Rapport final








télécharger 0.87 Mb.
titreRapport final
page6/49
date de publication09.09.2018
taille0.87 Mb.
typeRapport
ar.21-bal.com > comptabilité > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   49

5 Plates-formes et réseaux TNT

5.1 Remarques liminaires


Le terme TNT n'englobe ni les services de radiodiffusion audionumérique de Terre (T-DAB) (radio), ni les services de communication radiomobile (UMTS). Ces services ne seront donc pas abordés dans la présente section.

Pour planifier la télévision numérique de Terre, il convient de trouver un compromis entre la capacité de multiplex, la qualité de la couverture et les caractéristiques de rayonnement. La capacité du multiplex est d'une grande importance pour la qualité du service (dégradations de l''image, artefacts, etc.).

La relation entre le débit net du multiplex et le nombre de services au sein du multiplex dépend du débit de données par programme de télévision.

La qualité de la couverture est un élément essentiel pour les personnes habilitées à bénéficier du service (ou "population desservie"). On la définit comme la probabilité de recevoir le signal voulu à un endroit précis en présence de bruits et de brouillages.

Soit nous recevons le signal du programme de télévision sur notre écran, soit nous ne le recevons pas du tout – il n'y a pas de dégradation progressive de la qualité de l'image reçue comme pour la radiodiffusion télévisuelle analogique.

La zone de couverture regroupe l'ensemble des sites présentant la probabilité de réception requise. Les caractéristiques de rayonnement de l'émetteur sont fonction des coûts de transmission. La puissance de transmission et les spécifications des antennes, depuis une station d'émission unique ou depuis un réseau monofréquence (SFN), déterminent le champ généré pour la réception à un endroit donné.

Le compromis entre la qualité du service, le nombre de téléspectateurs éventuels et les coûts de transmission est très difficile à trouver, étant donné les nombreux éléments incompatibles à prendre en compte. Le choix est donc limité pour des raisons liées au fonctionnement, à la réglementation et à la technique.

Pour chaque type de service, le compromis peut varier et générer diverses caractéristiques de rayonnement, des choix différents en ce qui concerne le système d'échantillonnage, de compression, de modulation et de transmission, ainsi qu'un nombre différent de sites émetteurs et de multiplex.

Cadre réglementaire

La gestion des fréquences reposera peut-être de plus en plus sur une approche fondée sur le marché. Une telle approche peut diminuer la quantité de spectre disponible pour la radiodiffusion et, éventuellement, accroître les niveaux de brouillage.

Des plans de fréquences appropriés devraient permettre la mise en œuvre de la transmission de la radiodiffusion avec des caractéristiques définies, de manière à ne générer aucun brouillage. Des modifications sont possibles sous réserve de l'accord des pays voisins concernés.

Le passage au numérique consiste, dans chaque pays, à abandonner la télévision analogique pour adopter la télévision numérique. Au sein de l'Union européenne (UE), il est recommandé aux Etats Membres de supprimer la télévision analogique avant 2012. Les bandes de fréquences libérées seront dans un premier temps utilisées pour les services de télévision numérique auparavant transmis en mode analogique. Les bandes de fréquences restantes ("dividende numérique") seront quant à elles attribuées à de nouveaux services de radiodiffusion ou autres.

Dividende numérique

Le dividende numérique correspond en principe aux bandes de fréquences libérées en sus des bandes de fréquences requises pour l'adaptation des services de télévision analogique au format numérique.

Le dividende numérique pourrait être utilisé pour des services de radiodiffusion, tels que la télévision numérique de Terre avec antennes installées sur un toit, réception en intérieur ou en extérieur, la télévision mobile, la télévision à haute définition (TVHD) ou les services de télévision interactive. Des services de radiocommunication mobile peuvent également être mis en œuvre dans la partie supérieure de la Bande V des ondes décimétriques (790-862 MHz) et certaines applications de faible puissance pourraient être autorisées à utiliser les "fréquences inexploitées" dans le spectre des fréquences radioélectriques, à condition qu'elles n'entraînent pas de brouillages, ni n'exigent de protection, et selon le plan de fréquences adopté dans chaque pays.

Le 10 juillet 2009, la Commission européenne a publié, pour consultation publique jusqu'au 4 septembre 2009, un document intitulé "Faire du dividende numérique une source d'avancées sociales et de croissance économique en Europe", qui est joint dans l'Annexe 6 du présent rapport. Cette consultation avait pour but de recueillir les opinions de toutes les parties intéressées sur l'utilisation des fréquences radioélectriques libérées lors du passage de la télévision analogique à la télévision numérique de Terre (TNT). La Commission entend adopter une communication sur le dividende numérique ainsi qu'une proposition officielle de feuille de route pour la mise en œuvre de la politique de l'UE, à soumettre au Parlement européen et au Conseil à l'automne 2009. La Commission identifie par ailleurs deux mesures urgentes pouvant contribuer à libérer le plus rapidement possible la bande des ondes décimétriques de 790862 MHz ("bande des 800 MHz"), indépendamment des services et de la technologie, dans un cadre technique harmonisé. L'un des objectifs prioritaires est d'améliorer les services offerts aux consommateurs en garantissant des normes de qualité élevée pour les récepteurs de TNT en Europe, en faisant en sorte que des normes de compression d'une efficacité minimum définie soient disponibles (correspondant au moins à la norme MPEG4) sur tous les récepteurs de TNT vendus après le 1er janvier 2012 et en établissant des normes relatives à la capacité des récepteurs de TNT à résister aux brouillages.

Une fois les services de télévision numérique de Terre mis en œuvre, il pourra être nécessaire de modifier les caractéristiques de la station d'émission si les obligations de service évoluent. Selon les changements à apporter à la station et les caractéristiques de cette dernière, une modification du Plan pourra également être requise, sous réserve de l'accord des pays voisins concernés.

Les modifications apportées aux stations émettrices pourraient concerner:

• les caractéristiques de rayonnement pour améliorer la couverture;

• différentes configurations du système TNT pour améliorer la couverture ou pour renforcer la capacité;

• la modernisation des codeurs, l'amélioration du système de compression (MPEG4), l'installation de multiplex supplémentaires ou d'un autre système et un système perfectionné à l'avenir pour renforcer la capacité ou améliorer la couverture;

• des sites supplémentaires pour améliorer ou étendre la couverture.

La répartition des Bandes IV et V entre différents types de services (télévision numérique offrant une couverture étendue, télévision mobile et radiocommunications mobiles) est à l'étude. La mise en place de sous-bandes réduit la capacité du spectre pour la radiodiffusion télévisuelle numérique et nécessitera une révision du Plan pour la télévision numérique. La perte de capacité du spectre limite les évolutions et pourrait nécessiter des modifications des réseaux de services existants.

Ces modifications pourraient porter sur:

• la modification de fréquences résultant d'une nouvelle planification;

• le renforcement de la capacité du système TNT, l'amélioration du système de compression (MPEG4) ou, à l'avenir, la modernisation du système, telle que la technologie DVBT2 pour compenser la perte de la capacité de débit données; et

• la modification des caractéristiques de rayonnement et l'installation de sites supplémentaires pour compenser la perte de couverture.

La mise en œuvre de services de communication mobile dans les Bandes IV et V peut causer des brouillages aux services de radiodiffusion numérique.

Les applications de faible puissance susceptibles d'être autorisées dans les "fréquences inexploitées" du spectre, pour autant qu'elles n'entraînent pas de brouillages, ni n'exigent de protection, n'ont aucune incidence directe sur les services de télévision numérique de Terre, à condition que l'absence de brouillage puisse, en pratique, être garantie en toutes circonstances.

Réseaux

Certains changements pourront être nécessaires sur les réseaux de télévision numérique de Terre du fait de la mise en œuvre de nouveaux services, d'obligations réglementaires et de modifications technologiques. Certains de ces changements sont coûteux tandis que d'autres, plus limités, supposent un ajustement partiel des équipements. La majorité de ces changements ont une incidence sur la couverture.

Caractéristiques de rayonnement

La fréquence et la puissance rayonnée maximale par relèvement doivent être indiquées. Les caractéristiques de l'antenne sont fonction de la fréquence, ce qui explique que la couverture pour différentes fréquences émises depuis un même site n'est pas nécessairement la même. Des problèmes de couverture peuvent survenir à proximité du site d'émission à cause des "zéros" dans le diagramme de rayonnement vertical.

Systèmes de compression et de transmission

Selon le compromis retenu pour un service donné, il est possible de choisir une variante qui offre une capacité de multiplex relativement importante, mais avec une valeur de champ requise élevée. Il est également possible d'opter pour une variante robuste nécessitant une valeur de champ relativement faible, mais offrant une capacité de multiplex plus limitée.

La qualité des codeurs du système de compression s'améliore progressivement, jusqu'à ce que la technologie soit bien développée. Il est possible d'utiliser plus efficacement la capacité de multiplex en actualisant le logiciel des codeurs ou en remplaçant fréquemment les principaux codeurs du centre de production de programmes de télévision (objets remplaçables avec un cycle d'amortissement rapide). Un système de compression amélioré (MPEG4) peut être facilement obtenu sur le marché et la fabrication à grande échelle va se poursuivre, contribuant ainsi à abaisser encore les prix de détail. Les codeurs MPEG-4 présentent des gains d'efficacité significatifs par rapport aux codeurs MPEG2. D'ores et déjà en service au Brésil, le système ISDB-T a bénéficié des améliorations apportées au format de compression MPEG-4.

Les technologies DVB-H, T-DMB et ISDB-T sont des systèmes de transmission adaptés aux besoins de la télévision mobile qui utilise des récepteurs portatifs.

Le système DVB-T2, qui devrait être opérationnel en 2010, augmentera la capacité de multiplex, particulièrement importante pour la TVHD.

La modification du système de compression ou de transmission n'a pas d'effet direct sur la couverture.

Sites

Des sites supplémentaires sont utilisés sur le même réseau pour améliorer ou étendre la couverture. La distribution de la puissance sur plusieurs sites (réseau à fréquence unique- RFU) accroît l'efficacité du spectre en vue de fournir une couverture pour la réception portable, en intérieur et mobile sur des zones étendues. La planification d'un RFU est toutefois plus coûteuse et complexe, notamment à cause de la synchronisation du rythme de chaque émetteur, et des problèmes de couverture peuvent survenir dans certains cas pour cause de brouillage sur le réseau interne (autobrouillage dû au retard des signaux reçus en provenance des émetteurs de réseau dépassant la durée de l'"intervalle de garde" et au brouillage par "écho à 0 dB" provoqué par des signaux de champs égaux reçus en certains points du RFU dense.

Multiplex

L'installation de multiplex supplémentaires augmente la capacité de transmission. Ceux-ci peuvent être placés sur les sites existants ou constituer tout ou partie d'un nouveau réseau. Dans le cas où les transmissions ne proviennent pas du même site, des brouillages peuvent être causés à proximité des sites d'émission.

Expérience pratique acquise

L'expérience pratique montre que:

• les transmissions numériques peuvent être soumises à certaines restrictions tant que la télévision analogique n'est pas supprimée dans le pays d'origine et/ou dans les pays voisins. Il existe des inconvénients et des risques importants si les radiodiffuseurs adoptent un autre système de façon non synchronisée et non coordonnée;

• les changements de fréquences sur les réseaux à fréquence unique peuvent s'avérer complexes et nécessiter une préparation soignée de même qu'une planification détaillée;

• Le système DVB-H peut avoir besoin de réseaux d'émetteurs denses. Il est à noter que dans le cas de la technologie ISDB-T, le signal pour la télévision mobile est multiplexé avec le signal TVHD;

• la TVHD utilise la compression MPEG-4. Le nouveau système de transmission DVB-T2 devrait également passer à la norme MPEG-4;

• au niveau national, des décisions doivent être prises en étroite collaboration avec les fabricants de récepteurs sur la mise à disposition du public de récepteurs/boîtiers décodeurs dans les meilleurs délais, en quantité suffisante et à un prix abordable.

Préoccupations des consommateurs

Les changements apportés au réseau suite au lancement de nouveaux services ou à l'instauration de mesures de réglementation peuvent amener le téléspectateur à prendre des mesures pour recevoir les nouveaux services ou continuer de recevoir les services existants. Par exemple:

• Définir et communiquer à grande échelle la date d'arrêt de la radiodiffusion analogique. Fournir aux consommateurs des informations sur les récepteurs/boîtiers décodeurs appropriés qu'ils devront se procurer, ainsi que sur les offres de contenus intéressantes.

• Accorder des subventions, si cela est conforme à la législation nationale, en vue de permettre aux personnes à faibles revenus de s'équiper au moins de boîtiers décodeurs.

• Les changements de fréquences, ainsi que l'installation de sites et de multiplex supplémentaires obligent le consommateur à modifier le réglage de son récepteur.

• Une modification de la fréquence, de l'antenne d'émission et de la variante DVBT ou ISDBT, de même que des changements apportés à un réseau à fréquence unique et des émissions ne provenant pas du même site pourraient entraîner des problèmes de couverture dans certains secteurs. Le consommateur devra éventuellement améliorer son installation d'antenne pour recevoir un ou plusieurs multiplex.

• Un changement du système de compression (passage de la norme MPEG-2 à la norme MPEG-4) et du système de transmission implique l'achat d'un nouveau récepteur pour pouvoir recevoir les services transmis de cette manière. A l'issue d'une période de transition, et au plus tard en 2012, tous les récepteurs (au moins dans l'Union européenne) pourront néanmoins bénéficier à la fois de l'ancien ( MPEG-2) et du nouveau (MPEG-4) système de compression.

• La qualité des codeurs du système de compression s'améliore au fur et à mesure que la technologie se développe. Il est possible d'utiliser plus efficacement le multiplex ou d'améliorer la qualité d'image pour les téléspectateurs en actualisant le logiciel des codeurs ou en remplaçant fréquemment les principaux codeurs du centre de production de programmes de télévision (objets remplaçables avec un cycle d'amortissement rapide), ou encore d'améliorer la qualité de l'image pour les téléspectateurs.

• Si de nouveaux sites sont installés, le signal le plus performant peut provenir d'un relèvement différent, auquel cas l'antenne de réception devra être ajustée.

• L'information des consommateurs sur les changements apportés au réseau, l'assistance et les dispositions à prendre est essentielle. Des services d'assistance par téléphone et des sites Web peuvent fournir des informations détaillées et des conseils sur la base de prévisions précises concernant la couverture, mais cela n'est pas suffisant. Un service de conseil efficace et personnalisé est indispensable.

• Il est important de pouvoir effectuer une mesure rapide et efficace des zones d'ombre.

• Un principe doit être établi: un seul changement à la fois.

• Des publicités, une chaîne d'information sur le multiplex et le télétexte, ainsi que des informations sur des sites Web spécialisés peuvent aider les téléspectateurs. Au niveau local, les revendeurs peuvent fournir des informations et orienter le consommateur vers des sites Web ou des services d'assistance par téléphone.

• La présence de "tuteurs numériques", spécialement formés pour aider les personnes qui le souhaitent, est fortement appréciée.

5.2 Exigences liées aux services

La présente section traite des services et des applications qui stimuleront l'évolution du réseau de la télévision numérique de Terre. L'évolution du réseau dépend:

• du choix des services offerts aux téléspectateurs. Les conditions variant d'un pays à l'autre, il se peut que les offres de services soient différentes dans chaque pays. Par exemple, les pays à économie de marché choisiront peutêtre de laisser jouer le marché pour l'offre de services, etc.;

• de la réglementation, qui définira un cadre pour l'élaboration de services. La réglementation reflète les priorités politiques, lesquelles peuvent également varier d'un pays à l'autre;

• de la technologie et des équipements d'émission et de réception, qui faciliteront la mise en œuvre des services, mais présentent aussi des limites qui leur sont propres.

Il donc important de faire des choix judicieux, en tenant compte des exigences liées aux services et du cadre réglementaire.

Pour réussir la mise en œuvre des services, les acteurs du marché et les régulateurs sont appelés à coopérer dans l'élaboration des services. Les différents acteurs (radiodiffuseurs et fournisseurs de contenus, opérateurs de multiplex et de réseau, fabricants d'électronique grand public) sont tous très intéressés par la télévision numérique de Terre et devraient, à ce titre, soutenir les choix opérés en faveur de l'évolution du réseau.

Les services de télévision numérique de Terre peuvent être classés par catégories, selon le type de réception (antenne de toit, réception portable en intérieur ou en extérieur, réception mobile et sur dispositifs portatifs) et selon le type de fourniture de contenus (télévision à définition normalisée (TVDN), télévision à haute définition (TVHD), télévision interactive et services de transmission de données).

Pour planifier la télévision numérique de Terre, il convient de trouver un compromis entre:

• la capacité du multiplex;

• la qualité de la couverture;

• les caractéristiques de rayonnement.

Une fois trouvé, ce compromis déterminera dans une large mesure le type de réseau télévisuel de Terre et l'évolution possible du réseau.

La capacité du multiplex influe sur la qualité du service. Le débit net de données du multiplex et le nombre de services dans le multiplex déterminent le débit de données par programme. La capacité du multiplex est limitée par la technologie du système de compression et de transmission et par le choix de la variante DVBT ou ISDBT.

Avertissement: des débits de données inférieurs à 4 Mbits/s par programme peuvent entraîner un phénomène de "barre parasite" et des artefacts sur les écrans plats des téléspectateurs, qui feront alors des réclamations. Les consommateurs se plaindront d'autant plus quand ils auront des écrans plus grands chez eux. A éviter donc!

La qualité de la couverture est un élément important pour le nombre de téléspectateurs potentiels. Elle correspond à la probabilité de recevoir le signal voulu à un endroit précis en présence de bruits et de brouillages. La zone de couverture regroupe l'ensemble des emplacements présentant une probabilité de réception acceptable. La qualité de la couverture dépend également du choix du système TNT et des caractéristiques de l'installation de réception, en particulier de l'antenne de réception et des conditions spécifiques de réception. La relation exacte entre la puissance rayonnée analogique et la puissance rayonnée numérique en termes de zone de couverture est difficile à calculer. Le problème tient essentiellement au fait que l'on peut toujours recevoir un programme de télévision analogique largement en dehors de la zone de couverture nominale, mais au prix d'un bruit important au niveau de l'image et du son, ce qui constitue une spécificité de la réception de télévision analogique également appelée "dégradation progressive". Toutefois, tel n'est pas le cas des transmissions numériques qui, en fonction du codage appliqué et de la qualité des récepteurs de télévision utilisés, lorque le taux d'erreur de modulation (TEM) atteint une certaine valeur, donneront une image figée ou un écran noir ("effet falaise").

Les caractéristiques de rayonnement dépendent des coûts de transmission. La puissance de transmission et les spécifications des antennes, depuis une station d'émission unique ou depuis un réseau à fréquence unique, déterminent le champ généré à un emplacement de réception. Les caractéristiques de rayonnement sont limitées par les équipements d'émission et par les installations des stations d'émission. Selon les indications disponibles, par exemple, un émetteur de télévision analogique de 10 kW pourrait être remplacé par un émetteur TNT (OFDM) de 2 à 2,5 kW, ce qui nécessiterait une puissance d'émission rayonnée 4 à 5 fois moindre pour couvrir une zone de service donnée. A noter cependant que les émetteurs de télévision de Terre analogiques et numériques ont des références différentes, à savoir une puissance de crête sur l'impulsion de synchronisation par rapport à la puissance moyenne. Toutefois, dans certains cas, en fonction des particularités de la zone de service concernée, le principe "être ou ne pas être" inhérent à la réception de télévision numérique (en l'absence de dégradation progressive de l'image propre à la télévision analogique) pourrait exiger une puissance d'émission TNT au moins égale à celle requise par l'émetteur analogique pour couvrir la même zone.

Il convient de noter que certains émetteurs DVB-T peuvent consommer davantage d'énergie sur le réseau électrique que les émetteurs analogiques de même puissance rayonnée.

Toutefois, en général, les émetteurs de TNT modernes présentent une meilleure efficacité en termes de puissance que les anciens émetteurs pour ce qui est du rapport puissance électrique d'entrée/puissance RF de sortie. De plus, on a constaté dernièrement que les constructeurs d'émetteurs de TNT mobilisaient des ressources de recherchedéveloppement afin d'accroître l'efficacité des émetteurs TNT.

En résumé, les réseaux d'émetteurs de télévision numérique de Terre présentent un meilleur rendement énergétique que les émetteurs analogiques et constituent ainsi une meilleure solution pour la radiodiffusion télévisuelle de Terre.

Il convient également de signaler que contrairement à la pratique de radiodiffusion établie pour la TNT, l'émetteur numérique en mode veille doit avoir une puissance rayonnée équivalente à celle de l'émetteur numérique standard défectueux pour être sauvegardé.

Trouver un compromis entre la qualité de service, le nombre de téléspectateurs potentiels et les coûts de transmission n'est pas chose facile, et ce choix pourrait être essentiellement dicté par des considérations commerciales.

Réception avec antenne montée sur un toit, réception portable en intérieur et en extérieur

La réception avec antenne installée sur un toit, également appelée réception fixe, se caractérise par une antenne de réception directionnelle fixe montée sur le toit d'une habitation. Elle est l'une des conditions essentielles pour recevoir la télévision numérique de Terre. Dans la plupart des pays, une couverture quasi-universelle doit être fournie pour la réception avec antenne de toit, du moins pour les services de radiodiffusion publics. Toutefois, les antennes de toit ont souvent disparu dans les secteurs où la télévision par câble a été mise en service, les communautés locales ayant parfois même demandé leur retrait. L'expérience montre, comme récemment en Allemagne, qu'à l'heure du passage à la TNT, ce service suscite de nouveau l'intérêt du public, et de nouvelles antennes sont installées sur les toits. On peut dès lors affirmer que la TNT a des chances de devenir un concurrent de poids face au câble, à la télévision par satellite et à la TVIP (environ 22% des ménages allemands ont opté pour la télévision analogique de Terre après le passage à la TNT, alors qu'ils n'étaient auparavant que 5% environ à préférer ce mode de radiodiffusion).

La radiodiffusion numérique de Terre se caractérise notamment par une réception en intérieur ou en extérieur au moyen d'antennes simples. Ce type de réception est appelé "réception portable". Différents types d'antennes conçues pour une réception en intérieur ou portable et divers dispositifs de réception portatifs sont apparus sur le marché, y compris des antennes d'intérieur actives et des récepteurs de télévision numérique de Terre fonctionnant avec des ordinateurs. Le champ minimum requis pour la réception portable est beaucoup plus exigeant qu'en cas de réception avec antenne de toit, compte tenu de la faible hauteur de réception, de l'effet d'écran du bâtiment et de la faiblesse voire de l'absence de directivité de l'antenne de réception. Dans de nombreux pays, les réseaux ont été conçus de façon à optimiser la réception en intérieur dans les secteurs à forte densité de population.

Capacité du multiplex TVDN

Pour inciter les consommateurs à acheter un récepteur numérique en vue de recevoir la télévision numérique de Terre (TNT), les bouquets de radiodiffusion doivent proposer entre 20 et 30 programmes télévisuels grand public pour être attractifs. Une telle quantité de programmes est également nécessaire pour mieux se positionner face aux supports de diffusion que sont le câble et le satellite. De nombreux services "élitistes", qui présentent un intérêt particulier, peuvent être fournis de façon optimale dans le cadre de services à la demande, via la télévision à large bande.

Avant la CRR-06, l'UER a émis une recommandation, selon laquelle la capacité de données moyenne attribuée à chaque programme TVDN doit – pour fournir une qualité vidéo acceptable sur des écrans classiques – osciller entre 3 et 4 Mbits/s avec un codage de la source en MPEG2, en fonction de la variante DVB-T et du multiplexage statistique, le cas échéant. En Australie cependant, le débit de données vidéo TVDN choisi en 2001 était de 4,3 Mbit/s pour un système DVBT dans un canal de 7 MHz avec un multiplex MAQ 64 et une capacité de débit de données de 23 Mbit/s.

En pratique, la décision concernant le nombre de programmes de télévision dans un multiplex, compte tenu du débit binaire attribué aux programmes de télévision, est souvent favorable au nombre de programmes à intégrer dans la capacité de données du multiplex.

Il convient toutefois de noter que les exigences en termes de qualité de service ont besoin d'être renforcées du fait de l'apparition des télévisions à écrans plats. Des études ont révélé que les écrans plats, plus sensibles aux artefacts et aux phénomènes de barre parasite, nécessitaient des débits binaires environ deux fois supérieurs à ceux des tubes à rayons cathodiques classiques pour obtenir une image de haute qualité. Par ailleurs, la tendance actuelle montre que les consommateurs remplacent leurs anciens postes de télévision par des écrans de plus en plus grands. La baisse subjective de la qualité d'image est encore plus manifeste sur des écrans de grande taille, car les artefacts d'encodage et de décodage deviennent subjectivement plus visibles. Ainsi, en règle générale, si le codage de la source est le MPEG-4/AVC, alors un débit net de 4 Mbits/s par programme TVDN dans le multiplex statistique pourrait être considéré comme approprié au regard des exigences de qualité de service; un débit net de 3 Mbits/s par programme TVDN dans le multiplex statistique devrait néanmoins suffire très prochainement.

Le codage de la source conserve toutefois son caractère évolutif, et les débits susmentionnés sont fournis à titre indicatif.

Qualité de la couverture

Les critères de planification définis dans la Recommandation UIT-R BT.1368-7 sont utilisés comme référence, mais peuvent parfois être adaptés à la situation nationale par les opérateurs de réseau pour évaluer la couverture. La qualité de la couverture considérée comme acceptable est un critère important à définir. En principe, une probabilité de couverture des emplacements de 95% est considérée comme acceptable pour une réception avec antenne de toit. Dans le cas d'une réception portable, ce pourcentage est compris entre 70 et 95%. A noter qu'il est fort probable que les consommateurs présentent des réclamations si la probabilité de couverture des emplacements est inférieure à 95%.

Des outils logiciels sophistiqués de planification de réseau sont nécessaires pour évaluer la qualité de la couverture, de même que des bases de données précises sur les émetteurs, le terrain et les obstacles.

La forme, le relief et la taille des zones à desservir varient considérablement selon les pays. Il convient de définir, dans le cadre des exigences liées au service, les zones destinées à recevoir un certain bouquet de programmes et la probabilité de réception requise ainsi que, si nécessaire, les zones ou les conditions dans lesquelles une probabilité moins élevée est considérée comme acceptable.

Caractéristiques de rayonnement

Le champ minimal requis pour la réception portable et en particulier la réception en intérieur (hauteur de réception normalisée de 10 mètres) est bien plus élevé qu'en cas de réception avec antenne de toit.

Les caractéristiques de rayonnement pour la réception en extérieur, et a fortiori pour la réception en intérieur, sont telles qu'il n'est possible, en pratique, de desservir une zone étendue qu'en répartissant la puissance rayonnée et en utilisant des réseaux à fréquence unique.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   49

similaire:

Rapport final iconRapport Final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport Final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport Final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final Septembre 2009








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com