Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de








télécharger 28.96 Kb.
titreCe document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de
date de publication08.07.2017
taille28.96 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > comptabilité > Documentos
Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, il présente le travail de l’artiste dans son contexte, historique et artistique, et propose des pistes pédagogiques à explorer, transformer, adapter, en fonction de chaque situation d’enseignement.

L’Abéïcité et le Parc Saint Léger, dans le cadre de son programme Hors les murs ont invité l’artiste Vincent Mauger à investir une partie de l’espace des caves de l’Abbaye.

En s’imprégnant de ce lieu de mémoire(s), l’artiste a imaginé et conçu une sphère imposante composée à partir de palettes de bois.

Visible désormais de manière permanente dans les caves de l’abbaye, cette oeuvre s’inscrit dans un programme initié en 2005, visant à instaurer une tradition du métissage culturel dans un lieu chargé d’histoire. Ce lieu patrimonial se donne ainsi à voir comme un lieu d’accueil d’œuvres plastiques in situ.





CONSEILS POUR UNE VISITE REUSSIE
L’entrée dans les caves est une expérience en soi d’un voyage à rebours du temps : de l’architecture du 18è siècle, massive, sobre et unitaire, on « descend », comme on remonterait le temps, dans un espace nous englobant dans le plein et le délié de ses voûtes. La descente dans les caves et la pénétration dans l’espace de l’œuvre est un moment fort d’expérience sensorielle: nous sommes saisis par la fraîcheur de la pierre, et aussi par l’odeur de la terre. Cette prise de conscience des éléments qui constituent le silencieux environnement de l’œuvre peut être l’occasion d’un moment d’introspection et d’écoute, favorable à la réception sensible de ce que l’œuvre « dit » dans son écrin de pierre.

Par exemple, il peut être proposé aux enfants de descendre par le dédale de petites salles de l’entresol, et non pas par l’escalier de service, ce qui constitue un parcours quelque peu ludique, par lequel on arrive progressivement à l’espace voûté accueillant l’œuvre.

Ainsi, un court rappel des consignes visant à préserver toute atteinte à l’œuvre pourra être effectué : ne pas toucher, ne pas heurter, etc.

Ensuite, il peut être proposé aux élèves de se tenir debout en fermant les yeux, et de s’interroger sur les sensations qu’ils éprouvent (emprise du corps au sol sous leurs pieds, odeurs, sensation d’humidité, bruits extérieurs), sans les nommer, en s’en imprégnant silencieusement.

Les élèves sont à même, après ce moment d’apaisement faisant office de transition entre le monde extérieur et l’espace d’exposition, de profiter au mieux de l’expérimentation spatiale proposée par l’artiste.


DÉCOUVRIR
Le moment d’appréhension d’une œuvre est toujours singulier, il nécessite une certaine posture de réceptivité afin que la rencontre réussisse: pourquoi ne pas laisser vivre les élèves tout simplement ce temps de découverte spontanée sans intervenir ? Les éléments informatifs nécessaires à la compréhension de l’œuvre n’auront que plus d’incidence s’ils viennent mettre des mots et des concepts sur une expérience vécue, éprouvée de nos cinq sens devant la réalité de l’œuvre

APPROFONDIR
Dans le temps de parole suivant la découverte de l’œuvre, la curiosité et l’imaginaire de chaque enfant deviennent moteurs de formulation des sensations vécues, et de projection sur les intentions de l’artiste.

Ici donc, il peut être plus audacieux de laisser émerger les notions de la bouche des élèves (telles que l’équilibre, la sensation de fragilité), plutôt que de les énumérer sur un mode informatif.

LE RÔLE DE L’ENSEIGNANT
Le groupe est face à une œuvre dont le propre est de susciter un cheminement, une réflexion, attention donc à la tentation d’avoir des réponses à fournir aux élèves : l’œuvre reste ouverte à toutes les interprétations qu’elle crée.

Ainsi, l’ouverture de champs notionnels sera préférable à la catégorisation. Par exemple, pourront être mises en tension les notions suivantes :

-Plein / Vide / Module / Rythme

-Equilibre / Déséquilibre

-Fragilité / Pérennité / Matérialité

-Mobilité / Immobilité

-Monumentalité / In situ
RÉPARTITION DE LA CLASSE
Bien que l’espace d’accueil soit suffisamment grand pour accueillir une classe entière, il est sans doute souhaitable de constituer de petits groupes. Ainsi, il est possible d’organiser la visite conjointe de cette œuvre et d’autres œuvres in situ dans l’Abbaye de Corbigny. Le service éducatif se tient pour cela à votre disposition.


APPROCHE SENSIBLE DE L’ŒUVRE
En entrant dans les caves, il est important de laisser les enfants regarder par eux-mêmes, de ne pas tout de suite chercher à parler ou les faire parler. Enoncé comme tel, ce temps est désigné comme celui de l’observation : il leur est demandé d’aborder l’œuvre en l’observant, de mettre leur sens et leur esprit en éveil face à l’inconnu de l’œuvre.
Ensuite, en commun, il s’agit d’identifier l’œuvre avec les élèves :
- Qu’a fait l’artiste :

En quoi consiste son intervention ? Qu’est-ce qui était là, avant ? Qu’a-t-il ajouté ?

L’artiste a créé un volume sphérique monumental dans l’espace architectural de la cave, sous les voûtes qui étaient là avant. Evidement, il existe une correspondance entre les formes de l’architecture et celles de la sphère, c’est la façon de l’artiste de créer une œuvre qui entre en interaction avec le lieu qui l’accueille. Le spectateur découvre l’œuvre en l’éprouvant par l’échelle de son propre corps. L’intrusion de ce volume gigantesque par rapport à l’échelle humaine, et aussi par rapport au lieu qui l’accueille, va d’emblée poser la notion de la monumentalité.

- Avec quels matériaux a-t-il travaillé ?

Vincent Mauger a, ici, comme à sa habitude, travaillé avec un matériau « pauvre », précaire, voué au transport ou au stockage: la palette de bois.

En le transformant et l’assemblant d’une façon très élaborée, il transforme ce matériau banal en quelque chose qui a une forte présence plastique, et qui ne le laisse pas de prime abord reconnaître comme tel.

La structure de l’œuvre est de nature modulaire, qui comme sont nom l’indique se compose d’une unité de base multipliée (à l’infini ?), et fait intervenir les notions de plein et de vide. En effet, lorsque l’on se déplace autour de l’œuvre, notre mouvement met en évidence cette alternance de parties opaques en bois et de parties vides

-Quelles sont les conséquences de son intervention ?

L’artiste nous surprend donc par le potentiel de transformation de l’objet courant mis en œuvre ici, et par lequel il nous fait découvrir l’espace de la cave différemment. L’artiste interroge le spectateur en suscitant une expérimentation physique des données plastiques de l’œuvre. Ces dernières entrent en relation avec les composants du bâtit : le rythme produit par l’alternance des pleins et des vides de la palette se fait l’écho de celui des constructions en pierre des voûtes et de leur mortier.

Trois angles d’approche pour l’analyse de l’œuvre permettant de cerner les enjeux du travail de Vincent Mauger afin de proposer des séquences pédagogiques qui mettront les élèves en questionnement.
A ) La monumentalité de l’œuvre : Echelle / Lieu/ Corps
Monumentalité

Tel un objet étranger mais pourtant en harmonie avec l’architecture qui l’accueille, la sphère s’impose par sa monumentalité.

Nous dépassant de beaucoup, elle atteint presque le plafond voûté. Sa présence est écrasante en rapport à l’échelle du lieu, déjà alourdi par sa dimension souterraine. Notre corps semble petit et vulnérable face à elle.

Pourtant, sa massivité contraste avec sa fragilité et l’apparente précarité de son assemblage. Elle semble être au seuil du mouvement, à la limite du déséquilibre, ce qui accentue cette impression de précarité.

Une question peut alors surgir : comment est-elle entrée  dans l’espace ? En effet, aucun accès n’est suffisamment large pour lui permettre de « passer ». L’objet a ainsi été assemblé sur place, ne pourra le quitter que démonté et il a des dimensions spécifiques au lieu. (La notion d’in situ pourra être expliquée).

Le titre : La multiplication des contraintes  constitue une référence à cette impossibilité liée aux difficultés techniques rencontrées pour l’élaboration de la structure interne de la sphère et son assemblage modulaire. L’obtention d’une forme simple met en œuvre des lois mathématiques complexes à mettre en œuvre.
EXERCICES
Il peut être proposé aux élèves une rapide prise de notes écrites et dessinées sur la situation physique de l’œuvre explorée : croquis de l’architecture voûtée et de la sphère, plus ou moins schématique selon les capacités.

À partir de cette prise de notes, qui mettra en évidence la question de l’échelle et de la monumentalité, il pourra être proposé aux élèves d’imaginer la mise en scène d’un objet quotidien en modifiant ses données d’apparition (matériaux, variation d’échelle), dans un lieu donné de l’établissement. Ainsi, un temps de description et de listage des données plastiques du lieu choisi orientera les choix de forme, de matière, de couleur de l’objet sélectionné.

Cette projection mentale pourra être concrétisée soit par la réalisation de maquettes, soit au moyen d’un logiciel de retouche d’image numérique (paint.net).
Ouverture au champ artistique contemporain :
-Claes Oldenbourg, Pince à Linge (installations monumentales dans divers lieux)

B) La mise en mouvement indirecte qu’elle suscite : sa nature modulaire
Instinctivement, nous nous mettons en mouvement autour de cet objet dont la présence inattendue occulte l’espace par sa monumentalité. Malgré la fixité de la sphère, notre déplacement met celle-ci, en quelque sorte, en mouvement : les palettes assemblées constituent des modules faits de pleins et de vides qui en rythment la structure.

Le déplacement modifie le point de vue, et ainsi, par le jeu de pleins et de vides, active une sensation de mobilité. La sphère devient un paysage de formes mouvantes dont la matière se déconstruit et se reconstruit au rythme de notre déambulation. Notre mouvement génère, pour ainsi dire, celui de la sphère.

EXERCICES
Le système de construction en module induisant les notions de plein et de vide peut donner lieu à de multiples expériences, à partir de brindilles, de tiges diverses et variées, en référence à la Tour Eiffel, par exemple. Il pourra être proposé aux élèves de construire, le plus haut, le plus loin, le plus géométrique, symétrique, dissymétrique… etc. morceau d’architecture de leur choix. Là encore, une expérimentation physique peut constituer la forme d’une telle proposition, tout autant qu’un système infographique de construction et d’assemblage (Gimp : logiciel gratuit de retouche d’image ou de création artistique).

La question de la fragilité, du seuil du déséquilibre, pourra là aussi être mise en évidence.
Ouverture au champ artistique contemporain :
-La Tour Eiffel

-Calder : les Mobiles

-Tadashi Kawamata : installations de palettes de bois ou de bois en latte sur des bâtiments publics.

C) La nouvelle lecture de l’espace qui est proposée
La présence de la sphère a pour conséquence une perception accentuée de l’espace des caves. Son immobilité monumentale, qu’on pourrait définir, aussi, comme un « silence serein », trouve un écho dans la massivité de l’architecture. Sa forme et son échelle mettent en valeur les voûtes en berceau et rappellent leurs courbes. Aussi, à la structure modulaire du bois de palette assemblé correspond la régularité des pierres de construction des murs. À la précarité supposée de l’assemblage de palettes, répond l’immuabilité de la pierre, qui traverse les siècles.

L’espace est donc revisité par un jeu de correspondances de matière et de formes sur le mode de l’harmonie, de la partition, sinon musicale, du moins rythmique.

Cette œuvre installée in situ utilise de cette façon comme matériaux à la fois celui qui le constitue physiquement, mais aussi celui qui l’entoure : l’espace, le vide, celui qui sépare les bois de palettes, et celui qui existe entre la sphère et l’architecture. L’espace vide alentour devient le jeu de tension entre l’œuvre et son environnement, celui-là même dans lequel le spectateur entre en scène.

EXERCICES

La notion d’installation pourra être abordée, celle que donne l’artiste Bill Viola est simple et efficace. Pour lui,  l’installation se distingue de la peinture qui nous fait face ou la sculpture autour de laquelle on tourne par le fait que l’on pénètre à l’intérieur.
L’œuvre de Vincent Mauger est-elle une sculpture ou une installation ? À l’évidence, elle comprend aussi son environnement, entre en écho avec celui-ci.

Pour cette question de l’éventuelle d’interaction de l’objet artistique avec son environnement, il pourra être proposé aux élèves de choisir un lieu et d’y proposer une intervention qui permette de découvrir le lieu autrement. Cela conduira nécessairement à la prise de conscience des qualités physiques et des composantes du lieu, ainsi que leur mise en question.
Ouverture au champ artistique contemporain :
-Buren : Installation de sa marque de fabrique, la rayure, dans divers lieux historiques.

-Gordon Matta Clark : percées dans des immeubles voués à la destruction.

-Marcel Broothaers : « La salle blanche », 1975





similaire:

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconAbbaye de corbigny

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconEnseignement de l’Histoire des Arts au cycle III liste documentaire...

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconPréambule A. Objet du document Ce document a pour objet la description...

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconLe Groupe Nemetschek Structural Annonce les Gagnants des Prix 2013 Inspirations in Engineering
«exceptionnelle» du breeam] pour la performance environnementale et son engagement pour le bim. Réaliser la durabilité la plus grande...

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconBilan non exhaustif de la critique proustienne
«recomposition de la cartographie psychique», dans son dernier ouvrage, La Tentation de Marcel Proust

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconRésumé La présente recherche a pour objectif d’étudier dans quelle...

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconVoyages rouzeau – 9 Rue du champ de Foire – 58800 corbigny
«Balcalhau». L’après-midi : visite incontournable des chaix et d’une cave de vin de Porto suivie d’une dégustation. Puis temps libre...

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconI l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf
«pour le pardon de ses péchés» ou pour le prestige de donner à sa ville résidentielle une importante abbaye clunisienne avec le secret...

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconDocument de travail pour les administrateurs

Ce document a pour objectif l’accompagnement de l’enseignant dans son projet de visite de l’abbaye de Corbigny. Non exhaustif, IL présente le travail de iconI- la présence l’Abbaye de Thélème dans le roman
«une constitution écrite, la désignation du détenteur de l’autorité par élection…» La vie monastique de Rabelais l’a beaucoup influencé,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com