«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d'une journée d'août








télécharger 428.39 Kb.
titre«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d'une journée d'août
page4/9
date de publication04.02.2018
taille428.39 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Démocratie participative : encore un effort !

Anne-Rose Le Van, conseillère municipale FASE, pour le groupe Europe-Ecologie-Les Verts et NPA-Fase

Au mois de juin, la mairie a mis en place un dispositif de participation citoyenne pour le projet d’aménagement du site de l’EAI comportant des réunions publiques dans les quartiers, un affichage sur voie publique, l’envoi d’un document dans les boîtes aux lettres, etc.

Nous encourageons la mairie dans cette démarche qui favorise l’écoute et la participation des habitants, une démarche qui favorise la citoyenneté et la démocratie locale.

Mais nous déplorons qu’un tel dispositif ne soit pas mis en place pour les autres projets de nouveaux quartiers ou de réhabilitation de quartiers anciens (Nouveau St Roch, Coteaux, Gare TGV Odysseum, la Restanque, la Pompignane…). Au XXIe siècle, ce serait la moindre des choses que de prendre en compte l’avis des habitants sur les projets qui les concernent. La démocratie moderne ne devrait pas se jouer seulement tous les six ans lors des élections mais devrait être vivante tout au long de l’année par la participation des habitants à la vie de la cité. Nous pensons que ce serait un avantage pour les Montpelliérains.
Martine Petitout, indépendante

NDLR : Le texte ne nous est pas parvenu dans un délai permettant sa publication.

.........................................................................................................................
p17
Le dossier
Des écoles écolos

Le groupe scolaire François-Mitterrand, à Malbosc, est le premier bâtiment dit à énergie positive (Bepos) construit par la Ville de Montpellier. Trois autres écoles Bepos, conçues pour allier confort et économie d’énergie, seront livrées d’ici deux ans. Leurs exigences énergétiques sont minimisées. Des panneaux photovoltaïques produisent de l’énergie et les bâtiments ont bénéficié d’une réflexion globale sur l'orientation, les protections solaires, l’isolation, etc. Une révolution !

.........................................................................................................................
P18

Le dossier

Article 1

Une école bepos, c'est quoi?

Les établissements à énergie positive sont des bâtiments basse consommation (BBC). Adaptés à leur environnement, ils sont équipés de capteurs photovoltaïques permettant de produire plus d'énergie qu'ils n'en consomment.


ENCADRÉ

Interview Frédéric Tsitsoni

Adjoint au maire délégué à l'économie des ressources

Pourquoi construire des écoles Bepos ?

Montpellier s’est engagée à contenir le réchauffement climatique, au niveau qui est le sien. Les bâtiments scolaires construits dans les prochaines années seront à énergie positive. Ils sont conçus pour limiter leurs besoins énergétiques et utiliser les énergies renouvelables. Nous n’avons pas attendu que ces standards deviennent obligatoires, en 2020, pour les prendre en compte dans les projets de constructions publiques. Nous avons pris les devants. Les Bepos répondent à un besoin d’efficacité énergétique. C’est une ligne de conduite que la Ville suit depuis toujours.
Leurs constructions sont-elles plus chères que les autres ?

Oui. Ce qui est logique puisque nous ajoutons l’infrastructure solaire. Le surcoût s'élève à 200 000€. Il est couvert par les subventions que la Ville a reçues de l’Ademe et la Région pour les groupes scolaires Mitterrand et Beethoven. Chengdu profite de l’aide financière en tant que lauréat du projet Eco-cité. Enfin, la vente à EDF de l’électricité produite rentabilise l’infrastructure.
Quelles retombées économiques pour Montpellier ?

La Ville permet non seulement à de nombreux professionnels du bâtiment de travailler mais elle leur donne l’opportunité d’utiliser des procédés innovants, de se spécialiser, d’acquérir de l’expérience. Désormais, à Montpellier, on sait faire des bâtiments à énergie positive. Cette nouvelle façon de construire permet également de promouvoir le développement de nouvelles techniques. C’est stimulant !

ENCADRÉ

Des Bepos en 2020

À partir de 2020, toutes les nouvelles constructions devront respecter les prescriptions énergétiques du Grenelle de l’environnement et présenter « une consommation d'énergie primaire inférieure à la quantité d'énergie renouvelable produite dans ces constructions ». Pour le moment, la réglementation thermique ne prend en compte que les postes chauffage, éclairage, eau chaude sanitaire et ventilation. Pourtant, un autre poste devrait devenir stratégique après 2020 : la consommation électrique des équipements informatiques et électroménagers. La Ville de Montpellier a anticipé car déjà, la totalité de ces consommations sont prises en compte.

.........................................................................................................................
P19

Le dossier

Article 1

Un bâtiment positif

Le groupe scolaire François-Mitterrand qui ouvre ses portes à Malbosc est un bâtiment à énergie positive (Bepos). Non seulement il consomme peu d’énergie et surtout il produit de l’électricité à partir du soleil.

Les 400 m² de panneaux photovoltaïques du groupe scolaire François-Mitterrand sont emblématiques des bâtiments Bepos. Lors de sa conception, comme tous les autres bâtiments à énergie positive, des points clés ont été pris en compte pour réduire au minimum les frais énergétiques et tirer parti de l’environnement. L’orientation du bâtiment est un point essentiel afin de laisser entrer le soleil en hiver. Les murs sont isolés par l’extérieur et des doubles vitrages à isolation renforcée ont été posés. Le chauffage est assuré par le gaz, préféré à l’électricité, plus coûteux à l’usage. L’éclairage naturel est favorisé par de larges ouvertures et les couleurs claires des salles de classes. Des détecteurs de présence et de luminosité pilotent l’allumage, si nécessaire, des lampes à haut rendement. Dans les sanitaires, des produits hydro-économes (réducteurs de débit, kit chasse « double-débit ») sont mis en œuvre.

Le confort d’été est pris en compte. Les ouvertures sur les façades sont protégées des rayons du soleil par des casquettes fixes et des brise-soleil orientables. Tous les locaux sont équipés de larges ouvrants dont certains permettent une ventilation naturelle la nuit en été. L’inertie intérieure est forte grâce à l’isolation par l’extérieur et la masse du béton des murs et des dalles.
Photo :

178 020 kWh par an d’électricité seront produits. Ils couvriront les 150 733 kw que consommera le groupe scolaire (tous usages confondus).


Article 2

Les fondations du 21e siècle

Les prochaines écoles seront aussi à énergie positive : Beethoven (5 maternelles et 10 élémentaires) aux Grisettes, Chengdu (4 maternelles et 6 élémentaires) à Parc Marianne et Malraux (4 élémentaires) à la Lironde.

Bâtiments exemplaires, les écoles Bepos produiront plus d’énergie qu’elles n’en consomment. Et elles en consomment encore moins qu’avant. En effet, la Ville impose systématiquement des critères d’économie d’énergie lors de la construction de nouvelles écoles. « Une école récente coûte pratiquement deux fois moins en énergie par m2 chauffé et éclairé qu’une école ancienne, indique Jean-Louis Gély, adjoint au maire délégué à la réussite éducative. Soit une économie d’environ 7 800€ par an ».

Les énergies renouvelables font parties des solutions que la Ville applique pour maîtriser sa consommation d’énergie. Près des 2/3 des dépenses des écoles correspondent aux consommations d’électricité. Elles seront désormais couvertes grâce à l’énergie solaire dans les Bepos. Dans les autres écoles, « traditionnelles », les dépenses d’énergie sont réduites par la mise en place progressive d’éclairage performant et économe, la limitation de la climatisation et la suppression du chauffage électrique, remplacé par un chauffage à eau chaude.
Photo :

Pose de la première pierre du groupe scolaire Beethoven, le 5 juillet en présence du maire, des élus et de l’architecte Richard Teissier.

Article 3

Pédagogie durable

Au sein du groupe scolaire François-Mitterrand, le comportement des élèves, de l’équipe enseignante et du personnel de service aura un impact fort sur la consommation énergétique. Il serait utile de les sensibiliser sur les bonnes pratiques en matière d'économie d’énergie. L’Agence locale de l’énergie de Montpellier a réalisé les cahiers "1, 2, 3… énergie !", diffusés auprès des écoles élémentaires, des Maisons pour tous et des centres de loisirs associatifs. Ils permettent aux enfants de découvrir, de manière ludique, les différentes énergies et d’imaginer des solutions pour mieux maîtriser ses consommations. Parallèlement, un livret pédagogique pour les enseignants est proposé.
Infos. ALE . 2 place Paul-Bec. 04 67 91 96 96

.........................................................................................................................
P20

Le dossier

Article 1

Le Bepos ailleurs…

Les écoles Bepos de Montpellier font partie du peloton de tête des villes qui n’ont pas attendu l’obligation de 2020 pour "construire durable".

L’Ademe a recensé cette année 118 bâtiments à énergie positive en France. La liste compte des réalisations pour le secteur tertiaire (bureaux, hôtel, centres logistiques) et surtout de nombreuses maisons de particuliers. Il existe quelques opérations d’habitat collectif. Dans le public figurent des établissements d’enseignement.
Comme Montpellier, la commune de Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) a construit un groupe scolaire. À Gérardmer (Vosges), c’est une école de musique.

En Saône-et-Loire, la petite commune de Saint-Pierre-de-Varennes a souhaité, en 2010, augmenter la capacité d’accueil de son école maternelle avec la construction d’un bâtiment à énergie positive. La structure du bâtiment est à ossature bois et 70 m² de capteurs photovoltaïques sont installés sur la toiture Sud. « De notre petite école vieillotte du XIXe siècle, on s’est retrouvé, d’un coup, dans de la haute technologie, se réjouit Catherine Montcharmont-Jobert, la directrice. Ce nouveau bâtiment nous permet de réaliser un travail avec les élèves sur la consommation d’énergie. Dans le hall, un tableau affiche chaque jour les kw consommés ainsi que les kw accumulés par les panneaux photovoltaïques ».


Article 2

Sur les toits

Le site internet de la Ville a mis en ligne un « atlas des toits solarisables ». Intégré au logiciel Delta, il permet de repérer, grâce à un code couleur, les toitures bénéficiant d’une orientation favorable. L’utilisateur, en zoomant sur la toiture, peut connaître la surface de toit susceptible de recevoir des capteurs photovoltaïques.

INFOS. Logiciel Delta sur www.montpellier.fr


Article 3

Le Montpelliérain a un faible bilan carbone

Chaque être humain est à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre. Un bilan carbone est évalué en tonne CO2. Un Montpelliérain consomme en moyenne 1,47/an contre 2,60 en France et 1,93 en Région Languedoc-Roussillon. Un chiffre qui s’explique par le climat doux exigeant moins de chauffage, le peu d'industrie et un territoire urbanisé limitant les déplacements motorisés.


ENCADRÉ

3500 m²

C’est à terme ce que sera la superficie totale de panneaux solaires installés sur les bâtiments municipaux (écoles Bepos, hôtel de ville, gymnase
Spinosi).


ENCADRÉ

Pascal Gontier

Architecte spécialisé dans les Bepos

Les Bepos sont-ils difficiles à concevoir ?

Non, mais l’approche énergétique, lors de la conception, oblige les architectes à acquérir de nouveaux réflexes et à utiliser les énergies renouvelables appropriées, selon les situations spécifiques. De plus en plus l’ingénierie environnementale est développée dans les agences. Il y a désormais de nouvelles compétences à faire valoir. C'est une approche globale sur l'implantation, l'orientation, les protections solaires, le traitement des parois, etc.
Ces bâtiments préfigurent-ils la ville de demain ?

En tout cas, ils vont se généraliser. Cela va devenir une habitude de vivre dans ces bâtiments. Mais surtout, ce qu’il ne faut pas négliger, c’est l’amélioration du bâti. Il y a un gros travail à faire sur les bâtiments passifs pour améliorer leur efficacité énergétique.

.........................................................................................................................
P21

Au coin de la rue

On a dansé tout l'été !

La compagnie Didier Théron a accueilli une vingtaine d’enfants âgés de 6 à 14 ans, en juillet, à la Maison pour tous Léo-Lagrange. Cette semaine, intitulée Vacances Danse, était animée par les danseuses Chloé Dehu et Maya Brosch. Dans un esprit de mixité, ce stage a réuni des enfants de la Paillade, grâce à des partenariats avec plusieurs centres de loisirs, ainsi que des enfants issus d’autres quartiers de la ville. L'atelier a été clôturé par une représentation publique. La Cie Didier Théron organise ces stages trois fois par an, lors des vacances de février, de printemps et d’été.
Infos. Cie Didier Théron - 04 67 03 36 16
Photo :

Une découverte de la danse contemporaine, grâce à une approche technique, ludique et inventive, à la Maison pour tous Léo-Lagrange.

.........................................................................................................................
P22

Au coin de la rue

Montpellier Centre

Article 1

"Vivre à Antigone" crée du lien

L’association Vivre à Antigone créée par David Dotelé, son président, et une dizaine d’amis, a pour but de défendre les intérêts de ce quartier de 8 000 âmes.

Forte de sa cinquantaine d’adhérents, l'association Vivre à Antigone est le lien entre les habitants, les commerçants et la Ville. Certes, elle traite des problèmes de voirie, d’éclairage et de nuisances en tous genres… Mais elle a surtout, au fil des ans, développé un important volet dédié aux animations. « Nous sommes complémentaires de l’Adra, l’autre association du quartier, qui est davantage tournée sur le culturel, précise David Dotelé. Nous créons des événements, notamment grâce à deux de nos membres, Marie-Françoise et Laetitia, qui organisent plusieurs vide-greniers et lotos dans l’année ». Le prochain vide-greniers, qui devrait attirer entre 250 et 300 exposants, a lieu le samedi 15 septembre, de 7h à 17h sur les avenues Champlain et Jacques-Cartier. Un loto est programmé le 21 octobre à la salle Pelloutier. Les bénéfices de ce jeu seront reversés à la Ligue contre le cancer. Les adhérents de Vivre à Antigone se mobilisent aussi pour l’environnement. Ils ont participé à une opération citoyenne de nettoyage des berges du Lez. « Nous organisons aussi des excursions et nous souhaitons développer des animations intergénérationnelles, du troc et des échanges de services, afin de créer du lien entre les habitants », souligne le président. En attendant ce vide-greniers, l’association sera plus que jamais présente à l’Antigone des associations, le 9 septembre, sur la place du Nombre-d’or.
INFOS. 06 67 20 93 37. www.vivreaantigone.com
Photo :

Alain, Malika, Brigitte, Laetitia et Thierry, membres de Vivre à Antigone entourent leur président, David Dotelé.

1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\Quatrième partie L’idylle rue Plumet et l’épopée rue Saint-Denis
«Quel bon petit roi c’était là1 !» On a marché depuis le point du jour, on est au soir d’une longue et rude journée; on a fait le...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\Musées de Paris Vue du Petit Palais et Grand Palais Petit Palais et Grand Palais

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\Jour Mardi 1 Aout Madrid Cordoue Séville
«ville aux trois cultures». à l'intérieur de ses remparts un riche patrimoine artistique et culturel, ou on trouvera des églises,...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\Transcription rapport du
«Jack» Force, se trouvait également dans les environs la nuit du 12 septembre, mais a été rayé de la liste des suspects une fois...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\La prise en compte de la sécurité des enfants ans les opérations d’aménagements urbains
«La ville est toujours la ville de quelqu’un» Publié dans «La ville sur mesure» François Grether Grand prix de l’urbanisme 2012 Edition...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\Ces randonnées (journée et demi-journée) ne sont qu’un exemple
«palombières», traditionnelles cabanes perchées dans les arbres. Une balade où une attention particulière sera portée à la végétation...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\La Méditerranée antique a une image de frugalité. Et pourtant elle...
«Isis»), le registre de la flotte d'Alexandrie, ou encore le sanctuaire d'Actium (Aktio) construit par César Auguste en commémoration...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\Les grandes étapes de la construction européenne L’Europe avant le traité de Rome
«pères fondateurs» soit à la mouvance démocratechrétienne soit aux courants sociaux-démocrates proches des syndicats a favorisé cette...

«Au petit jour». Cette image a été prise par le photographe Hugues Rubio, dans la rue du Palais-des-Guilhem au cœur de l’Ecusson, avant le tumulte d\Résumé a partir des travaux portant sur l’image des points de vente,...
«information» des sites web, mais aussi la capacité des dimensions classiques du concept d’image des magasins à être appliquées aux...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com