Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant








télécharger 223.92 Kb.
titreCe rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant
page1/5
date de publication05.02.2018
taille223.92 Kb.
typeRapport
ar.21-bal.com > comptabilité > Rapport
  1   2   3   4   5

World Heritage

Patrimoine mondial

32 COM


1Distribution limited / limitée


Paris, November/ Novembre 2007

Original: French/ français


UNITED NATIONS EDUCATIONAL,

SCIENTIFIC AND CULTURAL ORGANIZATION

ORGANISATION DES NATIONS UNIES

POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE
CONVENTION CONCERNING THE PROTECTION OF THE WORLD

CULTURAL AND NATURAL HERITAGE

CONVENTION CONCERNANT LA PROTECTION DU PATRIMOINE

MONDIAL, CULTUREL ET NATUREL

WORLD HERITAGE COMMITTEE / COMITE DU PATRIMOINE MONDIAL

Thirty second session / Trente deuxième session

Quebec, Canada / Québec, Canada

2-10 July 2008 / 2-10 juillet 2008

Item 7 of the Provisional Agenda: State of conservation of properties inscribed on the World Heritage List

Point 7 de l’Ordre du jour provisoire: Etat de conservation de biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial

JOINT ICOMOS/IUCN/UNESCO (WHC) EXPERT REACTIF MONITORING MISSION REPORT / RAPPORT DE MISSION CONJOINTE DE SUIVI REACTIF DES EXPERTS ICOMOS/UICN/UNESCO (CPM)

Pyrénées - Mont Perdu (France/Espagne) (773bis)

30 juillet - 3 août / 30July – 3 August 2007

This mission report should be read in conjunction with Document:

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant:

WHC-06/30.COM/7A.Add WHC-06/30.COM/7A



WHC-06/30.COM/7B.Add WHC-06/30.COM/7B





(Photos J. Sorosh-Wali et P. Galland, Juil.2007)

Sommaire

Page

REMERCIEMENTS………………………………………………………………………………….. 4

RESUME ET LISTE DES RECOMMENDATIONS………………………………………………. 4

1. ANTECEDENTS DE LA MISSION

1.1Historique de l’inscription ………………………………………………………….… 5


Inscription 1997 et extension en 1999…………………………………………………… 5

1.2Justification fournie par les organisations consultatives pour inscription ..... 5


UICN …………………………………………………………………………………………. 6

ICOMOS …………………………………………………………………………………….. 6

1.3Problèmes d’intégrité soulevés dans le rapport d’évaluation de l’ICOMOS/UICN au moment de l’inscription ……………………………………..... 6


1.4 Examen de l’état de conservation par le Comité du patrimoine mondial …..... 6

1.5 Justification de la mission (termes de référence, itinéraire, programme et composition de l’équipe présentés en annexe) ………………………………..... 7


  1. REGLEMENTATIONS NATIONALES POUR LA PRESERVATION ET LA GESTION DU BIEN DU PATRIMOINE MONDIAL ……………………………………………….... 8




    1. Législation de la zone protégée ………………………………………………….. 8

Autres désignations/ Réserve de Biosphère/ Diplôme Européen …..…. 8

    1. Structure de gestion ………………………………………………………………... 9

      1. Parc National des Pyrénées (PNP - France) ………………………………………. 9

      2. Parc National Ordesa-Monte Perdido (PNOMP – Espagne) ……………......…… 9

      3. Coopération transfrontalière ………………………………………………….….….. 10

3 IDENTIFICATION ET EVALUATION DES PROBLEMES / MENACES ……………. 11

3.1 Efficacité de la gestion …………………………………………………...………… 11

3.1.1 Plan et mécanisme de gestion spécifique au site du patrimoine mondial …….... 11

3.1.2 Coopération transfrontalière …………………………………………………………. 11

3.1.3 Gestion du paysage culturel …………………………………………………………. 12

3.1.4 Limites du site …………………………………………………………………………. 12

3.1.5 Valorisation du site ……………………………………………………………………. 12

3.2 Nature et étendue des menaces sur le bien, prenant en compte les valeurs naturelles / culturelles pour lesquelles le bien a été inscrit et les mesures spécifiques soulignées par le Comité du patrimoine mondial ..……………. 12

Points spécifique de gestion soulevés par le Comité du patrimoine mondial ….. 12

3.2.1. Déplacement du parking du col de Boucharo et fermeture de la dernière section de la route ……………………………………………………………………………… 14

3.2.2. Déplacement du parking terminal de la route du cirque de Troumouse ………... 15

3.2.3. Déplacement du site du festival de Gavarnie …………………………………….. 17

Valeurs du site – impact du festival à la Courade ………………………………… 18

Justification regardant le maintien du festival sur le site de la Courade ……....... 19

Etude comparative des sites alternatifs …………………………………………….. 20

4. EVALUATION DE L’ETAT DE CONSERVATION DU BIEN ……………………. 21

4.1 Les valeurs naturelles ……………………………………………………………… 21

4.2 Les valeurs du paysage culturel ……….………………………………………… 21

4.3 Itinéraires transfrontaliers ………………………………………………………… 22

4.4 Facteurs affectant les valeurs du bien ………………………………………….. 22

4.5 Sensibilisation et éducation ………………………………………………………. 23

5. RECOMMANDATIONS ET CONCLUSIONS ……………………………………… 24

6. ANNEXES ……………………………………………………………………………... 28

6.1 Termes de référence ………………………………………………………………... 28

6.2 Composition de l’équipe …………………………………………………………… 29

    1. programme de la mission …………………………………………………..……… 30

    2. Décisions du Comité du patrimoine mondial ……………………………….….. 33

    3. Cartes ………………………………………………………………………………….. 36



REMERCIEMENTS

La mission souhaite remercier vivement les autorités françaises et espagnoles de leur active coopération dans l’organisation de cette mission, en particulier le Ministère français de l’Ecologie, du Développement et de Aménagement durables, la Direction de la Nature et des Paysages, la Préfecture des Hautes-Pyrénées et en particulier M. le Sous-préfet d’Argelès-Gazost et les agents du Parc National des Pyrénées qui ont accompagné la mission lors de ses différentes réunions et déplacements. La mission remercie également les élus de la région, les représentants du Ministère de la Culture et de l’Environnement espagnols, la Direction des deux parcs nationaux pour leur précieux soutien, disponibilité et accueil chaleureux, ainsi que les associations régionales et locales françaises qui sont fortement impliquées dans la protection de ce site.

RESUME ET LISTE DES RECOMMENDATIONS

La mission conjointe UNESCO/CENTRE DU PATRIMOINE MONDIAL – ICOMOS-UICN de suivi réactif au site du patrimoine mondial “PYRENEES –MONT PERDU”, France/Espagne a été demandée par la Décision 31 COM 7B.44 du Comité du patrimoine mondial lors de sa 31ème session (2007 Christchurch, Nouvelle Zélande) et à l’initiative et invitation de l’Etat partie français. Le bilan de la mission est tout à fait positif: plusieurs réunions constructives ont eu lieu avec les gestionnaires espagnols et français de site, les élus locaux concernés, les associations régionales et locales françaises, des visites de sites sensibles, présentant un fort attrait touristique et une haute valeur de conservation tels les sites d’Héas, des Cirque de Gavarnie et de Troumouse, le col des Tentes et de Boucharo ainsi que la partie centrale du Parc National d’Ordésa-Monte Perdido ont été effectuées en accord avec les acteurs nationaux et locaux.
Au terme de la mission, les experts délégués par le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ICOMOS et UICN se sont mis d’accord pour formuler des recommandations détaillées dont la liste complète se trouve dans le Chapitre V de ce rapport. En outre, afin de résoudre définitivement des problèmes locaux récurrents depuis 10 ans et de pouvoir s'attaquer aux véritables enjeux de la conservation et de la gestion globale transfrontalière du bien, il est recommandé à l'Etat français d'adopter une ligne d'action claire, de la communiquer aux parties concernées et de la mettre en œuvre en fonction d'un calendrier précis.
1. ANTECEDENTS DE LA MISSION

    1. Historique de l’inscription

Inscription 1997 et extension en 1999

Inscription :

Le dossier du Mont Perdu a été évoqué à plusieurs reprises au cours des Bureaux (Bureau du Comité du patrimoine mondial juin 1996 et juin 1997) et des Comités du patrimoine mondial.

Le Comité du patrimoine mondial a examiné le dossier d’inscription du bien lors de sa 21eme session (Naples, décembre 1997) et « a inscrit le site sur la base des critères naturels (i) et (iii). Le massif calcaire du Mont Perdu présente un certain nombre de formations géologiques classiques telles que des canyons profondément creusés et des cirques spectaculaires. C'est également un paysage exceptionnel avec des prairies, des lacs, des grottes, des montagnes et des forêts. De plus, la région présente un grand intérêt pour la science et la conservation. »

En ce qui concerne les valeurs culturelles, le Comité a inscrit le bien au titre des critères (iii), (iv) et (v) : « la zone Pyrénées - Mont Perdu entre la France et l'Espagne offre un paysage culturel exceptionnel qui allie la beauté panoramique à une structure socio-économique qui a ses racines dans le passé et illustre un mode de vie montagnard devenu rare en Europe. »

Le Comité a, par ailleurs, encouragé la France1 à envisager d'inclure dans le site le village de Bestué et ses environs, qui offrent un panorama saisissant de champs en terrasses.

Extension :

Le Comité du patrimoine mondial a par ailleurs examiné, suite à la discussion au cours du bureau du patrimoine mondial préalable, la demande d’extension du bien de Pyrénées- Mont Perdu sur territoire français lors de sa 23eme session (Marrakech, Maroc, 29 novembre-4 décembre1999). L’extension proposée par la France a été acceptée : « le Comité a noté les observations de l'ICOMOS indiquant que cette petite extension proposée par la France était une contribution valable pour l'ensemble du paysage culturel. »

L'UICN a informé le Bureau que le site du patrimoine mondial existant des Pyrénées -Mont Perdu (France/Espagne) a été inscrit sur la base des critères naturels (i) et (iii) (actuels vii et viii). L'extension proposée ne satisfait pas aux critères naturels seuls. Toutefois, l'extension a des valeurs scéniques et géomorphologiques comparables au site existant. L'UICN s'est demandé si la base juridique pour la protection à long terme du site était suffisante comme indiqué dans l'original de l'évaluation de l'UICN. L'UICN a noté que la valeur de cette partie réside dans son importance comme paysage culturel.

Le Comité a décidé d'étendre le site du patrimoine mondial existant pour inclure une zone de 550 hectares (1,8% de la zone du patrimoine mondial) dans la plus haute vallée de Héas.

1.2 Justification fournie par les organisations consultatives pour inscription

IUCN :

Bien que les atouts naturels des Pyrénées se retrouvent dans d’autres régions de montagnes, la portion centrale des Pyrénées présente une association de phénomènes alpins naturels spectaculaires. Les gradients climatiques est/ouest et nord/sud sont également à l’ origine d’un cadre biologique unique. En tant qu’unité paysagère, le massif calcaire du mont Perdu présente un certain nombre de formes géologiques classiques telles que des canyons profondément incises et des cirques spectaculaires (critère i). C’est également un paysage exceptionnel avec des prairies, des lacs, des grottes, des montagnes et des forêts (C iii)). II est important, au niveau régional, pour la diversité de ses espèces mais I’UICN estime que le critère iv n’est pas applicable.

ICOMOS :

Que ce bien soit inscrit sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères (iii), (iv) et (v). La région des Pyrénées-Mont Perdu située entre la France et l’Espagne est un paysage culturel exceptionnel. Elle associe la beauté panoramique à une structure socio-économique qui plonge ses racines dans le passé et illustre un mode de vie en montagne qui a presque entièrement disparu dans le reste de l’Europe.

1.3 Problèmes d’intégrité soulevés dans le rapport d’évaluation de l’ICOMOS/UICN au moment de l’inscription

Lors de la mission d’évaluation des experts UICN et ICOMOS en 1996 sur le site proposé pour inscription, des engagements ont été pris par l’état partie français. Ceux-ci sont notés dans le rapport d'évaluation de l'UICN comme suit: « Les deux parcs sont confrontés à divers problèmes de gestion communs à tous les parcs européens d’aujourd’hui, mais aucun de ces problèmes ne pourrait affecter les conditions d’intégrité qui de l’avis de I’UICN sont satisfaites. Plusieurs activités « incongrues 2» remarquées durant l’inspection de terrain ont déjà été exclues du Parc national des Pyrénées françaises. Il s’agissait notamment de la fermeture d’une route d’accès entre les cols de Tentes et de Bouchuro du déplacement d’un parking dans le cirque de Troumouse et du déplacement du site festivalier de La Prade dans le massif de Gavarnie ».
Le Comite du patrimoine mondial, lors de sa 28ème (Suzhou, 2004) (Décision 28 COM 15B.36) avait demandé à l’Etat partie français de mettre fin aux activités contestées du Festival de Gavarnie comme cela avait été initialement annoncé lors de l’inscription du site. Cette demande a été instamment réitérée lors des 29ème (Durban, 2005) (Décision 29COM 7B.31), 30ème (Vilnius, 2006) (Décision 30COM 7B.33) et 31ème (Christchurch, 2007) (Décision 31 COM 7B.44) sessions du Comité qui a exprimé ses inquiétudes face au fait que l'engagement pris par l'Etat partie lors de la mission conjointe d'évaluation de transférer l'emplacement du festival n'ait pas été respecté. Suite à plusieurs recommandations du Comité du patrimoine mondial, l'Etat français a répondu en promettant de prendre les mesures appropriées; malheureusement un seul des trois problèmes identifiés lors de l'évaluation en 1997, mentionnée ci-dessus, a été réglé à ce jour. Il s’agit du déplacement du parking du col de Boucharo et la fermeture de la route correspondante.

1.4 Examen de l’état de conservation par le Comité du patrimoine mondial

Outres les problèmes cités ci-dessus, le Comité du patrimoine mondial demandait, par ses décisions lors des 30ème et 31ème sessions, le renforcement de la collaboration transfrontalière en général, lacunaire à ce jour, et la réalisation d'un Plan de Gestion pour la partie française du bien.

        Aucun autre sujet affectant l’état de conservation du bien n’a été signalé et donc rapporté à l’attention du Comité.

        Brève historique concernant le déplacement du site festivalier de la Prade dans le massif de Gavarnie :

Un festival de théâtre se tient depuis une dizaine d’années tous les mois de juillet à la Prade à Gavarnie dans le périmètre de la zone centrale du patrimoine mondial en France. Il dure une quinzaine de jours, mais avec la mise en place et le démontage des installations les impacts sur le site couvrent environ un mois.

Suite à la demande du Comité du patrimoine mondial lors de sa 28ème (Suzhou, 2004) (Décision 28 COM 15B.36), de mettre fin aux activités contestées du Festival en ce lieu, le réalisateur a annoncé fin 2004 qu’il cessait cette manifestation et aucune autorisation nouvelle n’allait être délivrée. Lors de la 29ème session du Comité (Durban, 2005), la France a fait savoir que le festival n’aurait pas lieu cette année et qu’en outre, les partenaires institutionnels et associatifs étudiaient actuellement des alternatives, dans le cadre de la mise en place du dispositif et du programme de gestion du bien, destinés à maintenir sa valeur universelle exceptionnelle. Finalement, et pour des raisons politiques locales, il a été décidé d'autoriser le Festival à La Courade pour la dernière fois en 2006.
En juin 2006 le Maire de Gavarnie faisait part, dans une lettre adressée au Centre du patrimoine mondial, de sa volonté de recevoir une mission d’expert afin d’évaluer sa proposition pour un site alternatif à l’emplacement actuel du Festival de Gavarnie. Le Centre du patrimoine mondial avait alors proposé à la Délégation permanente dans sa lettre du 24 août 2006 d’explorer la possibilité d’une telle mission auprès des autorités nationales compétentes et de lui faire parvenir une invitation aussi tôt que possible. Par ailleurs, dans une deuxième lettre datée du 24 juillet 2006, le Maire de Gavarnie a informé qu’une solution alternative d’emplacement pour le déroulement du Festival a été validée par le Conseil Municipal de Gavarnie le 29 juin 2006.

Dans sa lettre du 23 février 2007, le Délégué permanent adjoint de la France auprès de l’UNESCO affirme qu’une mission a été conduite en novembre 2006 par les services d’inspection du Ministère de l’écologie et du développement durable. Cette mission a examiné deux sites alternatifs à l’emplacement actuel du Festival. Le premier qui, selon l’Etat partie, présentait des inconvénients majeurs incompatibles avec la préservation du bien, a été écarté. Le second, à Prat Bert, pourrait être envisagé après réalisation d’une étude de faisabilité relative à la nature des aménagements requis et à leur coût.

Le Ministère de l’écologie et du développement durable se déclarait par ailleurs très favorable à l’envoi d’une mission d’experts internationaux conduite conjointement par l’ICOMOS et l’UICN pour examiner le site actuel du Festival ainsi que les sites alternatifs, et permettre en outre de faire le point sur la gestion globale et transfrontalière du bien. La Délégation permanente confirmait par ailleurs que le souhait des autorités françaises est d’aboutir à une gestion consensuelle et durable de ce bien exceptionnel et de répondre aux attentes légitimes du Comité du patrimoine mondial en la matière.
En dépit du fait que les autorités françaises avaient promis que le Festival aurait lieu pour la dernière fois en 2006 au lieu-dit La Courade, les autorités départementales l’ont autorisé à nouveau pour 2007.
  1   2   3   4   5

similaire:

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant icon1 La présente section doit être utilisée conjointement avec la section 15010

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconRapport de mission : a l’issue de la mission qui m’est confiée, et...

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconLa mission d'une maîtrise d'œuvre est de
«mission de base» fait l'objet d'un contrat unique et comporte au minimum les éléments de mission esq, aps, apd, pro, act, det, visa,...

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconNote de présentation des expérimentations «autorisation Unique icpe»
«espèces protégées». Ceci devrait être expérimenté en Champagne-Ardennes et en Franche-Comté, conjointement avec le «certificat de...

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconRapport de mission «Une nouvelle donne pour l’intermittence»
«déloyauté, manque de sérieux des négociations». L’affaire devrait être examinée le 1er juillet

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconGrandir en s'inscrivant dans une collectivité
«d’acquérir une compréhension solide de ce que peut être et de ce que doit être le sens de la vie»

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconRapport de mission

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconRapport de Mission

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconEnsemble de 6 commerces et 9 appartements avec terrasses situé à Crolles (38)
«bois de pays», suivant l’étude de la structure avec 145 mm d’isolant en laine de roche entre montants, apportant une grande performance...

Ce rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant iconRapport de la Mission conduite par








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com