Cpe : un métier fascinant, mais menacé …








titreCpe : un métier fascinant, mais menacé …
date de publication21.03.2018
taille9 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > comptabilité > Documentos
CPE : un métier  fascinant, mais menacé …

« Trop vaste et peu délimité », dérivant dangereusement en suivant « le fil de l’eau », le métier de CPE avait sans doute besoin d’un ouvrage cadre pour en éclairer les fonctions, les pratiques et l’avenir. C’est dans cette perspective qu’on lira Le CPE*, paru aux éditions Berger-Levrault, signé et coordonné par Jean Paul Delahaye, Inspecteur général de la Vie scolaire. Une sorte de sauvetage pour un métier déclaré « en perdition ». La démarche est non conventionnelle. Mais assez vite on s’aperçoit que l’ouvrage ne quitte pas le terrain de l’institution et fait écho aux positions connues de l’inspection générale EVS avec un CPE conforme aux « repères » de 2006 (texte reproduit en annexe p. 229).

C’est donc là l’intérêt (et/ou le handicap) de cet ouvrage, il apporte une vision ouverte et libre, documentée et argumentée du discours de l’institution sur le métier de CPE. On reconnaîtra dans ce travail patient et méticuleux le mérite d’actualiser la circulaire de 1982 et de la mettre en perspective par rapport aux textes parus depuis plus de 25 ans. Plus largement, il légitime l’engagement du CPE dans les problématiques éducatives et organisationnelles qui s’imposent à l’établissement aujourd’hui.

 Après un chapitre liminaire sur l’histoire institutionnelle d’une fonction « administrative » qui s’élargit aux fonctions pédagogiques et éducatives, l’ouvrage comporte cinq chapitres qui traitent successivement du statut du CPE (ch.1), de ses fonctions organisationnelles et éducatives (ch. 2, 3 et 4) et enfin des enjeux d’une vision prospective (ch. 5). Chaque chapitre explicite les principes, les attentes de l’institution et les conditions opératoires et réglementaires qui légitiment l’action du CPE. Puis suivent des exemples succincts de mise en pratique professionnelle. L’ouvrage se termine par deux annexes : des fiches métier (13 fiches) qui portent sur la notation, les obligations de service, l’internat, la DP, l’accueil des élèves handicapés, le contrôle des absences, etc. (p. 157 à 216) et d’autre part 10 textes de référence parmi lesquels : la mission de l’enseignant de 1997, le cahier des charges de la formation, les textes de 1996 sur la surveillance et de 2000 sur les procédures disciplinaires, etc. (p. 217 à 269).

 

L’entreprise de Jean Paul Delahaye est un tour de force puisqu’il s’agit en effet de prescrire un nouveau métier, mais sans abandonner, bien au contraire, la fameuse circulaire de 1982 (annexe, p. 225). La vie scolaire reste au cœur du métier. Objectif transversal, complexe, composite et évolutif, « réalité vivante », elle constitue le cadre de l’enseignement (§93). C’est pourquoi elle résulte d’une nouvelle division du travail, mieux coordonnée entre le chef d’établissement, les enseignants et les Assistants d’éducation. Avec un renforcement du pôle de l’organisation : mieux rationalisé, inscrit dans une stratégie globale concertée, transparente, reliée au projet d’établissement, comptable de ses effets grâce à des indicateurs fiables et pertinents.

Le renouvellement de ce métier passe par la construction d’une communauté scolaire intégrée, pacifiée, centrée sur la réussite des élèves (ch. 3) et par l’émergence d’une vie collective qui ne se pose plus dans les mêmes termes qu’autrefois (ch. 4). Ce dernier objectif condamne le CPE à repenser l’autorité dans le contexte de l’égalité démocratique. Renouveler les modèles d’éducation pour les intégrer dans un nouveau rapport à la règle et au droit.

L’éducation devient ainsi une question récurrente, une dimension centrale qui place le CPE au cœur des besoins de la communauté éducative : contribution au socle commun, participation à l’évaluation (note de vie scolaire), aide à la structuration des pratiques du quotidien dans l’établissement. Faute d’actualiser l’éducation dans l’EPLE, on peut craindre que l’architecture scolaire démocratique glisse dans les effets pervers de l'échec, des incivilités et des déviances multiples, voire de la violence.

Au final, le travail de Jean Paul Delahaye et de ses collaborateurs montre que le CPE doit repenser son métier à partir de l’éducation : compétence identitaire centrale qui s’incarne dans des fonctions intégrées comme l’organisation, la communauté, et la vie collective. Cela fait du CPE un acteur majeur. Mais avec le risque d'en faire un deus ex machina. Une sorte d'homme providentiel qui, malheureusement, ne peut jamais être à la hauteur des attentes qu'il suscite. C'est pourquoi le chapitre prospectif est peut-être le plus fragile de l'ouvrage. Il intervient à contretemps pour annoncer le déclin d’une profession qui, par ailleurs, semble éclairer la modernité. A défaut de se soumettre aux sirènes de l’air du temps : l’Europe, le territoire, l’équipe de direction, l’évaluation, etc… la profession de CPE serait une catégorie menacée. Propos pessimiste qui rejoint le discours ambivalent de l’inspection générale depuis 1992 (Claude Caré) : le CPE exerce un métier fascinant mais à condition de l’effacer.

 

Jean Paul Delahaye, Le CPE, Berger-Levrault ed., 285 p. Paris 2009 (45 € )

similaire:

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconL’essaim / Composition du conseil d’administration du cpe 4

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconLe crowd work : honte, secrets et menace imminente pour l'emploi (F)
«travail de la foule» peut prendre différentes formes, mais je le définirai comme une activité rémunérée, proposée, et qui peut être...

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconEssai sur la notion de cybercriminalité Par Mohamed chawki membre...
«La cybercriminalité est la troisième grande menace pour les grandes puissances, après les armes chimiques, bactériologiques, et...

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconEst-ce que la Turquie voit sa minorité arménienne comme une menace pour sa sécurité ?

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconMétier

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconLa Bibliothèque électronique du Québec
«mais non, mais non, je n’ai rien qui m’ennuie, je vous le jure !», le duc finit par reconnaître que «tout de même, peut-être, mais...

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconMétier : Développement Informatique

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … icon1-Le métier choisi : Photographe Architectural

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconFiche Métier 1 Nature de l’emploi

Cpe : un métier fascinant, mais menacé … iconAppellation d’Origine Contrôlée Pessac-Léognan
«zone sanctuarisée», le vignoble de Pessac-Léognan est pourtant menacé par l’urbanisation croissante de la région








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com