Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité








télécharger 466.76 Kb.
titreBilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité
page8/14
date de publication24.10.2016
taille466.76 Kb.
typeRecherche
ar.21-bal.com > documents > Recherche
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14

ASCL : Articles dans des revues sans comité de lecture



211-ASCL FABRE Jean-Henri, 2006, " D’un couvent bénédictin à la ZUP du Mirail " in «Architecture des écoles d’architecture » numéro spécial de la revue D’A
AP - Traduction en Espagnol et publication en ligne ( HAL ) en 2008 de 4 chapitres de l’ouvrage publié en France sous la direction de Monique BARRUÉ-PASTOR: DO BARRUÉ-PASTOR, Monique ( Ed.), 2004 , Forêts et développement durable au chili : indianité mapuche et mondialisation, Presses universitaires du Mirail, 287p. ( n’ayant pu être publié au Chili en espagnol, comme prévu, faute de financement).
212-AP BARRUE-PASTOR, Monique y Juan SANCHEZ-ALVAREZ, 2008," Introduciòn", 8p.
213-AP BARRUÉ PASTOR, Monique,2008," La construcciòn de un modelo heuristico de investigaciòn sobre el desarrollo sostenido ( el sistema“ actor-territorio multicriterio ”de la Región de Los Lagos)", Càpitulo I , 30 p.
214-AP BARRUÉ PASTOR, Monique, 2008, "Concepto de propiedad, conflictos territoriales y desarrollo sostenido de los bosques y de las comunidades mapuches-huilliches ( la construcción de la ruta costera)", Càpitulo VII , 30 p.
215-AP BARRUÉ PASTOR, Monique, 2008," Desarrollo y paradojas de la sociedad indígena" , Càpitulo VIII , 22 p.

AP : Rapport de recherche

216-AP BARRUÉ, Michel, BARRUÉ- PASTOR,Monique, 2008, " Architecture, société et risques catastrophiques : Architecture du risque en " PaysToy" dans les Pyrénées centrales", in séminaire: Modèles et simulations pour l'architecture, l'urbanisme et le paysage, Villeneuve Lez Avignon, MAP, 18p.
217-AP BARRUÉ, Michel, 2005, " Protection paysagère et développement rural dans les Pyrénées : réalisation expérimentale de bâtiments agricoles dans le Luchonnais". in Rapport du Réseau national : bâtiments d’élevages et paysage, ITE, Ministère de l’agriculture, 4. p.
AP - Documents multimédias :
218-BARRUÉ PASTOR, Monique, FARAUT Serge , 2006 ( Dir), CD-ROM, Architecture, Société et Paysage Bétamaribé au Togo, Ed. des Presses Universitaires du Mirail, Toulouse.

219-AP Frédéric Lesueur, 2006, "Modélisation d'une Tata (maison traditionnelle) afin de pouvoir expliquer à travers des vidéos le volume et les différentes étapes de la construction", : in BARRUÉ PASTOR, Monique, FARAUT Serge ( Dir), CD-ROM, Architecture, Société et Paysage Bétamaribé au Togo, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse.
220-AP FARAUT, Serge, 2005-2009, projet IMCRA ( Indexeur de Mots Clefs pour la Recherche dans @Archi.fr) : développement et administration d’un moteur de recherche en texte intégral dans les informations contenues sur les serveurs WWW des établissement et des unités de recherche de la communauté @Archi.fr (appartenant au domaine de nommage Internet “ archi.fr ”).

Campagne d’évaluation 2011-2014

BILAN de l’activité de recherche



LRA – MHA APB
Bilan général de l’unité

1- Le laboratoire MHA-APB de Toulouse se situe à la rencontre de plusieurs recherches disciplinaires touchant à l’histoire architecturale de l’architecture et de l’archéologie. Il crée et met en œuvre des outils théoriques et pratiques pour le développement de l’histoire et s’oriente vers leur mise en pratique dans le champ des recherches archéologiques. Il teste et expérimente également ses travaux de recherche à travers différents enseignements dont celui du projet.

Dans le cadre de la formation initiale, l’équipe a structuré un des grands axes thématiques qui orientent l’enseignement en 3e année de Licence et en Master. L’axe thématique « patrimoineS – métamorphoseS » est nourri par l’ensemble des réflexions et des recherches menées au sein de la formation tant par les enseignants chercheurs que par les chercheurs associés ou les doctorants. Un séminaire de Master est consacré à nos problématiques : « Archéologies, villes et architectures ».
2- Objectifs de recherche
Parallèlement à l’étude des idées, dans l’histoire architecturale de l’architecture, nous nous situons dans le champ de l’étude (et de l’analyse) de l’objet bâti autant que dans l’expérimentation de nouveaux outils ou dans la validation par la pédagogie des résultats de nos recherches.

Nous considérons l’édifice comme un document non écrit que nous cherchons à lire et à comprendre. De nouveaux outils sont à créer, de nouvelles procédures à faire émerger. Il s’agit d’identifier le projet initial derrière la ruine d’aujourd’hui

Dans le cadre des enjeux de la conservation du patrimoine architectural, l’étude archéologique du bâti, plus particulièrement en milieu urbain, est devenue une nécessité12à l’occasion de projets architecturaux visant à la conservation, à la transformation ou au remplacement de l’existant. Cet existant parfois monumental mais bien souvent modeste et ordinaire, c’est l’habitat de l’homme, ses lieux de travail ou de commerce. L’archéologie du patrimoine bâti recherche les traces de bâtiments témoins d’une culture urbaine qu’ils ont contribué à constituer avec les parcellaires, les tracés et autres espaces publics.

Le bâti est un objet de la recherche archéologique monumentale13 ; il est un élément du patrimoine concret de la ville ; il pose la question, par son devenir, de l’enjeu de l’archéologie des élévations. L’étude du bâti ancien entre dans le cadre de la problématique et des méthodologies de l’archéologie urbaine14. Il s’agit bien en effet de comprendre à terme l’évolution de l’ensemble du tissu urbain et comme le dit Henri Galinié : « d’appréhender l’espace urbain dans sa diversité et sa durée ». Dans les faits, cette démarche peut s’appliquer bien au delà du cadre des études programmées ou des opérations préventives de sauvetage : à partir d’une lecture archéologique et architecturale d’un bâti existant condamné à court terme soit par sa destruction soit par sa transformation, comme le note Bruno Fayolle Lussac15 : « il s’agit de constituer un dossier susceptible à terme de fournir des éléments d’analyses morphologiques et typologiques utiles pour la connaissance de l’évolution du bâti urbain dans son environnement ».

Il est également nécessaire de considérer l’édifice comme un traité théorique et son étude correspond à un approfondissement de problématiques architecturales et urbaines. A considérer la compréhension de l’édifice comme la lecture d’un document construit, notre équipe envisage une thématique de recherche plus particulièrement tournée vers l’habitat et sa protection en écartant, dans un premier temps, les édifices monumentaux cultuels ou de spectacle. La compétence du lecteur d’édifice, que nous cherchons à évaluer, permet de mener à bien une étude paléographique de l’architecture du passé par la compréhension des techniques de construction ou par celle des rapports de l’édifice aux courants doctrinaux en cours.

L’archéologie, habituellement à la recherche des vestiges matériels enfouis, se pose aujourd’hui la question des élévations auxquelles elle tente d’appliquer des méthodes stratigraphiques en usage dans les sondages qu’elle affectionne ; elle sollicite la recherche architecturale et urbaine pour permettre, par sa singularité, une approche interprétative des moments du projet et de l’édification.
3- Problématique générale des travaux de recherche:

Notre problématique se fonde sur notre compétence en architecture et dans le champ de la construction. Outre notre implication dans le champ de la pensée et de la « projetation », la connaissance que nous avons des modes de production, des circuits décisionnels, des cadres normatifs et réglementaires donne à notre approche une particularité exemplaire. On ne peut pas se passer d’une pensée constructive. S’il s’agit de voir et de regarder, il est nécessaire d’étudier les vestiges qui existent pour restituer ce qu’ils signifiaient tant au niveau de l’aspect que de la fonction et de l’usage.

Un édifice, une fois dessiné, n’en est pas pour autant connu. Quand on en a dressé le plan et les élévations ; l’élaboration du dossier graphique nécessite des points de vue comparatifs et appelle des pistes nouvelles. Le bâti urbain est un objet susceptible de nous renseigner sur les modes de fabrication du bâti (de la conception à la réalisation) et leur évolution. Fragmenté et stratifié, le bâti urbain témoigne des différentes étapes de son évolution. L’étude des restes matériels bâtis doit ainsi être complétée par l’élaboration d’hypothèses de restitutions en accord avec les autres documents archéologiques. Ces restitutions, à travers l’étude des techniques de constructions, des méthodes de tenue des chantiers et de leur rapport avec différents modes de production du projet architectural et de l’édifice construit, doivent également aboutir à de l’archéologie expérimentale. Ces essais de reconstitution et de reconstruction sont souhaités par les collectivités territoriales qui participent aux financements des recherches scientifiques préalables
4- Hypothèses et principes méthodologiques:

Nous n’insisterons pas sur la nécessité du travail de terrain, ni sur la nécessaire comparaison avec des études similaires. Le travail en réseau et en partenariat est d’autant plus important qu’il ne peut pas y avoir d’ignorance typologique et qu’il faut, tout en notant tous les indices, connaître l’évolution tant du type auquel appartient la construction que de la morphologie spécifique à laquelle se réfère l’agglomération.


La nécessité du choix du relevé, du dessin, de la notation se justifie par l’obligation de « coller à la matière ». Devient primordiale une réflexion sur ce que peut être l’acquisition des données, pour qui ? Pourquoi ? Comment ?…

Simultanément avec l’utilisation de nombreux outils informatiques, nous proposons une piste sur la modélisation du comportement structurel d’éléments du passé antique et médiéval ; cette piste a été explorée, elle est développée par M. Caradant dans un enseignement optionnel du cycle master. Le relevé, méthode de travail privilégiée par l’architecte pour atteindre la connaissance du bâti, doit également être replacé dans une réflexion historique (l’histoire du relevé par exemple) et dans des démarches archéologiques où l’établissement de typologies se fonde avant tout sur des processus récurrents et analogiques. La connaissance à la fois savante et technique des édifices déjà étudiés aide à lire et à comprendre les édifices « documents non écrits ».

La diversité des terrains d’études et de recherche est liée aux différentes recherches menées par les membres du laboratoire. Les institutions partenaires comme les formations du CNRS, les universités ou les Services Régionaux de l’Archéologie (qui dépendent de la DAPA) sollicitent également notre équipe, sont à l’écoute de nos travaux et suivent l’avancée de nos recherches ; ils orientent par leurs demandes de coopération le choix des objets d’études qui aujourd’hui sont différents de ceux d’hier et bien sûr de demain. L’ancienneté de notre présence au Proche-Orient, plus particulièrement au Yémen et en Oman, favorise, de par la richesse des sites, nos axes de recherche. Il en est de même pour l’ensemble de l’horizon de l’antiquité où notre partenariat avec l’IRAA et les universités, sans oublier l’INRAP, établissement public récemment substitué à l’AFAN, permet à de nombreux travaux de se développer même si nos préoccupations, plus particulièrement fondées sur les savoirs liés à l’histoire de l’architecture, ne concernent pas toujours les demandes pressantes des archéologues plus soucieux de relevés et de restitutions que des considérations sur « l’histoire de l’histoire architecturale » revendiquée par le laboratoire MHA de l’école d’architecture de Grenoble16 ainsi que par d’autres institutions de recherches étrangères. Le patrimoine bâti archéologique et historique du Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) est devenu un de nos terrains d’études vu la demande exprimée par les autorités et les chercheurs locaux ainsi que par les formations de recherches du CNRS déjà impliquées. L’étude du bâti médiéval, plus précisément celui qui concerne l’habitat, peut nous permettre, de par son relatif état de conservation, d’expérimenter des modes de lecture et d’approfondissement d’outils théoriques de réflexion. Deux autres points forts de notre recherche concernent le traitement de l’acquisition des données spatiales et celui du devenir de ce patrimoine ainsi que de la transmission de ses savoirs induit
5- Membres du laboratoire MHA-APB
Enseignants-chercheurs : 2,7 temps complet

Maurice CARADANT, architecte, ingénieur, 0,3 temps complet, professeur associé à l’INSA de Toulouse, chargé de cours à l’ENSA de Toulouse,

Christian DARLES, architecte,docteur en sciences de l’Anrtiquité, 0,5 temps complet, maître assistant à l’ENSA de Toulouse

Ahmed KOUMAS, architecte EPAU - Alger, 0,5 temps complet, docteur de l’université Rome I, La Sapienza, maître assistant associé à l’ENSA de Toulouse

Cheharazade NAFA, architecte EPAU - Alger, 0,5 temps complet, docteur de l’université Rome I, La Sapienza, maître assistante associée à l’ENSA de Grenoble,

Françoise BLANC, architecte, docteur en histoire de l’art, 0,4temps plein, Maître assistante à l’ENSA d de Toulouse

Jean Philippe DUBOURG, architecte est décédé en novembre 2008
Chercheurs : 0,3 temps plein

Catherine VIERS, architecte, 0,3 temps plein, membre de l’Institut National de la Recherche Préventive
Chercheurs associés et collaborateurs aux projets scientifiques :

Alain BADIE, architecte, archéologue, ingénieur de recherche au CNRS, IRAA (Institut de recherche sur l’architecture antique, UMR 6222) à Aix en Provence,

Jean-François BRETON, archéologue, historien, docteur es lettres, directeur de recherche au CNRS, responsable de la mission archéologique française au Yémen, UMR 7501, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (Maison René Ginouvès), Nanterre,

Laurent CALLEGARIN, archéologue, historien, laboratoire ITEM maître de conférence à l’université de Pa,u et des Pays de l’Adour. Ex pensionnaire à la Casa de Velasquez à Madrid

François RECHIN, archéologue, historien, laboratoire ITEM, maître de conférence à l’université de Pau

Pierre PISANI, archéologue, INRAP, UMR 5608

Daniel Schaad, archéologue SRA, UMR 5608
Chargés de recherches :

Magali CABARROU, architecte, (archéologie du bâti)- (Eauze, Pietratonda, Toulouse, Alexandrie)

Sandrine DUBOURG, architecte, (archéologie du bâti)- (Rirha, Alexandrie, Toulouse)

Frédéric EDME, architecte, sinologue ( depuis janvier 2009)

Nicolas LIBANTE, architecte, (archéologie du bâti)- (Varen, Saint-Lézer-Yémen)

Jean-Jacques MALMARY, architecte, (restitution et reconstitution) – (Saint-Lézer)

Bilan scientifique détaillé



Projets, actions et résultats scientifiques


Notre travail de recherche se situe dans un ensemble d’études menées par différentes équipes du CNRS (IRAA17, Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne)18, par certaines universités et par plusieurs centres français à l’étranger (IFPO à Damas et Amman, Ecole française d’Athènes, CeAlex à Alexandrie, IFAO au Caire, EFEO au Cambodge) dépendant du Ministère des Affaires Etrangères. Peu d’architectes sont amenés à travailler dans le domaine de l’archéologie dite des « élévations », il n’existe d’ailleurs, en France, que peu de bureaux d’études privés travaillant en archéologie dont un dans le domaine des élévations.

Notre équipe travaille en relations étroites avec l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (bureaux d’Aix en Provence et de Pau). Les recherches menées par l’IRAA sur les remparts d’aquitaine et celle menée par l’université de Birmingham à Saint-Bertrand-de-Comminges se situent en parallèle des nôtres sur les enceintes de Saint-Lézer, de Toulouse de Saint-Lizier et d’Auch.

Notre collaboration aux fouilles archéologiques du Yémen antique rentre dans une longue tradition, issue du XIXe siècle, qui ne pouvait pas envisager une mission archéologique en Orient sans architecte. Depuis de nombreuses décennies l’architecte est passé du stade de celui qui dessine ou topographie à celui qui essaie de replacer l’étude des techniques de construction dans le champ de la recherche. La participation aux études menées par la France sur les sites archéologiques de l’Arabie du Sud remonte à la fin des années soixante dix. De nombreuses publications ont accompagné ces travaux, internationalement reconnus car la France a été le premier pays a développer l’archéologie au Yémen en 1974. Nous sommes en liaison avec des unités du CNRS (IREMAM à Aix, Collège de France et UMR 7041 à Nanterre), également avec le Deutsche Archäeologische Institut à Berlin et Sana’a.

Le rapprochement avec le laboratoire MHA de l’école d’architecture de Grenoble concerne transversalement les trois thèmes ci-dessous. Notre réflexion commune concerne néanmoins plus particulièrement le troisième thème qui se rattache aux traversées des strates historiques par la modernité.

Toutes les actions gérées au sein de trois grands thèmes ont donné lieu à des publications, à des communications lors de colloques, à des valorisations et à des transferts pédagogiques (voir documents en annexe).
A Thème 1 : L’archéologie comme recherche du projet initial.

Responsable : Christian Darles et Catherine Viers

A-1 HABITER EN VILLE ET RÉSIDER A LA CAMPAGNE

A-1-1- Didactique du projet architectural et urbain dans l’Antiquité et au Moyen Âge. (Ch. Darles)

Rempart du Bas-Empire de Saint-Lézer (65) (Ch Darles, D. Schaad)

Villas antiques du sud-ouest de la Gaule, (Ch. Darles, Université de Pau)

L’établissement rural de Varen (82), (M. Cabarrou,Ch. Darles, SRA)

La Domus de Cieutat à Eauze (32) (M. Cabarrou, Ch. Darles, Université de Birmingham, INRAP)

A-1-2- Du projet aux chantiers durant l’Antiquité. (C. Viers)

Le site antique de Saint-Lézer (65) (Ch. Darles, D.Schaad, A.Badie-IRAA, M. Albigès, D. Stocco…)

L’alimentation en eau de Zama en Tunisie (M. Caradant, Ch. Darles, UTAH, INP-Tunis)

La villa de Lalonquette (64) (Ch. Darles, Université de Pau)

La ville de Shabwa (Yémen), (Ch.Darles, UMR 7501)

A-1-3- Etablissements ruraux et villes antiques. (Ch. Darles avec l’Université de Pau)

La Domus de Cieutat à Eauze (32) (Ch. Darles, Université de Birmingham, INRAP)

Le temple rond de Cahors – Divona (46) (Ch. Darles,D. Schaad, INRAP)

La cité des Rutènes à Rodez (D. Schaad et P. Pisani)

La villa de Lalonquette (64) (Ch. Darles, Université de Pau)
A-2 LA VILLE NOUVELLE COMME PROJET DE L’ANTIQUITE

A-2-1- Les enceintes du sud-ouest de la Gaule et le périurbain. (Ch. Darles, C. Viers, avec IRAA et SRA)

Le rempart du Bas-Empire de Saint-Lézer (65), (Ch. Darles, D.Schaad, A.Badie-IRAA, M. Albigès, D. Stocco…)

Le rempart de l’antiquité tardive de Toulouse, (Ch. Darles, A.Badie -I RAA, C. Viers)

Le rempart du Haut Empire de Toulouse -Sainte Anne et Aubuisson, (Ch. Darles, M. Albigès, D. Stocco, INRAP)

La tour Saint-Jacques à Toulouse, (Ch. Darles, A.Badie-IRAA, M. Albigès, D. Stocco…)

Les remplois du rempart de Saint-Lizier

A-2-2- Les implantations urbaines en Orient hellénistique et romain et en Arabie du sud (N. Libante et Ch. Darles)

La ville de Sumhuram-Khor Rori en Oman (Ch. Darles, Université de Pise)

La ville de Yathill-Baraqish au Yemen (Ch. Darles , Université de Naples)

Shabwa capitale du Hadhramawt antique(R du Yémen), (Ch.Darles, UMR 7501)

L’occupation de la vallée du Wâdî Bayhan (R du Yémen), (Ch.Darles, UMR 7501))
A-3 LA LECTURE DE LA PERMANENCE DU DOCUMENT BÂTI

A-3-1- Restauration, reconstitution, reconstruction : pathologie et sauvegarde.(M. Caradant et Insa)

Le rempart antique de Saint-Lézer (65), (Ch. Darles, D.Schaad, A.Badie-IRAA,)

La villa de Lalonquette (64), (Ch. Darles, Université de Pau)

Le « château de terre » d’Hagedet (65), (Ch.Darles)

Le grand temple hellénistique de Zama (Tunisie)(M. Caradant, Ch. Darles, INSA-LMDC)

La citerne el-Nabih à Alexandrie (M. Caradant, S. Dubourg, M. Cabarrou, CeAlex)

A-3-2- Le relevé comme outil de connaissance du bâti. (M. Caradant)

Nous cherchons à définir une typologie des outils de relevés et la mise en place de normes de représentations actuellement variées.

La connaissance plus fine de l’édification du bâti, du temps du chantier, des repentis et des transformations doit permettre d’approcher les méthodes d’élaboration du projet, de comprendre partiellement les intentions des commanditaires, des usagers et des bâtisseurs ainsi que d’évoquer les rites et les usages de l’édifice.

A-3-3- La lecture du document construit. (F. Edme)

Notre recherche ne doit pas se réduire à des prestations techniques d’enregistrement. Le raisonnement doit nous amener à comprendre et à comparer, à travers les archives dessinées et écrites d’abord puis par la lecture du document construit, des éléments ou des ensembles, entre eux, à l’échelle d’une ville et d’une époque, en les associant avec leur contexte.
B- Thème 2 : L’archéologie et la durabilité

Responsable : Maurice Caradant et Ahmed Koumas
B-1 STRATIFICATION et RECONSTITUTION vs/non vs DURABILITE

B-1-1- Stratification et juxtaposition des villes antiques de l’Algérie. (A.Koumas et Ch. Nafa.)

Cette recherche sur Tipasa va être suivi par une « recherche comparée » avec la ville d’Alger également marquée profondément par un passé historique où se superposent de nombreuses civilisations méditerranéennes. Ce rapprochement (cette métamorphose) des stratégies de stratifications et de superpositions doit pouvoir nous amener, à travers l’étude des vestiges bâtis comme des archives graphiques et écrites, à faire ressortir les logiques d’intervention tant au niveau urbain qu’architectural. Un parallèle avec la ville de Cherchell est nécessaire afin de montrer l’impact des transformations ponctuelles et non contrôlées qui agissent sur la disparition progressive de la trame antique (Urgence).
B-2 L’EAU DANS L’ANTIQUITÉ, problème environnemental, risques et plaisirs, usages et projets : capter/amener/utiliser/évacuer,

B-2-1- Les aqueducs et l’alimentation en eau. (Ch. Darles. avec l’UMR TRACES)

La citerne d’el-Nabih à Alexandrie (Ch. Darles, M. Caradant avec CeAlex –JY Empereur et L. Borel)

Les aqueducs, barrages et captages de Zama en Tunisie (Siliana), (Ch. Darles, M. Caradant, UMR 5608, INP-Tunis)

L’aqueduc de Lardenne à Toulouse (Ch. Darles, M. Cabarrou et J.-M. Pailler UMR 5608)

L’aqueduc de Cahors –Divona, (Ch. Darles et INRAP)

Les irrigations du wâdî Surban, Djebel al-Nissiyin, Yémen, (Ch. Darles etUMR 7501)

B-2-2- Fontaines, citernes et thermes romains, approche comparative et méthodologique, (M. Caradant.et Ch. Darles. avec UMR 5608 et INRAP)

Les hammams du Yémen (Ch. Darles et M. Tuscherer-IREMAM)

Les thermes de Pietratonda (Gr-Toscane), (Ch. Darles, M. Cabarrou, Soprintendenza di Siena)

Les thermes de Rirha (Maroc), (Ch. Darles, S. Dubourg, Université de Pau et INSAP-Rabat)

Le grand monument des eaux des Carmes à Toulouse, (Ch. Darles et INRAP)

Les thermes du Sud à Ancely-Toulouse, (M. Cabarrou, Ch.Darles, Musée des Antiques de Toulouse)

1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   14

similaire:

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité icon1- resultats technologiques obtenus par rapport aux objectifs, jalons, pi…: (3)

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconC ommuniqué de presse
«Nous sommes très fiers de cette nouvelle release et des résultats obtenus par nombre de nos clients qui l’utilisent déjà.»

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconPour diffusion immédiate
«du berceau à la tombe». Les résultats obtenus reflètent l’analyse optimale des phases suivantes du produit : production dans l’usine...

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconAdresse : 90 Chemin des Fins 74000 Annecy
«Bilan pédagogique et financier» doit permettre à l’administration de retracer l’ensemble de l’activité pédagogique du dispensateur...

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconMise en oeuvre du logiciel
«tel quel». L'auteur n’offre aucune garantie d'aucune sorte, explicite ou implicite, quant à toute question, y compris, mais sans...

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconAdresse : Palais de la Glace 2483 Chemin des Amandiers 84000 Avignon
«Bilan pédagogique et financier» doit permettre à l’administration de retracer l’ensemble de l’activité pédagogique du dispensateur...

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconAdresse aren’ice 33 Avenue de la Plaine des Sports 95800 cergy
«Bilan pédagogique et financier» doit permettre à l’administration de retracer l’ensemble de l’activité pédagogique du dispensateur...

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconCommuniqué de presse
«Human Centric Lighting», a une importance croissante dans le développement de nouvelles solutions lumière. S'ajoutent à cela de...

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconAdresse : 1 Boulevard Trimolet 21000 Dijon
«Bilan pédagogique et financier» doit permettre à l’administration de retracer l’ensemble de l’activité pédagogique du dispensateur...

Bilan de l’activité de recherche et des résultats obtenus par l’unité iconAdresse : 1 Boulevard Trimolet 21000 Dijon
«Bilan pédagogique et financier» doit permettre à l’administration de retracer l’ensemble de l’activité pédagogique du dispensateur...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com