Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité








télécharger 244.83 Kb.
titreRéunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité
page1/5
date de publication25.03.2017
taille244.83 Kb.
typeRéunion
ar.21-bal.com > droit > Réunion
  1   2   3   4   5
SANCTUAIRES GRECS A L'EPOQUE HELLENISTIQUE
323-181

Religion grecque ?

Religion civique ?
Sanctuaire : lieu ou grecs vénèrent leurs dieux

-touche la pratique du sacré

-rôle politique

-rôle social

-rôle économique

On étudie les sanctuaires car description littéraire, sources épigraphiques (textes gravés sur la pierre, lois sacré, règlement des cultes etc..), restes archéologiques.

Époque hellénistique choisie car peut de données sur époque classique (car classique majorité de connaissance sur Athènes). Époque hellénistique est la continuité de l'époque classique car conservation des rites des anciens important pour les grecs. Même si évolution entre la haute et la basse époque hellénistique.

Étude de la religion est une façon d'annoncer la venu du christianisme. Le paganisme est en crise à partir du 4ème siècle. Abandon des cultes civiques, recherche des cultes à mystères.
Qu'est ce que la religion grecque ?

-ne ressemble au rien au monothéisme actuel basé sur des recherches personnelles, notamment la recherche du salut.

-pas religion avec dieux figés. Pas de panthéon grec mais panthéon par cité. Mythologie grecque reformée par les humanistes. Le mythe de la création du monde diffère selon les cités. Morcellement religieux dans le monde grec même si unité.
Religion qui perdure pendant 12 siècle. Apparition avec la cité comme ciment d'un corps de citoyen. Culte commun à tous les citoyens.

Naissance au 8ème siècle et fin au 4ème après JC.

Succès du christianisme face au paganisme est du au fait que la religion est destiné à une cité donc exclue ceux n'en faisant pas parti : étrangers, esclaves et c'est ce que vise les premières campagnes d'évangélisation chrétienne. Chrétiens persécutés car croit en un seul Dieu, refus du culte impérial, refus du service militaire.

312 tournant quand Constantin se place sous le signe de la croix et se converti.

313 édit de Milan : tolérance religieuse qui dispense les chrétiens du culte impérial. A partir de là pouvoir impérial veut organiser le christianisme.

325 Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité.

393 sous Théodose qui interdit les cultes polythéistes. Fin de la religion grecque fin notamment des mystères d'Eleusis et des Jeux Olympiques.
Religion grecque née du 8ème av JC époque où l'on a pas de texte. On va commencer à comprendre la construction de cette religion à travers la mise en place d'une science des indo-européen peuple originaire du Caucase qui se déplace et s'installe dans les Balkans notamment mais aussi en Europe Asie. On retrouve langue commune. Mot ou concepts commun : divinité : ex : Zeus : trouve équivalent ds religion romaine, scandinave (Thor, dieux de du tonnerre), indienne.

Religion grecque à aussi hérité des anciennes civilisations notamment de la civilisation mycénienne (ex : Athéna divinité du monde mycénien).

L'espace du monde grec est mouvant et aléatoire. L'espace traditionnel est le monde Égéen.

Du 8è au 6ème installation de colonies grecques : mer Noire, Sud, au Sud de l’Italie et en Sicile

religion se développe sur l'ensemble du monde grec du Pakistan à l’Italie. Mais pratiqué dans l'espace de la cité et donc par les citoyens (or dans l'ensemble des territoires conquis par les grecs on retrouve une minorité du citoyens car peu de cité et notamment en Asie)

INTRO :

-pas une révélation

-pas de foi individuelle-> religion collective

-pas de rapport personnel avec divinité, prière personnelle existe mais dans le cadre d'une communauté (fratrie, famille, cité)

-pas de spécialistes, souvent des devins. Pour être prêtre pas de connaissance spéciale.

-pas de salut. Elle tente de discerner le sacré dans l'ensemble des choses de la vie
C'est croire en une multitude de dieux. Liste pas close. Intégration courante de nouveaux dieux (ex : culte du dieu inconnu à Athènes). Mais croyance quand même à une unité du divin : l'ensemble des dieux fait parti du divin.

Religion ritualiste : être croyant c'est pratiquer des rites codifiés. Pour désigner le culte dans l'Antiquité on parle surtout de "NOMINA" : pratique rituel : rites établit par la loi (nomos), acte qui assure juste répartition de se qui revient à chacun.

Multitude de dieux correspond aux divers champs d'action de la vie.

Chaque cité a son panthéon avec pour chaque divinité son particularisme : Athéna-Pallas Athéna-Nikké
LE MYTHE :

"récit qui au sens propre ne peut être vrai mais qui contient de façon possible un sens profond" W. OTTO

"récit qui rapport comment quelque chose s'est produit la première fois" M. ELIADE
D'après les grands mythes grecs les muses (filles de la mémoire) transmettent les récits, les mythes.

Les auteurs grecs tel Homère ou Hésiode les fixeront.

Majoritairement les grec croient aux mythes pour expliquer l'inexplicable. Même si certain philosophes vont s'attacher à les détruire (Démocrite).

Religieux présent dans la vie politique : lors de l'ecclesia par exemple on sacrifie un animal pour rendre cette assemblée du peuple sacrée. On ne peut donc pas interrompre la personne qui parle (PARRHESIA : liberté de parole). Si c'est le cas la personne sera condamné pour sacrilège car elle aura porté atteinte au caractère sacré.

En autre exemple on peut citer celui de certaine pièce de théâtre joués uniquement pour célébrer Dionysos.

Pas de foi personnelle mais quasi impossible de se soustraire aux rites. Si ne le fait pas

condamnation ex : Socrate.

Piété : EUSEBIA

L'impiété : dans les lois athéniennes il est prévu que la cité peut poursuivre n'importe qui ne suivant pas les rites d’Athènes. Socrate dans sa défense dit qu'il a participé à la vie militaire et publique et qu'il a eu à cœur l’intérêt du citoyen => être bon citoyen et respecter les rites civique revient donc quasi au même. Ce que l'on reproche réellement à Socrate c'est d'avoir introduit un nouveau dieu, or dieu peut, certes, être introduit mais avec la volonté du DOMOS, par vote de l'ecclesia par exemple => Religion civique sous influence du politique.

3 chefs d'accusations à Athènes :

-non reproduction du rites

-insertion d'un nouveau dieu

-athéisme (peu d'exemple)

Autre exemple de procès connu, celui de LEOCRATE (connu par LYCURGE), hoplite de l'armée d’Athènes. Lycurge accuse Léocrate d'avoir fuit avant la bataille. Il est accusé d’être un impie car n'a pas protégé les sanctuaires de la cité. Donc désertion transformée en impiété.

Peu de témoignage de l'athéisme car rare (voir p 10)-> quelques exemples comme la critique des rites ou de l'idolâtrie (croyance en une statue).

Autre exemple avec Protagoras qui croit en la pensée de l'Homme, Héraclite et la théorie de l'atome qui remet en cause la théorie de la création du monde. Ce sont des grands penseurs de l'époque mais l'immense majorité des grecs croient. Mais distinction a avoir entre les formes de croyances :

Distinction :

L'HIBRIS : la démesure : personne qui en reconnaît pas la distinction entre hommes et dieux. Ex NIOBE qui considérait ses enfants comme plus beau que les dieux. Vengeance des dieux (PHTOMOS)

SOPHROSINE : personne qui mesure sa condition de mortel et la condition immortel des dieux
LE SACRÉ  :

C'est l'ensemble du monde qui entoure le grec : la pluie (phénomène venant de Zeus), tremblement de terre (Poséidon), le vent, l'ivresse (Dionysos), quand on mange du pain on rand grâce à Déméter pour l'agriculture.

Thalès disait que « tout est plein de dieux » chaque action de la vie correspond à un dieu. La vie du grec est rythmé par ça : ex : éphébie passe par l'apprentissage de la religion civique de la cité.

Cicéron : Religere : scrupule que les hommes ont a agir sur le monde de peur de déplaire aux dieux.

Religion grecque basée sur le conservatisme. Si rites pas menés, l'ordre du cosmos ne sera pas tenu.

Conservatisme

QU'EST CE QUE LA RELIGION CIVIQUE :

Elle se fait au sein de :

-l'OIKOS : famille

-fraterie

-tribut

-la cité

-des grecs

ce sont des cercles qui se superposent.

A coté de ça il existe les communautés choisit : culte à mystère par exemple comme à Eleusis.

SCHLAIFER a tenté de définir la religion civique « culte tellement important que l’État se voit contraint de veillé a ce que les rites soient accompli d'une manière approprié »

problème de la divinité poliade : protectrice de la cité. Mais souvent on a pas une mais un panthéon de divinité poliade.

Ex Athènes : Athéna divinité poliade mais Zeus l'est également de même que Poséidon ou Apollon ainsi que Déméter et Héphaïstos. Donc pas de divinité unique qui protège la cité et Athéna est ainsi accompagnée d'autres dieux.

=> panthéon civique
WYSHERLEY : pour lui culte civique est visible quand la cité organise la construction des temples : premier temple construit dans la cité est celui de la divinité poliade, principale.

ALESHIRE : pour lui le culte civique s'observe au travers des offrandes et du financement : il y a culte civique quand il y a contrôle permanent de la cité sur les offrandes : différence entre cultes privés et civiques. Ces cultes rapportent à la cité : un sanctuaire possède des terres et des biens que la cité a pour mission de gérer.

=> quand on parle de culte civique on trouve la cité qui organise, légifère et paye.
COMMUNAUTES RELIGIEUSES

le lien avec la cité ne se perd pas : la communauté coïncide avec les limites de la cité. Ceux qui en sont exclu sont les non citoyens comme les étrangers ou les esclaves. La place des femmes de citoyens est quant à elle un peu à part.
SOURCES

sources littéraires : poèmes Hésomérique, la Théogonie d’Hésiode, historiens, les procès, lois sacré organisation des cultes, retrouve des restes de question de pèlerins

sources archéologiques

épigraphiques

CHAPITRE 1 État et panthéon civique
C'est au sein de la cité que l'on pratique la religion civique qui est une manière d'affirmer l'identité propre de la cité.
PARTIE 1 : la formation de la cité État et l'institution des cultes communs


  1. la police

État constitué d'une communauté de citoyen, généralement de petite tailles mais étant à part entière : gouvernement, lois, armée, politique étrangère, monnaie → État complet et autonome.

A l'époque hellénistique on suppose 1 millier de cité dans le monde égéen.

  1. date et circonstance de formation

pas de date unique mais une date est retenu par les grec : 776 : les premiers JO à Olympie. C'est la première année où on a la liste des vainqueurs.

Beaucoup des cité sont nées a cette période et notamment des plus importante comme Spartes ou Athènes.

Cité :

regroupement de plusieurs hommes, familles : OIKOI :

le facteurs déterminant de la formation de la cité est probablement le début d'une agriculture intensive (besoin de plus de monde). Ce processus à un nom : le SYNOECISME : regroupement des OIKOS et de formation des cités.

C'est souvent un héros qui est à la base de ce SYNOECISME. Ex à Athènes : Thésée qui en revenant en Grèce fonde Athènes.

La religion civique est née de la cité (ou vice versa) : les deux phénomènes vont ensemble : on crée un réseau de sanctuaires : preuve de possession du territoire par la cité. De plus, l'ensemble des fêtes civiques très rapidement codifié.

Quand un groupe de colons fonde une cité : il organise le plus rapidement une religion civique pour cimenter la nouvelle communauté civique. Cette création de la religion civique a un grand intérêt pour la cité en formation : moyen de réunir la population sous une seule et même entité (BURKERT).

Ce voit sur la monnaie notamment (ex : a Athènes représentation d'Athéna)

VARRON auteur romain peu connu : ???


  1. les divinités poliades

Avant culte commun au niveau de l'OIKOS.

Chaque police placée sous protection d'une divinité en particulier. (Argos:Héra ; Athènes : Athéna)

On est pas une divinité poliade du fait de ses attributions mais du fait de son histoire : (Athéna et Poséidon se sont battus pour la protection d’Athènes => les deux dieux ont donc un lien très fort avec la cité).

La divinité poliade est celle qui épaule les citoyens :

-les épiphanie : apparition des dieux qui peuvent notamment intervenir physiquement (ex : sur champ de bataille)

dans beaucoup de cités ont deux divinités poliade : donc remise en cause de l'unique divinité poliade ;

caractère commun de la divinité poliade

-culte commun aux citoyens : culte obligatoire à la divinité polyade

-divinité garantie la sécurité et la pérennité de la cité

-cité = propriété de la divinité

-succès politique ou militaire de la cité lié à la volonté de la divinité

-représente la cité : ex : monnaie

les divinité peuvent avoir épithètess différent : poliade, poliouchos, prokathegeon, archegete.

Souvent héros fondateur associé à la divinité poliade (Thésée et Athéna).
Le panthéon commun à une cohésion et un sens. On ne choisit pas les divinités au hasard. Et même si on trouve des divinités différentes en fonction des cités il y a quand même des fond communs
Partie 2 : la création des sanctuaire civique


  1. localisation des sanctuaires

Durant les ages obscures on a retrouvé aucunes traces des sanctuaires (probablement sanctuaires mobiles). Les premières traces de sanctuaires fixent une date au 8ème tout comme la formation des cités.

localisation

-la ville : (ASTY) : sanctuaires de ville sont souvent sur l'agora mais sont petits par manque de place

-le territoire : la CHORA : la campagne : nombreux sanctuaire ex : a Athènes Eleusis (Sud Ouest de la ville).

Besoin d'un sanctuaire commun par subdivision (ex : pour la fratrie) : mais un autel suffisait : petit lieu disséminé.

-sanctuaire en périphérie : ex : sanctuaire a OROPOS : possédé ce sanctuaire c'est posséder la région : il fixe une limite. Sanctuaire sert également à délimité : marqueur de la possession de la cité.

  1. la création du sanctuaire

8ème siècle : forme de base du temple : rectangle avec un laos et colonne.

Temple pas obligatoire : pas nécessaire : souvent pour les divinités poliades.

Concurrence entre les cité dans les constructions des temples : richesse et beauté son des arguments sur la puissance et la renommée de la cité : temple conséquence du soutient de la divinité poliade.

  1. La création d'un panthéon civique

la religion civique s'inscrit dans le temps avec un calendrier qui défini les jours fériés pour fêtes en l'honneur des divinités : durée pendant lesquelles certains citoyens ne travaillent pas, où la boulée ne peut se réunir. Cela rythme la vie du citoyen. Fêtes se concentre en hiver car la base de la richesse est l'agriculture. Fêtes nombreuses et variées mais certaines fêtes se retrouvent dans beaucoup de cités :

-thesmophories : fête des femmes à Déméter et Chorée
Partie 3 : la codification de la théologie par Hésiode
Pas de livre sacré. Mais il y a des critères communs qui régissent la vie religieuse pas le biais notamment les mythes d'Hésiode ou Homère.

D'après Hérodote, Homère et Hésiode ont fixé les premières règles même si variantes locales

Hésiode : Béotien 8ème av JC, La théogonie premier texte qui codifie un certain nombre de mythes et notamment sur la fixation du monde

-les générations divines :

1ère génération : le passage du Chaos au Cosmos : tous les éléments du monde présent dans le chaos mais non organisés.

3 divinités : Chaos, Gaïa et Éros (vie renouvellement) : naissance d'une série de nouveau dieux : de Chaos né Érèbe. De Gaïa né le ciel (Ouranos) et les flots.

Couple de dieux dominant : Gaïa et Ouranos : naissance des 12 Titans, des Cyclope et des cent bras. Chronos (titan) émascule son père Ouranos : séparation du ciel et de la terre. du sperme née Aphrodite et du sang naissent les érynies (furies : les euménides), les géants et les nymphes.

Chronos prend le pouvoir et s'unit à Rhéa et pour se protéger avale ses enfants. Rhéa envoie Zeus sur Terre où il est élevé par centaure.

Lorsqu'il est devenu assez fort, Zeus force Chronos a vomir ses frères et sœurs. Zeus élu roi par ses frères et sœurs. Bataille entre les olympiens et les anciens dieux (lutte souvent représenté car représente la lutte des grec contre le monde des barbares).

Zeus est la 3ème génération et devient le chef de cette génération. Zeus s'unit à Métis et la mange : il acquiert l'ensemble de ses caractéristiques et notamment la ruse. Mais naissance d'un enfant:Athéna.

Explique au grec l'organisation du monde. Théogonie montre l'instabilité : à tout moment les titans et les géants peuvent renverser les olympiens. Fragilité du monde. Importance des rites.

Arrivée des hommes :

Prométhée : Titan, fils de Japet. Hommes et dieux vivent assemble. Prométhée veut favoriser les hommes. Lors d'un sacrifice il donne aux hommes la viande recouverte de peau et les os recouvert de graisse appétissante aux dieux. En acceptant ça, Zeus accepte alors la séparation entre hommes et dieux : dieux immortels pas besoin de manger, hommes ont besoin de se nourrir. Prométhée veut également offrir le feu aux hommes. Refus de Zeus. Prométhée le vole et l'offre aux hommes. Zeus le découvre : colère et il décide de leur envoyer la femme (Pandore) , hommes obligés de se reproduire.

=> mythe de Prométhée : fondation du monde des hommes
La représentation des dieux
codification des 12 dieux :

Zeus, Héra Poséidon Déméter Athéna Dionysos Hermès Artémis apollon aphrodite Héphaïstos et ares. Parfois on rajoute Hestia et Hadès.

On a essayé de leur donné des caractéristiques mais fonctionne pas réellement Poséidon dieux de al mer mais aussi des chevaux. Donc divinité n'a pas un domaine fermé et intervient dans divers domaine.

J.DUMEZIL : détermine le rôle des dieux les uns par rapport aux autres
différentes catégorie de divinité :

dieux : ressemble aux hommes dans l'apparence mais immortel. Les dieux sont beaux,plus grand que les hommes et étincelant et ne peuvent pas réellement se montrer sous leur vrai jour. Quand font apparition (épiphanie) on voit un homme grand et beau. Beauté = la CHARIS (la grâce).un dieu n'est pas beau : Héphaïstos.

En outre métamorphose des dieux : Zeus (taureau, pluie, cygne), Dionysos (taureau, lion ours cheval), Hermès (pierre).

Les dieux ont du sang, peuvent être blessés, se nourrissent de l'ambroisie (nourriture distincte des hommes).

Dieux ont des sexes. Déesse stéréotypé : jeune fille non marié (Artémis, Athéna) et figure d'épouse (Héra Déméter). Dieux besoin d'accouplement pour crée de nouveau dieux. Parfois parthénogenèse : ex : Héphaïstos, Héra voulait montrer a Zeus qu'elle pouvait faire fils seul.

Naissance des dieux : légende de naissance et d'enfance

certain dieux font expérience de al mort : ex : Dionysos, Héra tente de le tué : dépeçage mais ramené à la vie par Rhéa. Ex Asclépios : homme qui ressuscite hommes : foudroyer par Zeus puis divinisé

-les héros :

ceux né d'un père ou mère divin et de l'autre parent mortel : ex : Achille : fils de PHTHIOTIDE et THETIS. Sa mère, nymphe lui donne le choix de son destin : mort rapide mais gloire au combat ou vie longue avec femme enfant. Choix de mourir en guerrier

autres personnage n'ont rien de divin mais leur destiné est suivi par les dieux ( Ulysse suivi avec attention par Athéna)

certain vieux tombeaux sont considéré comme ceux de certain héros : ex : a Spartes culte d'Agamemnon et Ménélas : le sacrifice est relativement différent que celui des dieux : ENAGISMOS : sang retombe sur la terre (car héros chthonien)

héros également fondateur de colonie : ex : Battos : fonde la cité de Sirène

Athènes n'a pas vraiment de héros fondateur mais ils considère Thésée comme le fondateur car premier roi, culte à Thésée dot le tombeau se trouve SKYROS. Seront ramené a Athènes par le stratège CIMON en 455.

Le culte héroïque est attaché à un territoire précis (culte de Thésée limité à l'attique). Culte local.
Les divinités exerçant leur souveraineté sur le monde :


    • Zeus : représenté comme homme d'age mûr, barbus, considéré par Homère comme père des hommes et des dieux. Autorité royauté souveraineté. Sa puissance est le ciel, représenté par l'attribut du « foudre » : faisceau d’éclairs. Son animal est l'aigle. Souveraineté juste et ordonné. Zeus garant de l'ordre du cosmos. Il représente la NOMOS (la loi) et la DIKÉ (la justice). Également garant des serments et de l'hospitalité. Protège l'Agora, les temple et les relations commerciale. Zeus est omniscient et le justicier absolu : représenté avec balance : il ne peut influencé le destin, il peut connaître le destin mais pas le changer. Zeus garant d'une justice qui le dépasse. Zeus aussi associé à la fertilité du sol quand il est associé a Déméter. Il rend des oracles notamment à DODÔNE. Quasi toutes les cités ont au moins une structure pour Zeus. Le plus important est à Olympie : un des plus grand temple grec jamais construit. Le mont Olympe et la ville sanctuaire : Dion. A Athènes le culte de Zeus également important car divinité poliade : les fêtes diopolies : sacrifie un bœuf à Zeus mais comme interdit sacrifice du bœuf : fallait lavé l'impureté : sacrificateur s'enfuit et condamne la hache.




    • Poséidon : représenté avec trident, frappe la mer pour déclencher raz de marée. Maître des mer (char tiré par hyppocampe) et des chevaux mais pas maître des fleuves. Clute de Poséidon moins nombreux que ceux de Zeus. Ex : ISTHME, Corinthe,

    • Hadès : Plouton : richesse : représenté avec corne d'abondance. Homme d'age mur barbus. Roi des enfers, roi du monde souterrain, dieux fertile, dieux qui règne sur ce qu'il y a sous la terre

=> frère qui représente les 3 caractéristiques principales du monde.


    • la Métis (stratège, ruse) : divinité et concept

→ Athéna : animal favorite : la chouette (animal rusé). Déesse des travaux du bois, poterie tissage cavalerie navigation = déesse du KAIROS (instant favorable, occasion favorable et habileté technique). Kairos issu de la Métis. Athéna protège les aurige : les conducteur de char qui sont soumis à un moment difficile : le tournant dans le stade : Athéna les protège a cette instant. Mais aussi divinité de la guerre : du combat rationnel : ex : protectrice de la phalange grecque. Divinité de celui qui sait s'esquiver au bon moment : ex : la fourberie (Ulysse qui est protégé par Athéna). Gardienne de l'acropole des enfant de la santé. A Athènes considéré comme PROMACHOS : quand elle combat en première ligne : Athéna hoplite qui se bat avec les citoyens athéniens en première ligne. Quasi toute cité de Grèce continentale on un sanctuaire à Athéna : Athènes, Lindos,

→ Héphaïstos : engendré par Héra, jeté du haut de l'Olympe (laideur). Construit arme et objet pour dieux (forge arme pour Achille, ou le fauteuil aux mille liens pour sa mère). Peu de lieu de culte. A Athènes il a un rôle de protection et notamment dans le quartier des céramique : 2 temple a Athènes : l' ERECHTHEION (sur acropole) et sur agora temple partagé entre Athéna et Héphaïstos.

→ Hermès (fils de Zeus et d'une nymphe). Jeune barbus sandale ailé et porte le caducé et le chapeau des voyageur. Préside aux échanges : commerce, voyage échanges. Rôle également dans la conduction des âmes : dieu psychopompe : conduit âmes dans le monde des mort. Possède beaucoup de Métis : le jour ou il né, à midi il invente la lyre, le soir il vole une partie du troupeau d'Apollon et sacrifie un des animaux. Dieux malin rusé et fourbe et trompe dieux et homme. Dieux des orateurs mais aussi des athlète (dieu su stade). Peu de sanctuaire : existe un à CYLLENE, lieu de naissance. Mais représenté par pierre : pilier qu'on trouve sur les routes, borne on retrouve la tête d'Hermès sculpté.
Dieux intervenant dans le mariage


    • Héra : sœur et épouse de Zeus. Héra viendrait de Hora (la bonne saison = assez mur pour être marié). Lié au paon, protection des troupeau, déesse aux yeux de vache. Mariage houleux mais Homère raconte plusieurs accouplement entre Zeus et Héra (naissance de Arès et Hebès). Le mois du mariage est celui de GAMELION. Mais Zeus aussi associé au mariage. Mais Héra jamais montrer avec enfant des les bras, ce n'est jamais la mère. Le caractère du mariage entre Zeus et Héra est en perpétuelle renouvellement. Chaque année on purifie Héra pour la remarier à Zeus. Possède épiclès de TELEIA : femme accomplie : protège le mariage légitime, mariage entre citoyen et protège les enfants légitime. Protège famille conventionnelle. Lieu de culte notamment a Samos.

    • Artémis : jeune fille, déesse vierge, sauvage. Représenté avec arc et souvent chien de chasse ou une biche. Vie au milieu des animaux dans la nature sauvage. C'est une protectrice des jeunes et des animaux sauvage. Artémis préside au passage de l'état de jeune fille à celui de femme marié. A Athènes les jeunes fille qui vont se marié offre leur jouet à Artémis. Rites de passage connu par fête souvent réservé aux femmes.

    • Aphrodite : devenu grecque tard car déesse du proche orient. Probablement issu d'ISTHAR-ASTARTE : (épouse du roi, reine du ciel, prostitué divine). Culte passé de Phénice a Chypre puis en Grèce. Grec voit sa naissance à Chypre. Invoqué pour le bonheur et le désir dans le mariage. Souvent accompagné de Peithô (la persuasion). Elle empêche le refus du mariage qui est un affront aux dieux. Exemple de femme qui refuse le mariage : Atalante : considéré par grec et dieux comme de l'Hibris. Dieux vont la punir pour cet Hibris

    • Athéna : protectrice du tissage : activité principale de l'épouse : activité du Gynécée : Athéna préside à l'apprentissage par la future épouse de l'art du tissage. Protège le travail de la femme marié ex le plus connu de femme tissant : mythe de Pénélope.


La fertilité :
grec on foi dans la fertilité de la terre. Action des dieux :

    • Apollon : jeune homme imberbe, un des plus beau, possède arc et carquois souvent couronné d'une couronne de feuille. Fils de Zeus et Léto. Dieu purificateur. Invoqué durant la fête des THARGLIES : mois de thargélionne (mois de mai). Purification de l'ensemble de la cité. La cité désigne deux pharmakoi un portant collier de fil noir et l'autre blanc se promène dans la cité et on les charge de toute les souillure de la cité puis on les chasse. Permet à la cité d’être pure. À la fin de la fête on offre au dieux l'offrande des prémice : première part donné aux dieux avant de prendre. Participe a la fondation de nouvelles cité et rend des oracle ( a Delphes)

    • Déméter : déesse d'age mur, mère de Chorée (Perséphone). Récupère les attribut de Gaïa : déesse de la fertilité, de l'agriculture. Célébré lors des Thesmophories. Fête réservé aux femmes exclusivement pour assuré fécondité des femmes et de la cité. Déméter responsable des saisons (mythe de l'enlèvement de Perséphone-Chorée).

    • Dionysos : fils de Zeus et Sémélé (maîtresse de Zeus qui a voulu voir son amant dans toute sa splendeur, morte irradiée). Double naissance lors de mort de sa mère puis de la cuisse de son père. Soit barbus soit imberbe. Dieux de la force qu'on ne contrôle pas, des pulsion. Patron de la fête des ANTHESTERIES. Fêtes ont lieu au mois de février, ouverture des première jarre des vendange (PYTHOIGIA). Les premières gouttes sont pour Dionysos (libation), le deuxième jour on boit. Lié a la fertilité de la vigne et au mariage hierosgamos : BASILINNA : femme du roi qui s'accouple a Dionysos pour la fertilité des citoyens. Dionysos dans état de perpétuel ébriété.

=> beaucoup de divinité interviennent à plusieurs moment de la vie.

CHAPITRE 2 LES LIEUX SACREES
Sanctuaire
Le terme le plus Sacré : to hieron : le Sanctuaire.

Pas choisie par les hommes mais par la divinité. Lieu est emplie de la présence divinie : ex : la foudre qui tombe, un bel endroit, ou la parole d'un oracle.

Théoriquement le sanctuaire est donc inamovible. Si sanctuaire doit être déplacé c'est l'oracle qui doit le signifer. Tout ce qui entre dans un sanctuaire est aussi Sacré : ex : objet, offrandes : ta hiera. C'est aussi le cas des hommes qui entre dans le sanctuaire (pour rentrer dans sanctuaire il faut être purifié). On peut se réfigier dans sanctuaire et on devient intouchable : esclave peuvent s'y rendre.
Définition

aussi qualifier de TEMENOS : rappel que le sanctuaire est un endroit clôt, délimité, bordé. Lieux retirer des zones profanes.

Dans sanctuaire deux choses indispensable : autel et les bornes pour délimiter clairement l'espace Sacré du reste du monde (p 22).

mais l'ensemble de la nature est également Sacré, mais dans un sanctuaire c'est encore plus Sacré.
Les caractères du sanctuaire

peut être petit. Mais aussi grand : ile de Délos est dans son entier un sanctuaire.

Souvent les sanctuaires disposent d'un ALSOS : bois sacrés : foret sans aucune construction.

Des bois Sacré parsème tout le monde grec. Le bois est la création des dieux, faut le sauvegarder, on ne peut pas le couper. De plus bois cher a cette époque.

De même certaines pierres, fontaines sont sacrés.

On remarque aujourd'hui que l'emplacement de ses sanctuaire sont souvent des endroits grandioses, somptueux, site choisi pour sa beauté. Beauté paysage → preuve pour les grecs de la puissance des dieux.

Limite : notion de beauté n'est pas forcément celle que l'on a aujourd'hui.

Ce que l'on trouve beau aujourd'hui devait sûrement être vu comme quelque chose d'impressionant a l'époque plus que beau.

On recherche la puissance Sacré

auprès de l'eau : sanctuaire installé près rivière, fontaine etc ..

près des bois

sanctuaire pas forcément endroit très construit : Delphes, Epidaure sont des exception car grec hésite a retouché le monde tel qu'il a été construit par les dieux.

C'est essentiellement la nature qui forme le sanctuaire et non pas les construction de l'homme.

Les sanctuaire ont donc des propriétés terrienne

ex : Eleusis : grande parcelles de terre non cultivé. Or a l'époque besoin de terre cultivable on demande l'autorisation à un oracle et le dieu refuse. Les terre ne seront pas cultivées.
Classement des sanctuaires :

sanctuaire civile

sanctuaire fédéraux :

sanctuaire panénique : ouvert à tout les grec

classement géorgraphique

ville

acropole

ville basse

campagne : souvent là ou l'on trouve les sanctuaires les plus importants

escatiai : les marches du territoire civique : zone de passage où peu des personnes n'habitent.
Comment les grecs vénèrent les dieux ?
Sanctuaire divers, dieux multiples et c'est la même chose pour les pratiques. Toutefois existe pratique a peu près commune a l'ensemble des sanctuaires :

la prière : euché

libation : action d’offrir goutte de liquide aux divinités

concours : Agône

sacrifice
les actes qui constituent le culte

Respect de la pureté rituelle :

pour entrer en contact avec divinité faut respecter rite selon la tradition. La pureté est un rite essentiel : KATHAROS. L'état de pureté est l'état naturel de l'homme mais dans sa vie il est touché par l'impureté mais elle s'en va au bout d'un certin temps

-impureté touchant aux realtions sexuelle : interdit dans sanctuaire et interdit de rentrer dans sanctuaire après une relation sexuelle

-impureté lié à la mort ou à la naissance : impureté attache toute le communauté qui est autours. Faut attendre plusieurs jours avant de rentrer dans sanctuaire.

-la sang sous toutes ses formes : de la simple blessure, de son métier au meurtre. Le sang est souvent plus grave que le reste.

Pour impureté en général on utilise le mot LUNA AGON.

Pour impureté du sang : MIASMA

pour impureté vraiment grave : oeudipe:son impureté touche tous les citoyens. On doit attendre qu'il soit purifier pour que les malheurs s'abatte.

Mais série de moyens pour que l'impureté parte :

eau lustrale : ex : baigne dans un bassin ou vasque à l'entrée des sanctuaire : PERIRRANTHERIA

feu

eau de mer

La parole

-invocation : quand un citoyen doit s'adresser à un dieu il doit connaître son nom. Savoir son nom donne de la puissance. Quand on prononce le bon nom les dieux ne peuvent se détourner.

-la prière : pas grande importance dans culte traditionnel. Mais assez commun. Prière : demande quelque chose à une divinité : ex : thusia : prêtre fait prière qui précise le but du sacrifice et l'expose à la divinité visée. Prière personnelle souvent dans situations d'urgences. Mais pas de canon, pas prière normée. Pas d'endroit favori pour faire prière même si elle a sûrement plus de poids dans un sanctuaire.

Les libation et les sacrifices

-libation : action de verser du liquide : ex : verse du vin:offre les premières goutte a Dionysos : sacrifice des prémices.

Goutte sur l'autel ou sur le sol (pour divinité souterraine).

Fréquemment première goutte pour la divinité et boit le reste.
Les offrandes : ANATHEMATA

sacrifice non sanglant : gâteau. A coté des autel souvent table à offrande : dépose gâteau céréale offrande. Mais signifie pas que cette offrande est périssable. Peu être objet tel que épée, bouclier, prou de navire. Quand citoyen réussi quelque chose il doit toujours faire un sacrifice pour rappeler l'aide de la divinité : ex : on apporte les armes des vaincus. Offrande des prises de guerres en remerciant la divinité. Parfois bâtiment appelé le trésor uniquement destiné aux offrandes, à la vue de tout les pèlerins.

Sacrifice possible d'une partie de soit même : ex : cheveux : pour les jeunes filles qui vont se marier.
Les concours

on va vouloir décider qui rend le mieux hommage à la divinité. Concours se développe dans plusieurs types de sanctuaire :

Olympie, Delphes, Corinthe : concours complet artistique et athlétique

sanctuaire d'Oropos : sanctuaire local, concours aussi essentiellement artistique : chant théâtre etc..

concours soit annuel soit quadri annuel. Régulier et important dans la vie du sanctuaire.
La thusia :

sacrifice le plus commun, le plus généralement pratiqué et de la même façon. Moment de partage entre homme et dieux. Besoin hommes animal, dieux et entre eux l'animal.

Déroulement de la thusia : p14 et 15

-procession : série de personne vétu de blanc, la personne portant le canéphore (la corbeille) dans lequel se trouve l'orge et la couteau. Danseuse et souvent flûtiste et musicien. Trouve personne couronné par laurier : on peut avoir le prêtre, les magistrats de la cité et n'importe quel citoyen voulant y assister. Puis la bête : ici taureau : choisi immaculé, sans tache n'ayant jamais servi, animal heureux : animal doit être consentent.

Procession pour les grande fêtes pouvant passer par toute la ville (ex : panathénée) procession pouvant durer plusieurs heures voir plusieurs jours (procession entre Athènes et Eleusis)

-prêtre consacre la victime, on l'asperge d'eau lustrale, de grain d'orge sacré, on offre des crins de al victime au dieu : prémice. Puis on appel le BOUTYPOS : tue la bête. Puis on retourne l'animal, venrte vers le ciel posé sur l'autel. Puis le « cuisinier rituel », l'évicert et regarde si l'intérieur est normal.

On prélève partie pour divinté : os notamment ceux du fémure, recouvre de graisse

vicerres manger par prêtre et ceux ayant payer le sacrifices. Un second cercle : le reste de l'animal est partagé en part égale (isonomia) et manger au cour de Dais (banquet), SYMPOSION.
La signification :

les hommes doivent se nourrir de matière périssable. Dieux immortels pas besoin de se nourrirent.

Perpétuation du corps civique : ce corps qui mange est le même qui se retrouve dans l'armée ou l'ecclésia. Banquet qui rappel lien entre les citoyens qui ont les même droit et même devoir. ( a Sparte le repas commun est quotidien et si un citoyen manque cela il est exclu du corps civique).

CHAPITRE 3  DESCRIPTION DES SANCTUAIRES
souvent la seule chose visible archéologiquement qui nous reste de monde grec.

A Athènes ce qui attire le regard ce n'est pas la ville mais le sanctuaire.
Le choix de l'espace sacré

lieux sacrés : bois, ou isthmes, cap, endroit impressionnant. Endroit plus particulièrement dédié a certaines divinité : montagne : Zeus, cap maritime : Poséidon.

Existe depuis longtemps pourtant pas trace de sanctuaires avant le 8ème siècle. Existait surement mais soit mobile soit structure légères.

8ème siècle : sanctuaire simple enclot : notamment décrit par Homère : on en trouve a Argos notamment.

En plus des bornes et autel on retrouve portique (stoa) temple ou très souvent on retrouve des ex-voto : objet offert par une cité ou particulier : ex : sphinx offert à Delphes.

On retrouve aussi trésor : sert a exposé offrande des différentes cités : au niveau de la forme ressemble à un temple. Ces offrandes sont souvent ce qui est le plus important. C'est le ce trésor qui prouve l'importance de la divinité. De plus un sanctuaire est d'autant plus sacré car il est ancien. A Athènes le temple le plus sacré est l'ERECHTEION : là ou Zeus a fait tombé al foudre, existe depuis époque archaïque. A l'inverse le Parthénon est moins sacré car moderne.

Premier temple se retrouve qu'a partir du 7ème siècle. (après les premiers sanctuaire)
localisation des sanctuaires

sanctuaire de la ville : souvent près des remparts (sauf les plus anciens) car seule endroit où il restait de la place. Souvent petit a part certain sanctuaire sur agora.

Sanctuaire spéciaux : oraculaire, thérapeutique : lié a la ville mais en périphérie : car besoin d'eau.

périphérique

campagne : borne de la cité, les grands sanctuaires ruraux sur les bordure du territoire civique
typologie des sanctuaires :

les niches et grottes : ex : le sanctuaire de Pan sur l'acropole d’Athènes : grottes dans lesquels on a des niches où l'on retrouve statut dieux ou colonnes. Grotte aménagée : on y aconstruit mur, banquettes autel niches. Sanctuaire attesté partou en grec et beaucoup dans zones accidenté et dans le Nord de la Grèce comme à MIEZA : sanctuaires des nymphes dédié à la connaissance et l'enseignement.

Les bois sacrés : ALSOS : espace protégé ou vit la divinité mais espace entretenu. On en prend soint. À Némée, alsos important dédié a Zeus : on a retrouvé arbres trop vieux ou malades. Mais avec le temps on va construire dans ces alsos : ex a Olympie au 2 siècle ap JC : on a construit temple et trésor. Mais a notre époque très rare.

Importance du bois sacré se retrouve dans le culte d'arbre sacré : ex : figuier sacré sur la route entre Athènes et Eleusis, offert par Déméter. Mais arbre pas définitif : parfois représentation de l'arbre sacré par une colonne mais date plus de l'époque romaine.

Les sanctuaires de petites tailles : les plus courants, communs, que l'on trouve partout. En Crète majoritaire, pas de sanctuaire moyen ou grands. On en retrouve également à Salamine. On retrouve autel, fontaine, et TRAPEZOMATA : endroit couvert ou l'on pouvait déposer objet offert. Sanctuaire de petite taille se développe surtout à l'époque hellénistique et notamment en Asie : retrouve sanctuaire en l'honneur du souverain. Sanctuaire du culte royal ex : à Délos sanctuaire de Mithridate VI.

Les sanctuaires de tailles moyennes : sanctuaire de BRAURON : stoa espace ouvert qui sert à tout (se reposer, manger discuter). On retrouve dans ce sanctuaire des salles pour le banquet ( si existe pas on pouvait dresser tentes). Mais souvent à l'époque hellénistique les temple se dote de salle de banquet autours de la cour central dans laquelle se trouve l'autel.

Parfois on peut retrouver maison de prêtre ou de prêtresse mais souvent quand cela est indiqué sur légende c'est qu'on en sait pas a quoi ça sert.

Sanctuaire qui on surtout un prestige locale ex sur l'attique.

Les sanctuaires de grandes tailles : sanctuaire d'Olympie, généralement panhellénique (ouvert a tout les grecs), Delphes, Isthme (Poséidon), Némée (Zeus). Seuls sanctuaires panhéllénique.

Beaucoup de cité ont tenté de promouvoir leur sanctuaires et leurs concours, par embellissement et ouverutre des concours. Nombre de sanctuaires panhelléniques augmente considérablement.

Bâtiments : souvent associé a la tenu du concours :

autels, dans axes des temples (ex : Olympie, temple de Zeus, Héra), exvoto

installation sportive : stade, hippodrome, théâtre

structure pour accueillir des pèlerins, la plupart logé sous des tentes. Mais les théores : ambassadeur religieux qui ont pour rôle de faire connaître la date des jeux + conduisent ambassade de chaque cité qui participe au concours. Ces théores sont souvent logé dans un KATAGOGEION.

Parfois athlète logée également à l'intérieur du sanctuaire.

Système d’adduction d'eau, rp que eau ne manque pas pendant période d'affluence.

Exvoto : en grands nombre dans grands sanctuaires. : moyen pour la cité de se faire connaître : beaucoup de roi ou athlète vainqueur offre des statuts. On trouve aussi satuts de Zeus qui doivent être offert par les tricheurs.

Concours pas réserver aux sanctuaires panhellénique. Certain concours existe dans autres sanctuaires mais pas complet et pas rayonnement sur toute la Grèce : ex Oropos : cours seulement d'art.
les constructions
  1   2   3   4   5

similaire:

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconTome II le mouvement national-socialiste Chapitre premier
«programme d’un parti», puis comment, de temps en temps, celui-ci est fignolé et léché. On doit surtout regarder à la loupe les mobiles...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconThème : l'initié, est celui qui est admis à la connaissance, à la...
«Ordre» et «Initiatique», dans le cadre qui anime mes propos d’aujourd’hui, c’est-à-dire celui de la Grande Loge de France travaillant...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconM. Manuel Valls, Premier Ministre
«prioritaire» du dossier ? Ces manœuvres frauduleuses nous ont conduits à saisir les tribunaux, notamment le ta pour demander l’annulation...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconQuelle place pour le discours philosophique dans
...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconBibliographie perinet-marquet urbanisme et Construction Montchrestien...
«la loi n’est pas faite pour affirmer des évidences, émettre des vœux ou dessiner l’état idéal du monde, elle ne doit pas être un...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconLa Réunion est à l’honneur à la maison pour tous Colucci

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconSujet de philo. «L’objectivité existe-t-elle dans le monde du vin ?»
Allôôôôô, salut Christelle, j’aimerai beaucoup écrire une chronique sur votre Domaine, c’est possible de se fixer en rendez-vous...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité icon«Le monde de la chiralité»
«Celui qui n’éclate pas de rire, lorsqu’il se penche pour regarder ses pieds nus, celui-là n’a soit aucun sens de l’humour, soit...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité iconCompte rendu de la rencontre avec la dfpe à la Maison de l’Enfance du Jeudi 31 Mai 2012
«section» de volontaires disponibles pour effectuer les remplacements lorsqu’un personnel est absent pour des arrêts longues durées,...

Réunion du premier concile à Nicée pour fixer un dogme est notamment celui de la trinité icon44e the Grove, Isleworth, Middx, Londres, tw7 4JF, uk
«Un Québécois à Hollywood». Mais celui-là me demanderait trop de temps à corriger, alors c’est pas pour demain








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com