Cours de communication








télécharger 406.9 Kb.
titreCours de communication
page11/19
date de publication20.03.2018
taille406.9 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > documents > Cours
1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   19

§2. Birdwhistell.




Né en 1918 à Cincinnati dans l'Ohio, il y passe toute sa jeunesse et ses premières années universitaires. Mais il retournera très souvent dans le Sud, dans le Kentucky rural de ses ancêtres, là où une famille n'est pas seulement composée des parents et des enfants mais encore des arrière-grands-parents et des arrière – petits - cousins. En 1941, il entame son doctorat au département d'anthropologie de l'université de Chicago.
Comme Bateson dix ans plus tôt, Birdwhistell reçoit aussi l'im­pact théorique et méthodologique de Margaret Mead, qui l'intro­duit dans un groupe de psychanalystes, anthropologues et psychologues. Mais, progressiveme­nt, au travers de diverses recherches sur le terrain, Birdwhistell, va se forger une position théorique qui n'appartient qu'à lui, malgré les influences fonctionnalistes et culturalistes qu'on peut y retrouver.
En 1944, il étudie des bandes d'adolescents du Kentucky et contribue à l'étude comparative des rituels amoureux menée en Angleterre par Margaret Mead. Vers la fin de la guerre, une histoire court parmi les GI's stationnés en Angleterre, selon laquelle les jeunes Anglaises sont des filles faciles. Parallèlement, l’histoire court parmi les jeunes Anglaises que les soldats américains ­sont des voyous. Reconstituée par Mead et Birdwhistell, l’explication est la suivante : l'approche amoureuse se conduit en respectant un certain nombre d'étapes. Chaque étape franchie est un feu vert pour une approche de l'objectif suivant. Mais ces étapes sont soumises à des variations culturelles.

  • En Angleterre, à l’époque, il fallait passer par une longue série de points avant d'arriver au baiser sur la bouche et le baiser n'est plus très loin de l'étape ultime.

  • Aux Etats-Unis, par contre, le baiser sur la bou­e situe parmi les toutes premières démarches.

Dès lors, lorsque le GI entamant le scénario selon les règles américaines, embrasse la jeune Anglaise sur la bouche, celle-ci ne peut que s’enfuir ou entamer les manoeuvres menant au coït.
Birdwhistell arrive en 1944 au département d'anthropologie de l'université de Toronto et ne laisse personne indifférent. Intellectuellement, on ne parvient pas à le situer :

  • on ne saisit pas exactement où il veut en venir avec ses recherches sur les amours adolescentes;

  • pédagogiquement, il étonne ses étudiants par ses capacités de mime: danseur et acteur dans sa prime jeunesse, il utilise son corps pour montrer comment on fume une cigarette dans différentes classes sociales, ou comment marche une adolescente blanche du Sud quand ses parents sont upper middle- class.

L’idée qui anime l’enseignement de Birdwhistell est une découverte récente de l’anthropologie : dans la gestuelle, l’individu et le social sont mêlés. Il y a dans la gestuelle un code social (connu de tous mais écrit nulle part, secret et compliqué) auquel nous sommes extraordinairement sensibles. L’étude de Bateson et Mead, Balinese Character, l'a mis sur la voie. Les auteurs ont dégagé à travers l’analyse de 700 photos toute l'importance du corps et de la ges­tualité dans l'intégration des modèles culturels balinais. C'est au travers de ses expériences corporelles (contacts avec la mère, hygiène et soins, apprentissage de la marche, de la danse, de la transe, etc.) que l'enfant balinais devient progressivement un membre de sa culture.
Birdwhistell obtient une première confirmation de cette analyse en observant le "rituel" amoureux des adolescents du Kentucky. Le corps amoureux ne se comporte pas selon les impulsions du moment ; il semble obéir à un "code secret et compliqué", que les membres d'une même culture ont inconsciem­ment intégré. Mais quel est ce code ? Comment le dégager ? Birdwhistell accumule plus de questions que de réponses. En étudiant une communauté d'Indiens Kutenai, dans le sud-ouest du Canada, il s'aperçoit que la gestualité des Indiens bilingues change quand ils passent du kutenai à l'anglais. Il interprète ce changemen­t comme une imitation de l'homme blanc. Mais il sent que ce n’est pas là la réponse définitive. De retour au pays, nommé à l'université de Louisville, il a l'occasion d'étudier un film sur l’homme politique new-yorkais, La Guardia, qui parle couramment italien, yiddish et anglo-américain. Birdwhistell montre le film, son coupé, à plusieurs personnes connaissant ces cultures. Toutes peuvent déterminer quelle langue La Guardia parle à chaque moment. Comme chez les Indiens Kutenai, il y a autre chose qu'une performance d'acteur. Il semble qu'en changeant de langue, l'homme change également de langage corporel.
Grâce à d’autres travaux, Birdwhistell remet en question l’idée que la culture donne au corps et à la gestualité des fonctions de "sémaphore", c’est à dire l’idée que nos gestes correspondent à une signification prédéterminée. Ainsi, en étudiant l'organisation sociale d'une communauté rurale très rigoriste du Kentucky, il s'aperçoit qu'une personne en mauvaise santé (mais encore suffisamment vaillante pour sortir et parler) présente une composition corporelle très « typique », qu'il décrit de la façon suivante :
« Ceci inclut la rétraction du cuir chevelu, un resserrement de la peau du front (avec réduction des marqueurs sourciliers), une réduction du sourire, un port du torse très droit, une réduction de la vitesse du mouvement de la marche (l'oscillation antérieure et postérieure du mollet diminue) et un accroissement de l'ancrage du pied (les deux pieds à plat sur le sol - du talon au métatarse - en position debout ou assise). »
La signification « mauvaise santé » n'est pas, on le voit, l'affaire d’un geste ou d'une mimique en particulier. C'est la relation entre différents éléments, réunis au même moment en une seule personne, qui porte le sens. En d'autres termes, la signification flotte et ne se cristallise que dans un contexte défini. Ce contexte prend notamment une dimension temporelle très importante.
Ainsi Birdwhistell observe que la personne en mauvaise santé peut laisser tomber les épaules pendant quelques secondes avant de se reprendre et se recomposer. Ce comportement n'apparaît pas plus d'une fois par quart d'heure chez les hommes adultes. Sinon la signification change: l'entourage considère l'homme comme un simulateur ou un geignard. Mais ce rythme et sa signification sont réservés aux hommes adultes : les femmes, enfants et vieillards peuvent répéter ce mouvement beaucoup plus fréquemment sans être mal considérés.
Pour Birdwhistell, l'image corporelle de la bonne ou mauvaise santé est donc conditionnée par un ensemble de définitions, attentes et contraintes culturelles. Le corps n'est pas seulement "régi de l'intérieur", comme le voudrait la sémiologie médicale classique ou le sens commun. Il est encore gouverné par une sorte de code de la présentation de soi en public. Une signification universelle ne peut donc être attribuée à partir de certains invariants biologiques à telle posture ou à tel geste; chaque culture et, au sein de celle-ci, chaque contexte interactionnel utilise le substrat physiologique pour élaborer une signification socialement acceptable. Dans une seconde communauté rurale du Kentucky étudiée par Birdwhistell, il n'est pas question, quand on est en mauvaise santé, de rester droit et sec sur sa chaise comme si de rien n'était, D'abord, ce comportement ne signifierait aucunement la maladie. Entre autres traits caractéristiques de la présentation de soi comme malade dans cette communauté, Birdwhistell relève que la partie supérieure du tronc et les épaules s'affaissent vers l'avant, que le ventre se relâche, que « les bras et les mains peuvent pendre sur le côté ou osciller très lentement ». Ensuite, un comportement taciturne ponctué par des affaiblissements suivis de redressements ne serait guère approprié. Dans cette communauté, la mauvaise santé est une affaire publique où le malade et ses commentateurs échangent symptômes, diagnostics et remèdes:
« Dès que l'aspect maladif de la personne a entraîné une question de la part de son interlocuteur, le corps de celle-là reprend du tonus et une récitation verbale des symptômes est accompagnée de désignations, de caresses, de frottements des éléments corporels ostensiblement impliqués dans l'histoire. Même les personnes qui sont apparemment (selon le diagnostic du médecin) tout à fait malades s'animent, les yeux éveillés, la bouche ouverte, et le corps répondant de plus en plus à la conversation. »
Cette approche ethnographique ne satisfait pas encore Birdwhistell, qui voudrait formellement faire apparaître le code, le langage gestuel propre à chaque culture. Il rencontre des linguistes et l'anthropologue Edward T. Hall qui élabore un schéma général d'analyse de la culture fondé sur les principes de la linguistique descriptive23. Il va inviter Birdwhistell à appliquer ces mêmes principes à la gestualité. Celui-ci va formaliser ses recherches et inventer toute une batterie de concepts : les kinèmes (analogues aux phonèmes) et les kinémorphèmes. Par exemple le kinème « oeil gauche fermé » se combine au kinème "pince orbitale gauche" pour former le kinémorphème "clin d'œil". Au niveau suivant, celui de la syntaxe, les kinémorphèmes se combinent en constructions kinémorphiques (correspondant aux propositions).
Cependant Birdwhistell réfutera l'idée traditionnelle selon laquelle le geste est une sorte de cadre un peu superficiel autour du langage. Pour lui, gestualité et langage s'intègrent dans un système constitué d'une multiplicité de modes de communication, tels que le toucher, l'odorat, l'espace et le temps. Si une place si importante est réservée au langage dans les recherches sur la communication interpersonnelle, c'est sans doute parce que le langage est un mode de communication essentiel, mais aussi parce que les travaux sur les autres modes sont encore très peu développés. Pour Birdwhistell, il n'est donc pas possible de déterminer une hiérarchie des modes de communication selon leur importance dans le processus interactionnel. Pour Birdwhistell, la signification d'un geste n'existe pas ; le geste s'intègre dans un système interactionnel à multiples canaux qui se confirment ou s'infirment mutuellement.
1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   19

similaire:

Cours de communication iconArchitecture de communication pour les applications multimedia interactives...
«cross ‐ layer» qui permet alors d'améliorer de façon significative la réactivité du système. Afin de faciliter l'intégration et...

Cours de communication iconRésumé P. Breton et S. Proulx s’intéressent d’abord aux techniques...
«sociale», ou communication médiatisée, qui met en jeu la circulation de messages

Cours de communication iconTs (transport stream) correspond au protocole de communication visant...
«Input». Notons la présence de 5 autres onglets, «General», «Blu-ray», «Split & Cut», «Subtitles» et «About» que nous détaillerons...

Cours de communication iconDes halles sous jardin inondées de lumière
«Pour que ce projet soit réussi, IL fallait une communication limpide, critique et quelquefois passionnée entre le fabricant et les...

Cours de communication iconHall 25 (solutions pour l'industrie), le hall 11 (solutions pour...
«Au cours de ces dernières années, nous avons opéré une nouvelle évolution de nos soixante ans d'histoire», a poursuivi le directeur...

Cours de communication iconBrevet de technicien supérieur communication
«communication» et à d’autres spécialités de brevet de technicien supérieur ainsi que les dispenses d’épreuves accordées conformément...

Cours de communication iconCours de croquis en cours du soir aux Beaux-Arts de Tournai

Cours de communication iconCours n°2 L’hematopoiese
Vous avez 6 cours magistraux, à connaitre avant les séances d’app. En ce concerne les cours, IL y a une séance de révision à la fin...

Cours de communication iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Cours de communication iconCours de Maintenance informatique plan du cours








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com