Recherches scientifiques








télécharger 233.12 Kb.
titreRecherches scientifiques
page6/6
date de publication24.10.2016
taille233.12 Kb.
typeRecherche
ar.21-bal.com > comptabilité > Recherche
1   2   3   4   5   6
Turner – La cinquième plaie d’Egypte


Artiste qui a suivi les cours de la royale académie. Il a été curieux sur le voyage qui l’emmène sur les iles britanniques , il se singularise par des démarches personnelles . On trouve chez lui , l’expression de deux modes d’expression : la permanence d’un mode expression classique et une rupture .
Le tableau de la plaie d’Egypte apparait comme inscrit comme l’approche des artistes britanniques de l’époque. C’est une relecture du texte biblique dans lequel on trouve de la fantaisie. Turner évoque la cinquième plaie d’Egypte , ancien testament et en même temps il ne montre pas la cinquième plaie ( averse de grêle qui noye la nature) mais la septième ( il évoque le feux ) . Il évoque un condensé , une réinvention de ces deux épisodes.
L’artiste a toujours eu beaucoup de référence pour des sources littéraires et en même temps l’invention pour lui a toujours été important. Le tableau évoque le thème biblique , par le paysage et non par une représentation anecdotique , les figures humaines sont rares ici.On trouve une pyramide au centre éclairé par une lumière blanche. La nature déchainée a le premier rôle ici et la façon dont le déchainement atmosphérique vient marquer le paysage avec des crevasses et les montagnes.
On trouve des contrastes de tons claires et obscur pour montrer le déchainement atmosphérique. Dans une gravure en noir et blanc , Turner ajoute un éclair qui vient frapper le sol à droite.

On trouve ici une nuée qui semble engloutir le paysage , la lumière joue sur la lumière artificiel et dans le ciel au second plan , avec des tonalités qui viennent renforcer l’aspect terrifiant.

Pour Turner on trouve un effet spectaculaire de la nature en général.


  • Cozens – Etude de paysage

Meilleur aquarelliste du 19ème , il travaille beaucoup en Italie , met en point de nouvelle technique de travail et la technique meme de l’aquarelle , il participe au grand mouvement de découverte de paysage . Il réaliste de nombreuses études.Avec simplement de l’encre. Le pinceau dessine rapidement avec une grande rapidité d’execution. IL restitue l’essentiel du paysage en peu de traits fins .

Ce travail nouveau sur le motif marquera la génération des artistes britanniques qui vont suivre .

  • Turner , Matin sur la montagne de Coniston Cumberland 1798


Observation très fine de la nature et souffle poétique romantique qui anime Turner. Il représente un site identifié , que Turner accompagne d’un poème dans le catalogue d’exposition de l’époque . Il cite un poème de Newton «  paradis perdu « .Esprit moins mystique de Turner mais il est a recherche de spiritualité . Cette œuvre est marquée par l’importance qu’il donne aux contrastes de couleurs et de masse coloré , c’est ce qui le rend originale : une touche assez épaisse qui ne définit pas la forme avec rigueur mais c’est une approche personnelle différente.


  • Turner – Didon construisant Carthage 1817

L’analyse de la lumière est fondamentale pour Turner dans un lien avec la couleur.

  • Le lorrain – Port de mer avec l’embarquement de la reine de Saba

Turner a copié le Lorrain , il considérait que ses propres œuvres répondaient à celles du Lorrain .

Turner est marqué par Le Lorrain pour les choix de thèmes , de composition et surtout par la manière dont l’artiste français joue avec le contrejour et la lumière qui se lève face au spectateur légèrement décentré.

On voit bien les architectures semblent etre dissoute par la force de la lumière dans le tableau sur Didon , de meme que le reflet de l’eau montre un constraste avec le premier plan.

Turner marque une relation symbolique au jour qui selève , il évoque l’emergence d’une civilisation .


  • Turner – le déclin de l’Empire carthaginois – 1817


On trouve toujours une référence au Lorrain . On voit bien que Turner observe beaucoup d’attention sur la lumière , dans une approche narrative aussi , elle peut jouer un rôle symbolique.


  • Turner – Caernarvon Castle ex 1799 – aquarelle


Le motif de l’eau sert de reflet d’une source de lumière , on trouve un jeu de contraste et de rapport entre lumière et ombre , soleil et eau cela créé la composition du relief.


  • Turner – Regulus

Analyse de la lumière sur la lumière qu’on retrouve ici , l’artiste travaille à la fois sur le motif avec un travail à l’aquarelle durant ses voyages , il est attentif à la phase d’observation .

De nombreuses légendes se créé autour de Turner , son atelier était soit disant fermé , il faisait attendre les gens dans une anti-chambre et ouvrait brusquement son atelier .

Dans son tableau sur Regulus , ce personnage a eu les yeux brulés par le soleil , ce supplice est appliqué à Regulus , rendu aveugle .

Un critique explique que Turner est l’inverse du Lorrain au lieu de la lumière douce de la lumière naturelle , on trouve une nature déchainée chez Turner.
Cette observation de la nature se trouve aussi de manière plus sombre :

  • Turner – Matin de gel

L’effet de la lumière du matin dans des demi-tons , et l’effet de gel qui semblent recouvrir d’une couche fine blanche sur le sol sont très étudiés par Turner.


  • Turner – Mortlake Terrace , résidence de William Moffatt , Un soir d’été


On perçoit les effets de la lumière , des reflets de l’eau , on trouve un point de vue insolite sur les rivages. Turner travaille beaucoup sur des motifs comme celui-ci .

On peut voir la Tamise avec le rivage de l’autre côté. La silhouette du chien aurait été un collage de Turner fait le jour du vernissage.

Turner joue sur des variations de lumière , dans un tableau si précis sur l’observation , n’a pas été bien perçue .

En 1857 , quand un critique français voit le tableau , Théophile Toré.


  • Turner – Staffa, la grotte de Fingal

Le paysage est réduit à une immense étendue de ciel , on trouve au centre la fumée d’un bateau à vapeur .


  • Turner – L’incendie du Parlement

Avec le jeux de redondance du feu dans l’eau qui apaprait comme un motif essentiel chez Turner qu’on retrouve dans une œuvre des plus célébres :


  • Turner , Pluie , vapeur vitesse , le Great western Railway – 1844

  • On a ici un jeux d’un paysage qui disparait au profil des effets atmosphériques ( brouillard et pluie , vapeur ).

Turner produit une observation très précise de la nature qu’il retraduit dans ses peintures qui deviennent des paysages presque imaginaire avec des éléments qui font disparaitre les motifs .


  • Constable – Sur la Stour


A travers ses écrits on voit à quel point il était attaché à un observation attentive de la nature pour représenter des paysages contrairement à Turner qui voyageait beaucoup .
La lumière est la clé d’interprétation du sentiment pour lui . Le paysage est véritablement un motif sur lequel il travaillera longuement , il notait beaucoup la date et l’heure à laquelle il faisait ses études . Il travaille sur le motif et dans un second temps il reprenait ses notes à l’atelier pour élaborer des compositions finies .

Pour le ciel donne l’harmonie à l’ensemble de la composition .


  • Constable – Helmongham dell , vallon dans le parc, ( suffolk)

Le peintre reste fidèle à la composition de chaque chose dans la nature .Tout cela est scrupuleusement représenté après l’ébauche.


  • Constable – Wivenhoe Park ,Essex

Paysage banale , on trouve une représentation fine des effets de la lumière dans l’eau . On trouve un grand intérêt pour les nuages , le travail de la couleur qui apparait sur les nuages qui captent la lumière d’une façon importante . Le ciel et le nuage apportent sur le sol des effets importants d’ombres ou de lumières que l’on retrouve sur cette peinture .
Au-delà d’un tableau classique , Constable apporte un regard nouveau qui va au-delà la simplicité , un regard nouveau sur la lumière. De plus Constable rend compte d’une organisation spatiale du partage des terres en Angleterre, il présente une nature maitrisée.


  • Constable – Le gué ou la Charrette de foin 1821

Un des tableaux les plus connus en France , il a exposé au Salon à Paris en 1824 ou il a fait sensation.

On retrouve un regard attentif sur le ciel , des ombres d’ombre et soleil sur le sol , et les effets de brillance sur la surface de l’eau.
Bonington Les Salinières près de Trouville. Il fréquente Eugène Delacroix et va voyager. Il apparaît comme important en tant qu'aquarelliste et peintre sur motif. Il peint des études réalisées dans la nature. C'est un artiste à la charnière entre le traditionnel et le modernisme. Il est très attentif aux effets de la lumière, en particulier par l'analyse du ciel. C'est une peinture très cursive. Bonington Sur les côtes de Picardie 1825. Il va chercher les grandes masses. Sur cette reproduction, on voit sa façon dont il varie sa touche et la qualité même de la pate picturale liquide à la base, qu'il travail pour un meilleur rendu des matières. Chaque masse a sa propre technique. Il expérimente beaucoup à travers ses paysages, et se montre très attentif à des effets de brouillard. Rouen 1825.

Au même moment, les artistes français sont en pleine mutation, et la période est encore marquée par le néoclassicisme, avec des démarches très théoriques et scientifiques. Les oeuvres sont toujours marquées par la hiérarchie des genres. On a de plus en plus de paysages historiques, de petites scénettes incluses dans de vastes paysages. L'île de Sora de Bidauld Le tableau représente un site réel, malgré qu'il soit très académique dans sa composition et sa réalisation. Il s'inscrit dans la tradition du paysage composé (paysage construit dans l'atelier), alors même que Gidauld réalise un site réel. Royaume de Naples, grand tableau. Paysage encadré par des motifs composés de massifs, de collines, d'éléments géologiques...

Ce tableau témoigne de l'évolution du paysage. Il semble évacuer toute référence à l'antique, et cela trahit l'étude sur le motif. Ce sont des tableaux ayant des critiques partagées (trop naturel ou non).

Bidauld Les chutes de Tivoli. Il s'agit d'une étude spécifique pour les effets. On retrouve les effets d'ombre sur la lumière du soleil. La position des roches, l'effet de l'eau qui coule... On a un effet de groupement sur quelques effets de la nature. Cette démarche va se développer au début du 19° siècle.

Valenciennes expose aussi. Narcisse se mirant dans l'eau. Homme accompagné de deux chiens. Petite figure dans un paysage gigantesque. Grande profondeur au centre de la composition qui vient distraire le regard, avec son effet de perspective. On va du premier plan du miroir d'eau, vers le visage de Narcisse clair, et enfin vers le centre. Artiste important pour ses écrits théoriques. 1800 éléments de perspectives pratiques pour un artistes... Ouvrage fondamental dans lequel il va donner un certain nombre de précepts que vont suivrent des artistes.

Il va beaucoup travailler sur la création d'un prix de Rome pour le paysage. Il y parvient en 1797 avec le prix de Rome du paysage historique. Michallon Démocrite et les Abdéritains, référence à l'antiquité, 5° siècle av Jc. Le philosophe Démocrite va méditer dans une ville Abdel. Premier prix de Rome des paysages historiques en 1817. Des tâches de couleurs vont atirer le regard du spectateur du visage de Démocrite vers la ville (tout au fond).

"Frascati" Michallon reprend le principe de reproduire un paysage en Italie avec une danse de paysan italien. Imaginaire mais en même temps appuie sur des sites qu'il a pu visiter.

Bertin Paysage avec une offrande au dieu Pan 1816. Il traduit cette importance du paysage historique en France, avec cette contruction complexe et solide. La profondeur se crée sur la gauche. Il y a la clairière cernée d'arbres.

Valenciennes conseil de travailler sur la nature, avec un travail régulier. Il conseil aussi de varier les paysages, et lieux. On va voir la première génération des paysagistes français au début du 19° s., qui vont partir observer les paysages.

Cogniet 1817 L'artiste dans sa chambre à la villa Médicis. Belle fenètre ouverte dans le fond de la chambre sur le paysage.

Cette tendance se confirme et on va voir des peintres en train de peindre sur les oeuvres. Cela amène les artistes à réaliser des études sur le motifs et ils s'intéressent de plus en plus sur la lumière. Valenciennes Vue du couvent d'Ara Coeli avec des pins. Traduit un jeu de l'intérêt sur la façon dont la lumière marque de manière originale l'architecture à gauche.

Granet La Trinité des Monts et la villa Médicis On voit comment la lumière est présente et organise l'effet de profondeur. On passe du très sombre au très lumineux. A cela s'ajoute une étude du ciel très sensible avec les nuages, que l'on va retrouver dans de nombreuses études d'artistes.

Granet papier carton Nuages et ciel au dessus du Monte Mario.

Pour le Radeau de la Méduse, Géricault se déplace jusqu'en Normandie pour voir la mer.

Valenciennes dit qu'il faut travailler les études très vite (max en 2h). Il va travailler sur le matin, le soir....

A partir de 1824, la paysage s'impose en France comme une peinture qui émerge. Mais les critiques sont vives. En 1863, (salon des refusés où Manet se fait remarquer en exposant avec Déjeuner sur l'herbe), c'est une année importante dans l'histoire de l'art et il y a la suppression du prix de Rome du paysage historique. C'est le conte de Neuwerkerke, surrintendant des beaux-Arts qui le supprime. (Il est rétablit en 1869.) Pour lui, le paysage serait politiquement incorrect, et cette orientation politique démocrate serait celle des gens qui ne se lavent jamais. La saleté physique serait la saleté morale. Malgré son succès, le paysage serait suspect et on va l'associer aux maladies morales.

Michallon La Mort de Roland en 778, Salon de 1818. Paysage de montagne austère, effets de dramatisation. Le paysage occupe la place la plus importante du tableau. Le paysage semble l'emporter sur l'anecdote.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Recherches scientifiques iconLes recherches scientifiques s’orientent depuis quelques années vers...
«monde du nano» : nanoparticules, nanocapsules, nanotubes Le champ d’investigation de ce nanomonde se réduit à une toute petite partie...

Recherches scientifiques iconRésumé L’adaptation stratégique de l’organisation a fait l’objet...

Recherches scientifiques iconPublications scientifiques du département 2

Recherches scientifiques iconRapports d’opérations scientifiques

Recherches scientifiques iconRecherches socio conduites entre 1915-1940
«Ecole de Chicago» = ensemble de recherches socio conduites entre 1915-1940 par profs et étudiants univ. Chicago

Recherches scientifiques iconPublications scientifiques 2004 du département 2

Recherches scientifiques iconPratiquer des démarches scientifiques

Recherches scientifiques iconInventaire des instruments scientifiques anciens dans les établissements publics

Recherches scientifiques iconP. L. U. De cerny | rapport de presentation | partie II
«monument naturel» ou les caractères «historiques, artistiques, scientifiques, légendaires ou

Recherches scientifiques iconRecherches philosophiques








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com