Eléments techniques Définition








télécharger 103.7 Kb.
titreEléments techniques Définition
page1/4
date de publication12.07.2017
taille103.7 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4



Microsoft – Technopoche




SOMMAIRE

Introduction 3

Eléments techniques 3

Définition 3

Rappels sur la réplication 3

Qu'est-ce que la réplication? 3

Implémentation de la réplication 4

Dans quels cas utiliser la réplication? 4

Architecture technologique 5

Le modèle objet JRO 5

L'objet JetEngine 6

L'objet Replica 6

L'objet Filter 6

Exemples de Code 7

Mise en œuvre du modèle objet 7

Exemples de code 7

Informations complémentaires 12

Historique des versions 12

Comment déterminer quelle version de MDAC est installée? 12

Articles MSDN relatifs à JRO 12

Ou trouver des informations complémentaires? 13



PREFACE

Ce document a été écrit par Martine THIPHAINE, ingénieur Support Développement à Microsoft France. Il est destiné aux développeurs désirant aborder la technologie JRO.
PRE-REQUIS

Pour tirer pleinement parti de ce document, Il est nécessaire de connaître les bases de la technologie ADO (ActiveX Data Objects). Pour cela, on pourra par exemple consulter le technopoche se référant à ADO.

Introduction


Le but de ce document est d'expliquer les concepts et la mise en oeuvre du modèle objet JRO fourni à partir de la version 2.1 de MDAC. La difficulté principale ne réside pas dans l'utilisation du modèle objet qui est relativement simple, mais plus dans la compréhension générale des mécanismes de réplication. C'est pourquoi une partie de ce document sera consacrée à l'explication de ces mécanismes.

Eléments techniques

Définition


JRO ou "Jet and Replication Objects" est un modèle objet qui permet de manipuler relativement simplement les fonctionnalités de réplication d'une base Microsoft Access de façon programmatique. JRO s'appuie sur le fournisseur OLEDB pour le moteur Jet. Utilisé conjointement avec la technologie ADO, il offre des fonctionnalités de réplication précédemment disponibles avec la technologie DAO.

Ce document concerne la version du modèle JRO livré avec MDAC 2.1

Le modèle JRO permet de:

  • compacter une base de données Jet,

  • positionner un mot de passe et d'encrypter une base,

  • contrôler le cache mémoire du moteur Jet,

  • créer des réplicas,

  • synchroniser des jeux de réplicas.

Rappels sur la réplication


Pour bien comprendre le modèle objet JRO et les possibilités offertes par ce modèle, il est nécessaire de savoir comment fonctionne le processus de réplication d'une base Microsoft Access. Ce paragraphe explique ce fonctionnement et définit un certain nombre de termes propres à cette fonctionnalité.

Qu'est-ce que la réplication?


La réplication de bases de données est une technique qui crée un ensemble de copies de la base de données et de ses données et qui les maintient synchronisées. Ces différentes copies peuvent être utilisées par différents utilisateurs, peuvent être situées sur des ordinateurs distincts; il n'est pas nécessaire que ces copies soient toujours connectées entre elles. Dans le processus de réplication, la base originale est copiée dans un réplica maître (terme US:Design Master), et les autres copies sont nommées réplicas. L'ensemble du réplica maître et des réplicas est appelé jeu de réplicas (terme US:replicas set). Le terme français également rencontré pour réplica est duplicata.

Un jeu de réplicas ne peut contenir qu'un seul réplica maître mais autant de réplicas que l'on souhaite. Le réplica maître est particulier dans le sens où les modifications de la structure de la base ne sont possibles que dans ce réplica. Quand une base de données est rendue réplicable (ou duplicable), un ensemble de propriétés sont positionnées afin d'identifier le réplica maître.

Chaque réplica contient un ensemble commun d'objets réplicables (ou duplicables), et peut également contenir des objets dits locaux, propres à chacun des réplicas, et qui ne seront pas concernés par le processus de réplication. Tous les objets d'une base Microsoft Access (requêtes, formulaires, états, macros, modules) peuvent être déclarés comme réplicables ou locaux. Cette déclaration doit être faite avant que la base ne soit répliquée. Les réplicas d'un même jeu de réplicas peuvent échanger les mises à jour des données mais aussi de la structure des objets réplicables. C'est cet échange que l'on nomme la synchronisation.

Implémentation de la réplication


Tous les réplicas, y compris le réplica maître peuvent mettre à jour des données. Ce type de système est complètement distribué, dans la mesure où les données ne sont pas centralisées dans un réplica donné.

La synchronisation permet de mettre à jour les données et les modifications de structure de chacun des réplicas. La mise à jour d'un jeu complet de réplicas consiste en la synchronisation entre les différentes paires de réplicas. Le système de pistage des modifications (terme US : tracking) du moteur Jet traque et enregistre tous les changements de tous les réplicas, pour se préparer à la mise à jour des données pendant le processus de synchronisation. Seuls les enregistrements marqués comme étant modifiés sont mis à jour lors de la synchronisation des réplicas. Des conflits peuvent être générés si deux réplicas ont modifié les mêmes données. La synchronisation est incrémentale entre deux réplicas, ce qui signifie que les seules mises à jour effectuées sont celles concernant les modifications ayant eu lieu depuis la dernière synchronisation. Cette méthode a donc des avantages importants par rapport à d'autres méthodes de distribution qui proposent la mise à jour totale de la base.

Lorsqu'une base de données est déclarée réplicable, sa structure est modifiée avant la création des réplicas de la façon suivante :

  • Ajout de nouveaux champs à chacune des tables existantes : Par exemple, un champ dans chaque enregistrement d'une table repliquée contient un identifiant unique (GUID ou global Unique Identifier) qui permet d'identifier l'enregistrement de façon unique. D'autre part, le champ s_Lineage enregistre les réplicas ayant modifié cet enregistrement, le champ version est incrémenté lorsque l'enregistrement est modifié.

  • Ajout de nouvelles tables à la base : La plupart de ces tables sont des tables système, cachées aux utilisateurs, et qui ne peuvent pas être manipulées par des programmeurs. Ces tables contiennent des informations concernant les jeux de réplicas (MsysRepInfo, MsysReplicas), les erreurs générées (MsysErrors, MsysSchemaProb), les conflits générés (MsysSidetables), les modifications de structure (MsysSchChange), la planification de la réplication (MSysSchedule)…

  • Ajout de nouvelles propriétés à la base: Replicable (qui contient alors la valeur "T" et ne peut être modifiée), ReplicableID qui identifie le réplica de manière unique, DesignMasterID qui identifie le réplica maître dans un jeu de réplicas.

  • Modification du fonctionnement des champs NuméroAuto (terme US:AutoNumber) : Sur une base de données rendue réplicable, les valeurs des champs de type NuméroAuto sont générés de manière aléatoire, et non plus de manière séquentielle. Si l'application s'appuie sur le fait que les valeurs sont incrémentales et séquentielles, il est nécessaire alors d'ajouter un champ Date/heure pour pouvoir fournir des informations de classement séquentiel.

  • Augmentation de la taille physique du fichier base de données suite aux modifications précédentes: Ceci est à prendre en compte dans la mesure où une base Microsoft Access a une taille limite (1 Giga pour Microsoft Access 97, 2 Gigas pour Microsoft Access 2000).



Dans quels cas utiliser la réplication?


Le but de ce document orienté développement n'est pas de répondre à cette question. Pour cela, on pourra consulter les articles suivants:



  1   2   3   4

similaire:

Eléments techniques Définition iconEléments techniques Définition

Eléments techniques Définition iconElements methodologiques et techniques pour l’elaboration d’un manuel...

Eléments techniques Définition iconJe voudrais présenter ici les éléments de ma conception de ce qu’esthétique...

Eléments techniques Définition iconChapitre La définition du domaine public Section Définition légale

Eléments techniques Définition iconExposés hda mme Gharbi
«Arts, techniques, expressions» : évolution de l’architecture, prouesses techniques

Eléments techniques Définition iconLa mission d'une maîtrise d'œuvre est de
«mission de base» fait l'objet d'un contrat unique et comporte au minimum les éléments de mission esq, aps, apd, pro, act, det, visa,...

Eléments techniques Définition iconRéunion n°3 Gestion de Projet charte du projet tic 9 juillet 2008...
«Phase de définition ou pré-étude» du projet et permet, après validation par le Comité de Pilotage, de lancer le projet

Eléments techniques Définition iconRapport de recherche P0 Encadré par
«Techniques d’apprentissage et d’aide à la décision», on va réaliser un projet qui consiste à développer des applications pour la...

Eléments techniques Définition icon1. Définition d’un plancher

Eléments techniques Définition iconI/ Introduction 1 Définition








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com