal de Lausanne ou de son avocat était nécessaire pour établir un visa pour Perinçek et que dans ces circonstances ils auraient pu établir un visa pour le jour de l'invitation, a-t-il ajouté.

Les fonctionnaires de l'Ambassade suisse ont refusé de commenter ce refus. La semaine dernière, Perinçek a perdu son premier appel devant une cour suisse dans le canton de Vaud, où un tribunal de grande instance l'avait reconnu coupable en mars et lui avait ordonné de payer une somme de 3,000 francs suisses (2,450 $).

Perinçek, que l'on a aussi condamné à une peine avec sursis de 9,000 francs (7,360 $) et 1,000 francs (820 $) à une association arménienne, a nié, à plusieurs reprises, pendant une visite en Suisse en 2005, que les mises à mort d'Arméniens en 1915, aux mains de l'Empire ottoman, correspondaient à un génocide. Le leader de l'IP planifie maintenant de faire appel au Tribunal Fédéral, à la Cour suprême de Suisse, mais il est incapable de rencontrer son avocat en ce qui concerne ses droits de faire appel, en raison du manque de visa.

"La Suisse ne me permet pas d'aller à Lausanne pour utiliser mon droit de faire appel," a dit Perinçek à la conférence de Presse. "C'est une situation étrange. L'Etat suisse, le tribunal qui m'a reconnu coupable, refuse de me laisser aller en Suisse et de me défendre en personne".

© Traduction Collectif VAN - 30 juin 2007 - 20:15 - www.collectifvan.org
http://www.turkishdailynews.com.tr/article.php?enewsid=77155


Pas de conférence à Winterthour pour Dogu Perincek
Dogu Perincek, condamné à Lausanne pour négationnisme du génocide arménien, n'a pas pu intervenir lors d'une conférence publique prévue à Winterthour. Le président du Parti du travail (PT) n'a pas obtenu de visa d'entrée.

"C'est risible et indigne d'une démocratie", a déclaré aux 50 personnes présentes Ali Mercan, représentant du PT en Allemagne. M. Mercan et le co-organisateur de la conférence Ethem Kayali ont été interrogés durant une demi-heure par la police, qui les a emmenés auprès du parquet de Winterthour/Unterland.

La police cantonale de Zurich soupçonne M. Mercan d'avoir fait des remarques en langue turque niant le génocide, a-t-elle fait savoir dans un communiqué. La police a également relevé les identités d'une vingtaine de personnes qui défilaient avec des affiches qualifiant le génocide arménien de mensonge.

Aucun visa n'avait été sollicité vendredi soir à l'ambassade suisse d'Ankara, a déclaré le porte-parole de l'office fédéral des migrations. Tous les postes frontières étaient informés que M. Perincek ne pouvait pénétrer en Suisse que dans le cadre des affaires judiciaires le concernant dans ce pays.

(ats / 30 juin 2007 17:18)
http://www.romandie.com/infos/ats/display.asp?page=20070630171817611172194810700_brf037.xml&associate=phf1635


Enquête ouverte contre deux proches de Dogu Perinçek
Une enquête pénale pour discrimination raciale a été ouverte contre deux proches de Dogu Perinçek à Winterthour (ZH). Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir nié le génocide arménien samedi lors d'une réunion nationaliste turque, a indiqué la police.


01/07/2007 - ATS

Ils ont persisté dans leurs propos lorsqu'ils ont été interrogés par le parquet, a indiqué la police cantonale zurichoise. Ces déclarations violent la norme pénale antiraciste. Le représentant du Parti du travail turc en Allemagne et l'organisateur de la rencontre à Winterthour estiment néanmoins ne pas être coupables, a précisé le procureur Andrej Gnehm. Les deux hommes ont été interpellés puis remis en liberté samedi déjà. L'enquête se poursuit. M. Gnehm n'était pas en mesure de dire combien de temps elle devrait durer.

La police a également relevé en marge de la réunion les identités d'une vingtaine de personnes qui défilaient avec des affiches qualifiant le génocide arménien de mensonge. Le président du Parti du travail turc Dogu Perinçek, condamné à Lausanne pour négation du génocide arménien, n'a pas pu intervenir lors de cette conférence. Il semble qu'il n'ait pas obtenu de visa d'entrée pour la Suisse. Il n'est toutefois pas clair si un tel visa a effectivement été demandé.

M. Perinçek a écopé en mars de 90 jours-amende (100 francs par jour) avec sursis pendant deux ans et d'une amende de 3000 francs. Le Tribunal de police de Lausanne lui a également demandé de verser 1000 francs "symboliques" à l'Association Suisse-Arménie (ASA), qui s'était constituée partie civile. Dogu Perincek a annoncé vouloir faire recours auprès du Tribunal fédéral.
http://www.lematin.ch/pages/home/depeches__1/suisse/depeche_suisse?contenu=274328


Violences lors d’une conférence sur le génocide arménien à Londres
lundi 2 juillet 2007, Stéphane/armenews

A Londres, mercredi 27 juin 2007, le dernier jour de fonction de Tony Blair en tant que Premier ministre anglais, des sympathisants de la cause arménienne ont organisé une journée d’action en faveur de la résolution Early Day Motion 357. Cette motion reconnaissant le génocide arménien a désormais été signée par 144 membres du parlement.

La police a pris une attitude intolérante injustifiée, déchirant un grande banderole où il était écrit « Reconnaissance du Génocide » et a détenu le directeur d’« Armenia Solidarity » pendant une demi-heure dans la loi de Prévention du Terrorisme pour avoir tenu la banderole trop proche du Parlement.

La distribution de prospectus a continué et la banderole remise en place de façon a être visible par ceux qui entraient dans la Chambre des Communes.

Une conférence intitulée « Darfour et Arménie » a été organisée à la Chambre des Communes dans la soirée par « Genocide Prevention All Party Parliamentary Group » et « Aegis Trust ».

À la conférence dans la Chambre des communes, le docteur James Smith d’Aegis Trust dans un discours important sur l’éthique de la politique étrangère a souligné les parallèles entre l’Arménie et Darfur où le modèle turc du 20ème siècle est répété avec succès. Ruth Barnett a parlé des effets psychologiques du négationnisme et a présenté le concept de réduire le présent des « Empreintes des Génocides » en abordant les questions des génocides passés.

L’Ambassadeur de la République d’Arménie, le docteur Vahe Gabrielyan, a souligné les dimensions politiques de la reconnaissance du génocide qui ne peut se limiter à aucune commission d’historiens même les plus éminents. La réunion a été présidée par le député John Bercow de la commission parlemenataire inter-partis sur la Prévention des Génocide et suivie par plusieurs autres parlementaires incluant Lord Avebury, Lord Alton de Liverpool, le député David Burrowes aussi bien que le député David Drew.

L’effort actuel de reconnaissance du génocide arménien au Royaume-Uni est une coalition en expansion qui gagne du terraine et qui implique de plus en plus d’Arméniens et d’Anglais.

« La reconnaissance du génocide est une question des droits de l’homme et pas simplement une question arménienne » a déclaré Eilian Williams, porte-parole des organisateurs.

« Nous recommandons vivement à tous les Arméniens de continuer à faire pression pour obtenir l’appui de davantage de parlementaires mais aussi à rejoindre Aegis Trust dans leur campagne de prévention des Génocides ».
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=33078

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

similaire:

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com