Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres








télécharger 141.21 Kb.
titreConstituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres
page3/3
date de publication27.03.2017
taille141.21 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3

I les cellules cardionectrices

Ce sont des cellules musculaires striées cardiaques modifiées qui engendrent le stimulus de la contraction cardiaque et le propagent aux différentes parties du myocarde (système de conduction du myocarde ou système cardionecteur). Cet ensemble de cellules cardionectrices forme le tissu nodal. Celui-ci comprend :

  • le nœud sino-atrial (nœud sino-auriculaire ou nœud sinusal) situé dans la paroi de l’atrium droit,

  • le nœud atrio-ventriculaire (ou nœud auriculo-ventriculaire) placé dans le septum interauriculaire,

  • le faisceau atrio-ventriculaire (anciennement faisceau de His) et ses branches droite et gauche
    situées dans les parois des ventricules qui donnent naissance à des ramifications plus petites appelées fibres de Purkinje (myofibrilles conductrices).

Suivant leur localisation anatomique, les cellules cardionectrices ont une structure différente. On les distingue en deux variétés principales :

- les cellules nodales sont situées dans le nœud sino-atrial, le nœud atrio-ventriculaire et le tronc du faisceau atrio-ventriculaire. Nettement plus petites que les fibres cardiaques banales, elles sont pauvres en myofibrilles et riches en glycogène. Leur aspect fusiforme et leur disposition enchevêtrée au sein d’un tissu conjonctif abondant et dense peuvent les rendre difficiles à différencier des fibroblastes adjacents, mais après un examen attentif on remarque leur striation transversale. C’est là que naît l’initiation de chaque battement : le nœud sino-atrial est le pace-maker de l’excitation cardiaque.

- les myofibrilles conductrices (anciennement cellules de Purkinje) sont situées dans les branches du faisceau atrio-ventriculaire et dans le réseau de Purkinje. Ce sont des cellules beaucoup plus volumineuses que les fibres cardiaques banales. Elles sont faciles à reconnaître : un ou deux noyaux centraux au sein d’un cytoplasme abondant, clair, riche en glycogène et en mitochondries et pauvre en myofibrilles.

La conduction de l’onde de dépolarisation se fait à la vitesse de 2 à 3 m/s alors que dans les fibres musculaires cardiaques banales, elle est de l’ordre de 0,6m/s.

  1. L’épicarde

L’adventice du cœur ou épicarde (également appelé péricarde séreux viscéral ou lame viscérale du péricarde séreux) est entouré par un espace, la cavité péricardique, fermée par un sac fibreux, le péricarde (péricarde séreux pariétal ou lame pariétale du péricarde séreux).

L’épicarde comporte un mésothélium (épithélium pavimenteux simple) reposant sur une fine couche de tissu conjonctif (fibres de collagène et élastiques). Cette couche est reliée au myocarde par une couche sous-épicardique contenant de nombreux adipocytes, des vaisseaux coronaires et des fibres nerveuses.

  1. Charpente fibreuse du cœur : l’ensemble du myocarde est pourvu d’une trame conjonctive délicate qui lui apporte vaisseaux et nerfs et assure aussi sa cohérence mécanique. Ce tissu conjonctif s’étend sans discontinuité de l’épicarde à l’endocarde.

III. HISTOPHYSIOLOGIE : Rôle du myocarde

Le muscle cardiaque est caractérisé par son aptitude à se contracter de façon rythmique, sans intervention de stimulus nerveux mais à la suite d’impulsions produites par le cœur lui même. Cela autorise les transplantations cardiaques qui seraient autrement impossibles car au cours de l’intervention, tous les nerfs destinés au cœur sont sectionnés. Toutefois, le système nerveux autonome contrôle la fréquence des battements cardiaques. L’excitation du système nerveux parasympathique la diminue tandis que l’excitation du système nerveux sympathique l’augmente.
Les impulsions pour la contraction naissent du nœud sino-atrial, qui agit comme le pacemaker et stimule la contraction auriculaire.

La contraction musculaire du cœur est comparable à celle des muscles striés squelettiques et se traduit par le raccourcissement du sarcomère. La propagation de l’onde de dépolarisation emprunte les systèmes de jonction particuliers des stries scalariformes et se propage d’une cellule à l’autre dans l’ensemble du myocarde. L’impulsion traverse l’atrium et arrive au nœud atrio-ventriculaire qui déclenche avec un certain retard la contraction des ventricules; l’impulsion descendant le long du tronc du faisceau atrio-ventriculaire et gagnant les myofibrilles conductrices.
LES VAISSEAUX LYMPHATIQUES

Le système lymphatique est préposé au drainage de la lymphe et au contrôle de ses constituants. Il comporte un très riche réseau de vaisseaux lymphatiques confluents, qui commence par des capillaires répartis dans l’ensemble de l’organisme et dont les ultimes vaisseaux collecteurs s’ouvrent dans les grosses veines de l’entrée du thorax. Sur le trajet de ces vaisseaux se développent chez les Mammifères les nœuds lymphatiques dans lesquels la lymphe est filtrée.



CIRCULATION LYMPHATIQUE

Se reconnaissent dans le réseau vasculaire lymphatique trois parties qui diffèrent par la structure et les fonctions :

- les capillaires lymphatiques

- les vaisseaux lymphatiques

- les collecteurs terminaux : conduit thoracique et conduit lymphatique droit (anciennement veine lymphatique droite)

Tous les organes, à l’exception du système nerveux central, de l’oreille interne, du globe oculaire et de la moelle osseuse, renferment des vaisseaux lymphatiques.

I. STRUCTURE HISTOLOGIQUE

I.1. Les capillaires lymphatiques

Leur structure avoisine celle des capillaires sanguins continus. Ils en diffèrent toutefois par plusieurs particularités liées à leur fonction :

I origine en cul-de-sac,

I diamètre plus important et irrégulier,

I cellules endothéliales peu solidaires les unes des autres
I lame basale discontinue

I paroi entourée de faisceaux de fibres de collagène reliés à la face périphérique des cellule endothéliales par la traction qu’ils exercent, ces filaments permettent l’ouverture des jonctions intercellulaires, assurant ainsi la pénétration du liquide interstitiel dans le capillaire



lame basale discontinue

cellules endothéliales

Ils sont diversement développés selon les organes, les plus remarquables étant les chylifères centraux des villosités intestinales. Il présente un agencement variable caractéristique de chaque organe.




filaments d’attache de collagène

STRUCTURE HISTOLOGIQUE D’UN CAPILLAIRE LYMPHATIQUE


  1. Les vaisseaux lymphatiques

Il s’agit des vaisseaux qui conduisent la lymphe des réseaux périphériques aux nœuds lymphatiques et de ceux-ci aux collecteurs terminaux.

Leur structure est très voisine de celle des veinules et des veines de même calibre, avec toutefois une paroi habituellement plus mince, des valvules plus rapprochées et une dilatation plus marquée du vaisseau dans leur intervalle.

  1. Les collecteurs terminaux

Vaisseaux les plus volumineux du système lymphatique, ne laissent aucune intercalation de nœud lymphatique sur leur trajet mais sont abondamment valvulés. Leur structure est voisine de celle des veines de même calibre ; la média est cependant plus développée et contient plus de cellules musculaires lisses disposées en faisceaux longitudinaux et circulaires.

II. HISTOPHYSIOLOGIE

Les vaisseaux lymphatiques servent à drainer les liquides interstitiels vers la circulation sanguine.

La pénétration du liquide dans les capillaires se fait par ouverture des jonctions intercellulaires grâce à la traction exercée sur les filaments d’attache (plus la pression du liquide interstitiel extravasculaire est élevée, plus la traction est importante et plus les jonctions s’ouvrent) ou bien par pinocytose. Ce drainage est favorisé par la pression oncotique élevée de la lymphe qui favorise la réabsorption des liquides interstitiels vers la lumière du capillaire lymphatique.

La progression de la lymphe se fait d’une part grâce aux mouvements des tissus et des organes voisins qui assurent un massage et la progression du liquide, orientée par des valvules qui empêchent le reflux et d’autre part grâce aux contractions actives et rythmiques des cellules musculaires lisses de la média.
Cours de Dr Nathalie Bourgès-Abella

1   2   3

similaire:

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconSurtout ‘’Une saison dans la vie d’Emmanuel’’ et ‘’Vision d’Anna’’
«J'ai commencé à publier quelques années après Françoise Sagan. C'est elle qui m'a donné le courage de le faire. Elle avait pourtant...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconProblème de départ : les châteaux-jouets que l’on vend aux enfants...
«château fort» lui font penser. Elle demande aussi qu’ils écrivent à quoi servaient les châteaux forts selon eux, qui y habitait,...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconMettre plus de Coeur dans les Restos
En matière de gastronomie et de cuisine, je me considère comme un passeur, une interface. IL me semble que la gastronomie se sent...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconToute reproduction interdite sans autorisation de l’auteur
«Quelle dose de risque vital et de perturbation dans leurs habitudes les individus sont-ils prêts à accepter pour tenir leur rôle...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconSurtout ‘’Bonjour tristesse’’, ‘’Un peu de soleil dans l’eau froide’’ et ‘’Les faux-fuyants’’
«En quoi la tragédie ressemble-t-elle à la vie?» Elle entreprit alors des études de lettres à la Sorbonne, que, ayant raté ses examens,...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconCoopter et écarter. Femmes dans la recherche sociologique et l’intervention sociale
«adéquates» pour les femmes ? Comment leur participation aux activités gustiennes a-t-elle influencé les vies et les trajectoires...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconQuelle source dans les exercices
«Nos villes d’un cœur brûlant», nous sommes invités à contempler la ville d’aujourd’hui comme elle est; dans «Les mots de Dieu pour...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconVictor hugo : les romans
«bienfaiteur» Frollo, le précipite du haut des tours de Notre-Dame, et se laisse ensuite mourir dans les bras d'Esméralda dans le...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconAdresse au destinataire (réel ou fictif) de celui-ci une demande...
«bien voyager» — du point où elle a pris forme, elle Peut gagner les réseaux plus étendus de conversation dans l’ensemble d’une organisation...

Constituée essentiellement de tissu conjonctif. Elle est relativement mince dans les gros troncs et plus épaisse dans les artères de moyen calibre, auxquelles elle donne leur mobilité. Les arteres iconComment comprenez-vous les épithètes homériques ?
«Hermès l’éblouissant» ou l’ «endurant Ulysse». Que faut-il penser de ces épithètes, quelles places occupent-elles et quelle fonction...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com