0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02








télécharger 9.77 Kb.
titre0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02
date de publication08.06.2018
taille9.77 Kb.
typeNote
ar.21-bal.com > documents > Note
0.7.4. Urbanisme (4). Note du 4/5/02
Nous n’aborderons pas dans cette note la question du cadre organique de l’enseignement de l’urbanisme et du « paysage » dans notre école. Nous pensons que cette question doive être subordonnée à une autre question, la seule à partir de laquelle elle puisse être affrontée autrement que dans une perspective lotifiante, parcellisante et finalement marginalisante pour tous les enseignants.
Cette question préalable, générale, est la question de l’enjeu de l’enseignement de l’aménagement du territoire. Allons-nous seulement introduire les étudiants à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme tels qu’ils se pratiquent actuellement ? C’est-à-dire à une discipline segmentée et récupérée aux titres fragmentés d’alliées serviles de processus d’occupation territoriale dont les fins et les moyens nous apparaissent décidément de moins en moins légitimes tant en termes politiques qu’en termes culturels, et dont les résultats manifestent de façon de moins en moins ambiguë la logique déséquilibrante dont ils sont tout à la fois le fruit et l’instrument ?

Avant de nous lancer dans l’élaboration des organigrammes des cours, dont nous ne réussissons pas à mesurer réellement les objectifs, il nous paraît primordial de réussir à nous concerter à propos de ce que nous pourrions reconnaître comme l’orientation fondamentale du programme des cours d’aménagement du territoire (au sein, mettons, des groupes institués dont nous pourrions continuer, au moins provisoirement, à respecter les découpages en « urbanisme, paysage, conservation-réhabilitation, et critique et recherche théorique »).
Nous voulons proposer ici une piste pour nourrir ce débat.
Il s’agirait de commencer par poser clairement l’enjeu de l’aménagement du territoire.

(l’enjeu de l’enseignement de l’a du t étant nécessairement déterminé par l’enjeu de l’aménagement du territoire lui-même). Cet enjeu est à tout la fois social et culturel. Á la fois signifie que ces deux dimensions sont étroitement liées : nous ne pouvons négliger l’une des deux, sans prendre le risque de voir l’a du t perdre une part importante de sa légitimité, ni sans prendre le risque de perdre de vue leur nécessaire interaction.
L’enjeu de l’aménagement du territoire est social en ce sens que la société dans son ensemble peut déterminer – par l’aménagement du territoire – certaines des conditions de son équilibre (les conditions d’usage du territoire)1.

L’enjeu de l’aménagement du territoire est culturel en ce sens que la société dans son ensemble peut – par l’aménagement du territoire – déterminer certaines des formes de son équilibre (la configuration du territoire).
Les réponses à ces deux dimensions de l’aménagement du territoire sont respectivement le programme territorial et le projet territorial. Le programme concerne le destin d’un territoire, le projet concerne son architecture. L’architecture est l’expression symbolique nécessaire du destin d’un territoire2 .

.

Les instruments de droit (les plans réglementaires et les normes) sont des instances exécutives : la société s’en sert pour réaliser le destin et le projet de son territoire.


1 Nous disons « la société dans son ensemble », parce que, sans refuser l’existence de contradictions sociales, nous refusons de considérer l’aménagement du territoire en strict terrain de lutte sociale, et le territoire (la ville, l’urbain, ... comme on voudra) comme strict reflet du conflit social.

2 Nous entendons donc extraire l’architecture hors de l’acception restrictive, pour ainsi dire privatisée, qui lui est concédée actuellement : l’architecture considérée comme luxe, comme poétique idiosyncrasique d’individus asservis aux fantasmes d’une fraction de la société qui ne sait plus quoi inventer pour s’assurer de s’être définitivement séparée du reste du corps social.


similaire:

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconNote d’intention architecturale
«place de la connaissance» et la création du petit restaurant de proximité (2) requièrent des compétences en urbanisme, paysage,...

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 icon0 Urbanisme (3). Note du 4/5/02
«architecture du paysage», etc ne fait qu’ajouter à la dissolution organique de l’enseignement. Tout ce mouvement autour de l’ «architecture»...

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 icon0 Urbanisme (2). Note du 22/3/02
«analyse des contenus des cours existants et futurs» afin de «formuler une proposition d’un ensemble de cours structuré et complémentaire...

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconClement pierre Architecte, Professeur à l’Ecole d'architecture
La théorie générale d’urbanisme Peut-on alors raisonnablement parler d’urbanisme en Chine sur une aussi longue durée ? Ou doit-on...

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconApprenti en urbanisme, ça existe ?
«Urbanisme et Projet Urbain» (niveau bac+5). Par le biais d’un contrat d’apprentissage ou d’un stage, l’alternance se déroule sur...

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconMembres fondateurs : Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de...

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconUrbanisme et participation citoyenne

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconGares, urbanisme et urbanité

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconModification du Plan Local d'Urbanisme 1

0 Urbanisme (4). Note du 4/5/02 iconActeurs et outils de l’aménagement et de l’urbanisme








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com