Cours de communication








télécharger 406.9 Kb.
titreCours de communication
page4/19
date de publication20.03.2018
taille406.9 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > documents > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

§1. L'école de Chicago et l'écologie humaine




A. La ville comme "spectroscope de la société".



Parmi les membres de l'école de Chicago, une figure se déta­che, celle de Robert Ezra Park (1864-1944). Reporter rompu aux grandes enquêtes journalistiques, mili­tant de la cause noire, il conçoit comme une forme supérieure de reportage les enquêtes sociologiques qu'il va réa­liser dans les banlieues.
Comme ses collègues américains de l’époque, il préfère, contrairement à la sociologie spéculative européenne d'alors qui cherche à édifier de grands systèmes, développer des concepts proches des situations concrètes, susceptibles de l’aider à forger des outils pour l'analyse des attitudes et des comportements.
Pour ce faire , l’Ecole de Chicago privilégie comme terrain d’observation la ville comme "laboratoire social" avec ses signes de désorganisation, de marginalité, d'acculturation, d'assimilation ; la ville comme lieu de la "mobilité". Entre 1915 et 1935, les contri­butions les plus importantes de ces chercheurs sont consacrées à la question de l'immigration et à l'intégration des immigrants dans la société américaine. C'est à partir de ces communautés ethniques que Park s'interroge :

  • sur la fonction assimilatrice des journaux et, en particulier, des innombrables publications en langues étrangè­res,

  • sur la nature de l'information,

  • sur le professionnalisme du journa­lisme et la différence entre la "propagande sociale", et la "publicité municipale".


Park conceptualise en 1921 sa pro­blématique sous l'appellation, "écologie humaine", référence au concept d’écologie naturelle qui étudie les relations entre les différentes espèces animales et végétales présentes sur un même territoire. L’intention de Park est de saisir dans toute leur complexité les rapports que les citadins entretiennent avec un milieu à la fois matériel et humain ; milieu qu’ils ont eux-même façonné, et qui se transforme en permanence. A partir de là, trois éléments définissent une communauté :

  1. une population organisée sur un territoire,

  2. plus ou moins enracinée sur celui-ci,

  3. et dont les membres vivent dans une relation d'interdépendance mutuelle de caractère symbiotique.


Dans cette "économie biolo­gique", terme que Park utilise parfois comme synonyme "d'éco­logie humaine", c'est la "lutte pour l'espace" qui régit les rela­tions interindividuelles. Cette compétition est un principe d'organisation décrite à l’aide de concepts originaires de l’écologie animale et végétale :

  • invasion et succession pour désigner le remplacement d’une population d’un quartier par une autre ;

  • symbiose pour désigner la coexistence de populations différentes dans un même quartier ;

  • dominance pour désigner l’influence des conditions de vie du centre urbain sur les quartiers périphériques.


Seule une observation ethnographique des conduites et des mentalités permet de comprendre pleinement le sens de ces changements : c’est le niveau biotique de l’organisation humaine. La population de cette « communauté organique » se distribue territorialement et fonctionnellement en entrant en concurrence. Elle peut donc être observée dans ses différentes phases ou âges successifs. Park applique ce schéma pour rendre compte du "cycle des relations ethniques" (compé­tition, conflit, adaptation, assimilation) dans les communautés d'immigrants.
Park oppose le "biotique" à un second niveau, le niveau social ou culturel. Ce niveau est pris en charge par la commu­nication et le consensus (ou l'ordre moral) dont la fonction est de réguler la compétition et ainsi de permettre aux individus de partager une expérience, de se relier à la société.
Le fossé originel opérée par l'écologie humaine entre le biotique et le social a donné lieu à de nombreuses discussions dans l'entre-deux-guerres. Beaucoup lui ont reproché de couper le processus de la compétition, au niveau biotique, de la matrice socio-culturelle qui en définit les règles, et de succomber ainsi au déterminisme biologique. Park admet d'ailleurs la difficulté de tracer la ligne de démarca­tion entre les deux.


2. Diversité et homogénéité



Une autre approche des faits sociaux se dessine également, à l’époque : une méthodologie ethnographique basée sur :

  • les monographies de quartier

  • l’observation participante,

  • l’analyse des histoires de vie.

Cette méthodologie sera mise au service de l’étude d’une nouvelle préoccupation : la société de masse entraîne la disparition des groupes primaires et ceux-ci perdent leur pouvoir d’autorégulation. D’où l’intérêt d’étudier les interactions sociales à partir des manifestations subjectives des acteurs.
Cette nouvelle approche de l’étude du social est représentée par Charles Horton Cooley (1864-1929). C'est Cooley qui, le premier, utilise l'expression de "groupe primaire" pour désigner les groupes qui « se caractérisent par une associa­tion et une coopération intime face à face. Primaires en plusieurs sens. Ils le sont principalement parce qu'ils sont à la base de la formation de la nature sociale et des idéaux de l'individu ». Ces groupes sont donc représentés par la famille, le groupe de voisinage, le groupe de jeux etc. Cooley craint leur disparition dans la société industrielle qui pourrait créer une société de masse atomisée.
Il n’y a, en effet, ni soi, ni conscience de soi, ni communication en dehors de la société, c’est à dire en dehors d’une structure qui s’établit à travers un processus dynamique d’actes sociaux communicatifs, à travers les échanges entre des personnes qui sont naturellement orientées les unes vers les autres. La conception de la société est donc, elle-même, commandée par une conception du processus d'individualisation, de la construction du moi. L'individu est capable d'une expérience singulière, unique, que traduit son histoire de vie, et en même temps soumis aux forces du nivellement et de l'homogénéisation des comportements.
Cette ambivalence de la personnalité urbaine se retrouve dans la conception que l'école de Chicago a des médias, à la fois facteurs d'émancipation, d'approfondisse-ment de l'expérience individuelle et précipitateurs de la superficialité des relations sociales et des contacts sociaux, de la désintégration.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Cours de communication iconArchitecture de communication pour les applications multimedia interactives...
«cross ‐ layer» qui permet alors d'améliorer de façon significative la réactivité du système. Afin de faciliter l'intégration et...

Cours de communication iconRésumé P. Breton et S. Proulx s’intéressent d’abord aux techniques...
«sociale», ou communication médiatisée, qui met en jeu la circulation de messages

Cours de communication iconTs (transport stream) correspond au protocole de communication visant...
«Input». Notons la présence de 5 autres onglets, «General», «Blu-ray», «Split & Cut», «Subtitles» et «About» que nous détaillerons...

Cours de communication iconDes halles sous jardin inondées de lumière
«Pour que ce projet soit réussi, IL fallait une communication limpide, critique et quelquefois passionnée entre le fabricant et les...

Cours de communication iconHall 25 (solutions pour l'industrie), le hall 11 (solutions pour...
«Au cours de ces dernières années, nous avons opéré une nouvelle évolution de nos soixante ans d'histoire», a poursuivi le directeur...

Cours de communication iconBrevet de technicien supérieur communication
«communication» et à d’autres spécialités de brevet de technicien supérieur ainsi que les dispenses d’épreuves accordées conformément...

Cours de communication iconCours de croquis en cours du soir aux Beaux-Arts de Tournai

Cours de communication iconCours n°2 L’hematopoiese
Vous avez 6 cours magistraux, à connaitre avant les séances d’app. En ce concerne les cours, IL y a une séance de révision à la fin...

Cours de communication iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Cours de communication iconCours de Maintenance informatique plan du cours








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com