Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines








télécharger 64.47 Kb.
titreCe bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines
date de publication31.03.2017
taille64.47 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
Collectif Urgence DARFOUR



Depuis deux ans se joue dans l’indifférence au Darfour l’une des plus graves catastrophes humanitaires que nous connaissions actuellement dans le monde.


Principalement Fur, Massalit, Zaghawa les ethnies noires de cultivateurs de cette province de l'Ouest soudanais sont la cible depuis février 2003 d'une véritable politique de nettoyage ethnique menée par les forces gouvernementales et les milices de nomades Djanjawids à leur solde.
Il y a six mois, au Darfour, on déplorait 30 000 civils tués, un million de déplacés à l'intérieur des frontières, et 120 000 réfugiés. Aujourd’hui le nombre de civils tués dépasse les 180 000, le nombre de déplacés à l'intérieur des frontières atteint les 2.4 millions et le nombre de réfugiés au Tchad avoisine les 200 000.

 
Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines :
- Raids aériens sur les villages et attaques de camps de déplacés.

          

- Utilisation du viol systématique comme arme de guerre.
- Vol du bétail, la destruction des récoltes, l’empoisonnement des sources d'alimentation en eau et incendie des villages.
- Incarcérations arbitraires et tortures.
- Harcèlement de l'aide humanitaire et de ses travailleurs.
Autant de crimes qualifiés par les organisations humanitaires et par l'ONU de

crimes de guerre, de crimes contre l'humanité.


Nous ne pourrons plus dire nous ne savions pas

Nous refusons de rester passifs face à la poursuite du nettoyage ethnique et l'impunité des criminels.

Il est grand  temps d'engager une campagne de solidarité avec les populations du Darfour.
Le Collectif "URGENCE DARFOUR" crée le 8 février 2005 exige :

. L'arrêt immédiat des exactions, crimes et massacres racistes, crimes de guerre et crimes contre l'humanité à l'encontre des populations civiles noires du Darfour, perpétrés par le Gouvernement soudanais et les milices Djanjawids.

. Le retour des réfugiés et déplacés sur leurs terres avec l'assurance de leur sécurité, et la mise en place de toutes les dispositions nécessaires à l’acheminement de l’aide alimentaire et à la reconstruction de leur agriculture dévastée.

.L’arrestation et le jugement des responsables des crimes de guerre, crimes contre l'humanité et actes avec intention génocidaire commis au Darfour.

Contact :
Urgence Darfour
c/o SOS Racisme

51, avenue de Flandre

75019 Paris.
01 40 35 36 55.

urgencedarfour@yahoo.fr



 


      



Aujourd'hui il faut répondre à l'urgence !


 

Après des mois d'atermoiements, le Conseil de Sécurité de l'ONU a décidé par une Résolution de déférer au Procureur de la Cour Pénale Internationale la situation au Darfour.

 

Le Gouvernement de Khartoum va tout faire pour échapper à la justice.

 

Il est capital de mettre un terme à l'impunité des criminels et d’accorder Justice et réparation aux victimes.  Mais cela ne suffit pas.
Il y a 10 000 morts de plus chaque  mois !
Les humanitaires et journalistes qui reviennent du Darfour décrivent l’ENFER sur terre …

Il faut que cela cesse ! Nous devons faire entendre notre indignation pour obtenir une prise de conscience de l’opinion internationale et les moyens de mettre fin au désastre.


Les exactions au Darfour
- 50 000 habitants du Darfour ont été tués à l'arme blanche, par armes à feu ou brûlés vifs.
- 200 000 sont morts de maladie et de malnutrition.
- Il y a 2,6 millions de déplacés et réfugiés, chassés de leurs villages détruits, parqués dans des camps qu'ils ne peuvent quitter sans être attaqués. 

 

- Le viol des femmes est pratiqué de façon systématique.
- Torture, expulsions…

Bref Historique d’une catastrophe humanitaire passée sous silence

 

Le Soudan, Etat d’Afrique, a acquis son indépendance en 1956, mais depuis cette date, le pays n’a connu qu’une dizaine d’années de paix relative. Car un conflit, démarré en 1983 quand l'Armée Populaire de libération du Soudan (SPLA), issue du Sud, s'est rebellée contre le gouvernement de Khartoum, au nord, a fait au moins 1,5 million de morts et quatre millions de déplacés. Cette guerre a vu sa résolution fin janvier 2005 par la signature d’un accord de paix entre les deux partis. Mais cet accord n’a pas pour autant ramené la paix dans l'ensemble du Soudan. Car un autre conflit a éclaté dans le Darfour, opposant à nouveau le gouvernement de Khartoum à deux mouvements rebelles du Darfour. Une politique de « terre brûlée », orchestrée par le gouvernement soudanais, aidé par des milices pro-gouvernementales, a vidé la région de ses habitants. Les villages ont été bombardés, brûlés, pillés…




 


Le Darfour est une province du Soudan, grande comme la France :
Depuis plus de  2 ans les tribus africaines du Darfour subissent massacres et exactions perpétrés par les milices Janjawid, souvent aux cris de  "Tuez les esclaves, tuez les Noirs".                
 Qui est responsable ?

 

C'est le Gouvernement soudanais qui a organisé et armé les Milices nomades Janjawids.

Ce sont les forces gouvernementales de Khartoum qui ont pratiqué  les bombardements aériens des villages associés aux raids terrestres des Janjawid.  

 

Le rapport de la Commission Internationale d'Enquête de l'ONU sur le Darfour (1° février 2005) a établi que les violations commises par le gouvernement soudanais et les Janjawids relèvent de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Sans conclure au génocide, la Commission a relevé la cristallisation identitaire ayant conduit à la distinction entre "tribus africaines" et "tribus arabes" et n'a pas exclu d'intention génocidaire.  

 





Le Conseil de sécurité de l'Onu a voté en mars 2005 une résolution approuvant l'application de sanctions ciblées contre les individus commettant des atrocités, menaçant le processus de paix ou la stabilité dans la région du Darfour (ouest du Soudan). Elle étend ainsi un embargo sur les ventes d'armes au gouvernement soudanais et interdit spécifiquement à Khartoum les vols militaires offensifs dans la région.

La résolution prévoit de déférer les auteurs d'exactions au Darfour devant la Cour pénale internationale (CPI).



Nous invitons l'ensemble des représentants de la société civile, les organisations humanitaires, politiques, syndicales, antiracistes et de défense des droits de l'homme, les organisations de femmes, les personnalités de tous horizons et tous nos concitoyens à rejoindre le collectif Urgence Darfour.


Afrique intégration - AIME - Aircrige - Agir Ici - Algérie Ensemble - Association amis de Kakande -Association Communauté Rwandaise de France - Association des jeunes espoirs de Pierrefite - L'Association Nationale Judaïsme et Liberté - L’Association amitié judéo-noire - L’AJGE, Association des Juifs des Grandes Ecoles - L'Association du Manifeste des libertés - A.L.E.I.F, Association pour la laïcité et l'entraide internationale des femmes - L’AMUHF, Association des Médecins Urgentistes Hospitaliers de France - APECS, association promotion des échanges culturels - L'APEI, l'Amicale Paris 19ème pour les Echanges Interculturels – Banlieues Du Monde - B'nai B'rith France - Braves Garçons d’Afrique - Cactus Républicain- La Gauche - Cap 21 – CAPDIV, Cercle d’action pour la promotion de la diversité Citoyens Laïques Républicains - C.L.E.F. Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes - Club Afrique - Le Collectif Des Femmes Algériennes - CPCR, Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda - Collectif Respect - Collectif de vigilance pour la restauration du peuple Noir - Comité Soudan - Demain la Guinée – Eurosud - Fédération nationale des associations franco-africaines - FIDL, Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne - Hachomer Hatzaïr - HEVEL - Laïc.info - Le Réseau International des Femmes pour le Tibet - LICRA - Ligue internationale de femmes pour la paix et la liberté, section française - Lutte Contre l'obscurantisme - MedBridge - Mouvement des Maghrébins Laïques de France - Mouvement de la Paix - D'Ailleurs ou d'Ici Mais Ensemble - Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme - L'Observatoire des Ecoles - PANAMAFRICA - Parismétis - Parti Radical de Gauche - Parti Socialiste - SANGOMAR France, Sassoun - SOS Racisme - Sudan Emancipation & Preservation Network - Terre -Sud 21 - L’UEJF, Union des étudiants juifs deFrance - Union des Jeunes Républicains (UJR) - Union des républicains radicaux (U2R) - Union internationale des journalistes africains – UMP - Vigilance Soudan - La Voix des Ensembles - WIZO-France - LICRA St Mandé, Vincennes, Fontenay sous Bois, Nogent sur Marne - Loge B'nai B'rith Erets Itzhak Rabin de Créteil-Maisons-Alfort - Ni Putes Ni Soumises Nord Essonne…





Un gouvernement soudanais illégitime
En 1989, le gouvernement et le parlement démocratiquement élus s’apprêtent à faire la paix avec le Sud-Soudan et, pour ce, à supprimer la charia, loi islamique, qui fait des non musulmans que sont les habitants de cette région, des citoyens de seconde classe.
Pour sauver la charia, le mouvement des Frères Musulmans, qui avait été largement battu aux élections avec moins de 10% des voix, perpètre alors un coup d’Etat, attend, pour s’annoncer comme Frères Musulmans, d’avoir les rouages de l’Etat bien en main, met en place un régime totalitaire avec des services de sécurité qui enlèvent, torturent, voire tuent tout opposant supposé dans tout le pays, poursuit 16 années supplémentaires de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité au Sud-Soudan, et accumule une richesse colossale.



Premières personnalités signataires de l'Appel du Collectif Urgence Darfour :
Eliette Abécassis, écrivain - Dr Patrick Aeberhard, ancien président de Médecins du Monde - Serge Albaz - Tewfik Allal, sociologue - Eric Amar, avocat - Nathalie André, productrice- Anna Andreotti, comédienne - Gérard Aschiéri - Marc Arazi - Pierre Arditi, acteur - Lucien - Samir Arezki, sociologue, romancier - Yonathan Arfi, président de l’UEJF - Assia, chanteuse - Dove Attia, producteur - Yvan Attal, acteur -Antoine Attias, avocat - Yves Azéroual, journaliste, documentariste - Jérôme Baloge, président de Jeune Francophonie - Céline Balitran, actrice - François Bayrou, député - Jean Beckouche, médecin - Jean Benguigui, comédien - Yamina Benguigui, réalisatrice - Jean-Luc Benhamias, député européen - Frank Benhamou, président de l’AGJE - Jean-Paul Benoit, député européen honoraire - Pierre Bergé, président de la Fondation PB-YSL - Calixthe Beyala, écrivain - Serge Bilé, écrivain - Simon Blumental - Christian Boiron - Romane Bohringer, comédienne - Michel Boujenah, humoriste - Malek Boutih, secrétaire national du PS - Robert Bret, Sénateur des Bouches-du-Rhône - Patrick Bruel, chanteur - Yves Burdelot, prêtre catholique - Michel Cantal-Dupart, urbaniste - Cartouche, humoriste - Agnès Casero, avocate - Roland Castro, architecte - Sophie Chauveau - Louis Chedid, chanteur - Mahor Chiche, conseiller du 19ème arrdt de Paris - Daniel Cirera, PCF - Huguette Chomski Magnis, Présidente de Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme - Elie Chouraqui, artiste - Albert Cohen, producteur - Nathalie Cohen-Beizermann, présidente de WIZO-France - Marie-Françoise Colombani, journaliste - Coralie Caron, secrétaire générale de la FIDL - Jean Corcos, journaliste - François Dagnaud, adjoint au Maire de Paris - Carole Da Silva - Sophie Daull - Emma de Caunes, comédienne - Catherine Deudon, photographe - Luc Delacote, attaché du groupe verts, conseil régional de Picardie - Hélène Delmotte, membre BN du PRG – Catherine Delmas, - Jacques Delors, ancien ministre - Harlem Desir, député européen – Marie De Solemme, philosophe - Annie Dequeker - Chanel Diagne, président du comité Soudan - Dominique Dolmieu - Monique Dorizon, secrétaire générale du Réseau International des Femmes pour le Tibet - Mario Dragunsky, directeur Compagnie 4Cats - Julien Dray, député - Bérénice Dubois, secrétaire générale, C.L.E.F - Emmanuel Dupuy, Président de l’Union des républicains radicaux (U2R) - Yves El-Baze, producteur – Edwige Elkaim, présidente du Bnai Brith France - Dr Alina Margolis-Edelman, médecin - Roger Fajnzylberg, - Maryse Feldman - Eric Ferrand, Adjoint au Maire de Paris, conseillé régional d’Ile-de-France – Lino Ferreira, secrétaire départemental des verts 93 - Aurélie Filipetti - Bernard Fournier, sénateur de la Loire - Mickaël Furnon, chanteur du groupe Mickey3D - Yves-Jean Gallas, vice-président du Mouvement de la Paix - Joëlle Garriaud-Maylam, sénateur des Français établis hors de France - Patrick Gaubert, président de la LICRA - Dafroza Gauthier, présidente de l’Association Communauté Rwandaise de France, journaliste – Céline Geraud, journaliste sportif- Cat Glasman, artiste - André Glucksman, philosophe - Claude Goasguen, député, ancien Ministre -Jean-Marie Godillot, président de l'Assemblée Fraternelle des Chrétiens Unitariens - Jean-Jacques Goldman, chanteur - Tony Gomez, patron de L’Etoile – Jean-Luc Gonneau, conseiller du 17e arrondissement de Paris - Ziad Goudjil, président de l’association « Histoire de Mémoire » - Alexis Govciyan - professeur François Haab - Marek Halter, écrivain - Morad El Hattab, écrivain, philosophe - Adeline Hazan, secrétaire nationale du PS- Daniel Hechter, créateur Pierre Henry, Directeur Général de France Terre d’Asile - François Hollande, député, premier secrétaire du Parti Socialiste - Idir, chanteur - Michel Jas, pasteur - Kébir Jbil, Mouvement des Maghrébins Laïques de France - Thierry Jeantet, Vice-Président du PRG - Yann Jurovics, ancien juriste à la Chambre d'appel des TPIY et TPIR – Roger Kanga, entrepreneur - Christian Karembeu, footballeur –Gaston Kelman, écrivain - Michèle Kerhoas, comédienne - Patrick Kessel, président d'honneur du comité laïcité République - Corinne Khalfon, Productrice - Anne-Marie Kibongui - Paul Kieusseian, victimologue, Président de Sassoun - Adama Daouda Kouadio, responsable de la Sonacotra - Samia Labidi, présidente d’ici Mais Ensemble - Francis Lalanne, chanteur - Simone Landry, secrétaire de la section française de la Ligue internationale de femmes pour la paix et la liberté - Jack Lang, député, ancien ministre - Michel Lavigne, vice président de SAGOMAR France - Safia Lebdi, vice Présidente de Ni Putes Ni Soumises - Brigitte Le Brethon, Maire de Caen, Députée du Calvados - Corinne Lepage, ancien ministre - Alain Lenglet, comédien, sociétaire de La Comédie-Française - Anne-Judith Levy, avocate - Professeur Daniel Lindenberg, universitaire - Hélène Lunetta, maire adjoint d’Aubagne - Alain Madelin, député, ancien ministre- Bertrand Madignier, avocat - Magloire, animateur - Jacky Mamou, ancien président de Médecins du Monde - Claude-Gérard Marcus, président de l'Association Judaïsme et Liberté - Daisy Massé, présidente de l'Observatoire des Ecoles - Souad Massi, chanteuse - Anne Massoteau, comédienne - Doudou Masta - MC Solaar, chanteur - Loubna Méliane, animatrice - Tristan Mendès France, secrétaire général de l'Institut PMF - Najet Mizouni, universitaire - Emmanuelle Monet, musicienne, chanteuse du groupe Dolly - Général Philippe Morillon - Benjamin Morgaine, humoriste - Ariane Mnouchkine, metteur en scène - Nagui, animateur - Charles Najman – Joël Occonga, chanteur - Omar, humoriste - Yannick Noah, chanteur - Loïc Ohanian, podologue, HEVEL - Kamel Ouali, chorégraphe et metteur en scène - Mélanie Page, actrice - Gilles Paquet-Brenere, réalisateur - Dr Patrick Pelloux, président de l’AMUF - François Perrot - Sylvie Pessemier - Jean Max Peteau, réalisateur – Stéphane Pocrain, animateur- Yves Pozzo Di Borgo, sénateur - Vincent Ravalec, écrivain - Thierry Rey, journaliste sportif - Sophie Ribot-Astier, présidente de Ni putes Ni Soumises Nord- Essonne - Jean-Yves Ringeissen - Michel Rocard, Député européen – Georges - Elia Sarfati, professeur des Universités - Ousmane Sidibé, responsable des BGA - Michèle Simonnet, comédienne - Yoni Smadja, porte-parole de l’Hachomer Hatzaïr - Dominique Sopo, président de SOS Racisme - Ibrahim K Sorel, président de Banlieues du Monde - Professeur Alexandre Serres, universitaire - Yves Simon, chanteur - Amanda Sthers, auteur - Alain Suied, écrivain - Fodé Sylla, président de la fédération Internationale de SOS Racisme - Pierre André Taguieff, écrivain - Catherine Tasca, ancien Ministre, sénatrice des Yvelines - Christiane Taubira, Députée- Niels Tavernier, réalisateur - Yvon Thiant, président de la FADOM- Françoise Thiebault, adjointe au maire du 19ème arrdt - Gérald Toto, chanteur - Maurice Tzinmann, adjoint au maire de Vitry sur Seine - Michèle Vivier, membre du Conseil Général Saint Brieuc - Jean-François Voguet, sénateur, maire de Fontenay sous Bois - Dominique Voynet, sénatrice - Les Wriggles, chanteurs - Richard Yung, sénateur - Dalila Zekal - François Zimeray, ancien député européen.
Premières personnalités signataires internationales de l'Appel du Collectif Urgence Darfour :
Manu Di Bango, chanteur - Emma Bonino, députée européenne - Dr Marek Edelman, ancien militaire du ghetto de Varsovie - Jah Fakoly, chanteur - Didar Fawzy - Anthony Kavanagh, Humoriste - Edith Pelzer - Youssou N’DOUR, chanteur- Mathias Niyonzima, avocat à Bruxelles - Rossano, historienne, Genève - Sanvi Panou, Cinéaste - Josef Scarantino, responsable de Sudan Emancipation & Preservation Network - René Thissen, député belge - Tiken Seita Touré, ex-Touré Kounda - Martina Zimmermann, journaliste, Radios Allemandes, ARD –

similaire:

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconCe bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines icon1. Matériel et méthodes 5
«La situation du chêne-liège est préoccupante sur tout le pourtour méditerranéen et plus particulièrement dans les Maures et l’Esterel...

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconCaracteristiques et mise en oeuvre

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconCaracteristiques et mise en oeuvre

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconMise en oeuvre à partir d'extraits musicaux proposés au crpe

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconMise en oeuvre d’un plancher collaborant bois béton de type lignadal®

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconSommaire 1 generalites 2 objet de la consultation 1 Environnement de l’établissement
«Chaudronnerie» et de la mise en place du Baccalauréat Professionnel «T. C. I.», le lycée Jean mace va procéder à l’acquisition d’une...

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconMise en oeuvre du logiciel
«tel quel». L'auteur n’offre aucune garantie d'aucune sorte, explicite ou implicite, quant à toute question, y compris, mais sans...

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconG tbalCulm. IL en résulte que la part de ce capital de vitesse qui...

Ce bilan effroyable résulte de la mise en oeuvre de méthodes particulièrement inhumaines iconCours d'Analyse Principes et Méthodes








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com