Littérature québécoise








télécharger 0.58 Mb.
titreLittérature québécoise
page1/32
date de publication31.03.2017
taille0.58 Mb.
typeLittérature
ar.21-bal.com > droit > Littérature
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   32


Olivar Asselin

Pensée française

Pages choisies –





BeQ

Olivar Asselin

(1874-1937)

Pensée française

– Pages choisies –


La Bibliothèque électronique du Québec

Collection Littérature québécoise

Volume 142 : version 2.01

Que ce soit au sujet de la guerre, de Wilfrid Laurier, des étudiants ou encore de Dollard Des Ormeaux, l’auteur [Asselin] s’exprime dans un style qui lui est propre. Chez lui, l’ironique et l’incisif avaient préséance sur tout le reste, ce qui lui aura valu maintes et maintes fois de sévères réprimandes de la part des autorités en place à l’époque, notamment du clergé.

Marc F. Bellemare

Olivar Asselin : sa vie


Comme Honoré Beaugrand, Olivar Asselin a, un temps, émigré aux États-Unis, à Fall River, Mass., où il a travaillé dans une filature de coton. Plus tard, en 1894, il deviendra rédacteur d’un hebdo français de cette ville, le Protecteur Canadien, mais il collaborera aussi à d’autres journaux. Il s’enrôle dans l’armée américaine durant la guerre contre l’Espagne (fin 19ème siècle), puis revient au Québec en 1900. Journaliste fougueux, Asselin fonde plusieurs journaux, dont Le Nationaliste, puis participe, aux côtés de Henri Bourassa, à la fondation du Devoir. Il a tenté, sans succès, de se faire élire député nationaliste. Ce qui ne l’empêchera pas de lutter sur tous les fronts : les droits du français, les lacunes de notre enseignement, le secours aux indigents... En 1955, un grand prix de journalisme, le prix Olivar-Asselin, a été créé.

Olivar Asselin est né le 8 novembre 1874 à Saint-Hilarion (Charlevoix) d’une famille de fermiers. Il est le quatrième de quatorze enfants. Vers 1880, la famille déménage à Mont-Joli où M. Asselin, toujours à court d’argent, ouvre une tannerie tout en continuant à cultiver la terre.

De 1886 à 1892, Olivar fait ses études classiques jusqu’en rhétorique au séminaire de Rimouski. Malgré son caractère frondeur, indiscipliné, c’est un élève brillant qui remporte de nombreux prix.

Séjour aux États-Unis. Un incendie ayant détruit la maison de commerce paternelle, la famille émigre aux États-Unis, à Fall River, Massachussetts, où Olivar travaille quelques mois dans une filature de coton. Durant ses loisirs, il s’adonne à la lecture des journaux français, prend des notes, résume des articles, polit son style. En 1894, il devient rédacteur du Protecteur Canadien, hebdomadaire de Fall River, collabore à quelques autres journaux de la Nouvelle-Angleterre, dont l’Evening Post, de Woonsoket, où il écrit en anglais. Il s’enrôle dans l’armée américaine durant la guerre contre l’Espagne (1898-1899) sans toutefois participer à la campagne, et revient au Québec en 1900.

Journalisme et politique. Tour à tour rédacteur au Herald de Montréal, à La Patrie, au Canada, aux Débats et à La Presse, où il fait la connaissance de Jules Fournier, Asselin devient, en 1901, secrétaire de Lomer Gouin, alors ministre provincial de la colonisation dans le cabinet libéral. Ce poste permet à Asselin d’observer de près les rouages de la politique et de se documenter à la Bibliothèque du Parlement. Toutefois, le fonctionnarisme convient mal à ce tempérament de lutteur jaloux de son franc-parler. D’ailleurs les anciens partis lui paraissent routiniers, léthargiques. En 1903, il donne sa démission et fonde, en collaboration avec Henri Bourassa, La Ligue Nationaliste pour défendre les droits des Canadiens français et combattre l’impérialisme. Comme aucun journal n’est prêt à assumer à fond ce programme, Asselin lance l’année suivante l’hebdomadaire Le Nationaliste dont il restera le directeur jusqu’en 1908. Il participe, ensuite, toujours aux côtés de Bourassa, à la fondation du Devoir, prend part à la campagne électorale de 1911. Bien que battu comme candidat nationaliste, il contribue puissamment, tant par ses articles que par ses discours, à la défaite de Wilfrid Laurier.

L’Europe et la guerre. Il se rend ensuite en Europe en qualité de délégué du gouvernement fédéral pour enquêter sur l’émigration des francophones au Canada. Il constate que le gouvernement ne fait à peu près rien pour les attirer chez nous et rédige un rapport dans lequel il s’insurge contre cette situation. Ce voyage convainc Asselin qu’il faut à tout prix resserrer nos liens culturels avec la France.

De retour au Canada, il s’intéresse aux activités de la Société Saint-Jean-Baptiste dont il est nommé président en 1913, lutte pour la reconnaissance des droits du français, déplore dans ses articles et conférences l’avilissement de la langue française au Canada ainsi que les lacunes de notre enseignement. Il estime que la langue et la foi sont deux domaines distincts et dénonce ceux qui, sous prétexte de conserver la religion, refusent d’établir des liens plus étroits avec la France.

Ces idées, qu’on juge trop radicales, lui font perdre la présidence de la Société Saint-Jean-Baptiste et lui valent une condamnation de la part de Mgr Bruchési, archevêque de Montréal. Asselin réplique avec violence.

Fatigué et découragé, Asselin s’enrôle dans l’armée en 1915, recrute un bataillon et part pour les champs de bataille, estimant que c’est là la seule façon efficace d’aider la cause de la France. Il explique son point de vue dans une brochure intitulée Pourquoi je m’enrôle (1916). Sa bravoure au front lui vaudra la Légion d’honneur en 1918.

Le nationalisme culturel. De retour au Canada, il devient agent de publicité (1920), se désintéresse momentanément des questions politiques et fonde l’Œuvre de la merci pour venir en aide aux indigents auxquels il consacre la plus grande partie de ses loisirs.

Il revient au journalisme en 1930 comme directeur du Canada, l’organe du parti libéral ; donne sa démission, en 1934, pour fonder tour à tour deux hebdomadaires, L’Ordre et La Renaissance, qui, malgré leur haute tenue littéraire, n’auront, l’un et l’autre, que quelques mois d’existence.

Censuré par le cardinal Villeneuve à cause de ses attaques contre notre système d’enseignement et contre le pouvoir temporel de l’Église (1935), Asselin renonce au journalisme et devient président de la Commission des pensions de vieillesse de la province.

Il meurt d’artériosclérose, à Montréal, le 18 avril 1937.

Sources : Histoire de la littérature canadienne-française par les textes, Gérard Bessette, Lucien Geslin et Charles Parent, Centre éducatif et culturel, Inc., 1968.

Pensée française

En 1937, Gérard Dagenais a réuni en un volume, sous le titre Pensée française, des textes restés jusque-là épars dans des journaux et des périodiques auxquels Olivar Asselin avait collaboré.

Édition de référence :

Éditions de l’A. C.-F., Montréal, 1937.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   32

similaire:

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise

Littérature québécoise iconLittérature québécoise








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com