I. Proposition du sujet








télécharger 104.73 Kb.
titreI. Proposition du sujet
page1/8
date de publication23.03.2018
taille104.73 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8




Tables des matieres

I. Proposition du sujet  2

Perspectives bibliograpgiques 4

II. Introduction 13

III. Contexte général de la recherche : le Mali 23

Première partie 29

IV. I – qu’est-ce que le tourisme ? 30

V. II- Qui est touriste ? Qui est guide touristique 31

VI. Qu’est-ce qu’une agence de voyage ? 32

Deuxième partie : 34

VII. Stéréotypes et rhétoriques 35

Troisième partie : 35

VIII. Analyse de contenu 36

IX. Bibliographie 37



I.Proposition du sujet 


« Les termes tourisme et touriste furent utilisés officiellement pour la première fois par la Société des Nations pour dénommer les gens qui voyageaient à l’étranger pour des périodes de plus de 24 heures1 »

Parler du tourisme me semblait un thème plus que jamais d’actualité. Il est devenu un marché d’une importance extraordinaire : « Le tourisme est la plus grande industrie du monde. Le secteur représente plus de 10% du marché de l’emploi mondial, 11% du PIB mondial et, selon les prévisions, le nombre des voyages touristiques atteindra 1,6 milliards d’ici 2020. En tant que tel, il un impact majeur et croissant tant sur l’environnement que sur la société2. »

Je me suis intéressé aux stéréotypes et aux rhétoriques du trio (agences de voyage, guides et touristes) pace que ces trois entités constituent à mon avis les nerfs du tourisme en général. Et, le lieu choisi pour parler de ce thème est le pays Dogon. Nommé « un sanctuaire culturel et naturel préservé3 », par le ministère malien de l’artisanat et du tourisme, ce coin du Mali fait aujourd’hui l’objet de flux touristique.

Sur le site de Terres D’aventure, nous pouvons lire ceci : « Le sud de la falaise de Bandiagara, région méconnue du pays Dogon, abrite les villages cachés d’un peuple mystérieux, renommé pour sa cosmogonie si particulière, ses mythes et ses légendes4… »

La notion des stéréotypes me semblent très intéressante dans la mesure où : « S’il est une notion impliquant autant la problématique de l’identité que celle du discours, c’est assurément la notion de « stéréotype5 ».

Et, « Un discours « touristique » donne accès à une « scène d’énonciation » particulière, c’est-à-dire à la « représentation » que le discours fait de sa propre situation d’énonciation » (Maingueneau et Philippe 2002 : 354) P.15

1.Problèmes à résoudre :


Comme hanté par quelque chose, j’ai toujours été intéressé de parler du tourisme en général et celui du pays Dogon en particulier. Conscient que les touristes aiment le pays Dogon et que le nombre augmente chaque année, je m’y mets pour dire mes mots. Mais, je n’ai jamais su pourquoi et comment arrivent-ils jusque là « La fascination des touristes pour la culture Dogon. Refléterait-elle à la fois un grand vide spirituel et le besoin de se reconnecter avec les forces de la nature chez les habitants des pays riches6 ? » Se questionne Claudine Brelet.
A ce titre, j’ai laissé l’histoire suivre son cours. Et, aujourd’hui, si l’occasion m’est donnée d’étudier les stéréotypes et les rhétoriques du trio, je ne peux que m’en réjouir pour comprendre « les dessous des cartes ».

Il s’agira principalement pour moi de chercher à savoir et à connaître les techniques des maîtres du marketing et des publicités qui imposent le silence par le langage aux candidats éventuels vers le pays Dogon.

2.Angle d’attaque :


Les écrits des chercheurs essentiellement français : Marcel Griaule, Germaine Dieterlen, Michel Leiris, André Schaeffner, Jean-Paul Lebeuf, Paul Henry Chombart, au cours des douze missions lancées depuis 1931 (étude concentrée sur le village de Sangha) ont rigoureusement changé l’image du pays Dogon.

Surtout les deux livres de Griaule : il s’agit de Dieu d’eau (1948) et le Renard pâle (1961) qui donnèrent au pays Dogon un statut assez particulier au au-delà des frontières. Pour C. Brelet « Les ouvrages de Marcel Griaule présentent la culture Dogon comme « une mythologie, une métaphysique qui fait songer à l’Egypte, peut-être à Babylone », comme une « aventure de l’esprit aux confins des temps et de la pensée7 », et une société complexe où les rapports symboliques articulent harmonieusement le monde dans sa totalité. Entament ainsi sérieusement les préjugés occidentaux jugeant inférieure la culture des Africains, Griaule souligne qu’ils possèdent « une cosmogonie, une métaphysique, une religion qui les met à hauteur des peuples antiques et que la christologie elle-même étudierait avec profit8 ». »9

A ces ouvrages, dits de ‘cultes’, la fulgurante montée des agences de voyage, mieux équipées en termes de moyens de communication mettent et remettent le ballon au fond des filets.
Sur les conseils de ma directrice de mémoire, qui d’ailleurs, m’a donné deux références phares pour mon travail, je ne compte pas privilégier une partie dans mon mémoire qui pèserait sur l’impact du tourisme sur les populations locales. Ce travail sera essentiellement basé sur une étude des stéréotypes et des rhétoriques du trio.

3.Etat actuel des recherches :


« On bat le fer pendant qu’il est chaud », dit un adage. Dès la soumission acceptée de ma fiche de mémoire, les agences de voyage, les bibliothèques et la recherche des contacts personnels furent pour moi ‘des bons endroits pour mourir’. En effet, les documents sur le tourisme en général sont copieux. Mais, ceux qui traitent réellement de mon sujet sont aussi rares que des ‘oasis dans le désert’.

Mes recherches sur Internet par exemple me satisfont qu’à 10%, c’est dans ce cadre que j’ai pu entrer en contact avec l’anthropologue Claudine Brelet (sénior expert de l’UNESCO, membre de l’académie de l’eau de Paris, ancienne élève de Marcel Griaule) qui me facilita la tâche. Voilà une dame qui s’y connaît, disais-je quand elle m’envoya juste une heure après un mail que je lui avais adressé, une liste de plus 30 ouvrages sur le pays Dogon.

Au paravent, ma directrice de mémoire, madame Marie Soleil Frère m’avait conseillé de surfer sur certains sites Internet comme Terres d’aventure, Entre deux mondes etc. Ces sites aussi m’ont fourni certaines informations capitales pour constituer mon corpus.
Perspectives bibliograpgiques

a)Les ouvrages de Marcel Griaule


Marcel Griaule est l’auteur le plus prodigieux en matière de recherche en pays Dogon. Ces œuvres ont ainsi traversées les frontières, faisant de lui, un ‘spécialiste’ de ce coin du Mali. Ayant vécu, travaillé et côtoyé des Dogon pendant plusieurs, qui lui fournirent des informations qu’il mit sur papier, ses œuvres se font référencier par bon nombre de chercheurs qui creusent encore le triangle (Falaise, Plateau, Séno) que constitue le pays Dogon ainsi ‘mystifié’.

Si jusque là, beaucoup de personnes, même des Dogon se tapent la poitrine et rendent hommage à cet homme pour ses recherches, certaines de ses œuvres restent encore à désirer (pour moi). Il s’est d’ailleurs vu souvent se reprocher par certains d’avoir voulu « divulguer le sens de son aventure cognitive auprès d’un large public ».

Claudine Brelet, anthropologue, grande défenseuse de Griaule pense que : « Les Dogon eux-mêmes ne sont pas exempts de reproches ! ». Dans la même ligné, un jeune ethnologue en 1999 écrit : « Nous pouvons maintenant admettre la possibilité d’une volonté délibérée des Dogon de ne pas laisser les ethnologues quitter leur terrain, et pour ce faire de fournir à leur recherche une nouvelle matière. »
Ainsi, le pays Dogon est devenu un véritable lieu de tiraillement des chercheurs sur une population qui ‘se tait’.

« L’illusion d’un mode de vie idéal dont les acteurs sont les villageois « animistes » évoluant dans un décor exotique, se prête à une mise en scène à travers les discours que les passeurs indigènes adressent aux visiteurs étrangers. Cet univers ethnographico-touristique, identifié au paysage onirique de la falaise de Bandiagara, avec ses villages « sculptés » dans le rocher, a contribué à une sorte de naturalisation du mythe griaulien10 », écrit C. Brelet.

Dans ce même ordre d’idées, J. Rouch ajoute : « Bien sûr, ce fut le choc dès que l’on parvint à Bango : le spectacle fabuleux de la falaise de Bandiagara était un rendez-vous tel qu’aucune photographie, qu’aucun récit, qu’aucun film ne pourra jamais en donner une idée. D’un coup seul, je retrouvais la nostalgie adolescente, les paysages minéraux de Dali, la perspective et la lumière dure de Chirico, l’odeur du vieux Trocadéro… »

b)Sites internet de quelques agences de voyage 


J’ai pu obtenir sur ces sites (voir plus loin) des images, des descriptions et des récits qui peuvent constituer le corpus de mon travail. C’est ainsi que j’ai pu faire des Print Screem de quelques pages qui s’avèrent indispensables dans mon travail.

Nous voyons ci-dessous ce que l’agence de voyage Aboutours met en œuvre à l’endroit de ses clients (touristes) vers le pays Dogon des images dites chaotiques.

11
Dans la même lancée, je me suis rendu sur le site de Terres d’aventure, là aussi, l’image est mise en avant pour passer le message. (Voir image ci-dessous)
12

Terres d’aventure, consulté deux jours plus tard continue son combat de l’image. Les images sont toujours accompagnées de récits courts et frappants comme en propagande comme si l’image était une preuve palpable d’une aventure à vivre. (Voir image ci-dessous)

13

Sur Boni-voyages aussi, les images du pays Dogon fleurissent sur la première page. (Voir image ci-dessous)
14

J’ai consulté aussi le website de Saga-Tours. Je me suis intéressé à beaucoup de sites d’agence de voyage pour ainsi élargir mon champ d’action.

15
Contrairement aux autres sites précités, Malikow-Tours met en avant les circuits du pays Dogon plutôt que les images. Sur une carte bien dressée, ils font ressortir tous les points du pays.



16

c)Bibliothèque des Sciences Humaines (ULB)


Dans cette bibliothèque, le rayon Tourisme est graduellement borné d’ouvrages sur le tourisme. Mais, ‘tout ce qui brille n’est pas de l’or’ dit un proverbe. C’est pour dire tout simplement que bon nombre de ces livres ne parlent pas de mon sujet. Ils sont cependant, intéressants, très intéressants. Les ouvrages que j’ai pu feuilleter m’ont permis d’avoir une idée assez claire du tourisme.

En effet, le phénomène du tourisme comme beaucoup le pensent n’est pas facile à définir. A en croire Marc Boyer : « Le tourisme n’est pas un phénomène récent si on limite son étude aux formes et au développement sous lesquels il se présente aujourd’hui. En réalité, l’essence première du tourisme est dans le besoin et le désir de se mouvoir, de voyager et de connaître. Le commencement n’est pas datable17. »

Il a beaucoup évolué et se voit aujourd’hui par d’aucuns comme un espoir : « Les activités touristiques à l’aube de l’an 2000 sont porteuses de chants d’espérance et de champs d’expériences. Elles vont être une part essentielle de notre vie18. »
Les explications de jean-Michel Hoerner ne sont pas moins élogieuses : « Partout dans le monde, l’industrie touristique s’impose comme la route première économique de la planète et requiert de plus en plus des professionnels de haut niveau, ayant bénéficié d’une solide formation ouverte sur des métiers où la pratique complète de manière harmonieuse la théorie19. »

L’argent primerait t-il sur le plaisir ? Nous donnons la parole à Hoerner encore qui déclare : « La géographie de l’industrie touristique présente la très grande variété d’une activité économique aux multiples facettes, des hébergements à l’industrie des voyages, des aspects historiques aux stations et aménagements touristiques, sans oublier l’impact de l’industrie touristique sur le développement y compris du tiers monde20. »

Pour Pierre Kalfon : « La mondialisation des offres, le e-commerce et le low-cost ont bouleversé le secteur du tourisme. Le voyageur accède en temps réel à une multitude d’informations et les professionnels rivalisent d’innovation pour satisfaire ce ‘consomm’acteur’ partagé entre individualisme et communautarisme, entre affectif et contrainte budgétaire, entre hédonisme et responsabilisation solidaire. Pour développer une offre attractive et originale : apprenez à décrypter les tendances qui bouleversent le monde du voyage21 ! »
« Le tourisme, au-delà de la quête, devenu improbable du travail, va être je crois, le moyen, la chance pour tous d’être en permanence en activités multiples et diverses, tout à la fois lucratives, bénévoles et aussi onéreuses.

La noblesse est et sera dans cet échange permanent et infini. Le tourisme, dans sa plénitude future, donnera toute sa force et sa gloire à l’essence même de l’homme : le règne de l’éphémère22. », écrit Gilbert

4.Recherches restantes


Dans la globalité, j’ai pu avoir beaucoup de documents qui parlent du tourisme en général mais comme il s’agit de travailler surtout les stéréotypes et les rhétoriques, il s’agira pour moi de rencontrer le maximum de touristes, de guides et d’agents de voyage. Ainsi, sur la base de ceux que les uns et les autres disent et écrivent, je constituerais un corpus plus équilibré. Dans la même lancée, je me procurerais d’avantage de catalogues d’agences de voyage pour la suite du travail.

Coincé par le temps, je n’ai pas pu lire encore tous les documents que j’ai déjà à ma disposition.

A priori, je dois partir au Mali en novembre prochain. Je profiterais de ce voyage pour rencontrer des guides Dogon sur place. J’ai d’ailleurs déjà pris contact avec certains qui aimeront voir leur nom dans mon travail.


  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

I. Proposition du sujet iconFiche de proposition de sujet pour une convention cifre
«usages» gu1 concernant les véhicules particuliers. Selon les niveaux d’automatisation sae IL s’agit ici des automobiles partiellement...

I. Proposition du sujet iconSn (syntagme nominal) «the crag» (fonction : sujet
«the crag» (fonction : sujet du verbe «protected»), composé d’un nom commun (noyau du sn) singulier, neutre, dont le référent est...

I. Proposition du sujet iconProposition de stage Master 1 ou 2

I. Proposition du sujet iconProposition d’Épreuve de français au baccalauréAT

I. Proposition du sujet iconProposition de modification du périmètre de protection

I. Proposition du sujet iconProposition de marches pour l’année 2012-2013

I. Proposition du sujet iconB Proposer et rédiger une proposition argumentée d’architecture applicative et technique

I. Proposition du sujet iconProposition de textes ou d’albums pour l’écoute de la lecture chez les 10-15 ans

I. Proposition du sujet iconTél.: 03/25/71/78/00. Fax : 03/25/71/78/16
«Besoins recensés / proposition de prix» (article 77 du code des marchés publics)

I. Proposition du sujet iconExamen d’une proposition d’avenant au contrat
«Bourses Régionales Désir d’Entreprendre» attribuées en 2009 et 2010 et non encore mandatées








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com