Définition








télécharger 2.33 Mb.
titreDéfinition
page10/71
date de publication30.03.2017
taille2.33 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   71

Querelle du Grand Architecte de l'Univers


En franc-maçonnerie, et plus particulièrement dans la franc-maçonnerie francophone, la Querelle du Grand Architecte de l'Univers marqua un tournant de l'évolution des pratiques maçonniques. Elle fut à l'origine de l'un des principaux schismes maçonniques de l'histoire et reste, aujourd'hui encore, au centre des débats qui tentent de caractériser la franc-maçonnerie dite « libérale ».

Elle fut également pendant tout le XXe siècle, avec les questions de mixité, de l'engagement politique et de la ségrégation raciale, l'un des principaux constituants des querelles internationales de régularité maçonnique.

Dieu, Grand Architecte de l'Univers, dans une enluminure médiévale (c.1250).

La croyance en Dieu aux débuts de la franc-maçonnerie


Au XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, les premiers francs-maçons étaient tous soit catholiques, soit protestants. Les plus anciens manuscrits maçonniques connus, même dans les loges d'inspiration calviniste, n'utilisent cependant jamais l'expression « Grand Architecte de l'Univers ». C'est le cas par exemple du manuscrit Dumfries (c. 1710), bien qu'il fasse référence à de nombreuses reprises à « notre Seigneur Jésus-Christ » et mentionne que l'apprenti franc-maçon « doit être fidèle à Dieu et à la sainte Église catholique » (« he must be true to god and the holy catholick church »).

C'est semble-t-il en 1723 dans les Constitutions of the free-masons qu'on trouve pour la première fois ces termes dans le contexte maçonnique. Leur auteur, le pasteur James Anderson les ayant probablement trouvés dans l'œuvre de Jean Calvin.

On retrouve également dans la divulgation Three distinct Knocks, publiée à Dublin et à Londres en avril 1760, une expression proche des termes « Grand Architecte de l'Univers » : il s'agit d'une prière à « Notre Seigneur Jésus-Christ » qui commence par ces termes :

«  Ô Seigneur Dieu, Grand et Universel Maçon du Monde, et premier constructeur de l'Homme comme s'il était un temple [...]. »

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe siècle, la franc-maçonnerie s'ouvre à d'autres religions révélées et même, dans certains pays, à d'autres conceptions, en particulier déistes. L'expression « Grand Architecte de l'Univers » fut alors de plus en plus fréquemment utilisée, souvent en remplacement du mot « Dieu », car étant plus générale, elle convenait aussi bien aux déistes qu'aux théistes des différentes religions.

La situation particulière de la franc-maçonnerie française dans les années 1860 et 1870


À partir de 1860, le Second Empire se libéralise. Napoléon III a perdu une grande partie du soutien des catholiques car il aide le roi de Piémont-Sardaigne, Victor-Emmanuel II à réaliser l’unité italienne, ce qui va à l’encontre des intérêts de la papauté.

Dans ce contexte plus libéral, la franc-maçonnerie française se développe, bien qu’elle soit divisée en deux obédiences (le Grand Orient de France et le Rite écossais) traversées par trois courants informels (conservateurs souhaitant rassembler des membres de toutes les religions établies, déistes rousseauistes et républicains positivistes). À l’initiative des courants réformateurs, de nombreuses loges appuient l’idée d’un enseignement laïque, gratuit et obligatoire, ce qui, joint à la présence de nombreux francs-maçons dont Garibaldi parmi les partisans de l’unité italienne, aggrave les tensions avec l’Église catholique romaine.

L’année 1870 voit la chute du Second Empire, l’instauration en France de la Troisième République avec un gouvernement provisoire dont sept des douze membres sont francs-maçons, et l’annexion de Rome au Royaume d’Italie. Les condamnations catholiques contre la franc-maçonnerie se renforcent et, du côté de la franc-maçonnerie, les républicains devenus très majoritaires se radicalisent dans leur anticléricalisme.
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   71

similaire:

Définition iconChapitre La définition du domaine public Section Définition légale

Définition iconRéunion n°3 Gestion de Projet charte du projet tic 9 juillet 2008...
«Phase de définition ou pré-étude» du projet et permet, après validation par le Comité de Pilotage, de lancer le projet

Définition icon1. Définition d’un plancher

Définition iconI/ Introduction 1 Définition

Définition iconEléments techniques Définition

Définition icon1Product Definition 1Overview

Définition iconI – DÉfinition des virus

Définition iconEléments techniques Définition

Définition iconDéfinition "intelligence économique"/"veille"

Définition iconCours 1 Autour d’une définition








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com