Rapport d'étape de thèse








télécharger 1.61 Mb.
titreRapport d'étape de thèse
page5/25
date de publication21.01.2020
taille1.61 Mb.
typeRapport
ar.21-bal.com > comptabilité > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   25

Performances provençales : perspectives de recherche

  1. Les entrées solennelles


Nous présentons ici deux entrées différentes : celle de César Borgia en 1498 à Avignon, et les préparatifs de celle du roi René à Toulon en 1449-1450 (l’entrée ne semble pas avoir eu lieu). Les archives du roi René nous donnent également quelques informations.
      1. Eléments de définition


A la fin du Moyen Âge, et plus encore au XVIe siècle, les entrées solennelles sont particulièrement nombreuses, notamment en raison de nombreux voyages faits par les souverains dans leur royaume. Les visites royales à Avignon sont rares jusqu’à Charles IX, en ce qui concerne le roi de France. Le contexte politique et humaniste de l’époque donne en tout cas lieu à de multiples réflexions sur le phénomène de l’entrée, souvenir du triomphe romain, sur lequel plusieurs auteurs vont s’exprimer. Le Songe de Poliphile, paru à Venise en 1499, est par exemple, un ouvrage dont on sait que plusieurs organisateurs d’entrées se sont inspirés, comme ceux de l’entrée de la reine Eléonore et des Enfants de France à Lyon en 1533. Une réelle réflexion est en tout cas menée autour de l’entrée afin de faire cadrer le programme des réjouissances avec la ville et avec son hôte prestigieux.

Nous avons la chance d’étudier en Provence une période où tout ce mouvement se met en place, et connaîtra par la suite une postérité importante, comme en témoigne l’ouvrage publié à l’automne 1997 pour le mois du patrimoine écrit : Les entrées solennelles à Avignon et Carpentras : XVIe-XVIIIe siècle. Ce catalogue d’exposition considère les entrées depuis celle du cardinal Farnèse en 1553, qui est la première a bénéficier d’une relation imprimée.

Il semble que le programme de ces entrées, au moins pour l’époque moderne, ait fait l’objet d’une délibération du conseil de ville et de la désignation d’un expert, le plus souvent un jésuite nous dit Yves Pauwels dans sa préface au catalogue des entrées avignonnaises. On ne sait pas quel rôle a pu jouer, auparavant, le vice-concierge de l’hôtel de ville ou le premier courrier dans l’encadrement des responsables des différents échafauds. Il semble évident que le programme global a fait l’objet d’une validation par le pouvoir municipal mais les modalités nous en sont mal connues. Pour Avignon, il n’y a visiblement pas d’autre délibération notée dans les registres BB que celle qui décide d’offrir des réjouissances pour l’entrée du personnage. Le contrôle des performances se fait donc sans doute de manière informelle, mais nous sommes de plus en plus convaincus que le premier courrier, avec l’expérience qu’il a des performances, joue à coup sûr un rôle clé dans la coordination des différents participants.

Il convient tout d’abord de se demander si l’entrée d’un personnage important constitue une performance en soi, si elle est un ensemble de performances, ou si elle inclut diverses catégories d’événements dont certains sont des performances. Cette question nous permet d’analyser de manière assez précise comment la ville, qui se charge d’organiser les cérémonies, perçoit cet événement.
        1. Un événement global


Le terme d’entrée pour désigner l’ensemble de la manifestation est souvent utilisé, et il apparaît vite évident que les municipalités considèrent l’arrivée d’un grand personnage et son accueil comme un tout unique, comportant de multiples sous événements. Les mandats de paiement ordonnant l’organisation des préparatifs pour recevoir le personnage résonnent comme une déclaration d’intention visant globalement à « fêter » l’invité de la ville et lui faire voir la richesse et la créativité du lieu dans lequel il arrive. On évoque, notamment pour César Borgia, l’image du triomphe à la romaine, symbolisant à la fois la prise de possession guerrière de la ville (d’où la fréquente remise des clés, encore en vigueur de nos jours) et le retour dans un lieu accueillant et familier. On retrouve cette thématique dans l’entrée de Charles Quint à Rome en 1536, où l’Empereur, arrivant par la via Appia traverse le Forum, passe sous les arcs de Constantin, Titus et Septime-Sévère, reprenant l’itinéraire traditionnel de la via sacra. Il faut donc faire de la ville un lieu exceptionnel, grandiose, tout en montrant que l’on s’efforce d’agréer personnellement le personnage ainsi célébré. A Lyon, par exemple, pour l’entrée de Louis XI, on va jouer des extraits du mystère de Saint Louis. A Avignon, pour l’entrée de César Borgia, on prévoit plusieurs bals, en raison du goût du duc de Valentinois pour la danse.

De multiples mandats de paiement sont donc émis, la plupart du temps sous la responsabilité d’un dignitaire de la ville. Celui-ci peut être amené à déléguer à un bourgeois l’organisation d’un événement interne à l’entrée : les échafauds répartis sur le trajet du cortège de César Borgia en 1498, par exemple, sont, pour certains d’entre eux, placés sous la responsabilité de certains artisans ou commerçants qui touchent une somme globale et répartissent les dépenses entre les différents artistes et artisans. La centralisation, autour d’un employé municipal, de toute l’organisation permet cependant d’avoir une vision globale de l’ensemble des événements patronnés par la ville.

Il est donc possible, à notre sens, d’affirmer qu’une entrée est une manifestation en elle-même, comportant un grand nombre de sous-événements. Le fait qu’elle soit conçue dans son ensemble comme un tout cohérent par les dirigeants municipaux et la population nous autorise selon nous à définir l’entrée comme une performance à part entière, de la même manière que nous l’avons fait pour les processions qui comportent, comme à la Fête-Dieu, plusieurs performances internes.
        1. La durée


Si la durée d’une procession varie en général de quelques heures à une journée, celle d’une entrée est encore plus variable. Un cardinal peut, par exemple, être accueilli relativement rapidement puis accompagné par un cortège jusqu’au palais apostolique, ou jusqu’à sa résidence, sans qu’un grand nombre de performances internes le ralentisse dans sa progression. A l’inverse, l’entrée de César Borgia à Avignon en 1498 commence en amont de la cité, s’étend sur plus d’un kilomètre dans la ville, et se poursuit en quelque sorte durant tout le séjour du prince, qui s’étend sur plusieurs jours. Même si l’entrée proprement dite n’a duré tout au plus qu’une demi journée, durée comparable à celle d’une grande procession de la Fête Dieu, on peut toutefois considérer que les performances (banquets, danses, représentations théâtrales) qui ont lieu tant que l’hôte de la ville est présent dans la cité, font partie de l’entrée. On retrouve en effet dans les mandats et dans le registre du trésorier la mention « pour la venue de... » même pour des événements s’étant déroulés le lendemain ou les jours suivants.
        1. La solennité des entrées


« Entrée solennelle », « grande entrée », « entrée » : il existe différents termes pour désigner la façon dont un grand personnage pénètre dans une ville qui prépare à son attention des réjouissances. Le terme d’entrée solennelle nous semble être le plus approprié, mais nous hésitons à l’utiliser pour des entrées assez simples, avec très peu de performances internes, et dont le caractère solennel est assez discutable. On s’aperçoit que la pompe déployée pour accueillir un personnage dépend de la qualité de celui-ci, de son lien de proximité avec le pape ou le comte de Provence, et de sa position « hiérarchique » ou de son importance politique.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   25

similaire:

Rapport d\Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...

Rapport d\Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le...
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne méritait pas d’être...

Rapport d\Message de Sophie Gironnay, Montréal 12 décembre 2006
«roman-jeunesse» propose un voyage initiatique, d’étape en étape, au long du processus créateur d’un projet en architecture. On s’y...

Rapport d\Lille, ville étape des «dell days» le 8 decembre 2005
«Ainsi, nous pouvons présenter à tous nos clients qui viendront nous rencontrer sur chaque étape, les solutions Dell répondant au...

Rapport d\Strasbourg, ville étape des «dell days» le 29 novembre 2005
«Ainsi, nous pouvons présenter à tous nos clients qui viendront nous rencontrer sur chaque étape, les solutions Dell répondant au...

Rapport d\Lyon, ville étape des «dell days» le 15 decembre 2005
«Ainsi, nous pouvons présenter à tous nos clients qui viendront nous rencontrer sur chaque étape, les solutions Dell répondant au...

Rapport d\Pont a mousson, ville étape des «dell days» le 30 novembre 2005
«Ainsi, nous pouvons présenter à tous nos clients qui viendront nous rencontrer sur chaque étape, les solutions Dell répondant au...

Rapport d\6e Etape Histoire

Rapport d\5e Etape Histoire

Rapport d\Première étape








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com