Notes et outils d'archéologie sous-marine








télécharger 22.42 Kb.
titreNotes et outils d'archéologie sous-marine
date de publication04.02.2018
taille22.42 Kb.
typeNote
ar.21-bal.com > comptabilité > Note
www.tabbourt.com/(Notes et outils d'archéologie sous-marine)

NOTES D'ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE EN ALGÉRIE




L'archéologie sous-marine est une forme très récente d'archéologie. Cependant, elle apparaît très tôt en Algérie. La découverte sous-marine la plus ancienne est celle d’une galère antique en bois d’acajou ( ?) qu’on trouva échouée dans la vase à l’entrée du port romain de Cherchel. On conservait naguère au Musée de cette ville une vingtaine d’amphores, dont la plupart appartenaient à cette épave 1. On trouva également dans le port une ancre de fer 2, et un lingot avec la marque Q. Valeri Hiberi 3. De véritables plongées ne commencèrent qu’entre les deux guerres. Les premières réalisations en la matière semblent revenir à Pierre Averseng, également dans le port de Tipasa4, mais nous ne connaissons pas la nature de ses découvertes. La discipline prit tout à coup son essor vers avec le développement de la plongée autonome, avec des équipements de plus en plus légers permit des découvertes près des grands ports. Un peu plus tard, en 1949 et 1950, Philippe Diolé effectua quelques promenades sous-marines, à Cherchel 5.
En 1954, Pierre Salama supervisa des recherches d’archéologie sous-marine entreprises à Rusguniae par plusieurs groupes d’études. Il signalait alors de nombreux débris d’amphores près du petit port de Lapérouse 6. Le détail des découvertes dans la région de Rusguniae devrait paraître prochainement 7.
En 1955, J. Lassus mentionne sans détail des fouilles sous-marines à Philippeville (Skikda) 8
En 1961, E. Marec, à l’occasion d’un historique du golfe d’Hippone, signale différents objets découverts à l’occasion de dragages, et mentionne également des découvertes faites lors d’explorations sous-marines par le Harpon-Club de Bône 9. Il cite différentes découvertes : des canons, des épaves isolées …. Peu de noms de plongeurs ont survécu, à l’exception de celui de Roger Rosso 10.
En 1968, deux plongeurs anglais explorèrent systématiquement un certain nombre de points de la côte algérienne, à la recherche des vestiges d’aménagements portuaires 11.
Puis on ne signala que quelques découvertes isolées, sans doute beaucoup moins que celles qui ont orné certains jardins…. Encore bien moins de publications, souvent d’ailleurs faites d’un point de vue de terrien, ainsi une synthèse des idées et recherches sur l'emplacement du port antique de Tipasa, donnée par M. Bouchenaki en 1970 et 1971 12 .
Plus récemment encore, on note à Hippone quelques remontées d’amphores, qui ne sont pas parvenues au Musée et n’ont pas donné lieu à une publication proprement dite. Elles comprenaient notamment une estampille ………………qu’il est sans doute trop tôt pour relier à l’armateur homonyme connu de saint Augustin.
Le bilan est donc à la fois assez mince et encourageant. Il faut donc saluer avec beaucoup d’espoir un vrai démarrage de l’archéologie sous-marine en Algérie : en 2004, trois jeunes plongeurs algériens ont participé à Malte à un premier stage d’archéologie sous-marine. Puissent-ils rapidement publier des découvertes nouvelles.

Documents à dépouiller



1954 Leglay (M.), Rapport sur l'activité archéologique en Algérie durant les quatre dernières années (1950-1953), BCTH, 1954, p. 137.
1931 Christofle (M.), Rapport sur les travaux de fouilles et consolidations effectués en 1930-1931-2 par le Service des Monuments Historiques de l'Algérie, 1935, p. 25-30.
1944 Leschi (L.), L'archéologie algérienne en 1944, Revue Africaine,39, 1945, p.131. Quelques investigations sous-marines le long du rivage par Mme Vincent le long du rivage de Portus Magnus (Saint-Leu).


Bibliographie sommaire



1935 Christofle (M.), Rapport sur les travaux de fouilles et consolidations effectuésen 1930-1931-2 par le Service des Monuments Historiques de l'Algérie, 1935, p. 25-30.

1945 Leschi (L.), L'archéologie algérienne en 1944, Revue Africaine,39, 1945, p.131

1952 Diolé (P.), Promenade d'archéologie sous-marine, Paris, 1952, p. 149-172. Reconnaissances sous-marines à Cherchel.

1954 Leglay (M.), Rapport sur l'activité archéologique en Algérie durant les quatre dernières années (1950-1953), BCTH, 1954, p. 137

1955 Leglay (M.), L'archéologie algérienne en 1954, Libyca, a/é, 3, 1955, p.191. Mention de suivi par P. Salama de recherches d’archéologie sous-marine entreprises à Rusguniae par plusieurs groupes d’études. Nombreux débris d’amphores près du petit port de Lapérouse.

1956 Lassus (J.), L'archéologie algérienne en 1955, Libyca a/é, 4, 1956, p.180. Brève mention, sans détail, de fouilles sous-marines à Philippeville. Champ d’amphores à huile, à vin, petit autel en pierre à Diane.

1961 Marec (E.), Le golfe de Bône et la recherche archéologique sous-marins, Bull. Acad. Hippone, 38, 1936-1961, p. 185-194. Historique du golfe d’Hippone, découvertes par dragage (statuette de bronze). Explorations du Harpon club de Bône, canons épaves isolées.

1968 Yorke (R.A.)et Davidson (D. P.), Roman Harbours of Algeria, Maghreb Project, 1968

1970 Bouchenaki (M.), A propos du port antique de Tipasa, RHCM, 8, 1970, p. 23-41. Notamment, CR pour Tipasa de Yorke et Davidson, 1968

entrée



O. Salama, Recherches d'archéologie sur le littoral de l'Algérois, MEFRA, 200… à paraître. Complément bibliographique (année 2004)

1) L'idéal est de rencontrer une trouvaille "fermée". Le meilleur exemple est fourni par l'épave n° 3 de Cabrera au sud de Mayorque (Baléares): J. R. Bost -M. Campo Decols -V. Guerrero -F. Mayer, Lépave de Cabrera III (Majorque): Echanges commerciaux et circuits monétaires au milieu du IIIe siècle après J.-C., Bordeaux, Centre Pierre Paris, 1992, p. 112-209.Huile de Bétique transportée dans des amphores Dressel 20 (en principe 2e siècle après J.-C.), + saumure des côtes nord-africaine (Tingitane,Césarienne, Proconsulaire), le tout accompagné de la caisse de bord du navire naufragé, caisse comprenant 965 sesterces, terme final Valérien, année 257.

2) D. Bernal-Casasola, Le anfore tardo romane attestate a Ceuta (Septem Fratres), Africa romana Sassari, XI, 1994, p. 1191-1233. Contenu : amphores africaines du type Keay III V, V, XXV, XXVII, XLI, LV, LXI, LXII: saumure d'Afrique du début IVe-fin VI e siècle. Une datation précise peut être donnée par la présence d'amphores Ex Prov. Maur Caes Tubus, nécessairement antérieures à l'année 303 après J.-C., date de la création de la province de Maurétanie Sitifienne. Pour un tableau des formes,voir p. 1199.

3) L. Long - G. Volpe, Un decennio di ricerche nelle aque delle isole di Hyères (Francia). Scavi all'esterno et e reflezione sull'archeologia subaqua italiana (Atti del ConvegnoNazionali di archeologia subaqua, Anzio-3à mai Ier juin 1996, Bari, 1997, p. 91-108.

L'épave Palud I, île de Port-Cros,datée de la seconde moitié duVie sicèle de notre ère contenait un chargement d'amphores africaines Keay LV et LXII et un poids marqué de deux bustes séparés par une croix : émission monétaire de Justin II et Sophia frappée à Carthage (a. 565-578).

4) L. Callegarin, La Méditerranée de l'Ouest et Rome au premier siècle avant J.-C. Approche amphorologique (Africa romana, Sassari, XIII, 1998, p. 1333-1362). L'étude porte sur les amphores Dressel I, contenant du vin de Campanie (théoriquement IIe siècle avant J.-C., début Ier siècle aprèsJ.-C.)P. 1360, répertoire par site de découverte, p. 1362 :statistiques amphores authentiques = 309 ex = 20,62%. Imitations locales = 1185ex = 79, 31 %. Par conséquent, il faut toujours tenir compte des imitations locales.C 'est le cas notamment de nos amphores marquées ANABI et T.F. de Rusguniae.

5) B. L. Kadiri-Boutchich, L'espace maritime romain et les ports de l'Afrique du Nord à travers les textes des géographes arabes médiévaux, Africa romana, Sassari, XIV, 2000, p.525-536.

6) G. Di Stefano, Marmi africani e garum spagnolo nell Mediterraneo centrale. Tracce i alcuni rotte commerciale di età romana, Africa romana Sassari, XVI, 2000, p. 627-641.


1 Ravoisié, pl. III, pl. 41

(Heuzey ?), Catalogue, p. 131. Cour Rattier, catalogue manuscrit (1852) du Musée de Cherchel. Gauckler, Musée de Cherchel, 1895, p. 76.

2 Gauckler, Musée de Cherchel, 1895, p. 166.

3 Gauckler, Musée de Cherchel, 1895, p. 167.

4 Averseng, agriculteur, propriétaire d’une grosse bibliothèque, a plongé à Tipasa dans les années 1930.

Bouchenaki l'a repris dans préface sur l'activité dans une des expositions de 2003

Pierre Averseng fut également l’un des pionniers de l’archéologie aérienne en Algérie.


5 Diolé (P.), Promenade d'archéologie sous-marine, Paris, 1952, p. 149-172.

Les descriptions enthousiastes des fonds paraissent quelque peu exagérées.


6 Leglay (M.), L'archéologie algérienne en 1954, Libyca, a/é, 3, 1955, p.191.

7 P. Salama, Recherches sous-marines sur le littoral de l’Algérie, MEFRA, 2005 ?, sous presse. A noter un nombre important d’amphores dites de Maurétanie Césarienne (en fait attestées pour Tubusuptu et Saldae)

8 Lassus (J.), L'archéologie algérienne en 1955, Libyca a/é, 4, 1956, p.180. Nous ne savons rien de ces fouilles. Citer la référence.

9 Marec (E.), Le golfe de Bône et la recherche archéologique sous-marine, Bull. Acad. Hippone, 38, 1936-1961, p. 185-194


10 . Né le 26 Octobre 1905 à Bône, Roger Rosso devint architecte à Paris en 1925 et revint dans sa ville natale. Ce fut un humoriste apprécié, sous le pseudonyme de Pik. Membre de l'Académie d'Hippone (présidée par l'Amiral Marec), il fut président du Harpon Club de Bône et à ce titre organisa de nombreuses recherches archéologiques sous-marines avec ses amis du club. Après 1962, il s’installa dans la région de Nice. Extrait d’une biographie par J.M.L. ( ?) dans pnha n°30 novembre 1992, trouvé sur http://perso.wanadoo.fr/bernard.venis/Alger/portraits/pages_liees/03_pik_dernier_dix_pn30.htm.


11 Yorke (R.A.)et Davidson (D. P.), Roman Harbours of Algeria, Maghreb Project, 1968


12 Bouchenaki (M.), A propos du port antique de Tipasa, RHCM, 8, 1970, p. 23-41. et Algérie, L'espansione fenicia nel Mediterraneo (colloque de Rome, 1970), Rome, 1971, p.54-56.


similaire:

Notes et outils d\Programme pour l’annee 2004 Cours Cours de préparation au 1 er niveau...
«Les bateaux en bois qui sillonnaient nos fleuves et nos rivières au temps ou la vapeur n’existait pas. Démarche archéologique pour...

Notes et outils d\Marine voyage mobilier de marine, de compagnie maritime, colonial

Notes et outils d\52 façons de participer aux Journées de l’Archéologie
«Les experts de l’archéologie» de Joris Clerté, Marc Chevalier, Pierre-Emmanuel Lyet

Notes et outils d\L'Age d'or de la Marine à voile illustré par les roux, édition Hachette,...

Notes et outils d\Patrick Weber est né le 10 mars 1966 à Bruxelles
«humanités» a son charme… placées sous le signe du latin et du grec, IL s’oriente vers des études d’histoire de l’art et d’archéologie...

Notes et outils d\Notes de Cours Algorithmes et Structures de Données usto lmd s3-S4
«la spécification d’un schéma de calcul, sous forme d’une suite d’opérations élémentaires obéissant à un enchaînement déterminé»....

Notes et outils d\Notes de Cours Algorithmes et Structures de Données usto lmd s3-S4
«la spécification d’un schéma de calcul, sous forme d’une suite d’opérations élémentaires obéissant à un enchaînement déterminé»....

Notes et outils d\Bulletin Marine

Notes et outils d\Marine & voyage

Notes et outils d\Centre Commercial Marine Bay








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com