Recherches philosophiques








télécharger 1.91 Mb.
titreRecherches philosophiques
page63/63
date de publication13.07.2017
taille1.91 Mb.
typeRecherche
ar.21-bal.com > droit > Recherche
1   ...   55   56   57   58   59   60   61   62   63
Description de la Chine, Tome II, page 62.

Telles sont les meilleures auberges de la Chine : car les autres qu'on voit dans le centre des provinces, sont si misérables qu'on ne peut les comparer à rien.

1 Le père Pons dit, dans le XXVIe recueil des Lettres édifiantes, qu'il y a aux Indes des solitaires ou des moines, qu'on nomme mouni, & il paraît qu'on a confondu ce mot avec celui de Mani, dont on se sert quelquefois en Asie pour désigner les manichéens.


2 S'il y a de l'exagération dans le nombre des monastères, qui doivent avoir existé alors à la Chine, cette exagération ne vient point des traducteurs ; puisque le texte chinois dit quatre ouan de fou, ce qui fait quarante mille couvents du second ordre.

1 Plusieurs savants de l'Europe ont soutenu que les Chinois ne sauraient se servir d'un caractère alphabétique quel qu'il soit, pour écrire une langue chantante comme la leur ; mais si cela est vrai, c'est une raison de plus, qui devrait leur faire adopter la langue qu'on peut écrire avec des lettres. La prononciation de l'r n'est pas un obstacle invincible, & si les Chinois voulaient s'y exercer ils pourraient prononcer l'r. Au reste, l'opération que l'empereur Kien-long a fait faire de nos jours sur les caractères tartares est non seulement inutile, mais même pernicieuse.

2 Cap. XV, page 171 de Medic. Herm.

1 Quelques historiens prétendent que Lao-Kium vivait encore lors de l'extinction de la dynastie des Tcheou en 249 avant notre ère.

2 Le père Gaubil dit, dans le troisième volume des Observations astronomiques, que le premier chapitre du Chou-King a été écrit sous le règne même d'Yao vers l'an 2256 avant notre ère, ou dans un temps qui en était fort peu éloigné, si l'on en excepte le premier paragraphe, qu'il avoue être faux & supposé dans des siècles très postérieurs. Mais il est réellement absurde de vouloir que ceux, qui ont supposé ce paragraphe, n'aient pu supposer aussi le chapitre, & cela paraît être arrivé après notre ère vulgaire, lorsqu'on restitua comme l'on put, les fragments du Chou-King.

1 Reise nach Ostindien und China, S. 325.

2 Tome I, lettre VI.

1 Voici comme le père Martini entr'autres s'explique là-dessus :

De summo ac primo rerum auctore mirum apud omnes Sinas silentium ; quippe in tam copiosa lingua ne nomen quidem Deus habet. Hist. Sin., lib. I.

1 Traité sur quelques points de la religion des Chinois, section XVI.

1 Gobien, Histoire de la Chine, page 42.

2 On ne connaît pas bien la religion des Marrha & des Si-lipan ; mais c'est peut-être à tort qu'on les prend pour des chrétiens.


1 Id etiam memini legere me in libro Aristonis jureconsulti haud quaquam indocti viri, apud veteres Ægyptios, quod genus hominum constat & in artibus reperiendis solertes extitisse, & in cognitione rerum indaganda sagaces, furta omnia fuisse licita & impunita. Noct. Att., lib. XI, cap. 18.

1 Si l'esprit de la loi égyptienne eût été tel que Diodore se l'est imaginé, on aurait dû faire encore, comme je l'ai dit, des règlements particuliers par rapport à ceux qui volaient sans s'être fait inscrire, & par rapport à ceux qui, quoiqu'inscrits, ne restituaient point exactement ce qu'ils avaient pris.

2 De legibus, dial. XI.

1 On a de Nicolaï un traité intitulé de Ægyptiorum synedris & legibus insignioribus ; mais il y règne beaucoup de confusion. Et cet homme n'a bien approfondi l'esprit d'aucune loi : aussi son ouvrage est-il encore moins connu que celui de Casal, qui rapporte au moins quelques monuments singuliers.

1 État présent de la Chine, tome II, page 86. Le père Le Comte dit qu'on trouve dans tous les tribunaux des hommes qui se louent pour recevoir le châtiment à la place du coupable. Le juge doit être avant tout corrompu.

1 Il se peut que c'est là l'origine de cette grande diversité de tourments qu'on employait dans l'enfer des Grecs & dans celui des Romains.

1 Le crime du scopélisme confiste à mettre quelques pierres au milieu d'un champ, pour annoncer que le premier qui entreprendra de le labourer, sera poignardé. Il est dit dans le digeste que ce crime est particulier aux Arabes, & il résulte de leur mauvais droit civil sur le meurtre & les vengeurs du sang.

2 Ces nacelles étaient la plus petite espèce des phasèles, nommés en Égyptien barri : elles allaient à la voile & à la rame.

Parvula fictilibus solitum dare vela phaselis,

Et brevibus pictæ remis incumbere testæ.

Juvénal.

1 De spec. leg. 6, 7.

Selden a cru que le mariage entre le frère & la sœur avait commencé seulement en Égypte au temps des Persans ; mais c'est une erreur. L'inceste de Cambyse ne concernait pas les lois des Égyptiens. Et Sénèque fait assez entendre que c'est dans Alexandrie seule qu'on épousait sa sœur.

1 Héliodore paraît insinuer que cette loi subsistait aussi chez les Éthiopiens, & qu'elle concernait même les enfants qu'on trouvait exposés.

2 On voit que, suivant les lois de l'Égypte, c'était un grand avantage de savoir lire & écrire : aussi les artisans même faisaient-ils instruire leurs enfants.

Les lois judaïques supposent également un usage très fréquent de l'écriture, tant par rapport aux généalogies des tribus, que par rapport aux contrats, libelles de répudiation, &c. Mais les juifs négligèrent beaucoup l'éducation, & je crois que dans les petites villes de la Judée les schoterim étaient les seuls qui sussent lire & écrire.

3 Diodore ne parle que de huit volumes, auxquels les juges avaient recours dans les procès, mais il s'agit manifestement ici des dix volumes que les prophètes devaient étudier.

1 Ce supplice consistait à percer le corps du coupable avec des roseaux, & à le brûler dans des épines ; ce qui n'a aucun rapport avec le supplice des Chinois, qui découpent un homme en dix mille morceaux, & qu'on ne croit pas avoir été en usage dans l'antiquité comme il l'est aujourd'hui.

1 Gerd. Noodt de partus expositione & nece apud Veteres, liber singularis.

1 Dans l'antiquité, dit Horus Apollon, les magistrats de l'Égypte jugeaient, & voyaient, ajoute-t-il, le roi nu : regem nudum spectabat. Il est difficile de savoir ce que cela signifie, & je doute que M. de Pauw, chanoine d'Utrecht, ait bien compris tout le contenu du 39e chapitre des Hiéroglyphiques, sur lesquels il a donné des notes. Quand le roi se rendait dans une assemblée de juges, il devait déposer son manteau ou l'habit de dessus, nommé calasiris, vraisemblablement pour témoigner qu'il ne jugeait pas lui-même.

2 Comme l'on montra à Hérodote des statues de tous les rois de l'Égypte, & celles de tous les pontifes en particulier, cela prouve que jamais avant Séthon aucun pontife ne fut roi. Peut-être Séthon ne voulut-il pas abdiquer le pontificat, lorsqu'il parvint au trône.

1 On ne trouve pas le nom du pharaon Anysis dans les dynasties de Manéthon, parce que ce n'est point un nom patronymique, mais emprunté. On croit communément que Bocchoris est le même homme qu'Anysis. Au reste, la cécité n'est point une maladie incurable en Égypte, & c'est à quoi le législateur peut avoir eu égard.

2 La langue, dont il est ici question, ne doit pas être confondue avec celle qu'on parlait à Carthage ; c'était proprement l'idiome libyque : comme les Égyptiens étaient originaires de l'Éthiopie, ils ne comprenaient ni l'arabe, ni le libyen, ni le phénicien, ni ce jargon que parlaient les juifs, & qui paraît avoir été un dialecte du phénicien.

1 C'est ainsi qu'on trouve ce nombre dans tous les exemplaires de Strabon ; quoique, suivant moi, il n'y ait eu que douze grands nomes & douze petits.

2 Scholiastes German. in Arat., p. 120.

Le Scholiaste d'Aristophane sur la comédie des oiseaux, dit que le sceptre des rois d'Égypte portait à son sommet la figure d'une cigogne, & de l'autre côté vers la poignée une figure d'hippopotame. Mais il y avait différentes espèces de sceptres, à en juger par tout ce que les anciens en disent : cependant celui qui représentait une charrue était le plus commun, & les rois le portaient ainsi que les prêtres de l'Égypte & de l'Éthiopie.

1 Bochart a dit bien des injures à de Hoorn au sujet des Éthiopiens ; mais cela n'était point nécessaire. Quoique les Grecs aient en quelque sorte fabriqué ce mot d'Athiops pour désigner un peuple noir, la racine peut être cachée dans celui de Kopt ou de Kypt.

1 On croit qu'il est parlé des tapis à figures, qui venaient de l'Égypte, dans un passage des paraboles, que la Vulgate a rendu de la manière suivante. Intexui funibus lectulum meum, stravi tapetibus pictis ex Ægypto. Parab., VII.

1 Euseb., Præpar. Evang., lib. X, cap. II.

2 Regem autem pessimum significantes, anguem pingunt in orbis figuram, cujus caudam ori admovent : nomen vero regis in media revolutione scribunt. Hiero., lib. I.

On voit quelquefois le caractère alphabétique mêlé dans les hiéroglyphes sur les monuments ; & ce qu'Horus dit ici en est une preuve.

1 Ce mot signifiait en phrygien du pain, qu'on appelait, comme je crois dans la langue d'Égypte bébo. Ainsi la différence entre bébo & beccos n'est point si grande que les Phrygiens le pensaient.

2 Description de l'Égypte, part. II, 199.

3 Lib. IV.

1 Le nombre des mesures de grains peut être exagéré.

1 Haud equidem immerito Cumanæ carmine vatis

Cautum, ne Nili Pelusia tangeret ora

Hesperius miles.

Ces vers de la Pharsale sont une paraphrase des quatre mots suivants, qu'on disait être extraits des livres sybillins, Miles Romanæ, Egyptum Cave.

2 De Nummis non cusis.

Sperling dit que de son temps la fabrique des faux sicles était dans le Holstein, & il est surprenant qu'on ne se soit pas avisé dans cette fabrique du Holstein de faire des médailles égyptiennes.

1 Recueil d'antiquités, T. II, page 18.

1 Lorsque Tite se couronna à la consécration du bœuf Apis, il n'était encore qu'un simple particulier.

2 Il en est parlé dans une épigramme de Martial, qui commence par ces mots : Quid torus a Nilo, &c. Ce commerce était fondé sur la prodigieuse quantité d'oies que les Égyptiens nourrissaient. Voyez la section sur leur régime diététique.

1 Le terme de calasiris désigne l'habit ordinaire qu'on portait en Égypte, & nous trouvons dans Pollux le mot d'hémi ybion pour indiquer une autre espèce particulière de tunique égyptienne. Le traducteur latin a cru que la racine de ce mot était grecque, mais c'est un terme grécifié & corrompu de même que celui d'hermotybiès.

1 Les auteurs font monter à plus de deux cent mille hommes le nombre des soldats égyptiens qui se retirèrent en Éthiopie. Mais quand on supposerait que ce nombre était une fois moindre, il s'ensuivrait toujours que toute la milice nationale abandonna alors son pays.

1 Stromat., p. 554.

1 Voy. Continuation du voyage de Lobo.

1 Plutarque in Placitis philosoph. lib. IV, cap. 1.

1 Ils prétendent qu'Avaris soit la même ville, que Ptolémée, Étienne & le catalogue des évêchés placent en Arabie sous le nom d'Avara, & qui est appelée Avatha dans la Notice de l'Empire de l'édition de Basle de 1552, où le texte est plus correct qu'en aucune autre. Mais ce sentiment ne peut être fondé que sur une ressemblance de nom. Il a été démontré par plus de vingt exemples, que le juif Joseph a commis des fautes énormes qui sont relatives à la géographie de l'Égypte : or je crois qu'il a confondu le canal Bubastique avec la bouche Tanitique, & que cette confusion a empêché de retrouver Avaris dans Séthron.

1 Description de la Chine, Tome II, page 157.

1 L'empereur accorde au tsong-tou & même au vice-roi l'autorité de punir, sur-le-champ, de mort les coupables. Description de l'empire de la Chine, tome I, page 6.

1 Art militaire des Chinois, p. 26.

1 Observations sur la religion & les lois des Turcs.

2 État présent de la Chine, tome I.

1 « Il n'y a en Perse que le roi seul, qui puisse donner sentence de mort, & lorsque le Divan-béqui trouve à la cour, ou que la justice trouve dans les provinces un homme digne de mort, on présente l'information au roi, qui décide de la vie de ce criminel. C'est là une coutume constante. » Description du gouvernement de Perse, chap. XVII.

1 Eckerberg Bericht von der Chinesischen Land Wïrthschaft.

1 Pages 216 & 217.

1 Voyez Recueil impérial contenant les édits & remontrances, &c. traduit du chinois par le père Hervieu.

1 Art militaire des Chinois, page 30.


2 Lib. cit., p. 348.

Je crois que les dragons des enseignes scythiques ont donné occasion d'appeler dragons ceux qui servent à pied & à cheval, & on dit qu'Alexandre emprunta ce nom des Persans.

1 Exp. apud Sinas, page 100.

1 Reise nach China siebenter brief.

2 Morh. Polihist., lib. I, cap. 2, tome II.

1 Description de la Chine, tome I, p.006.

1 Loco citat.

1   ...   55   56   57   58   59   60   61   62   63

similaire:

Recherches philosophiques iconRésumé L’adaptation stratégique de l’organisation a fait l’objet...

Recherches philosophiques iconRecherches socio conduites entre 1915-1940
«Ecole de Chicago» = ensemble de recherches socio conduites entre 1915-1940 par profs et étudiants univ. Chicago

Recherches philosophiques iconRecherches scientifiques

Recherches philosophiques iconRecherches d’autres vies

Recherches philosophiques iconVoici le résultat de nos recherches

Recherches philosophiques iconEssai de revue critique de recherches

Recherches philosophiques iconRecherches sur les cadrans solaires

Recherches philosophiques iconRecherches sur la Chronique de Jean Malalas. II

Recherches philosophiques iconRecherches clients + renseignements auprès des banques

Recherches philosophiques iconRecherches sur les réflexions acoustiques, ainsi que








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com